Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘littérature anglaise’

Lu dans le cadre du Mois anglais

et du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Keith Stuart est spécialiste des jeux vidéo. Il écrit des chroniques dans la presse et est éditeur de jeux pour le Guardian depuis dix ans. En 2012, l’un de ses deux fils a été diagnostiqué autiste. Lorsque Keith a initié ses fils aux jeux vidéo, il s’est rendu compte que ces moments privilégiés leur permettaient de partager une expérience unique et de tisser des liens puissants au sein de la famille. Les Mondes de Sam (A Boy made of Blocks) est librement inspiré de son histoire.

A Bristol. Avant, Alex et Jody s’aimaient. Mais leur couple est mis à rude épreuve depuis la naissance de Sam huit ans auparavant. Leur fils, atteint d’autisme, n’est pas un enfant comme les autres.

A force de fuir ses responsabilités de père, Alex condamne Jody à porter un fardeau trop lourd : s’occuper de Sam à temps plein, gérer ses crises, ses colères et ses angoisses. La séparation devient alors inévitable et Alex se retrouve à squatter le canapé de son meilleur ami Dan.

Quelques jours plus tard, Alex se retrouve au chômage et se sent totalement démuni quand il doit assumer la garde de son fils avec qui il a été incapable jusque là de tisser le moindre lien.

Heureusement, Sam découvre un nouveau jeu vidéo sur sa console : Minecraft. Grâce à son imagination, le garçon donne naissance à un monde parallèle qu’il peut partager avec son père. Sur les ruines du passé, ils construisent ensemble les bases de leur avenir.

Inspiré de la relation de Keith Stuart avec son fils autiste, Les mondes de Sam, est un premier roman drôle, touchant et incroyablement juste, un véritable hymne à la différence.

Vous le savez si vous me lisez régulièrement, l’autisme est un sujet qui m’intéresse et me touche beaucoup, raison pour laquelle ce roman a rejoint ma PAL.

Et comme je connais très bien le jeu Minecraft auquel s’adonne mes garçons depuis des années, j’étais bien au fait du but de ce jeu, des modes (créatif, survie) je n’étais pas perdue avec le vocabulaire (redstone, miner, l’ender, le nether…) et les actions lors des temps de jeux qui occupent un certain nombre de pages.

Ce jeu est un formidable terrain de jeux pour les enfants et les adultes et il ne fait aucun doute que les autistes y trouvent particulièrement bien leur compte car ils peuvent construire un monde auquel ils n’ont pas à s’adapter, mais qui s’adapte à eux. Un monde qu’ils peuvent enfin partager avec les autres, qui leur permet de se socialiser à travers les phases de jeux et hors écran, trouvant enfin un sujet de discussion à partager avec les autres.

Tous ceux qui croient que le jeu permet d’échapper à la réalité comprendront qu’ils ont fait fausse route : l’approche ludique du réel que propose le jeu vidéo permet justement de se réconcilier avec la réalité. Et c’est là tout le propos du livre inspiré par la propre expérience de l’auteur avec son fils.

Par le biais du jeu vidéo, on voit l’évolution de Sam qui acquiert du vocabulaire, se met à la lecture de guides et de livres sur son jeu préféré et commence à s’ouvrir aux autres.

On assiste également au rapprochement entre un père et son fils. Alex, au début du roman, fuit l’autisme de son fils dont il a peur, il ne sait jamais comment réagir aux accès de colère de Sam et laisse sa femme gérer, préférant prendre la tangente au moindre problème.

Les personnages sont attachants et crédibles et l’histoire permet de sensibiliser à ce trouble, de mieux connaître les personnes autistes, prouver que ces enfants / adultes sont différents mais qu’il est possible de nouer des relations avec eux et montrer l’impact positif de ce jeu vidéo.

Un bon feel-good book que je vous recommande si cette thématique vous intéresse !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Mois anglais

Après avoir consacré une grande partie de sa jeunesse à élever ses trois enfants, Elizabeth Speller a décidé de reprendre ses études. Diplômée d’histoire antique à Cambridge, elle a ensuite enseigné cette matière dans de nombreuses universités, dont Cambridge, Bristol, Birmingham et Warwick. Auteur d’ouvrages de non-fiction historique et de poésie – pour lesquels elle a été primée plusieurs fois –, Le Retour du capitaine Emmett est son premier roman. Elizabeth Speller vit entre le Devon et l’île grecque de Paxos.

C’est une lettre qui, par un matin d’août 1921, va bousculer la vie de l’ancien officier Laurence Bartram. Un appel à l’aide de Mary, la sœur d’un de ses vieux amis.

La jeune femme veut comprendre ce qui a conduit son frère, le capitaine John Emmett, à mettre fin à ses jours quelques mois plus tôt. Interné depuis son retour du front, John semblait pourtant aller mieux. Et si Laurence pouvait lui apporter des réponses ?

Après tout, les deux hommes ont partagé les mêmes horreurs en France et ils étaient très amis alors qu’ils étaient étudiants.

Secondé par Charles, dandy féru de romans policiers, Laurence accepte de jouer les détectives.

