Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘les larmes de la liberté Kathleen grissom’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

En 1830, la vie idéale de James Pyke est sur le point de basculer. Lui, le fils d’un planteur et d’une esclave qui a dû fuir sa Virginie natale, a réussi à se hisser dans la haute société de Philadelphie en cachant ses origines, et vit une passion avec une ravissante aristocrate. Jusqu’à ce que Henry, l’homme qui lui avait sauvé la vie vingt ans plus tôt, ne vienne frapper à sa porte pour lui demander de l’aide à son tour. Son fils Pan, serviteur et protégé de James depuis des années, a disparu, enlevé pour être vendu comme esclave. Incapable d’abandonner le garçon à un pareil sort, James décide de partir à sa recherche. 
Dans cette Amérique sudiste qui n’oublie ni ne pardonne, parviendra-t-il à sauver Pan au péril de sa vie ? Retrouvera-t-il Caroline, son grand amour et la mère de son enfant ?

Mars 1830. James Pyke, fils de Belle et de Marshall, est un homme adulte qui a prospéré suite à son adoption par Mr et Mrs Burton qui ignoraient tout de ses origines. James, qui n’accepte pas que du sang nègre coule dans ses veines, vit comme un blanc depuis sa fuite de la plantation mais traite bien ses domestiques noirs.

Henry, l’ancien esclave qui l’a aidé à survivre lors de son arrivée à Philadelphie, vient lui demander de l’aider à retrouver son fils Pan. Le jeune garçon âgé de 12 ans était au service de James qui s’était pris d’affection pour lui. Mais alors que le garçon était parti acheter un oiseau sur le port, il a été capturé par des marchands d’esclaves.

Caroline, la femme dont James est amoureux et qui porte son enfant, est sur le point d’accoucher. Alors qu’il se ronge d’angoisse à l’idée qu’elle donne naissance à un enfant noir, le secret de ses origines est découvert et James doit fuir car il reste recherché par Rankin qui s’est juré de mettre la main sur l’assassin de Marshall…

Souvenez-vous j’avais eu un joli coup de coeur il y a six mois de cela pour La colline aux esclaves et j’avais très envie d’en retrouver les héros et découvrir ce qu’il avait pu leur advenir.

Dans Les larmes de la liberté, on suit essentiellement James, fruit du viol de la mulâtre Bella par Marshall, élevé comme un blanc par sa grand-mère jusqu’à l’âge de douze ans, jusqu’au moment où Marshall a voulu le vendre, lui révélant ainsi ses origines.

Depuis sa fuite, il vit dans la crainte que son secret s’évente et continue d’avoir honte du sang qui coule dans ses veines, au point de refuser tout mariage. Il va tout de même s’attacher au jeune Pan et partir à sa recherche, retrouvant ainsi Soukee, l’une des esclaves de son père.

J’ai trouvé cette suite à la hauteur du premier roman de Kathleen Grissom même si ici je n’ai pas eu de coup de cœur, j’ai adoré retrouver les personnages et découvrir ce qu’il advenait de certains d’entre eux même si je suis frustrée de ne pas avoir retrouvé Bella et Livia, qui étaient mes deux personnages préférés.

L’histoire proposée par l’auteure est prenante et monte en puissance au fil du récit au point que l’on se ronge les sangs pour nos deux héros, tremblant que le premier ne soit rattrapé par Rankin et que le second reste à tout jamais un esclave ! Quant à Soukee, mon cœur s’est serré lorsque j’ai compris ce qu’elle avait traversé au cours des vingt années qui sépare le second opus du premier.

On retrouve avec effroi l’existence de ces hommes, femmes et enfants, qui subissaient le joug de l’esclavage (humiliations , mutilations , viols , séparation des mères et de leurs enfants, des maris de leurs femmes…), l’horreur de leur quotidien mais ce qui est intéressant ici, c’est que Kathleen Grissom nous dévoile les débuts des réseaux de libération des esclaves, le fameux underground railroad mis en place par les quakers, qui pouvaient payer leurs bonnes actions de leur vie si ils étaient découverts par les patrouilleurs employés par les propriétaires des plantations à la recherche de leurs esclaves en fuite.

J’ai aussi apprécié de suivre l’évolution de James qui va finir par accepter ses origines et risquer sa vie pour arracher à l’esclavage Pan et Soukee.

Si j’ai été moins émue par Les larmes de la liberté que par La colline aux esclaves, j’ai néanmoins adoré ma lecture et je vous recommande vivement ces deux romans qui sont par leur thématique à la fois passionnants et révoltants.

Ma copinaute Belette a adoré elle aussi, son avis ici !

Read Full Post »