Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘luize valente’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Née à Rio, Luize Valente est passionnée d’histoire. Elle est journaliste et réalisatrice de documentaires. Sonate pour Haya, son premier roman traduit en français, est un best-seller au Brésil.

Lisbonne, 1999. Amalia, une jeune avocate portugaise, ignore tout de sa famille paternelle et n’ose pas questionner son père à ce sujet. Hermann, d’origine allemande, a coupé les ponts avec les siens, honteux de la part qu’ont pu prendre ses ascendants dans le régime nazi.

Quand elle surprend une conversation concernant son arrière-grand-mère allemande, Frida, veuve d’un haut dignitaire du IIIè reich, Amalia décide de partir pour Berlin afin de la rencontrer.

Dépositaire du passé familial, cette femme centenaire lui lègue une partition intitulée Sonate pour Haya en plus de nombreuses révélations, avant de quitter le monde paisiblement.

Amalia comprend alors que son grand-père Friedrich, dont elle ignorait jusqu’alors l’existence et les faces sombres de sa vie, pourrait se trouver quelque part à Rio, toujours en vie.

Décidée à découvrir la vérité, Amalia traverse l’océan pour partir à sa rencontre…

Avec Sonate pour Haya, la journaliste et réalisatrice brésilienne Luize Valente, nous propose une grande saga familiale sur la rédemption.

De Lisbonne à Rio en passant par Berlin, Postdam et le camp de concentration d’Auschwitz, l’autrice nous raconte la quête d’une jeune femme pour découvrir le passé de sa famille et celle de Haya pour laquelle Friedrich a composé une sonate.

Le roman aborde avec grand réalisme l’histoire de la famille Eisen, implantée depuis plus d’un siècle à Berlin. Le grand-père est imprimeur, l’oncle, libraire et le père médecin lorsqu’Hitler arrive au pouvoir.

Ils vont subir, comme des millions de juifs, les lois anti-juives du IIIè reich, les persécutions et tous les évènements qui jalonnent la montée du nazisme. Après la nuit de cristal, ils sont contraints de tout vendre et seront acculés à la ruine, à l’exil, connaitront le ghetto et le camp d’Auschwitz.

Leur trajectoire, semblable à celle des autres juifs allemands, est ici racontée avec précision et justesse par Luize Valente, et cette histoire m’a touchée et bouleversée. On ne tombe jamais dans le pathos ou le misérabilisme mais la force et l’intensité du roman font vraiment mouche.

En alternance, les chapitres nous plongent dans l’histoire de la famille d’Adèle de 1938 à 1945 et au moment où Amalia mène son enquête en 1999. La partie contemporaine ne manque pas d’intérêt mais bien sûr j’ai préféré celle qui se déroule dans le passé, j’ai trouvé ces moments très durs à accepter, émouvants, tellement effrayants que même en sachant toutes les atrocités commises, on a peine à y croire et ça fait froid dans le dos.

Les personnages sont bien travaillés, ils ont une épaisseur, des failles et sont très réalistes que ce soit dans la partie contemporaine et historique.

L’autrice montre également que si une grande majorité des allemands étaient des admirateurs du führer, ne montrant aucune compassion envers leurs collègues et voisins juifs, se réjouissant même de leurs malheurs, elle n’en oublie pas que tous les allemands ne sont pas à mettre dans le même sac, montrant les résistants allemands, les opposants politiques, homosexuels, tsiganes, handicapés, tous ceux que le régime a broyé.

J’ai beaucoup aimé cette histoire très bien documentée, les personnages qui la traversent. La plume de l’autrice est agréable à lire et j’ai littéralement dévoré ce roman, pressée de savoir ce qu’était advenu des membres de la famille Eisen et de Friedrich.

La figure du grand-père de Friedrich, communiste et résistant, en rupture avec sa fille, mariée à un abject admirateur d’Hitler, est très intéressante et rappelle que certains allemands ont lutté contre le régime, ont tenté de protéger leurs amis juifs en leur procurant des papiers ou en leur achetant leurs biens dans le but de les leur rendre, une fois les nazis chassés du pouvoir.

Pour conclure, un roman passionnant et plein de suspens, une histoire sombre mais aussi pleine d’espoir qui montre que la résilience n’est pas un vain mot.

Un grand merci aux éditions Les Escales pour cette lecture bouleversante !

Read Full Post »