Et les zones d’ombre ne manquent pas : qui sont ces trois inconnus inscrits sur le testament du défunt ? Qui est cette sublime rousse qui venait lui rendre visite ? Quel lien existait entre John et Hart, un jeune officier poète exécuté pour lâcheté ?

Et quelle est cette malédiction qui emporte un à un les anciens camarades d’Emmett dans la tombe ? A mesure que les pièces du puzzle s’assemblent, les secrets de John se dévoilent.

Mais Laurence n’est pas le seul à chercher des réponses…

Le retour du capitaine Emmett est le premier roman d’Elizabeth Speller, qui a pour cadre l’Angleterre au lendemain de la première guerre mondiale. Elle évoque le douloureux destin des hommes fusillés pour l’exemple mais aussi les rescapés de ce conflit mondial.

En mettant nos pas dans ceux de Laurence, on découvre les familles endeuillées qui ont perdu des fils, frères, fiancés ou maris, fauchés sur les champs de bataille français.

Et les survivants, ceux qui s’en sont sortis sans dommage physique ou mentaux comme notre narrateur et son ami Charles, et les moins chanceux qui ont perdu des membres ou victimes de stress post traumatiques.

Formidable roman à suspens absolument captivant, il a tout pour plaire aux lecteurs et lectrices féru(e)s de récits historiques : une plume fluide, une histoire très bien documentée, portée par des personnages complexes et attachants que sont Laurence, Charles, Mary, Eleanor et tous les autres protagonistes.

Elizabeth Speller nous livre ici un drame passionnant, bien documenté et structuré, tout en sensibilité et pudeur, qui revient sur les conséquences dramatiques de la première guerre mondiale.

L’Angleterre est alors à genoux et pleure ses 800 000 enfants étendus pour toujours dans les champs des Flandres et autres lieux du front. Pour certains, une vie d’invalidité commence pour d’autres le retour à la vie civile est impossible. Laurence est veuf, sa femme est morte en couches avec leur fils, et il erre seul dans son appartement, incapable d’avancer, de mener une vie normale.

Cette enquête va lui permettre de déterrer bien des secrets et de renouer avec la vie.

Même si ce livre est édité dans la collection « Grands détectives » de 10 18, il n’est pas réellement un roman policier mais davantage un roman à suspens, l’intrigue « policière » ne constitue en effet pas l’intérêt principal de ce roman.

Pour moi, c’est le contexte historique, les suites de la guerre 14-18, les traumatismes de l’après-guerre qui sont importants et décrits très finement.

L’autrice place sur le devant de la scène ceux que l’Histoire a minimisé : les déserteurs, les hommes brisés moralement, handicapés, qui ne peuvent trouver leur place dans la société de l’époque.

Un très bon roman que j’ai trouvé convaincant de la première à la dernière page, je vous le recommande vivement !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Mois anglais

Né à Londres en 1949, Graham Swift s’est imposé sur la scène littéraire britannique par son art du romanesque et de l’épure. Le pays des eaux (1983) a été accueilli comme une révélation et a reçu le prestigieux Guardian Fiction Prize. A tout jamais a obtenu en 1993 le prix du Meilleur Livre étranger et La dernière tournée le Booker Prize en 1996.

Angleterre, 30 mars 1924. Comme chaque année, les aristocrates donnent congé à leurs domestiques pour qu’ils aillent rendre visite à leur mère le temps d’un dimanche.

Jane Fairchild, la jeune femme de chambre des Niven, est orpheline et se trouve donc désœuvrée. Va-t-elle passer la journée à lire ? Va-t-elle parcourir la campagne à bicyclette en cette magnifique journée ?

Jusqu’à ce que Paul Sheringham, un jeune homme de bonne famille et son amant de longue date, lui propose de le retrouver dans sa demeure désertée. Tous deux goûtent pour la dernière fois à leurs rendez-vous secrets, car Paul doit épouser la riche héritière Emma Hobday.

Pour la première – et dernière – fois, Jane découvre la chambre de son amant ainsi que le reste de la maison. Elle la parcourt, nue, tandis que Paul part rejoindre sa fiancée.

Ce dimanche des mères 1924 changera à jamais le cours de sa vie.

Le dimanche des mères est un court roman qui nous raconte par le menu ce dimanche de mars 1924 à travers le personnage de Jane Fairchild.

Graham Swift y dépeint avec subtilité une aristocratie déclinante, porteuse des stigmates de la guerre, et l’émergence d’une classe nouvelle en quête de liberté.

roman très bien écrit qui nous plonge dans la campagne anglaise au lendemain du premier conflit mondial dans la gentry marquée par ces quatre années de guerre et qui a donné un lourd tribu à la nation.

Dans ce roman, toutes les familles ont perdu des fils, fiancé, mari, frère et voient peu à peu leur monde vaciller : les fils ont disparu, les voitures ont remplacé les chevaux, la domesticité s’est réduite…

Le récit est à la fois sensuel et déroutant, lumineux et sombre. L’histoire, concentrée sur une journée, est très lente, s’étire à l’envi, toute en introspection. Elle est intéressante par les sujets qu’elle aborde : le quotidien d’une domestique, ses droits, ses devoirs et ses interdits, les relations avec la famille qui l’emploie, les autres domestiques de la maison mais aussi des maisons environnantes.

