Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘maman a tort michel bussi’

Mardi 2 novembre 2015. Lorsque Vasile, psychologue scolaire, se rend au commissariat du Havre pour rencontrer la commandante Marianne Augresse, il sait qu’il doit se montrer convaincant. Très convaincant. Si cette fichue affaire du spectaculaire casse de Deauville, avec ses principaux suspects en cavale et son butin introuvable, ne traînait pas autant, Marianne ne l’aurait peut-être pas écouté. Car ce qu’il raconte est invraisemblable : Malone, trois ans et demi, affirme que sa mère n’est pas sa vraie mère. Sa mémoire, comme celle de tout enfant, est fragile, elle ne tient qu’à un fil, qu’à des bouts de souvenirs, qu’aux conversations qu’il entretient avec Gouti, sa peluche… Vasile le croit pourtant. Et pressent le danger. Jeudi 4 novembre 2015, tout bascule. Le compte à rebours a commencé. Qui est Malone ?

maman-a-tort-michel-bussiauteur-editeur-pages

Le Havre, novembre 2015. La commandante Marianne Augresse est particulièrement occupée, elle cherche les suspects du spectaculaire casse de Deauville qui s’est fini par la mort de deux des braqueurs. Leurs complices, toujours en fuite, sont soupçonnés d’avoir trouvé refuge dans le port normand et Augresse et ses hommes sont sur les dents.

Elle prend néanmoins le temps de recevoir le psychologue scolaire Vasile Dragonman pour deux raison : la première c’est que l’homme est séduisant et que l’horloge biologique de Marianne s’affole à l’approche de la quarantaine. La seconde c’est qu’il est recommandé par son amie Angie.

Le psy lui confie qu’il est tracassé par le cas du petit Malone 3 ans qui affirme que sa mère n’est pas sa mère. On a beau objecter à Vasile, Marianne et l’institutrice les premières, que les enfants n’ont pas leur pareil pour inventer des histoires, Dragonman est persuadé que Malone dit la vérité et il y a urgence, car à cet âge-là, les souvenirs s’effritent de jour en jour et le bambin pourrait bien ne plus rien se rappeler du tout dans très peu de temps.

En attendant, Malone vit avec maman-da, Amanda, douce et aimante, et son père plus brutal, et attend de se retrouver seul chaque soir avec Gouti, son doudou, afin qu’il lui raconte l’histoire de sa vraie maman. Une histoire avec une forêt d’ogres et une fusée…

Marianne Augresse est dubitative et n’écoute que distraitement Vasile Dragonman, trop préoccupée par la traque des braqueurs de Deauville mais l’homme lui plait alors elle envoie un bleu dans le village où habitent le petit Malone et ses parents afin de faire une enquête de routine.

Elle ne songe alors pas un seul instant que les deux affaires puissent se rejoindre, nous on s’en doute un peu, et au fil de la lecture, les deux histoires finissent par s’imbriquer pour n’en faire plus qu’une, tout simplement passionnante et addictive.

Je n’avais pas été spécialement convaincue ni emballée par Michel Bussi et son best-seller Un avion sans elle, que j’avais trouvé trop simple mais, véritablement alléchée par la quatrième de couverture, j’ai accepté la proposition de Babelio et des Presses de la Cité de recevoir Maman a tort et comme j’ai bien fait car j’ai eu un gros coup de cœur pour ce roman, ce qui m’arrive bien trop rarement.

Michel Bussi nous balade pendant plus 500 pages avec cette histoire pleine de suspens et une tension qui monte crescendo. L’auteur distille révélations et rebondissements d’une main de maitre, le tout dans une atmosphère angoissante et anxiogène à souhait.

Bussi joue constamment avec nos nerfs sans nous laisser le moindre répit et il est bien difficile de ne pas lâcher ce roman une fois qu’on l’a commencé tant on veut savoir le fin mot de l’histoire.

J’adore lorsque l’auteur d’un roman policier multiplie et brouille les pistes, me berne totalement et que la fin me cueille par surprise et me laisse au dépourvu. Il est rare qu’un polar ait tous ses atouts et me mène par le bout du nez à ce point !

Si vous êtes des lecteurs de Bussi, vous ne serez pas déçus par son nouveau roman, si vous ne l’êtes pas, faites comme moi et donnez-lui une chance car cet opus là en vaut largement la peine.

Un grand merci à Babelio et aux Editions Presse de la Cité pour ce coup de cœur, j’en redemande !

heart_5Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Read Full Post »