Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘monkton le fou wilkie collins’

Lu dans le cadre du Mois Anglais :

Contre quelle malédiction se battent les descendants de la famille Monkton ? Pourquoi le dernier d’entre eux, vivant jusque-là reclus, ajourne-t-il subitement un mariage inespéré pour se rendre en Italie ? Que représente pour lui cet oncle disparu dans un étrange duel sans que l’on puisse retrouver son corps ? Une certitude demeure : l’héritier des Monkton semble à son tour dévasté par une incommunicable obsession ?

Les Monkton de Wincot Abbey ont mauvaise réputation, celle de perpétuer le fléau de la folie héréditaire depuis que deux d’entre eux ont commis un crime, quelques générations auparavant.

Alfred est le dernier rejeton de cette famille et il souhaite épouser Ada Emslie. Le tuteur de la jeune fille s’y oppose en raison de la démence dont est affligée la famille.

Lorsque ce dernier meurt, Mrs Emslie, accepte l’union entre les deux jeunes gens. C’est à ce moment là qu’Alfred apprend la mort de son oncle Stephen lors d’un duel en Italie.

Le jeune homme ajourne le mariage, bien décidé à ramener la dépouille de Stephen qui doit absolument rejoindre le caveau familial sous peine qu’une terrible malédiction se réalise…

William Wilkie Collins est sans conteste l’un des précurseurs du thriller et du roman policier dans son acception la plus avant-gardiste. Mêlant les éléments du roman gothique (mystères, apparitions…) au fantastique et à la superstition, il n’hésite pas à plonger le lecteur dans une atmosphère angoissante.

Monkton le fou est ma première incursion dans l’univers de cet auteur victorien et certainement pas la dernière car je suis satisfaite de ma lecture qui correspond à ce que j’attendais et tout à fait à ce que j’énonçais précédemment.

J’ai bien aimé cette histoire ô combien gothique avec cette malédiction familiale qui fait vaciller le héros dans la folie, de revenant tourmenté exigeant une sépulture et un narrateur, loin d’être fou, qui essaie au mieux d’aider son ami.

L’écriture de Wilkie Collins est fluide et se laisse lire avec plaisir, j’ai trouvé ce récit surnaturel à la fois très XIXè siècle et très moderne, il m’a rappelé à la fois les contes fantastiques de Guy de Maupassant qui a du lire Collins car il y a des similitudes dans le traitement de l’histoire et très moderne dans la construction et l’écriture car le texte n’a pas pris une ride et on pourrait sans problème le prendre pour un conte écrit à notre époque.

L’auteur sait à merveille cultiver le mystère et les peurs de ses contemporains pour nous proposer une histoire angoissante avec des rebondissements qui se lit avec plaisir jusqu’au point final !

Une bonne pioche qui m’encourage à continuer ma découverte de Wilkie Collins avec La dame en blanc qui attend dans ma pal depuis des années.

Read Full Post »