Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘l’épouvantail au coeur de paille’

Terry Fan est né dans l’Illinois, aux États-Unis. Il a suivi une formation artistique à l’Université d’Art et Design d’Ontario à Toronto, au Canada. Ses illustrations sont un subtil mélange de techniques traditionnelles et contemporaines associant l’encre et le crayon avec des outils numériques. Terry passe ses jours (et ses nuits) à créer des portraits, des illustrations et des peintures emplies de magie.
Eric Fan est un artiste et écrivain né à Hawaii, vivant aujourd’hui à Toronto, au Canada. Il a suivi une formation à l’Université d’Art et Design d’Ontario où il a étudié l’illustration, la sculpture et le cinéma. Il voue une passion sans bornes aux vélos vintage, aux rouages d’horlogerie et aux rêves irréalisables. En 2017, il publie Le Noir de la Nuit (Éditions des Éléphants) avec Terry Fan, son frère. Surnommé les « Fan Brothers », le talentueux duo publie en 2018 Le Fabuleux Voyage du bateau-cerf et Le Jardinier de la nuit aux éditions Little Urban.

Hiver comme été, printemps ou automne, nul n’ose s’approcher du champ. La faute à l’épouvantail abandonné, qui ne bouge pas d’un pouce du premier au dernier jour de l’année.

Tous les oiseaux sont effrayés par le gardien de paille vêtu de son chapeau, de sa chemise à carreaux et de sa salopette en jean.

A toute heure du jour de la nuit, il est là, seul. Pourtant, ce coeur de paille ne demande qu’à aimer et à être aimé…

Vous connaissez mon amour pour les albums des éditions Little Urban, le petit dernier des Fan Brothers, L’épouvantail au coeur de paille, ne pouvait qu’atterrir dans ma pile à lire pour mon plus grand plaisir et celui de mes petits lecteurs.

Son format à l’italienne permet une mise en page splendide puisque la quasi-totalité des dessins s’étale sur deux pages à la fois, ce qui permet au talent d’Eric et Terri Fan de se déployer totalement.

L’histoire proposée par Beth Ferry est d’une douceur, d’une sensibilité et d’une poésie folle car l’intégralité du texte, rimé, se découpe à la manière des poèmes : tercets, quatrains ou quintils principalement.

Le texte est beau et plein d’émotion : on suit le morne quotidien de l’épouvantail, qui est seul, en toute saison. Puis, est venu le temps de l’amitié avec un oiseau blessé, qui m’a rappelé Le lion et l’oiseau de Marianne Dubuc, et d’un coup la vie est belle !

Les illustrations des Fan Brothers sont de toute beauté et accompagnent merveilleusement bien la poésie de Beth Ferry, on en prend plein les mirettes de la première à la dernière page.

Un album réussi autant sur la forme que sur le fond et coup de coeur pour moi et mes petits lecteurs que je vous recommande vivement si vous appréciez les albums poétiques ou les beaux ouvrages en particulier, vous serez aussi charmé(e)s que moi !

Un grand merci aux éditions Little Urban pour cette lecture toute poétique, j’ai adoré.

Read Full Post »