Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘les chroniques de st mary jodi Taylor’

Lu dans le cadre du Mois Anglais :

St Mary est de retour et rien ne va plus pour le docteur Maxwell. Une fois encore, l’institut très spécial de recherche historique St Mary, qui détient le secret du voyage dans le temps, passe d’une catastrophe à une autre.
De la rencontre avec Isaac Newton au champ de bataille sanglant d’Azincourt, rien ne se déroule 
comme prévu. Mais c’est surtout à Troie, alors qu’Achille et Hector s’apprêtent à s’affronter sous ses yeux, que le destin de Max va se jouer. Car si elle espère pouvoir percer le mystère du cheval de Troie, expliquer la destruction de cette cité mythique et toucher du doigt le destin tragique de Cassandre, elle va aussi devoir faire des choix irréversibles.

A l’institut St Mary de recherche historique, les historiens n’étudient pas seulement le passé, ils le visitent. Le docteur Maxwell et ses excentriques confrères historiens partent pour de nouvelles aventures à travers le temps.

La directrice du département d’Histoire, Max, va enfin réaliser le voyage de sa vie : aller à Troie, assister à la fin de la guerre qui opposaient troyens et grecs, sujet de l’Illiade d’Homère.
Après cette dernière mission, elle a promis au chef Leon Farrell de raccrocher et de s’installer avec lui pour mener une vie paisible. Mais en attendant, elle doit réaliser un petit saut de rien du tout afin de permettre au docteur Penrose de rencontrer son idole : Isaac Newton.

Comme toujours avec Max, la mission ne se passe pas exactement comme prévu mais ils parviennent à échapper à une foule qui menaçait de les lyncher et à rentrer sains et saufs à St Mary.

Quelques semaines plus tard, l’heure du grand départ pour Troie a sonné, plusieurs équipes sont du voyage, Max, responsable de la mission, monte à bord de sa capsule 8 mais là non plus tout ne va pas se passer comme prévu…

Vous vous souvenez sans doute que j’avais découvert l’an dernier Les Chroniques de St Mary, dont j’ai lu et beaucoup apprécié les deux premiers volumes Un monde après l’autre et d’Echo en échos.

J’attendais donc avec impatience de retrouver Max, le Chef Farrell, Guthtrie, Tim Peterson, Mrs Partridge et l’ensemble des protagonistes de cet institut pas comme les autres.

Et si j’ai trouvé ce troisième tome moins surprenant puisque je connaissais déjà l’univers, j’ai malgré tout pris beaucoup de plaisir à lire Une seconde chance que j’ai trouvé très réussi.

Car tout ce qui fait le sel de cette série est bel et bien là : une intrigue menée tambour battant, beaucoup d’humour, de l’action, des épisodes de l’histoire mondiale bien racontés, une bonne dramaturgie et des personnages attachants. Une fois de plus, les pages se tournent toutes seules et on ne s’ennuie pas une seconde en compagnie de Max et de ses collègues.

Jodi Taylor nous propose ici un roman d’aventures très rythmé, porté par une héroïne maladroite et particulièrement casse-cou qui sème inéluctablement le chaos autour d’elle et qui nous happe dès la première page.

Et ferrés, nous le sommes jusqu’au point final car l’auteure tisse très habilement sa toile et nous propose une intrigue haletante et des voyages dans le passé ou le futur qui donnent diablement envie d’intégrer l’institut St Mary !

Max, véritable poissarde de l’Histoire, essuie bien des revers mais c’est une héroïne très courageuse, pleine de ressources et qui finit toujours par rebondir. Quoiqu’il arrive, cette jeune femme est très attachante et on prend plaisir à la suivre au fil de ses aventures historiques.

Si le voyage dans le temps est bien la thématique principale du roman, les différents épisodes historiques sont bien traités, l’auteure s’appuie sur de solides recherches pour ses reconstitutions et ça se sent à la lecture.

J’aime beaucoup également les passages qui ont pour cadre l’institut St Mary en lui-même avec ses historiens, ses techniciens, ses informaticiens, son infirmerie et son équipe de sécurité.

Il y a beaucoup de ressorts dramatiques car comme je le disais plus haut les missions virent tout le temps à la catastrophe mais aussi pas mal d’humour et surtout énormément de rythme et de rebondissements, Jodi Taylor relance sans cesse notre intérêt et on se surprend à regretter d’arriver si promptement au point final.

J’aime vraiment ce mélange entre Histoire, fantastique et action. On peut reprocher toutefois à l’auteure son manichéisme avec d’un côté les gentils vraiment gentils et de l’autre les méchants vraiment méchants, c’est mon seul bémol mais ça ne gâche néanmoins pas ma lecture.

Vous l’aurez compris cette série me régale et si comme moi vous aimez lorsqu’il y a du rythme, de l’humour et du second degré, je ne peux que vous le conseiller car j’ai passé un très bon moment avec Max et les équipes de St Mary.