Et de l’autre, les changements qui découlent de la première guerre mondiale avec ces familles touchées par le deuil, qui vont devoir vivre autrement, sur un pied moins grand, avec une domesticité plus réduite.

L’auteur fait aussi des allers/retours entre le passé, le présent et le futur puisque Jane nous raconte son enfance, son quotidien de domestique mais aussi ce qui sera la suite de sa vie, après ce dimanche des mères, soixante années plus tard, alors qu’elle est devenue une autrice reconnue.

;Par moment, le récit est intéressant et palpitant et à d’autres, proprement ennuyeux. Je suis donc un peu mitigée en refermant ce roman, assez séduite par la plume de Graham Swift et les thèmes qu’il aborde mais un peu déçue par cette histoire qui se lit très bien mais qui ne m’a pas emportée.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Mois anglais

À la suite d’une carrière dans le marketing éditorial en Angleterre et en Australie, Hannah Richell s’est lancée dans l’écriture avec son premier roman, au succès international, Un fragile espoir (2014 ; Pocket, 2015). Après La Maison du lac (2015 ; Pocket, 2016), Les Secrets de Cloudesley est son troisième roman à paraître chez Belfond. Hannah Richell vit dans le sud-ouest de l’Angleterre, avec ses enfants.

1955. On dit qu’au manoir de Cloudesley l’ennui n’existe pas. Pourtant, ce lieu de faste et de beauté, Lillian Oberon rêve de le fuir.

Poussée par sa tutrice, elle a épousé Charles Oberon sans l’aimer, afin d’assurer la pension de sa sœur et pour permettre à son beau-fils pour qui elle se prend immédiatement d’affection, d’avoir une mère.

À vingt-six ans, la jeune femme n’arrive plus à maintenir les apparences d’une vie heureuse aux côtés du séduisant magnat et collectionneur Charles Oberon.

Qu’est-elle réellement pour lui ? Une œuvre de plus à contempler ou une femme à aimer ? Mais le jour où le destin place sur son chemin un peintre passionné, une autre vie semble possible…

Soixante ans plus tard, de la splendide demeure ne reste qu’une bâtisse en ruines. De retour à Cloudesley pour veiller sur Lillian, sa grand-mère adorée, Maggie Oberon se fait une promesse : sauver l’héritage familial.

Mais comment affronter les créanciers ? Et, surtout, comment la jeune femme, aux prises avec ses erreurs passées, pourra-t-elle gérer seule le domaine ?

Maggie ignore qu’entre les murs décrépis de la vieille maison se cache un trésor inestimable. Et un terrible secret, qui pèse sur elle et sur Lillian…

Dans le décor enchanteur d’une vieille demeure anglaise, Les secrets de Cloudesley se révèle être un passionnant roman avec des secrets de famille à la clé.

A l’instar d’Eve Chase, Daphne du Maurier ou Kate Morton, Hannah Richell entremêle dans son troisième roman, les voix de deux femmes pour conter une histoire de famille et de secrets, mais aussi d’amour, pleine de passion et de drames.

Jouant la carte de la double temporalité, Hannah Richell, met en scène dans les années 50, Lilian, et de nos jours sa petite-fille Maggie. Vous le savez, j’ai un faible pour ce type de roman et je dois dire que je ressors totalement bouleversée de cette histoire.

J’ai été conquise du début à la fin, et j’ai retrouvé tout ce qui me plaît dans ce genre de romans : des secrets dévoilés par touches, des amours contrariées, de l’émotion à l’état brut, le tout dans une atmosphère propre aux manoirs anglais, avec un dénouement très émouvant.

Les personnages sont bien dessinés et attachants, l’histoire est habilement menée, emplie d’un certain suspens et les descriptions de la nature qui parsèment ce récit m’ont aussi beaucoup séduite, je me suis très bien imaginée le décor de cette demeure, son parc et les animaux qu’il abrite.

Le destin de ces deux femmes, étroitement lié à plusieurs décennies de distance m’a passionné même si j’ai une préférence pour l’intrigue propre à Lilian, celle dans le présent m’a aussi intéressée. L’auteure a su mener son schéma narratif avec brio, alternant les passages au présent, avec ceux dans le passé, où l’on retrouve une jeune Lillian.

Les deux héroïnes portent à elles seules l’intrigue, ce sont deux femmes touchantes avec leurs failles, leurs forces, honnêtes et courageuses, fidèles à leurs valeurs et convictions.

Drames, secrets, sacrifices, souffrances, violences, secrets de famille, amour et séquelles de la guerre sont au cœur de ce roman, je l’ai dévoré de la première à la dernière page et quitté Cloudesley à regret !

Je vous le conseille vivement.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Mois anglais

et du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Fille d’un éditeur londonien, Diney Costeloe écrit depuis toujours. Elle a publié de nombreux romans, des histoires de vies difficiles, mais pleines de promesses. Ses livres sont d’immenses succès, notamment Les biles du bout du monde et La Fille sans nom (City).

