Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Les enquêtes de Lady Hardcastle’

T.E. Kinsey a été journaliste en Angleterre pendant plusieurs années. Il a ensuite décidé de vivre pour ses passions et s’est lancé dans la plongée sous-marine, la guitare et la mandoline ! Désormais, il écrit à plein temps, notamment Les enquêtes de Lady Hardcastle qui connaissent un immense succès international.

En cette fin d’été, Lady Hardcastle et Florence, sa dame de compagnie, sont invitées dans une grande propriété pour assister à une semaine de courses automobiles et de fêtes. Pour les deux amies, dont les exploits ont fait le tour de la bonne société, ces vacances à la campagne s’annoncent tout à fait charmantes et reposantes.

Jusqu’au moment où l’un des pilotes, pourtant expérimenté, meurt dans un horrible froissement de tôle lors de la première course. Simple accident ? C’est la conclusion de la police locale qui n’a aucune envie de se décarcasser à chercher la petite bête.

Mais quand Lady Hardcastle découvre que les freins ont été sabotés, elle prend les choses en main et, en voiture Simone, c’est parti pour une nouvelle enquête. Entre les domestiques du domaine et les invités aux secrets inavouables, il y a une belle brochette de suspects qui auraient pu franchir la ligne jaune… Pour débusquer le tueur, il va falloir mettre la gomme !

La mort au tournant est le troisième tome des enquêtes de Lady Hardcastle et de sa dame de compagnie Florence Armstrong. Deux enquêtrices de choc que j’avais découvert dans Petits meurtres en campagne et que j’ai été ravie de retrouver ici.

Ce duo qui manie l’humour anglais et l’ironie comme personne est assez détonant dans cette Angleterre du début du XXè siècle. Très modernes, les héroïnes utilisent leurs petites cellules grises pour l’aînée, ses poings et sa maîtrise des arts martiaux pour la cadette et vont devoir mobiliser une bonne dose d’astuces et de crochets du droit si elles veulent pouvoir savourer le brandy de la victoire !

Les deux protagonistes sont très attachantes et il me tarde de poursuivre leurs aventures, heureusement pour moi six tomes sont parus à ce jour, de quoi me promettre de chouettes heures de lectures, si ils sont tous de cet acabit.

Ce troisième tome contient tout ce que j’attends du cosy mystery : un roman policier douillet avec une intrigue à la campagne, au sein d’une communauté réduite, où les ragots vont bon train et mettent en scène des enquêteurs attachants. Une histoire à déguster avec une tasse de thé et quelques scones, of course my dear. 

L’intrigue policière est bien construite avec des meurtres, une course automobile, des fausses pistes et des suspects à foison, bien malin qui saura démêler l’écheveau ! Le récit se déroule au sein d’un manoir avec maîtres à l’étage et valets au sous-sol, une ambiance à la Downtown Abbey que j’aime retrouver dans mes lectures et qui est bien retranscrite ici.

Pour une fois, j’ai trouvé l’auteur des faits et son mobile mais dans les dernières pages du livre seulement. Une fois de plus, T.E Kinsey sait très bien mener son enquête et son suspens jusqu’au bout et ça c’est un très bon point !

Cerise sur le gâteau : le décor historique est bien planté avec des clins d’oeil aux automobiles et à la mode de ce début du XXè siècle.

Vous l’aurez compris : un bon cosy mystery avec du rythme, une plume fluide et agréable, de l’humour, des personnages attachants et une intrigue policière qui tient la route, moi je dis bonne pioche !

Ce n’est pas Belette qui va me contredire, elle a bien apprécié ce troisième volume aussi, son avis ici.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Mois anglais 2022

T.E. Kinsey a été journaliste en Angleterre pendant plusieurs années. Il a ensuite décidé de vivre pour ses passions et s’est lancé dans la plongée sous-marine, la guitare et la mandoline ! Désormais, il écrit à plein temps, notamment Les enquêtes de Lady Hardcastle qui connaissent un immense succès international.

En ce printemps 1909, Lady Hardcastle, aristocrate excentrique et détective amateur, profite d’un repos bien mérité dans le coin de campagne anglaise où elle s’est installée. Un calme qui est de courte durée… Spencer Caradine, un fermier local, s’effondre raide mort à la taverne, la tête dans sa tourte.

Meurtre ou accident ? Inutile de compter sur les policiers locaux pas très futés pour lever le voile sur ce mystère. Lady Hardcastle et à sa dame de compagnie, Florence, doivent prendre les choses en main et mener l’enquête. Mais la liste des suspects s’avère longue comme un jour sans pain…

Entre la femme de Caradine amoureuse d’un autre, son fils qui le haïssait et les villageois dont il prenait un malin plaisir à pourrir la vie, la victime n’avait que des ennemis.

Meurtres dans un village anglais est le second tome des enquêtes de Lady Hardcastle et de sa dame de compagnie Florence Armstrong. Deux enquêtrices de choc que j’avais découvert dans Petits meurtres en campagne et que j’ai été ravie de retrouver ici.