Si le cœur vous en dit, les Chroniques de St Mary ont un site dédié et des livres sont à gagner : http://www.chroniquesstmary.com, tentez votre chance !

Merci à l’agence Agnès Chalnot Communication et aux Editions HC pour cette lecture palpitante, j’ai adoré !

Read Full Post »

Les visites dans le passé reprennent à l’institut de recherche historique de St Mary.
Maxwell et ses excentriques confrères historiens partent pour de nouvelles aventures à travers le temps. Promue directrice du département d’Histoire, Maxwell va contrer, à l’aide de son équipe, les plans de leurs ennemis qu’ils croyaient neutralisés. C’est l’Histoire tout entière qui est menacée par ces fantômes du passé.
Au bord du burn out, l’historienne utilise ses dernières forces pour maintenir l’équilibre dans l’Histoire et dans sa vie privée. Non sans rudesse, elle doit faire face à l’attaque de Jack l’Éventreur, à un St Mary du futur quelque peu différent, un séjour improvisé à Ninive, ou encore à la mort étrange d’Élizabeth Ière d’Angleterre.

A l’institut St Mary de recherche historique, les historiens n’étudient pas seulement le passé, ils le visitent. Le docteur Maxwell et ses excentriques confrères historiens partent pour de nouvelles aventures à travers le temps.

Promue directrice du département d’Histoire, Max va contrer, à l’aide de son équipe, les plans de leurs ennemis qu’ils croyaient neutralisés. C’est l’Histoire toute entière qui est menacée par ces fantômes du passé.

Au bord du burn out, l’historienne utilise ses dernières forces pour maintenir l’équilibre dans l’Histoire et dans sa vie privée. Non sans rudesse, elle doit faire face à un premier péril et non des moindres : Jack l’Eventreur…

Vous vous souvenez sans doute que j’avais découvert il y a déjà plusieurs mois de cela le premier tome des Chroniques de St Mary, Un monde après l’autre, que j’avais beaucoup aimé.

J’attendais donc avec impatience de retrouver Max, le Chef Farrell, Guthtrie, Tim, Mrs Partridge et l’ensemble des protagonistes de cet institut pas comme les autres. Et si j’ai trouvé ce second tome moins surprenant puisque je connaissais déjà l’univers, j’ai tout autant aimé D’écho en échos que j’ai trouvé très réussi.

Car tout ce qui faisait le sel du premier tome est bel et bien là : une intrigue à cent à l’heure, beaucoup d’humour, d’action, une bonne dramaturgie et des personnages attachants. Une fois de plus, les pages se tournent toutes seules et on ne s’ennuie pas une seconde en compagnie de Max et de ses collègues.

Jodi Taylor nous propose ici un roman d’aventures très rythmé, porté par une héroïne maladroite qui sème inéluctablement le chaos autour d’elle. D’emblée, elle ferre lecteurs et lectrices avec une scène inaugurale forte en adrénaline puisque Max et Kal se retrouvent nez à nez avec le tueur en série le plus célèbre de l’Histoire : Jack l’éventreur.

Et ferrés, nous le sommes jusqu’au point final car l’auteure tisse très habilement sa toile et nous propose une intrigue haletante et des voyages dans le passé ou le futur qui donnent diablement envie d’intégrer l’institut St Mary !

Max, véritable poissarde de l’Histoire, essuie bien des coups durs mais c’est une héroïne avec des failles, très courageuse, pleine de ressources et qui finit toujours par rebondir, quoiqu’il arrive, elle est très attachante et l’ensemble des personnages est à l’avenant.

Si le voyage dans le temps est bien la thématique principale du roman, l’histoire a le plus souvent pour cadre l’institut St Mary avec ses historiens, ses techniciens, ses informaticiens, son infirmerie et son équipe de sécurité.

Il y a beaucoup de ressorts dramatiques car comme je le disais plus haut les missions virent tout le temps à la catastrophe mais aussi pas mal d’humour et surtout énormément de rythme et de rebondissements, Jodi Taylor relance sans cesse notre intérêt et on se surprend à regretter d’arriver si promptement au point final.

J’ai vraiment aimé le mélange Histoire, fantastique et action. On peut reprocher toutefois à l’auteure son manichéisme avec d’un côté les gentils vraiment gentils et de l’autre les méchants vraiment méchants, c’est mon seul bémol.

Vous l’aurez compris ce roman qui mêle Histoire et science-fiction est vraiment passionnant, il y a du rythme, de l’humour et du second degré, je ne peux que vous le conseiller dès 15 ans car j’ai passé un très bon moment avec Max et les équipes de St Mary.

Si le cœur vous en dit, les Chroniques de St Mary ont un site dédié et des livres sont à gagner : http://www.chroniquesstmary.com, tentez votre chance !

