Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘mangez-moi agnès desarthe’

Myriam est un peu perdue, un peu fantaisiste et un peu rêveuse. Un beau jour, elle décide d’ouvrir son restaurant. A sa propre surprise, Chez moi devient vite le rendez-vous incontournable des habitants du quartier, le havre chaleureux où tout le monde se retrouve. Dans sa cantine, Myriam ouvre l’appétit et délie les esprits, avec l’instinct, la grâce et la sensualité des artistes aux fourneaux…

mangez-moi-agnes-desartheauteur-éditeur-pagesComme vous le savez j’adore les romans culinaires, je suis une grande gourmande et si je ne suis pas un cordon bleu, je sais tout de même régaler les papilles de mes enfants, tout cela pour vous dire que lorsque j’ai vu la couverture et la 4è, je n’ai pas hésité et Mangez-moi a rejoint ma PAL il y a environ un an, et je pense qu’il y serait resté un moment encore si je n’avais pas lu le billet de Syl qui m’a convaincu de l’en sortir.

Myriam, 43 ans, décide un beau matin d’ouvrir un petit restaurant qu’elle baptise, en toute simplicité, Chez moi. Pourquoi ce nom ? Car cet endroit est bien plus qu’un restaurant, c’est chez elle littéralement, elle y vit : elle a ses vêtements roulés en boule dans une valise sous le bar, se lave dans l’évier, dort sur la banquette achetée d’occasion chez Emmaüs. Pour ouvrir son restaurant, elle va mentir à sa banque, s’inventer des diplômes et un stage au Ritz.

Si les débuts sont difficiles, elle n’a pas d’enseigne ni de menu affiché à l’extérieur, le bouche-à-oreille fait son effet lorsqu’elle embauche Ben, un enfant du quartier, en tant que serveur à mi-temps. Car si Myriam aime être derrière les fourneaux, elle ne sait pas gérer son affaire et Ben va faire tourner la boutique en imprimant des tracts, en inventant un buffet thématique et en créant un site web.

Tout le monde se bouscule alors dans ce restaurant qui assure 3 services le midi et 2 le soir. On y croise Vincent,  un fleuriste amoureux, Hannah et Simone, deux jeunes étudiantes, et des habitants du quartier. Mais derrière cette réussite inattendue, se cache une réalité bien sombre, Myriam cache un secret inavouable, et ce restaurant n’est en fait qu’un exutoire, destiné à conjurer un passé douloureux. Elle ne cherche pas le profit mais une raison de vivre.

C’est un joli roman qui traite un thème grave, celui de l’amour maternel ou plutôt du désamour maternel. Myriam est hantée par son fils Hugo dont elle est séparée depuis 6 ans.

Si j’ai beaucoup aimé les passages dans le présent, autour du restaurant, de la cuisine et des différents protagonistes, dont le jeune Ben que j’ai trouvé très attachant, j’ai eu plus de mal avec les plongeons de Myriam dans ce passé douloureux. Sans doute parce que j’ai une relation tellement fusionnelle avec mes garçons que j’ai du mal à comprendre l’héroïne qui n’aime pas son fils.

Agnès Desarthe nous propose ici un roman délicat, bien ciselé, qui au-delà au drame, porte une bonne dose d’optimisme malgré tout ! Un joli roman que je vous conseille si le thème vous intéresse.

heart_3

Lu dans le cadre du Plan Orsec 2014 pour PAL en danger :

pal-orsec-20141

Read Full Post »