Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘L'inconnue de la Seine’

De roman en roman, Guillaume Musso a noué un lien unique avec les lecteurs. En 2001, il publie son premier roman, Skidamarink, mais c’est le suivant, Et Après… qui consacre sa rencontre avec le public. Cette histoire d’amour et de suspense soulignée de surnaturel lui vaut un succès fulgurant qui ne se démentira plus. Traduits en quarante-cinq langues, plusieurs fois adaptés au cinéma, tous ses livres connaissent un immense succès en France et dans le monde. Pour les lecteurs, chaque nouveau roman de Guillaume Musso est désormais un événement et un rendez-vous.

Par une nuit brumeuse de décembre, une jeune femme est repêchée dans la Seine au niveau du Pont-Neuf. Nue, amnésique, mais vivante.

Très agitée, elle est conduite à l’infirmerie de la préfecture de police de Paris… d’où elle s’échappe au bout de quelques heures.

Les analyses ADN et les photos révèlent son identité : il s’agit de la célèbre pianiste Milena Bergman. Mais c’est impossible, car Milena est morte dans un crash d’avion, il y a plus d’un an.

Raphaël, son ancien fiancé, et Roxane, une flic fragilisée par sa récente mise au placard, se prennent de passion pour cette enquête, bien décidés à éclaircir ce mystère : comment peut-on être à la fois morte et vivante ?

L’inconnue de la Seine est ma première incursion dans la bibliographie de Guillaume Musso et j’en ressors très déçue. Je suis pourtant entrée dans cette lecture sans apriori, alléchée par le titre, qui m’a aussitôt fait penser à une affaire célèbre de 1865.

L’Inconnue de la Seine est une jeune femme non identifiée dont le corps est repêché dans la Seine à Paris. Un employé de la morgue, saisi par la beauté de la jeune femme, fait un moulage en plâtre de son visage. Au cours des années suivantes, de nombreuses copies sont produites et celles-ci deviennent rapidement un ornement macabre à la mode dans le Paris bohème. Comme pour le sourire de La Joconde, de nombreuses spéculations sont formulées quant à ce que l’expression heureuse de son visage peut révéler de sa vie, sa mort et sa place dans la société.

Je pensais, à tort, que ce roman avait pour décor cette époque mais, passée la surprise, j’ai été embarquée par cette histoire menée tambour battant. Le roman, porté par plusieurs personnages, est constitué de chapitres courts et rythmés, impossible de s’ennuyer de la première à la dernière page. C’est efficace et calibré pour être un parfait page-turner, et de ce point de vue c’est réussi.

Le récit construit autour de la figure de Dionysos est lui aussi très intéressant et instructif, j’ai appris beaucoup de choses et cet aspect-là est vraiment chouette. Si mythologie grecque vous passionne, si vous voulez en savoir plus sur Dionysos et ses ménades, si vous ne connaissiez pas l’origine de l’expression « sortir de la cuisse de Jupiter », vous allez apprécier tout autant que moi.

Pourquoi suis-je si déçue alors ? Tout d’abord, les personnages ne sont pas attachants et surtout pas assez développés, pas de psychologie. Roxane, la flic, est mise au placard mais pour qui, pour quoi ? On ne sait pas. Raphaël est traumatisé par la mort de sa soeur dont il se sent responsable et vit constamment avec son fantôme, un aspect qui donne une touche de fantastique à l’histoire mais qui n’apporte finalement rien au déroulé de l’intrigue. Des personnages sont très présents durant la première moitié et plus du tout ensuite, etc.

L’intrigue va à toute vitesse et manque de développement, de liant. Enfin, le dénouement est totalement what the fuck et laisse en suspens une partie de l’intrigue. Guillaume Musso a-t-il achevé son roman ainsi pour mieux revenir avec une suite ? Je l’espère sinon c’est totalement raté.

Read Full Post »