Merci à l’agence Agnès Chalnot Communication et aux Editions HC pour cette lecture palpitante, j’ai adoré !

Read Full Post »

Derrière l’innocente façade de St Mary, le secret du voyage dans le temps a été découvert et reste bien gardé. Les chercheurs en Histoire ont ainsi une méthode de travail tout à fait particulière : ils  » étudient ‘en temps réel’ les événements majeurs de l’Histoire « . En se faisant passer pour d’inoffensifs excentriques, ils tentent de répondre à certaines questions qui n’ont jamais été résolues, sans jamais toucher au cours de l’Histoire… au risque d’en mourir.
Madeleine Maxwell, une jeune et brillante historienne est contactée par son ancien professeur afin de rejoindre l’équipe de l’Institut St Mary. Au cours de son étrange entretien d’embauche, Maxwell comprend vite les possibilités qui s’offrent à elle…
De la disparition de Pompéi aux tranchées de la Première Guerre mondiale, du grand incendie de Londres à la destruction de la bibliothèque d’Alexandrie, la jeune historienne va revivre d’extraordinaires événements. Alors qu’au sein de l’institut naissent des enjeux de pouvoir…

À l’institut St Mary de recherche historique, les historiens n’étudient pas seulement le passé, ils le visitent. C’est ce que découvre Madeleine Maxwell, qui vient de terminer de brillantes études en histoire lorsqu’elle est approchée par son ancienne professeure principale, Mrs de Winter.

Elle débarque alors à St Mary pour rencontrer le Dr Edward Bairstow qui dirige l’institut et toute son équipe. St Mary a mis au point des capsules qui permettent à ses historiens de voyager dans le temps sans toutefois interférer dans le cours des évènements.

Le but du jeu : donner leur point de vue sur des grands évènements historiques d’une manière des plus originales, en y prenant part !

C’est ainsi que pour ses premières missions, Madeleine se retrouve propulsée au Moyen-Age ou dans un hôpital de campagne à quelques kilomètres des tranchées en 1917. Des voyages d’entraînement afin de la préparer à un voyage dans le temps jamais tenté : se retrouver en plein milieu du Crétacé afin d’étudier certaines espèces de dinosaures…

Vous le savez certainement si vous me suivez depuis un moment, je ne lis jamais de SF ou de fantastique bien que parfois il m’arrive de découvrir des dystopies ou de la fantaisy. Mais la thématique du voyage dans le temps m’intéresse beaucoup j’ai donc plongé avec grand plaisir dans le premier tome des Chroniques de St Mary et comme j’ai bien fait car j’ai adoré Un monde après l’autre.

Un monde après l’autre est le premier opus d’une série qui en compte d’ores et déjà neuf et si tous sont du même calibre que celui-ci, cela promet de belles heures de lecture en perspective. Jodi Taylor nous propose ici un roman d’aventures très rythmé, porté par une héroïne maladroite qui sème inéluctablement le chaos autour d’elle.

Madeleine se révèle être une véritable poissarde et toutes les missions virent à la catastrophe, entrainant inéluctablement son lot de blessés et de morts mais elle-même n’est jamais épargné et se retrouve à l’infirmerie à tous les coups. Elle est aussi intelligente, drôle, agaçante qu’attachante et j’ai eu beaucoup de plaisir à la suivre tout au long du récit.

Si le voyage dans le temps est bien la thématique principale du roman, l’histoire a le plus souvent pour cadre l’institut St Mary avec ses historiens, ses techniciens, ses informaticiens, son infirmerie et son équipe de sécurité. De la formation de Max jusqu’aux missions, on découvre tout avec émerveillement : les personnages, les équipes, les relations entre eux, les recherches farfelues, les bâtiments qui explosent… et c’est tout aussi passionnant que les voyages en eux-mêmes.

Il y a beaucoup de ressorts dramatiques car comme je le disais plus haut les missions virent tout le temps à la catastrophe mais aussi pas mal d’humour et surtout énormément de rythme et de rebondissements, Jodi Taylor relance sans cesse notre intérêt et on se surprend à regretter que ce premier tome ne fasse que 350 pages !

J’ai vraiment aimé le mélange Histoire, fantastique et action. On peut reprocher toutefois à l’auteure son manichéisme avec d’un côté les gentils vraiment gentils et de l’autre les méchants vraiment méchants, c’est mon seul bémol.

Vous l’aurez compris ce roman qui mêle Histoire et science-fiction m’a vraiment régalé, il y a du rythme, de l’humour et du second degré, je ne peux que vous le conseiller dès 15 ans car j’ai passé un très bon moment avec Max et les équipes de St Mary.

Merci à l’agence Agnès Chalnot Communication et aux Editions HC pour cette lecture palpitante, j’ai adoré !

Read Full Post »