En 1921, dans le village anglais de Charlton Ambrose, huit petits arbres sont plantés en mémoire des soldats tombés lors de la Grande Guerre. Une nuit, en secret, un neuvième arbre est mystérieusement ajouté par une femme et sa fillette. Qui l’a planté ? Et à quel « soldat inconnu » ce mémorial végétal est-il dédié ?

Quatre-vingts ans plus tard, la colère gronde dans le village face à un projet immobilier qui détruirait le bosquet. Rachel Elliot, une journaliste locale travaillant pour le Belcaster Chronicle, est non seulement déterminée à préserver ce lieu de mémoire, mais aussi à faire toute la lumière sur sa signification.

La jeune femme est loin de se douter que ses recherches vont la mener sur les traces de son arrière-grand-mère, infirmière pendant la guerre.

Au-delà des grands événements de l’Histoire, c’est le passé de sa propre famille que Rachel va exhumer. Une histoire d’amour tragique et un secret qui vont bouleverser sa vie…

Sur fond de première guerre mondiale, Diney Costeloe nous trousse un roman 100% british avec moult mystères. Jouant la carte de la double temporalité, Le soldat oublié, met en scène dans le passé, Molly, femme de chambre de Sarah Hurst, fille unique de sir Georges du village de Charlston Ambrose.

Elle va s’engager comme infirmière en France sous l’impulsion de sa maîtresse et se révéler très efficace pour seconder les religieuses sous la responsabilité desquelles elle travaille.

Un jour de 1915, elle soigne Thomas Carter, blessé lors d’une bataille. Au fil de sa convalescence, les deux jeunes gens vont tomber amoureux.

De nos jours, on suit Rachel, une journaliste, qui va enquêter sur le soldat inconnu. Ses recherches vont l’amener à exhumer les secrets de sa propre famille. Bien sûr, les deux histoires vont finir par se rejoindre, comme c’est souvent le cas dans ce genre de romans.

L’histoire est habilement menée, emplie d’un certain suspens même si l’on comprend rapidement où l’autrice veut en venir et j’ai trouvé ça dommage, le suspens lié à ce soldat inconnu est rapidement éventé.

On devine aussi facilement pourquoi cet homme n’a pas le droit aux honneurs puisque ces oubliés étaient les fusillés pour l’exemple, pour leur refus de monter au feu, désertion ou désobéissance.

D’un point de vue historique, l’histoire est intéressante et bien documentée : on suit ce qui se passe à l’arrière avec Molly : les blessés et les mourants, leurs détresses, leurs souffrances et les soins qu’on leur prodigue.

Aux côtés de Thomas, on assiste aux assauts, aux pilonnages du no man’s land, on côtoie les hommes enterrés sous les cratères de terre, blessés, accrochés aux barbelés, etc, on s’y croirait. On voit les soldats se décourager, lassés par cette guerre qui n’en finit pas.

Le duo est attachant et on a plaisir à plonger dans cette partie historique, à les suivre, à voir éclore leur histoire.

Ce que je regrette vraiment c’est que Diney Costeloe a mal maitrisé son suspens, et nous propose une intrigue trop facile, trop conforme à ce qu’on pourrait en attendre et je trouve ça dommage, j’aurai aimé plus de surprises, moins de facilités.

Néanmoins, si vous aimez les romans historiques anglais, les histoires de famille et la première guerre mondiale, Le soldat oublié va vous plaire j’en suis sûre !

Pour ma part, malgré mes bémols, je ne regrette pas ma lecture.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Edith Ayrton Zangwill est née au Japon en 1874, où travaillaient ses deux parents. Elle est la fille de William Edward Ayrton, ingénieur électrique, et de sa femme, Matilda Chaplin, pionnière en médecine, décédée quand Edith avait 8 ans. Deux après sa disparition, son père se remarie avec la scientifique Hertha Marks Ayrton.
Edith Ayrton est élève de l’université de Bedford (1890-1892), membre de la Women’s Social and Political Union (WSPU), et encourage notamment la création de la Jewish League for Woman Suffrage. Son engagement pour le droit de vote est tel, qu’on la considère comme l’une des leaders du mouvement United Suffragists.
En 1903, elle épouse l’écrivain Israel Zangwill, qui s’est souvent exprimé publiquement en faveur du droit de vote féminin. Il encourage par ailleurs Edith à écrire, et cette dernière publie son premier livre pour enfant en 1904, avant de composer six romans. Forte tête, paru en 1924 chez Allen & Unwin et jusqu’alors inédit en France, est son cinquième titre.

Dans le Londres de 1909, Ursula Winfield est ce qu’on appelle une « forte tête ». Elle a vingt-trois ans et vit toujours chez sa mère et son beau-père, à une époque où les jeunes femmes de son âge sont déjà mariées et mères de plusieurs enfants.

Là où toutes les autres filles de la bonne société courent les régates et les
afternoon tea, cette belle et brillante jeune femme passe ses journées à multiplier les expériences dans son laboratoire, avec l’espoir d’intégrer un jour la Société de chimie.

Elle ne rate aucune des séances publiques de l’académie et devient l’amie du professeur Smee, qui est secrètement amoureux d’elle. Sa mère, délicieuse créature avec laquelle elle entretient de charmants rapports, accepte la passion de sa drôle de fille même si elle regrette de courir les réceptions, seule.

