Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘meurtres au manoir’

Lu dans le cadre du Mois anglais :

mois-anglais

Clarissa s’ennuie à Londres et sa vie sentimentale est une catastrophe. Thomas est un jeune veuf, héritier d’un délicieux manoir Tudor. Le mariage parfait ? clarissa en est convaincue. C’était compter sans les machinations diaboliques de deux vieilles tantes en croquenots et gilets de laine adeptes de magie noire, et d’une soi-disant meilleure amie prête à tout pour prendre sa place.heart_3auteur-editeur-pagesmeurtres-au-manoir-willa-marsh

Clarissa végète à Londres dans son travail et dans son meublé en sous-sol. Sa vie sentimentale est un fiasco, aussi lorsqu’elle fait la connaissance de Thomas, un quadra fraichement veuf, elle entrevoit l’opportunité de se marier et de rendre ses amies vertes de jalousie.

Elle n’est pas amoureuse de cet homme vivant en reclus mais la possibilité de devenir la maitresse d’un manoir Tudor, voilà qui la ravit. Le mariage est expédié entre deux témoins car Thomas, veuf depuis peu, tient à respecter des convenances, il a déjà honte de se recaser aussi vite après le décès de son épouse bien-aimée mais Clarissa a certains atouts et Claerwan étant malade depuis plusieurs années, sa vie conjugale était on ne peut plus platonique.

Clarissa s’installe après une courte lune de miel au manoir, chouchoutée par les deux vieilles tantes de Thomas, Olwen et Gwyneth, qui ont favorisé ce mariage dans l’espoir d’avoir un héritier. Thomas est déjà père de Megan, une adolescence qui est douée de Vision mais qui se destine à prendre le voile.

Adeptes des rites druidiques, les deux vieilles tantines se demandent qui pourra les enterrer dans le Boisé après leur mort et elles ont bien l’intention de régler la question à coups de cordials faits maison.

Le titre et la quatrième de couverture me faisaient très envie et comme ce titre végétait dans ma PAL en attente du Mois Anglais, hop hop hop il en est sorti. Tous les ingrédients d’un bon roman anglais sont réunis dans Meurtres au manoir : la campagne anglaise, un vieux manoir, des vieilles dames, du thé et des scones et même des fantômes…

Seulement voilà, même si la plume de Willa Marsh est caustique et typiquement british, j’ai eu beaucoup de mal à m’intéresser à cette histoire qui essaie de flirter avec le surnaturel et les rites païens. Quant à la galerie de personnages, je n’ai pas réussi à m’y attacher non plus !

Autant le dire tout de suite, ce roman ne me laissera pas un souvenir impérissable. Tout d’abord, ceux qui s’attendent à une enquête policière (ce que le titre pourrait laisser croire) seront forcément déçus. Il n’y a en effet qu’un meurtre en toute fin de roman mais en aucun cas de meurtres au pluriel, le titre est trompeur.

L’ambiance du manoir n’est pas dénuée d’intérêt mais je trouve ratée la tentative de surfer sur les rites fêtes celtiques et l’adoration d’une déesse, le tout agrémenté de sacrifices dans le fameux Boisé.

En bref, si vous êtes adeptes de la causticité british et que l’intrigue vous importe peu, je vous le conseille, sinon vous risquez, comme moi d’être déçus et même de vous ennuyer un brin.

Read Full Post »