Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘ma chérie Laurence peyrin’

Née dans un village perdu du sud des États-Unis, Gloria était si jolie qu’elle est devenue Miss Floride 1952, et la maîtresse officielle du plus célèbre agent immobilier de Coral Gables, le quartier chic de Miami.
Dans les belles villas et les cocktails, on l’appelle « Ma Chérie ». Mais un matin, son amant est arrêté pour escroquerie. Le monde factice de Gloria s’écroule : rien ne lui appartient, ni la maison, ni les bijoux, ni l’amitié de ces gens qui s’amusaient avec elle hier encore.
Munie d’une valise et de quelques dollars, elle se résout à rentrer chez ses parents. Dans le car qui l’emmène, il ne reste qu’une place, à côté d’elle. Un homme lui demande la permission de s’y asseoir. Gloria accepte.
Un homme noir à côté d’une femme blanche, dans la Floride conservatrice de 1963…Sans le savoir, Gloria vient de prendre sa première vraie décision et fait ainsi un pas crucial sur le chemin chaotique qui donnera un jour un sens à sa nouvelle vie…

Miami, avril 1963. Gloria Mercy Hope Merriman, miss Floride 1952, est depuis dix ans la maitresse du magnat de l’immobilier Gerry Grayson. L’homme d’affaires, marié à une femme dépressive toujours en maison de repos, est l’heureux père de quatre enfants, ce qui l’empêche d’épouser sa maitresse, affectueusement renommée Ma Chérie.

Alors, il l’a installé dans une jolie maison avec du personnel à disposition. La jeune femme mène grand train, aborde de longues boucles platine, comme Marilyn Monroe, s’habille chez les couturiers français et mène une vie tout à fait futile.

Jusqu’au jour où G.G est arrêté et écroué pour escroquerie. Mrs Grayson l’accuse alors d’avoir mené son mari à la ruine et de l’avoir obligé à escroquer le tout Miami pour ses beaux yeux.

A trente ans, elle s’aperçoit qu’elle n’a rien fait de sa vie, pense qu’elle est enceinte de son amant et après avoir refusé de payer la caution de son G.G, elle décide de retourner chez ses parents, à Chooga Pines, dont elle est pourtant sans nouvelles depuis une décennie.

Comme la police a saisi ses bijoux, elle remplit une valise de vêtements qu’elle pourra revendre, empoche les quelques dollars qui étaient dans son sac à main et prend un car, par soucis d’économies, pour rallier Tampa.

Alors qu’elle s’assoit dans le fond du car, un grand homme noir demande s’il peut s’asseoir à côté d’elle. Dans cet état du sud des Etats-Unis, et bien que les lois ségrégationnistes ont été abolies, les blancs et les noirs ne frayent pas ensemble et encore moins une femme blanche et un homme noir, les regards furieux des rednecks le leur font bien comprendre.

Au fil du voyage pourtant, Ma Chérie et Marcus Schenker se mettent à discuter et à sympathiser…

Ma chérie signe mes retrouvailles avec la plume délicieuse de Laurence Peyrin. Cette ancienne journaliste s’est fait connaître avec La drôle de vie de Zelda Zonk, Hanna, Miss Cyclone et L’aile des vierges qui fait partie de mes coups de cœur de 2018. A chaque printemps, j’attends désormais avec plaisir son nouveau roman et il n’a pas eu le temps de croupir dans ma PAL car je tenais à vous proposer mon avis le jour de sa sortie !

Quel plaisir de lecture une fois encore avec ce récit qui nous plonge dans l’Amérique des sixties, celle des Kennedy, une période dorée et nostalgique pour les américains comme pour les français.

Comme toujours avec Laurence Peyrin, Ma Chérie, est une héroïne forte et libre, qui n’a pas peur de scandaliser. Lorsque l’on fait sa connaissance, Gloria Mercy Hope s’apparente pourtant davantage à la ravissante idiote peroxydée que son amant affiche comme un trophée mais au fil du roman, elle s’affirme, se pose des questions, arrête de regarder son nombril pour s’intéresser à ce qui se passe autour d’elle.

Elle en a fait du chemin depuis Chooga Pines, s’est mariée à un photographe qui lui a permis de devenir Miss Floride puis playmate pour le magasine de Hugh Heffner. Elle aime G.G, le confort et la vie oisive qu’il lui procure même si elle espère toujours qu’un jour, il osera quitter sa femme pour l’épouser.

Puis, avec l’arrestation de G.G, Ma chérie prend son destin en main : elle repart de zéro en renouant avec ses racines et ses parents et se révèle plus forte qu’elle n’y paraissait au départ.

Au-delà de l’émancipation féminine, Laurence Peyrin aborde par petites touches dans son roman la ségrégation raciale et les lois empêchant blancs et noirs de se marier. Jack et Rose Merriman, les parents de Gloria, ont eux aussi souffert du racisme ordinaire en raison des origines séminoles de Rose et ont trouvé refuge dans ce village où Jack est devenu bucheron.

Laurence Peyrin n’oublie pas non plus d’aborder la politique de cette époque avec le combat de Kennedy pour abroger les lois raciales, sa cote de popularité chez les afros américains, le combat de Martin Luther King, la crise de la Baie des cochons, le possible conflit contre le Vietnam et les dégâts qu’a causé la guerre de Corée aux anciens combattants qui souffrent depuis leur retour de stress post-traumatique à travers le personnage de Benjamin, ami d’enfance de Gloria et patron de Jack.

Beaucoup de thématiques très intéressantes sont donc abordées en assez peu de pages car Ma Chérie est le roman le plus court de Laurence Peyrin mais il se révèle passionnant et j’ai tourné les pages à une allure folle, triste d’arriver au point final et de laisser Gloria et Marcus.

Je ne peux que vous conseiller de vous ruer sur Ma Chérie qui sort aujourd’hui dans toutes les bonnes librairies, un très bon moment de lecture vous attend avec le nouveau roman de Laurence Peyrin et si vous n’avez jamais lu cette auteure, qu’attendez-vous ??

Un grand merci aux éditions Calmann-Lévy pour cette merveilleuse lecture, j’ai adoré !

Read Full Post »