Et rien ne peut détourner Ursula de sa mission, ni les conventions sociales ni son amour balbutiant pour le beau Tony Balestier. Jusqu’au jour où la voilà entraînée, bien malgré elle, dans le combat des suffragettes, ces terribles  » viragos  » qui mettent Londres sens dessus dessous afin d’obtenir le droit de vote…

Livre culte en Angleterre, considéré comme l’un des premiers romans de suffragettes, Forte tête d’Edith Ayrton Zangwill, paru en 1924 et encore inédit en France, est avant tout un inoubliable portrait de femme. Impossible de résister au charme drolatique d’Ursula, à son courage et à sa folle liberté !

Ce roman aborde la condition féminine en Angleterre au début du XXè siècle, une époque où les femmes de la bourgeoisie comme Ursula se cantonnent à un rôle d’épouse et de mère. A ce titre, leur éducation est limitée et les domaines scientifiques leur sont interdits.

Mais comme Miss Charity ou Calpurnia, Ursula est férue de sciences et possède son propre laboratoire, payé sur ses deniers personnels. Un domaine où elle règne en maître, elle y mène ses études et expériences sous l’œil bienveillant de sa mère et de son beau-père, qui ne la comprennent pas mais la laissent faire.

Toute entière à la science, elle ne se préoccupe pas du combat des femmes pour le droit de vote et voit même d’un mauvais œil celui que mène les suffragettes, à l’instar de son entourage, qu’elle trouve ridicules !

Jusqu’à une rencontre où elle change radicalement d’avis et délaisse alors la science pour se dévouer corps et âme à la cause, au grand dam de son beau-père et de son fiancé !

Ce qui est intéressant avec ce roman, c’est que Edith Ayrton Zanwill était elle-même féministe et membre du Women’s Social and Political fondé par Emmeline Pankhurst et Christabel Pankhurst, association pour laquelle milite son héroïne Ursula, elle sait donc particulièrement bien de quoi elle parle.

L’autrice nous dépeint la condition féminine au début du XXè siècle : des convenances étriquées aux balbutiements de la libération de la femme, l’autrice met en lumière le combat des suffragettes face aux politiques qui leur refusait ce qu’elles leur demandait, le droit de vote.

On y voit toute la répression mise en œuvre à l’encontre de ces femmes qui manifestent de façon tout à fait pacifique et qui se font charger par la police avec une violence inouïe et sévèrement condamnées par les juges.

Avec Ursula, nous sommes au plus près du combat suffragiste, on assiste aux meetings, aux manifestations, aux procès, aux séjours en prison et aux gavages de celles qui avaient recours à la grève de la faim, afin d’attirer encore plus l’attention sur leur combat.

Il y a certes quelques longueurs et le combat suffragiste apparaît tardivement mais le personnage d’Ursula est foncièrement sympathique et on a plaisir à la suivre dans ses combats même si son histoire d’amour avec Tony Balestier m’a parfois, lassée…

Si comme moi, le combat des femmes pour le droit de vote est un thème qui vous intéresse particulièrement et que vous aimez le retrouver dans vos lectures, je vous conseille ce roman mais également : L’assassin du Marais, Les heures indociles, Le récital des anges et Evelyn, May et Nell pour un monde plus juste si vous ne les avez pas encore lus.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Belfond pour cette lecture !

Read Full Post »

Lu dans le cadre des 12 pavés que j’aimerai sortir de ma pal et du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Robert Goddard est un écrivain britannique né en 1954 à Fareham. Il étudie l’Histoire à l’université de Cambridge avant de se lancer dans une carrière de journaliste puis d’enseignant. Il dirige également un établissement scolaire durant quelques années avant de se consacrer pleinement à l’écriture. Plusieurs de ses titres seront nominés pour le prix Edgar Allan Poe et le prix Anthony de la meilleure parution poche. Ses romans à intrigues se démarquent par une construction précise et un style impeccable. Ils se passent majoritairement en Angleterre, mettant en scène des personnages ballottés par l’Histoire mouvementée du xxe siècle et la confusion de leurs sentiments. Robert Goddard vit actuellement à Truro dans les Cornouailles avec sa femme Vaunda.

1911. Geoffrey Staddon, un jeune et talentueux architecte, est recruté par Victor Caswell, pour imaginer sa maison. Geoffrey conçoit donc pour lui une magnifique demeure, d’une grande modernité, Clouds Frome, dans la campagne anglaise. C’est ainsi qu’il rencontre Consuela, l’épouse de son commanditaire, une magnifique brésilienne dont il va tomber amoureux fou. La jeune femme, obligée par sa famille, à épouser Victor, l’a en horreur, et rêve de s’échapper de sa cage dorée.

Bien que catholique convaincue, Consuela lui propose de quitter son mari et de fuir à l’étranger, où ils pourront vivre leur amour au grand jour. Alors que les amants projettent de vivre ensemble, Geoffrey abandonne finalement la jeune femme à son triste sort, préférant se consacrer pleinement à ses ambitions professionnelles. Il vient en effet d’être recruté pour construire un hôtel de luxe à Londres et ce nouveau projet sonnera le glas de son amour pour Consuela.

