Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘l’incendiaire de Highgatee anne perry’

Septembre 1888. Suite aux crimes commis par Jack l’éventreur, la police de Londres reçoit des renforts de tous les quartiers de la ville. Mais lorsqu’un incendie criminel ravage une maison du quartier tranquille d’Highgate, l’inspecteur Thomas Pitt vient épauler le commissariat local. La maîtresse de maison, Clemency Shaw, est morte carbonisée, pendant que son époux médecin était en train d’accoucher une de ses patientes. Pitt interroge le voisinage et seule une domestique croit avoir vu un fantôme dans le jardin. Le mystère est à son comble lorsque l’un des amis du docteur meurt à son tour dans un nouvel incendie. Dès lors, une question conditionne toutes les autres. Qui est réellement visé par le pyromane et dans quel but ?

l-incendiaire-de-highgate-anne-perryauteur-éditeur-pagesLa team Pitt est de retour avec le 11è tome de la série et une nouvelle enquête de Thomas et Charlotte Pitt, notre couple victorien préféré, comme chaque début de mois ! Après le palpitant Meurtres à Cardington Crescent lu en octobre, l’excellent Silence à Hanover Close, en novembre et le décevant L’égorgeur de Westminster bridge, place à L’incendiaire de Highgate, un bon cru même si le dénouement n’est cette fois-ci pas surprenant du tout, à moins que je ne devienne trop bonne détective, au choix !

Mais commençons par le début, le paisible et cossu quartier de Highgate a été le théâtre d’un terrible incendie qui a coûté la vie à Clemency Shaw, l’épouse d’un médecin reconnu. La maison est pratiquement réduite en cendres et l’enquête détermine rapidement qu’il s’agit d’un incendie volontaire. Est-ce l’œuvre d’un pyromane ? Si l’inspecteur Thomas Pitt pense que c’est le docteur Shaw, miraculeusement absent qui était visé, sa femme Charlotte, est persuadée que la défunte était visée en raison de ses activités humanitaires. Clemency Shaw s’était en effet depuis peu lancée dans un vaste projet : obliger les propriétaires de taudis à se déclarer. Un second incendie va toutefois relancer l’enquête et plonger Pitt dans la plus grande perplexité.

Comme toujours, ce 11è tome est l’occasion de retrouver Thomas, Charlotte, sa soeur Emily que l’on retrouve de retour de sa lune de miel, son mari Jack Radley qui se découvre un destin politique. Lady Vespasia Cumming-Gould est également présente tout comme la petite bonne des Pitt, Gracie, qui aide sa maitresse à enquêter et se révèle à cette occasion, une aide précieuse.

L’incendiaire de Highgate donne l’occasion à Anne Perry d’aborder la question des taudis où s’entassaient plusieurs familles pauvres et qui vivaient dans des conditions insalubres et souvent inhumaines. Ces taudis, loués en toute discrétion, permettaient aux plus riches de s’enrichir encore davantage, sans que l’opprobre soit jeté sur eux. Ce volume nous offre une nouvelle plongée dans les tristes réalités du Londres de l’époque Victorienne, entre taudis et maisons luxueuses des grands bourgeois et des nobles. Dur aussi pour la bonne société Londonienne d’admettre que certaines familles, particulièrement respectées et honorables, à l’image de celle de l’évêque Worlingham, ont en fait bâti leurs fortunes sur la misère des pauvres.

Si le contexte social est toujours intéressant dans ce onzième opus, j’ai trouvé cette fois-ci que le coupable était bien trop facile à deviner, c’est mon seul bémol. Je retrouverai en tout cas avec grand plaisir les Pitt dans le tome 12, surtout en compagnie de mes copinautes !

heart_4

Lu dans le cadre d’une lecture commune avec Fanny, Claire, Sybille, Soie et Céline, et des challenges Anne Perry, Challenge Victorien 2013 et British mysteries  :

anneperry2-copie-1    challenge-victorien-2013    2168108069.2

Et du Plan Orsec 2014 pour PAL en danger :

pal-orsec-20141

Read Full Post »