Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘mémoires d’un tricheur’

Il y a cent façons de tricher, mais il n’y a guère que trois sortes de tricheurs. Tout d’abord, il y a le joueur qui triche – qui ne triche que parce qu’il joue. Qui le fait sans méthode, sans préméditation, d’une manière presque inconsciente, involontaire, et dont on sent très bien qu’il est parfaitement honnête en dehors du jeu. Il y a l’homme qui joue incorrectement parce qu’il est incorrect d’un bout à l’autre de sa vie – et qui doit penser que ce n’est pas vraiment le moment de changer. Enfin, il y a le tricheur de profession, conscient et organisé.

À dix ans, Alex perd sa famille, intoxiquée par un plat de champignons. Ses frères et sœurs, ses parents, son oncle sourd muet, sa grand-mère, en tout douze personnes décèdent dans les heures qui suivent le festin.

Lui seul survit, car il avait été privé de repas pour avoir volé deux francs dans la caisse du magasin paternel. Son larcin l’a sauvé de la mort tandis que l’honnêteté a tué les siens !

Il est recueilli par son plus proche parent, un notaire, qui dilapidera son héritage. Dès qu’il le peut, il quitte ses « bienfaiteurs » et trouve un travail de chasseur dans un restaurant à quelques kilomètres de son bourg normand.

Si seul le crime paie, pas étonnant qu’il ait une étrange conception du monde, se convertisse à la tricherie, en amour comme au Casino… Il nous raconte sa vie rocambolesque.

Mémoires d’un tricheur est l’unique roman de Sacha Guitry qui fut tour à tour dramaturge, acteur, metteur en scène, réalisateur et scénariste. Auteur dramatique prolifique, il a écrit 124 pièces de théâtre, dont beaucoup furent de grands succès. Il a également réalisé trente-six films (dont dix-sept adaptations de ses pièces), jouant dans la quasi-totalité d’entre eux.

J’ai lu une vingtaine de ses pièces, vu la plupart de ses films, et je le confesse bien volontiers j’ai une tendresse certaine pour Sacha Guitry. J’aime beaucoup son style élégant, piquant et ses œuvres sont toujours empreintes d’humour mais aussi d’émotion.

Ce roman paru en 1935 m’a permis de retrouver tout ce que j’aime chez lui. Publié il y a deux ans aux Presses de la cité dans une très jolie édition en hard back illustrée par l’auteur lui-même, ce récit de la vie d’un tricheur se lit d’une traite.

Peu d’intrigue, le récit commence quelque part en Normandie, se poursuit à Paris puis à Monaco. Tour à tour chasseur, groom, croupier puis tricheur professionnel, le narrateur nous conte sa vie dans les grandes lignes, toujours avec gouaille et humour.

Il croisera sur sa route : un Empereur russe et deux anarchistes, une baronne volage, quelques comtes, une femme qu’il épouse pour mieux voler avec elle, le hasard et un manchot qui lui a sauvé la vie lors de la première guerre mondiale.

Le ton est volontiers canaille, les phrases sont courtes et sèches, le héros est truculent et on ne s’ennuie pas en sa compagnie.

Peu d’intrigue mais le ton inimitable de Sacha Guitry pour nous accompagner pendant une heure d’une lecture succulente, je le recommande aux amateurs, pour ma part je me suis régalée !

Read Full Post »