Ce duo qui manie l’humour anglais et l’ironie comme personne est assez détonant dans cette Angleterre du début du XXè siècle. Très modernes, les héroïnes utilisent leurs petites cellules grises pour l’aînée, ses poings et sa maîtrise des arts martiaux pour la cadette et vont devoir mobiliser une bonne dose d’astuces et de crochets du droit si elles veulent pouvoir savourer le brandy de la victoire !

Les deux protagonistes sont très attachantes et il me tarde de poursuivre leurs aventures, heureusement pour moi cinq tomes sont parus à ce jour, de quoi me promettre de chouettes heures de lectures, si ils sont tous de cet acabit.

Ce second tome contient tout ce que j’attends du cosy mystery : un roman policier douillet avec une intrigue à la campagne, au sein d’une communauté réduite, d’un village où les ragots vont bon train et mettent en scène des enquêteurs attachants. Une histoire à déguster avec une tasse de thé et quelques scones, of course my dear. 

L’intrigue policière est bien construite avec des meurtres, des séances de spiritisme et des cambriolages, des fausses pistes et des suspects à foison, bien malin qui saura démêler l’écheveau ! Plusieurs enquêtes sont menées en parallèles de l’intrigue principale et ça se lit très bien de la première à la dernière page.

Pas moi en tout cas, je me suis bien fait bernée : je n’ai rien vu venir, bravo T.E. Kinsey ! Le décor historique est bien planté avec des clins d’oeil aux automobiles et à la mode de ce début du XXè siècle.

Vous l’aurez compris : un bon cosy mystery avec du rythme, une plume fluide et agréable, de l’humour, des personnages attachants et une intrigue policière qui tient la route, moi je dis bonne pioche !

Ce n’est pas Belette qui va me contredire, elle a bien apprécié ce second volume aussi, son avis ici.

Read Full Post »

T.E. Kinsey a été journaliste en Angleterre pendant plusieurs années. Il a ensuite décidé de vivre pour ses passions et s’est lancé dans la plongée sous-marine, la guitare et la mandoline ! Désormais, il écrit à plein temps, notamment Les enquêtes de Lady Hardcastle qui connaissent un immense succès international.

Veuve excentrique au passé secret, Lady Hardcastle quitte Londres pour s’installer à la campagne. Accompagnée de Florence, sa femme de chambre qui pratique avec assiduité les arts martiaux, elle compte y trouver le repos, loin de la vie trépidante menée dans les colonies de l’empire britannique.

Mais la campagne peut vite se révéler pleine de surprises, notamment lorsque les deux compères découvrent un cadavre pendu à un arbre. Suicide  ? Lady Hardcastle, curieuse de nature, n’y croit pas et elle décide de prendre les choses en main. D’autant que les policiers locaux n’ont pas l’air très futés.

Lady Hardcastle et Florence plongent dans les nombreuses rivalités et les intrigues de leur village d’adoption. Et tout se complique lorsqu’un autre meurtre est commis… Pour les deux détectives amateurs, le tea time attendra, car une chose est certaine  : la vie à la campagne n’a rien d’un long fleuve tranquille  !

Vous connaissez mon intérêt pour le cosy mystery, le féminisme et la Belle-Epoque et une série qui réunit tout ça ne pouvait qu’atterrir dans ma PAL un jour ou l’autre. C’est ainsi que j’ai jeté mon dévolu sur Petits meurtres en campagne, premier tome des Enquêtes de lady Hardcastle signé T.E. Kinsey.

Et comme j’ai bien fait ! J’ai passé un très bon moment avec lady Hardcastle et Florence, sa dame de compagnie qu’elle traite d’égal à égal. Un duo détonnant en 1908 que ces deux femmes complices qui rivalisent d’humour et de piquant.

Les deux protagonistes sont très attachantes et il me tarde de poursuivre leurs aventures, heureusement pour moi quatre tomes sont parus à ce jour, le cinquième est prévu pour avril, de quoi me promettre de chouettes heures de lectures, si ils sont tous de cet acabit.

Ce premier tome contient tout ce que j’attends du genre : un roman policier douillet avec une intrigue à la campagne, au sein d’une communauté réduite, d’un village où les ragots vont bon train et mettent en scène des enquêteurs attachants. Une histoire à déguster avec une tasse de thé et quelques scones, of course my dear. 

L’intrigue policière est bien construite avec des meurtres et des cambriolages, des fausses pistes et des suspects à foison, bien malin qui saura démêler l’écheveau !

Pas moi en tout cas, je me suis bien fait bernée : je n’ai rien vu venir, bravo T.E. Kinsey ! Le décor historique est bien planté avec des clins d’oeil aux suffragettes, au ragtime, aux voitures et à la mode de ce début du XXè siècle.

Vous l’aurez compris : un bon cosy mystery avec du rythme, une plume fluide et agréable, de l’humour, des personnages attachants et une intrigue policière qui tient la route, moi je dis bonne pioche !

Ce n’est pas Belette qui va me contredire, elle a bien apprécié ce premier volume aussi, son avis ici.

Read Full Post »