1923. Geoffrey est malheureux en ménage et inconsolable de la perte de son fils unique, mort de la grippe espagnole au sortir de la première guerre mondiale. En lisant le journal un matin, il apprend que Consuela Caswell est accusée de meurtre et risque la peine capitale.

Elle aurait tenté d’empoisonner son mari infidèle en versant du poison dans le sucrier et tué accidentellement la nièce de celui-ci venue prendre le thé.

Bouleversé par cette nouvelle qui réveille bien des fantômes et ravive son sentiment de culpabilité, et persuadé de l’innocence de la jeune femme, il décide de retourner à Clouds Frome. Il ne sait pas encore que ce qu’il va y découvrir bouleversera son existence…

Sans même un adieu est ma troisième incursion dans l’œuvre de Robert Goddard après Par un matin d’automne et Heather Mallender a disparu, il me tardait vraiment de le retrouver dans un registre historique.

L’auteur anglais nous propose, comme à son habitude, une sacrée brique fourmillant de secrets de famille, avec des rebondissements et un bon suspens à la clé, sans oublier un final OMG !

Tout ceci pour dire que si l’histoire avait été plus courte, ce roman aurait été un coup de cœur. Hélas, les longueurs sont trop abondantes à mon goût et c’est bien dommage car cette histoire de trahison est diablement intéressante et ce, de bout en bout.

Car au-delà de l’histoire d’amour avortée entre Geoffrey et Consuela et la description du quotidien de la bourgeoisie au début du XXè siècle, ce qui est intéressant ici, c’est d’explorer les arcanes judiciaires de l’époque, une époque où l’on condamnait les assassins à la pendaison.

Robert Goddard prend son temps pour tisser les fils de son intrigue et nous présenter sa galerie de personnages principaux et secondaires.

L’histoire se complexifie au fil des pages et on se demande tout au long du récit, à qui profite le crime car comme Geoffrey, je voulais croire en l’innocence de Consuela et pas franchement peinée que quelqu’un en veuille à la vie de Victor, personnage ô combien antipathique et machiavélique !

Malgré les longueurs, j’ai vraiment bien accroché à l’intrigue, Robert Goddard nous entraîne dans de nombreuses fausses pistes, il sait ménager son suspens et distiller les indices habilement, ce qui n’est pas donné à tout le monde.

Pour autant, je regrette la lenteur de ce roman et les trop nombreuses longueurs, je pense qu’on aurait gagné en efficacité avec deux cents pages de moins, je me suis surprise à passer des pages entières d’atermoiement sans le moindre remord.

Le héros, bien qu’on finisse par s’y attacher, se révèle lâche et vraiment long à la détente, il subit sa vie plus qu’il ne la vit, tout comme Consuela qui se défend mollement des accusations à son encontre, comme si tout ceci lui importait peu, ce qui est tout de même un peu agaçant.

J’ai en revanche beaucoup aimé Hermione Caswell, une personnalité bien trempée qui sait ce qu’elle veut, elle, et la jeune Jacinta Caswell qui se révèle mature et futée en dépit de son jeune âge.

Sans même un adieu est un très bon roman même si c’est celui que j’aime le moins dans sa bibliographie, et si les longueurs ne vous rebutent pas, je vous le recommande ! Belette et moi sommes sur la même longueur d’ondes, son avis ici.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter challenge et du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Kate Furnivall est née au pays de Galles de parents danois et russes. Elle vit dans le Devon avec son mari et ses deux enfants. La Concubine russe, son premier roman, tiré de l’histoire de sa propre mère, est un best-seller international. Le Diamant de Saint-Pétersbourg a déjà été traduit aux Pays-Bas et en Norvège.

Saint Pétersbourg, 1910. Valentina Ivanova, fille aînée du ministre des finances du tsar Nicolas II, est la coqueluche de tout Saint Pétersbourg. Elle mène la vie insouciante d’une jeune fille de la grande bourgeoisie russe, entre pensionnat et cours de piano.

Mais son univers vole en éclat lorsque la datcha de campagne du ministre est la cible d’un attentat communiste. La bombe qui éventre le bureau d’Ivanov a fait une victime : Katia, la seconde fille du ministre, reste paralysée. Valentina, qui devait emmener sa sœur avec elle en promenade, culpabilise et décide d’entreprendre des études d’infirmière.

Elle se heurte alors à la volonté paternelle qui n’entend pas accéder à sa demande mais lui ordonne de se marier avec le capitaine Tchernov, le fils d’une des meilleures familles de Saint Pétersbourg.

La jeune fille refuse tout net mais son père lui avoue qu’ils sont au bord de la ruine et que cette union est indispensable pour les maintenir à flots. Valentina acccepte du bout des lèvres, rongeant son frein.

Mais c’est sans compter une rencontre qui va changer sa vie, celle de Jens Friis, un simple ingénieur danois, chargé de construire des égouts et amener l’eau potable dans la ville du Tsar, dont elle va tomber éperdument amoureuse.

