Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘N.E.O.’

Maxe L’Hermenier est un auteur au talent aussi prolifique que varié, capable d’écrire dans des univers très différents. Djet prépare son prochain projet avec le scénariste de Croquemitaines après avoir fini son nouvel album, « le monde selon Zach » dans la collection Grand Angle chez Bamboo éditions.

Dans un monde où les adultes ont disparu, il existe deux refuges pour les deux bandes rivales qui ont survécu au cataclysme : le tipi et le château. Les uns chassent pour se nourrir, les autres vivent reclus et protégés.

Bientôt, une étrange maladie fait peser un risque de famine sur le clan du tipi, le privant de ses proies. Et si ceux du château étaient à l’origine de cet empoisonnement ?

L’heure de la confrontation est venue : la guerre entre les deux tribus peut-elle encore être évitée, alors que la nature est plus menacée que jamais ?

Zyzo, l’espion au grand coeur du tipi, et Alixe, la reine du château, sauront-ils unir leurs forces pour déjouer les mystères, les intrigues et les trahisons ?

N.E.O est la première grande saga jeunesse du maître du twist final Michel Bussi. Vous le savez, j’aime beaucoup cet auteur et je suis au rendez-vous à chacune de ses parutions.

J’avais le projet de me lancer dans le roman avec mes ados mais l’adaptation en bande dessinée de La chute du soleil de fer nous a paru être une bonne idée pour découvrir cette dystopie prévue en plusieurs volumes.

Aux manettes de cette adaptation graphique : Maxe L’hermenier au scénario, découvert à ma lecture du Renard de Morlange et Djet aux dessins.

Je n’ai pas lu le roman mais je pense que le scénariste, spécialiste des adaptations de romans, a du respecter à la lettre l’histoire écrite par Michel Bussi, de façon synthétique bien évidemment puisque le récit originel dépasse les 500 pages et que son adaptation en fait 70.

Autant vous le dire d’emblée, j’ai beaucoup aimé cette bande dessinée que j’ai trouvé bien rythmée et riche en rebondissements et très agréable à lire : les bulles sont bien lisibles, les couleurs sont belles, les dessins sont fins et dans le style que j’aime, rien à redire.

L’histoire, destinée à des adolescents est parfaite pour eux : dans un Paris post-apocalyptique, seuls des bébés ont pu survivre et lorsque nous faisons leur connaissance, ils ont désormais 12 ans.

La galerie de personnages est très variée et représente parfaitement la diversité avec des filles et des garçons, héros à parts égales, de différentes couleurs de peau, des hétéros et des homos, des bien portants et des handicapés, bravo !

N’étant pas une lectrice de science-fiction, j’ai trouvé l’idée très bonne de planter le décor dans une capitale où la nature a repris ses droits. Ces pré-adolescents doivent cohabiter en bonne entente à l’intérieur de leur clan, respecter les règles communes et se faire mutuellement confiance.

Les deux clans sont très différents : ceux du Tipi ont une existence bien plus dure où règne la débrouille que ceux du château, protégés et éduqués. Mais alors que la nature est menacée, ils vont devoir faire un choix : s’unir ou s’affronter ?

Les thèmes abordés sont intéressants, et en bon géographe, Michel Bussi met l’écologie, l’environnement, l’énergie et l’éducation au coeur de ce récit d’anticipation.

Un premier tome très réussi, j’ai hâte de découvrir la suite des pérégrinations de nos jeunes héros dans ce Paris magnifié par le coup de crayon de Djet.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Jungle pour cette découverte !

Read Full Post »