Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘l’exercice de la médecine laurent seksik’

Léna Kotev, cancérologue à Paris, est issue d’une longue lignée de médecins : Pavel Alexandrovitch exerçait dans la Russie tsariste, Mendel était professeur dans le Berlin des années 1920, Natalia avait été victime de l’affaire du complot des blouses blanches sous Staline. Elle rêve de se soustraire à cette légende familiale mais il n’est pas facile d’échapper à son destin.

heart_1auteur-editeur-pagesl-exercice-de-la-medecine-laurent-seksik

Léna Kotev est cancérologue à Paris de nos jours, elle est la dernière d’une longue lignée de médecins de confession juive qui a démarré avec Pavel à la fin du XIXè siècle. L’homme vit avec sa famille dans un shtetl et subit la politique antisémite du dernier tsar de toutes les Russies Nicolas II.

Dans ce climat trouble, il préfère envoyer son fils aîné Mendel à Berlin, l’eldorado juif du début du 20è siècle, là il pourra entreprendre des études de médecine et vivre en homme libre.

Son fils Mendel se fera rattraper par l’antisémitisme puisqu’il sera pris dans la tourmente de l’Allemagne nazie. Quant à son petit-fils Tobias, il subira l’ire des chemises brunes.

Je me réjouissais de connaître enfin la plume de Laurent Seksik dans ce qui promettait d’être une grande fresque. L’exercice de la médecine nous donne à lire la traversée du XXème siècle par une famille juive où la médecine est une vocation d’une génération à l’autre.

De l’arrière grand-père qui vit dans shetl à la merci des pogroms, à Léna, notre contemporaine qui semble subir plutôt que vivre sa vie, en passant par le Berlin nazi et la France occupée, il y avait de quoi construire une saga puissante et diablement intéressante.

Il n’en est hélas rien. Les personnages sont esquissés et manquent de profondeur et surtout que d’ennui, notamment les passages concernant Léna que j’ai carrément passés au bout d’une centaine de pages tant ils n’apportent rien à l’histoire.

Finalement, les seuls passages intéressants à mes yeux concernent l’aïeul Pavel en Russie, le reste m’a ennuyé, tant et tant, que j’ai fini par abandonner ma lecture une centaine de pages avant la fin !

Read Full Post »