Dans une Russie au bord de la rébellion, Valentina se battra pour son indépendance. Mais alors que le Tsar, la Douma et les bolcheviques se livrent une lutte sans merci, elle devra faire un choix qui changera sa vie à jamais…

Si vous êtes un(e) fidèle de ce blog, vous n’êtes pas sans connaître mon intérêt pour la Russie et en particulier pour le règne de son dernier tsar, Nicolas II. C’est ainsi que Le diamant de Saint Pétersbourg a atterri dans ma PAL, et pour une fois, aussitôt acheté, aussitôt lu.

Et je peux d’ores et déjà vous confesser que j’ai adoré ce roman qui est pour moi un joli coup de cœur. De 1910 à 1917, on suit donc Valentina, une jeune femme en quête d’indépendance dans une Russie ultraconservatrice.

Au-delà du souffle romanesque et de l’histoire d’amour passionnée entre Valentina et Jens qui m’a captivée au point de dévorer ce gros roman en une poignée de jours, ce qui m’a surtout intéressée c’est bien sûr l’aspect historique.

Et là, je dois dire que je suis emballée par ce que nous propose Kate Furnivall qui s’est formidablement bien documentée sur la période qui sert de décor à l’histoire de Valentina et de sa famille.

Durant cinq cents pages, pas de temps mort et aucune longueur, l’autrice nous raconte par le menu comment la révolution russe va peu à peu, après le dimanche rouge du 9 janvier 1905, gagner le peuple russe pour aboutir à l’abdication du tsar et à la confiscation du pouvoir par les bolcheviques.

C’est un roman très bien construit porté par une héroïne terriblement attachante avec une histoire d’amour passionnée et vibrante mais aussi une toile historique solidement documentée, qui décrit formidablement bien la société russe de ce début du XXè siècle avec ses différentes strates qui vont du couple impérial jusqu’aux ouvriers exploités qui vont se révolter malgré les répressions sanglantes de Nicolas II et de son armée.

Les personnages sont aussi très intéressants, bien dépeints et développés : Valentina et Jens bien sûr mais aussi Viktor Arkine, le chauffeur des Ivanov, bolchevique infiltré, Elizavetta, la mère de Valentina.

Kate Furnivall nous propose un récit tout en nuances : rien n’est ni tout blanc ni tout noir, les personnages comme l’intrigue. Il y a des rebondissements, du suspens et de la première à la dernière page, j’ai vibré avec Valentina.

Un excellent roman que je vous recommande vivement !

Read Full Post »

Née dans le sud de l’Angleterre, titulaire d’un diplôme en histoire américaine, A. J. Pearce travaille dans le marketing. Elle cultive depuis l’enfance une passion pour la presse magazine et collectionne les revues publiées pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est d’ailleurs en découvrant un exemplaire de Woman’s Own daté de 1939 que lui est venue l’idée de son premier roman, Chère Mrs Bird (Belfond, 2018).

Londres, 1940. Devenir correspondante de guerre, partir sur le front, braver tous les dangers, Emmy ne rêve que de ça.

Par un morne après-midi de décembre, Emmy tombe sur une petite annonce du London Evening Chronicle : le prestigieux quotidien recherche une assistante.
La jeune fille, qui depuis toujours se rêve grand reporter, postule sans attendre ni poser de questions sur la nature exacte du travail. Elle se voit déjà sauter dans le dernier avion pour un pays lointain et publier des articles brûlants sur la guerre.

La déception est grande quand elle se retrouve dans un bureau-cagibi du Woman’s Friend à rédiger des réponses convenues aux lectrices d’un magazine poussiéreux, sous la stricte férule de la revêche Mrs Bird. Mais attention, seules les demandes les plus vertueuses se verront offrir une réponse, de préférence expéditive, dans les colonnes du journal.

Problèmes amoureux, opinions politiques, questions intimes ou morales finiront impitoyablement leur course dans la corbeille de Mrs Bird. Un cas de conscience pour Emmy : alors que le pays sombre sous le Blitz, comment refuser à ses concitoyennes restées à l’arrière, le soutien amical qui leur manque ?

Mais l’heure est venue de la résistance féminine. Emmy refuse de s’avouer vaincue. Elle a un plan culotté….

Chère Mrs Bird figurait en bonne place sur ma wishs-list depuis sa parution dans l’excellente collection Le cercle Belfond en 2018. Il n’a donc pas eu le temps de croupir dans ma PAL et j’ai eu le plaisir de commencer cette nouvelle année en sa compagnie, et j’ai bien fait car j’ai beaucoup aimé cette histoire.

Dans la droite lignée du Cercle Littéraire des amateurs d’épluchures de patates et de La chorale des dames de Chilbury, Mrs Bird s’attache à nous raconter le quotidien des femmes pendant le Blitz qui a frappé Londres dès 1940. Plein de charme et d’humour, ce roman est une véritable ode à l’amitié, à la générosité, à l’entraide et au courage des femmes pendant les seconde guerre mondiale. L’écriture est fluide et plaisante à lire et les pages se tournent toutes seules.

