Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘l’observatrice 10 juillet 2005 ébauche d’une démocratie’

Mathilde, Parisienne de 27 ans, débarque au Kirghizistan envoyée par l’OSCE. Sa mission consiste à veiller au bon déroulement du processus démocratique des premières élections présidentielles libres. Sur place, elle découvre la beauté de cette ancienne terre soviétique mais aussi le manque de moyens et les infrastructures d’un autre temps. Lorsqu’elle réalise que les élections sont déjà jouées, la jeune femme fait une rencontre décisive. Quand les idéaux vacillent, doit-on choisir un autre combat… au risque de se compromettre ?

Paris, 2005. Mathilde, une parisienne de 27 ans, enchaîne les petits boulots et les stages en dépit d’un master en droit international et vit une histoire d’amour insatisfaisante avec Paul, son ex professeur de droit.

Celui-ci lui propose de l’accompagner au Kirghizistan en tant qu’observatrice pour l’OSCE. L’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe a pour mission de contrôler la bonne tenue des premières élections présidentielles libres dans l’ex satellite de l’Union Soviétique et de vérifier le respect des procédures et des critères démocratiques.

Ses études en droit international et son excellente connaissance du russe, sont toutes indiquées pour mener à bien cette mission et Mathilde accepte avec enthousiasme, d’autant qu’elle compte bien profiter de l’occasion pour faire des photographies des habitants de cette région du monde.

A son arrivée, elle est chargée de rejoindre la province de Naryn où elle va faire équipe avec un autre observateur français et Nina, leur interprète kirghize. Sur place, ses idéaux vont vaciller et une rencontre va être décisive, Mathilde va-t-elle choisir un autre combat quitte à se compromettre pour aider la population ?

Avec L’observatrice, Emmanuel Hamon et Damien Vidal nous font vivre les premières élections kirghizes libres qui eurent lieu le 10 juillet 2005, enfin libres jusqu’à un certain point puisqu’un seul homme s’est porté candidat et que l’opposition est aux abonnés absents.

A travers Mathilde, nous faisons la connaissance de ce pays d’Europe centrale indépendant depuis 1991, très peu connu des français et nous découvrons les paysages et les campagnes encerclées par les montagnes, le manque de moyens, les populations nomades, les infrastructures datant de l’ère soviétique…

Très vite, notre héroïne réalise que les élections sont déjà jouées, la corruption est reine et le candidat Bakiev tient les populations, les abreuvant de promesses, de vodka et de mauvais chocolats tandis que la présence bienveillante des observateurs occidentaux s’apparente plutôt à une mascarade. On se rend très vite compte en effet que la démocratie ne peut d’emblée être appliquée partout même si les intentions sont louables.

Outre les agents de l’OSCE présents sur place, Mathilde, s’aperçoit que des émissaires de sociétés privées venant d’Amérique mais aussi de plusieurs pays européens, prennent des contacts afin de récupérer des nouveaux marchés dans cet état sur le point de s’ouvrir au capitalisme.

Le scénario proposé par les auteurs est très crédible et nous embarque sans mal au cœur de ce pays, d’autant que les dessins contribuent beaucoup à cette atmosphère réaliste, à la limite du documentaire.

Les personnages sont bien campés et permettent à Emmanuel Hamon et Damien Vidal d’aborder toutes les strates de la société kirghize : de la population de base aux dirigeants, en passant par le personnel de l’OSCE, tout sonne vrai et c’est très intéressant de découvrir cette société avec les yeux de Mathilde et de voir ses idéaux se heurter à la réalité du terrain.

Un grand merci à Rue de Sèvres pour cette lecture instructive et passionnante !

Read Full Post »