Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘l’île mystérieuse’

Une île déserte, en plein océan Pacifique. Cinq naufragés américains organisent leur survie, accompagnés de leur chien Top. Bientôt, phénomènes inexplicables et coïncidences troublantes se multiplient, comme si quelqu’un ou quelque chose tentait de les aider. à distance. Quel est donc le secret de l’île ?

Au cours de la guerre de Sécession, cinq Nordistes : l’ingénieur Cyrus Smith et son chien Top, le reporter Gédéon Spilett, le Noir Nab, le marin Pencroff et le jeune Harbert, prisonniers des troupes sudistes, s’enfuient enfuis en ballon pour échapper au siège de Richmond.

Pris dans la tempête, ils échouent sur une île déserte, en plein océan Pacifique. Après avoir mené une exploration de l’île, ils s’y installent en colons et commencent à la civiliser.

Ingénieux, persévérants, les cinq compagnons, pourtant privés de tout, ne tardent pas à s’organiser, à vivre presque normalement. D’ailleurs, l’île, qu’ils baptisent du nom de Lincoln, offre des ressources admirables et tout à fait inattendues.

Mais une série de faits inexplicables, des coïncidences troublantes les obligent à croire à la présence d’une puissance mystérieuse qui les épie sans cesse et conduit leur destinée, leur imposant sa volonté par des voies détournées, intervenant pour les sauver aux moments critiques…

Après avoir beaucoup aimé Le tour du monde en 80 jours, et un peu moins apprécié Michel Strogoff, je me réjouissais pourtant de découvrir L’île mystérieuse et force est de constater que je suis totalement passée à côté de ce roman.

L’Île mystérieuse est l’un des romans les plus connus du très prolifique Jules Verne, il rencontre d’ailleurs un grand succès lors de sa parution en 1875. Il constitue une suite à Vingt mille lieues sous les mers ainsi qu’à Les Enfants du capitaine Grant, auxquels il est rattaché par des éléments narratifs. N’ayant lu ni l’un ni l’autre, je me demande si ce n’est pas pour cette raison que L’île mystérieuse m’ait totalement tombé des mains ?

Même si je ne suis pas spécialement férue de roman d’aventures, je pensais que cette robinsonnade me plairait mais c’était sans compter l’aspect assez moralisateur du roman, des scènes de chasse en veux-tu en voilà à croire que l’île est giboyeuse à souhait mais totalement dépourvue de fruits et de légumes, des personnages qui savent tout faire, un ancien esclave tellement attaché à son ancien maître qu’il préfère mourir plutôt que lui survivre et j’en passe et des meilleurs, bref tout m’a franchement déplu.

Est-ce aussi parce que ce titre n’est porté que par des hommes qui se révèlent particulièrement ingénieux, qui se sortent de toutes les situations comme par magie ?

Dans ce roman, on retrouve tout l’intérêt que porte Jules Verne à la science et aux techniques de son époque, des centres d’intérêt qui sont également ceux de deux de ses héros : Cyrus Smith et le jeune Harbert. Ce qui aurait pu être pour moi un point positif m’a également passablement énervée !

Cyrus sait à merveille : allumer un feu sans allumette, ni silex, mesurer des hauteurs, déterminer des longitudes et des latitudes, construire un four à poterie, élaborer de la nitroglycérine et du pyroxyle, s’initier à la métallurgie en raffinant et travaillant du minerai de fer, fabriquer des bougies, construire un ascenseur hydraulique, alimenter en électricité un télégraphe par une pile rudimentaire, fabriquer des vitres, etc.

Quant au jeune Harbert, ses connaissances en botanique et sciences naturelles sont presque encyclopédiques pour un si jeune âge et permettent à la petite colonie de survivre, ce qui semble tout de même très peu crédible vous l’avouerez, comme sont tout à fait horripilantes les interventions toujours opportunes du mystérieux protecteur de l’île qui sauve la mise à notre quintet dans toutes circonstances.

Vous l’aurez compris, un roman qui m’a ennuyé et fait levé les yeux au ciel en permanence, que j’ai fini par lire en diagonale, je ne peux donc pas vous cacher qu’il ne m’a pas plu du tout.

Mais ce n’est pas parce que moi je n’y ai pas trouvé mon compte que ce récit est mauvais loin de là, je pense tout simplement que ce roman n’est pas fait pour moi.

Un roman que je mettrais peut-être dans les mains des garçons qui goûtent davantage les romans d’aventures.

Belette n’a pas plus apprécié que moi cette robinsonnade, je vous laisse voir son avis ici.

Read Full Post »