Ce premier roman signé A.J. Pearce est très bien documenté, l’autrice est passionnée par ce conflit et la presse et cela se sent à la lecture. Avec Emmy et sa meilleure amie Bunty, on est plongé au cœur de la capitale anglaise pendant les bombardements allemands et c’est véritablement passionnant.

Avec elles, on vit le quotidien des femmes confrontées chaque jour à l’horreur : rationnement, les nuits dans les abris anti bombardements, la peur pour les hommes partis au front, les immeubles éventrés, l’effort de guerre avec les soirées de bénévolat, le travail des pompiers et des secours lors des bombardements… et on se rend compte qu’ici chacun est égal devant la mort et la mutilation : les enfants, les vieillards, les commerçants, secouristes… les horreurs de la guerre touchent tout le monde au hasard des bombes allemandes.

J’ai aussi beaucoup aimé le fait que tout soit raconté à travers le regard d’une jeune femme spontanée pas forcément très mature et spontanée, trop pour rentrer dans le moule imposé par sa patronne, et qui va oser braver les interdits pour aider les femmes qui écrivent au journal. Elle apporte beaucoup de fraicheur et d’humour au récit.

Son envie de s’accomplir dans son métier, d’être indépendante et de ne pas chercher à se marier à tout prix en font un personnage féministe que l’on a plaisir à suivre.

L’amitié entre Emmy et Bunty est aussi très touchante, elles sont attachantes tout comme la galerie de personnages inventée par A.J Pearce, à l’exception de la terrible Mrs Bird !

Si vous aimez cette période de l’histoire et que vous cherchez un roman un peu original sur cette période, je ne peux que vous conseiller Chère Mrs Bird.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter challenge

Jenny Colgan est une romancière britannique auteur de nombreuses comédies romantiques, et d’autant de délicieuses recettes de cuisine. Après La Petite Boulangerie du bout du monde (2015), Jenny Colgan a publié, chez Prisma, Une saison à la petite boulangerie (2016), puis Noël à la petite boulangerie (2017). En 2017, elle a entamé une nouvelle série avec la parution de Rendez-vous au Cupcake Café chez le même éditeur. Le second tome, Le Cupcake Café sous la neige, a paru en 2018. Une saison au bord de l’eau inaugure une troisième série, et Une rencontre au bord de l’eau, la suite, a paru en 2019 chez le même éditeur.

Depuis qu’elle a ouvert son Cupcake Café à Londres, Izzy est heureuse mais elle n’a plus une seconde de répit. À l’approche de Noël, quand la ville scintille de guirlandes colorées et que flotte dans l’air un doux parfum de gingembre et de cannelle, les commandes affluent et c’est encore pire.

Alors qu’elle comptait sur son petit ami Austin pour la réconforter, celui-ci lui apprend qu’il a décroché un poste à New York. La jeune femme voit son univers douillet et gourmand se fissurer.

Comment ignorer les milliers de kilomètres qui séparent le couple ? Une chose est sûre : armée de sa bonne humeur et de sa poche à douille, Izzy est prête à tout pour que la magie de Noël opère une fois encore…

Vous le savez si vous êtes fidèle à ce blog, j’aime beaucoup les romans Jenny Colgan à la fois réconfortants et gourmands. C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai découvert Le cupcake café sous la neige qui correspond en tout point à ce que j’attends d’un roman de Noël.

Ce titre est la suite directe de Rendez-vous au cupcake café, je vous conseille donc de lire d’abord en premier même si les deux peuvent se lire indépendamment d’autant que l’autrice nous rappelle les grandes lignes du tome un en début d’ouvrage, heureusement d’ailleurs car je ne me souvenais plus de grand chose.

L’histoire se passe à Londres à quelques semaines de Noël et les protagonistes de ce roman sont confrontés à des situations délicates. Pearl manque d’argent et son petit Louis veut absolument le cadeau à la mode, hors de portée de son budget. Caroline se débat toujours dans les modalités de son divorce et a du mal à se faire à l’idée de réduire son train de vie.

La banque qui emploie Austin souffre de la crise économique et lui offre une porte de sortie en lui proposant d’intégrer leur succursale new-yorkaise. Et pour ne rien arranger, son petit frère Darny est sur le point de se renvoyer de son collège, une fois de pls.

Quant à Izzie, elle se retrouve seule à Londres avec la peur terrible de perdre Austin. Quant à sa meilleure amie Helena, elle sature de son rôle de femme au foyer.

Heureusement, malgré les écueils qu’ils traversent, le roman se révèle plutôt joyeux et surtout, il nous plonge dans une atmosphère noëlique à souhait.

Chaque début de chapitre s’ouvre sur une recette qui nous met l’eau à la bouche et Jenny Colgan met l’accent sur la solidarité, l’amitié et la chaleur humaine tout au long du récit.

J’ai adoré retrouver tous ces personnages à Londres et à New-York à une période de l’année qui fait particulièrement rêver. L’ambiance est bien rendue, on arrive au point final, le sourire aux lèvres et on passe clairement un chouette moment bien cocooning.

Vous l’aurez compris, une lecture parfaite de détente en ce mois de décembre, je ne peux que vous inviter à découvrir Izzy et ses amis si ce n’est pas encore chose faite !

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »