Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘roman ado’

Estelle Faye a été comédienne et metteur en scène de théâtre. Aujourd’hui, elle travaille surtout comme autrice et scénariste. À l’aise dans les mondes de l’imaginaire et la littérature d’aventures, elle écrit de la Fantasy historique, de la Fantasy épique et de l’Anticipation.

Ce matin encore, Maël se fait harceler dans la cour de récré par Jordan et sa bande Les Toxiques. Heureusement, une fois de plus sa meilleure et seule amie Astrid est là pour l’aider !

Cette orpheline qui passe de famille d’accueil en famille d’accueil depuis sa plus tendre enfance n’hésite pas à jouer des poings et se fait régulièrement sanctionner par le chef d’établissement au point que la mère de Maël lui interdit de la revoir.

Impossible pour l’adolescent qui n’imagine pas sa vie sans Astrid. Le lendemain, c’est le premier jour des vacances de Pâques et ils prennent la mer à bord d’un optimist pour oublier leur ennuis.

Soudain, le vent tombe au large de la Normandie, le brouillard les entourent et les voilà en train de dériver lorsque surgit devant eux un navire viking ! Ils voguent à présent sur une mer mythique, celle qui entoure les Neufs Royaumes présents dans l’arbre de la mythologie nordique : Yggdrasil.

Désormais prisonnier à bord de ce bateau condamné à errer pour l’éternité, Maël et Astrid découvrent rapidement que tout l’équipage compte sur eux pour lever leur terrible malédiction…

Avec Le drakkar éternel, Estelle Faye propose aux adolescents une histoire pleine d’aventures et de rebondissements avec des héros qui pourraient leur ressembler : Astrid la jeune fille forte et courageuse, sacrément badasse et Maël l’intellectuel qui connaît les mythes et légendes sur le bout des doigts.

L’histoire teintée de fantastique fait la part belle aux mythes et légendes nordiques. Astrid et Maël vont croiser des guerriers vikings, quelques figures emblématiques de la mythologie scandinave comme les dieux Odin et Loki, les Ases Lumineux et Obscurs, les nains, une Valkyrie, des alfes, les vanes, les géants de givre… Et où l’on nous conte Ragnarök et bien d’autres légendes.

L’intrigue, pleine de péripéties, est bien ficelée et idéale pour les lecteurs visés : les ados qui aiment les histoires menées tambour battant, et c’est ce que leur offre Estelle Faye. Alors bien sûr, l’adulte que je suis aurai préféré un peu plus de profondeur mais je n’ai pas boudé mon plaisir de la première à la dernière page et j’ai passé un chouette moment aux côtés de Maël et d’Astrid.

Ce qui m’intéressait ici en premier lieu c’était de me frotter à la mythologie nordique que je ne connais pas et je dois dire que c’est mission réussie pour moi, j’ai appris une foule de choses à la lecture de ce court roman et il a clairement éveillé mon intérêt sur ce sujet. J’imagine que ceux déjà versés dans cette mythologie n’apprendront rien de nouveau mais pour les néophytes comme moi, c’est parfait.

J’ai également apprécié qu’Estelle Faye introduise dans son récit, et d’emblée, le sujet du harcèlement scolaire à travers Maël, l’archétype du premier de la classe, pas sportif pour un sou, qui subit les attaques quotidiennes d’une bande de petits durs, qui lui flanquent une trouille bleue. Ce point est bien traité et intégré dans le récit de façon très intelligente et plutôt subtile, un très bon point.

Le fait que ce soit Astrid qui défende son ami, qui guerroie avec l’épée de la Valkyrie tout au long de leur périple et non l’inverse est aussi intéressant et montre aux adolescentes qu’elles peuvent damer le pion aux garçons si besoin est.

En bref, une épopée fantastique mais aussi très actuelle que je ne peux que recommander aux ados comme aux adultes, et je remercie les éditions Scrinéo pour cette belle découverte !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Pumpkin Automne Challenge

Illana Cantin a commencé à écrire à l’âge de onze ans, sur le vieil ordinateur familial, et ne s’est pas arrêtée depuis. En 2016, son premier roman est sorti en version numérique aux Éditions Arrow. Pendant ce temps, en parallèle de ses études d’anthropologie, elle publie ses textes sur Wattpad. L’histoire de Georges et de Priam est son premier roman édité en format papier.

Ameline Brillant. Cette élève de terminale a été renvoyée du lycée Olympe de Gouges pour avoir ouvert l’arcade sourcillière d’un de ses camarades après que celui-ci lui ai mis une main aux fesses.

Ameline Brillant : un nom, une personne, qui pourtant incarne tout ce que les filles de l’établissement doivent vivre chaque jour. Des remarques sexistes allant jusqu’au harcèlement sexuel, sans jamais qu’un enseignant lève le petit doigt pour le sanctionner.

Ameline Brillant, c’est une fille qui a défié le silence. Celle qui a riposté à des mains sur les fesses et à des commentaires plus dégoûtants les uns que les autres. Mais Ameline Brillant à été renvoyée. Et ses agresseurs ? L’école a pansé leurs petites plaies.

Pour Rachèle, à la tête du journal du lycée, il est impossible de laisser faire une chose pareille. Elle appelle toutes les filles, toutes les femmes de l’établissement à faire grève, jusqu’à ce qu’un réel changement s’opère. Le système du lycée doit changer, du tout au tout. Pour qu’Ameline ne soit pas la seule mais la première à parler !

Rose Rage d’Illana Cantin est un roman pour adolescents pile dans l’air du temps. Il traite en effet de féminisme, de harcèlement sexuel, de harcèlement sur les réseaux et du fait que ces harcèlements faits par les garçons sont communément acceptés voire absous.

Les filles ont souvent honte, n’osent pas parler et préfèrent adopter des attitudes neutres, un habillement masculinisé pour ne pas donner prise à leurs harceleurs. C’est décidément bien difficile de vivre son adolescence de nos jours, je n’aurai pas aimer vivre la mienne à l’heure des réseaux sociaux.

L’autrice ne tourne pas autour du pot et nous fait entrer directement dans le vif du sujet. Elle s’est incontestablement bien renseignée, documentée sur ce sujet d’actualité et j’ai trouvé qu’ici c’était bien traité.

En tant que lectrice, femme et maman de deux garçons, on ne peut qu’être révoltée par ce genre de comportement. Mais pas que les femmes, évidemment. Certains hommes ne comprennent pas que les leurs puissent avoir de tels comportements, l’un des héros est dans ce cas et se dit volontiers féministe, ce qui fait bondir nos activistes qui ont beaucoup de mal à l’accepter parmi elles.

J’ai trouvé Rachèle et celles qui vont l’aider à mener ce combat bien touchantes et attachantes, la solidarité entre filles tourne à plein et ça fait du bien. Rachèle est parfois un peu trop naïve car elle a été élevée dans un cocon, un milieu privilégié et n’a jamais eu à se battre pour trouver sa place mais c’est ce qui la rend attachante.

J’ai aimé voir toutes ces jeunes filles combattre, mettre en place des actions pour faire réintégrer leur camarade mais aussi faire bouger les mentalités, sensibiliser professeurs et direction de l’établissement à leur cause.

C’est le genre de roman qui fait bondir, dénonce, donne la parole aux jeunes filles qui en ont assez de devoir faire attention à leur façon de s’habiller, de se maquiller, de parler, de s’exposer sur les réseaux sociaux.

Un roman à découvrir et à mettre dans les mains des filles et des garçons dès maintenant. Je remercie Babelio et Hachette pour cette lecture très actuelle, je vous la recommande.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Pumpkin Automne Challenge

Catherine Cuenca est née en 1982. Son premier roman publié en 2001, elle se lance dans le métier d’écrivain à temps plein en 2010. Elle est l’autrice d’une quarantaine de romans historiques pour la jeunesse.

31 janvier 1916, les hommes sont mobilisés sur le front. À l’arrière, les femmes prennent la relève dans tous les secteurs de l’économie. Dans les campagnes, elles sont aux champs. En ville, elles sont dans les usines, les hôpitaux, les bureaux et même les transports !

Parmi elles, Agnès est embauchée comme conductrice de tramway. Elle qui peinait à payer ses factures et les colis pour son mari, au front, a quitté l’usine pour entrer à la régie des transports lyonnais, un travail moins pénible et plus rémunérateur.

Lorsque son mari, Célestin, rentre blessé de la guerre, il supporte mal qu’elle gagne plus que lui. Il lui somme de retourner à l’usine, ce qu’Agnès refuse d’autant qu’elle peine à reconnaître l’homme dont elle était amoureuse en 1914.

Célestin est devenu aigri et alcoolique, les disputes éclatent de plus en plus jusqu’au jour où la guerre s’achève. Agnès est alors renvoyée car les hommes doivent retrouver leur place, pour le plus grand plaisir de son époux.

Révoltée par cette injustice, elle s’engage dans le mouvement des suffragettes. C’en est trop pour Célestin…

Celle qui voulait conduire le tram signe mes retrouvailles avec Catherine Cuenca dont j’avais déjà apprécié Le choix d’Adélie, L’assassin du Marais et La marraine de guerre.

Comme toujours avec cette autrice, un roman court et percutant, solidement documenté, porté par une héroïne forte et attachante, abordant des thèmes importants de façon juste et pertinente.

Vous connaissez mon intérêt pour le mouvement suffragiste et la première guerre mondiale, j’ai été servie avec ce roman pour adolescents qui aborde avec justesse l’un et l’autre.

Catherine Cuenca s’attache à nous dépeindre la condition féminine pendant le premier conflit mondial : appelées à remplacer les hommes, les femmes ont répondu présentes, mettant pour certaines leur vie en péril.

Elles ont découvert ainsi qu’elles pouvaient être fortes et indépendantes, capables de travailler comme les hommes, à des postes d’hommes, ce qui leur était refusé en temps de paix.

Of course, aussitôt la guerre achevée, elles ont été priées de rentrer dans leur foyer, reléguées aux rôles d’épouses et de mères.

D’où la révolte de notre héroïne qui va militer pour le droit des femmes en dépit de l’opposition de son mari et du refus de ses collègues à se battre pour leurs droits car il ne faut pas l’oublier, toutes les femmes n’étaient pas féministes, et se rangaient aux cotés de leurs époux, fustigeant tout autant qu’eux les suffragettes !

L’autrice s’attache aussi à démontrer les ravages de la guerre sur les hommes revenus du front. Certains étaient devenus alcooliques, d’autres traumatisés par ce qu’ils avaient vécu dans les tranchées ou aigris de voir les femmes aux manettes.

L’histoire est dure et triste mais nécessaire, je vous la recommande vivement. Les adolescents, cible visée par l’autrice, se rendront compte du dur combat qu’ont mené les féministes pour le droit de vote et pourront juger de la réalité de la guerre.

Je découvre grâce à ce très bon roman les éditions Talents Hauts et leur collection Les héroïques et j’ai bien envie de découvrir les autres titres déjà parus !

Read Full Post »

Jean-Michel Payet est né un 1er mai à Paris, en 1955. Après des études d’architecture, il a illustré une trentaine de romans, d’albums et de documentaires avant de se tourner vers l’écriture en 2004. Depuis, il a publié des romans pour la jeunesse et les jeunes adultes aux éditions des Grandes Personnes, Milan, Rageot, Bayard… Enfant, il ne se voyait pas devenir « auteur », mais plutôt « héros ». En attendant, il continue à écrire. Et à dessiner.

Paris, décembre 1920. Balto, quatorze ans, vit dans la Zone près de la roulotte de madame Gambette, ancienne gloire du Moulin Rouge, tombée dans la pauvreté, qui l’a pris sous son aile depuis qu’il a été abandonné tout bébé. Elle l’a élevé avec son fils Victor, parti à la guerre en 1914. Héros en 1916 et devenu caporal avant d’être condamné à mort pour avoir giflé son supérieur.

Juste avant le peloton d’exécution, il est parvenu à s’échapper et depuis il s’est évaporé. Balthazar et madame Gambette ont parfois de ses nouvelles et un matin, caché dans un gros pain de campagne déposé devant sa roulotte, Balto découvre un billet de Victor qui l’invite à le retrouver rue des Batignolles à minuit pile.

A l’heure du rendez-vous, en lieu et place de Victor, un macchabée et une journaliste, Émilienne, qui prend Balto pour le meurtrier et lui tire le portrait. L’adolescent parvient à s’enfuir mais son visage fait la une de l’Excelsior ! Qui a tué Timoléon Escartefigue, modeste réparateur de vélos du boulevard des Batignolles à Paris ?

Que s’est-il passé sur le front, en pleine guerre de 14, dans les décombres d’une maison en ruine ? Qu’est devenu Victor, le condamné à mort qui a disparu avant son exécution ?

Quel secret cache Émilienne Robinson, jeune journaliste fraîchement engagée au journal L’Excelsior ? Et pourquoi, dans ce Paris de 1920, alors que la guerre est terminée, d’anciens poilus sont-ils assassinés les uns après les autres ? Et par qui ?

Balto, qui vit dans la Zone, cette bande de misère entourant la capitale, va devoir enquêter afin de prouver l’innocence de son frère Victor.

Pour cela, il lui faudra découvrir qui est le dernier des Valets-de-Cœur… avant qu’il ne soit trop tard.

Balto le dernier des valets de coeur signe mes retrouvailles avec Jean-Michel Payet dont j’avais beaucoup aimé Mademoiselle Scaramouche et Dans la nuit blanche et rouge. Changement de registre et d’ambiance avec ce roman historique pour adolescents qui nous entraîne dans une histoire mêlant aventures, enquête, meurtres, secrets et chasse au trésor dans le Paris de l’après première guerre mondiale.

Comme toujours, l’auteur s’est très bien documenté et nous propose un récit pour les quatorze ans et plus qui sait également séduire les adultes. Balto est le narrateur de cette histoire. Gamin de la Zone, il est resté peu de temps sur les bancs de l’école, fabrique des paniers mais se rend coupable aussi de quelques rapines pour améliorer le quotidien.

Pour coller au plus près de la réalité, Jean-Michel Payet, a fait le choix de l’argot, un très bon choix, qui rend le récit très vivant d’autant qu’il est entrecoupé de nombreux dialogues, de beaucoup de péripéties, de révélations en cascades et de suspens.

Impossible de s’ennuyer avec Balto et les valets de coeur tant l’intrigue, très bien construite, nous happe dès les premières pages. Pour ma part, j’en suis venue à bout en 24 heures tant j’avais envie d’avoir le fin mot de l’histoire.

La gouaille de Balto, le contexte historique très bien développé par l’auteur avec l’émancipation féminine, la vie des puissants qui a continué de mener grand train pendant la guerre, la dureté des combats dans les tranchées, les condamnations à mort, le dur retour à la vie civile des poilus, les gueules cassées… tout y est !

Ajoutez une bonne trame policière avec du suspens, de l’humour et de l’émotion, vous obtenez un roman historique de qualité pour les ados et pour les adultes ! Les personnages sont intéressants et bien dessinés, j’ai aimé les suivre et les découvrir au fil de ma lecture.

Un petit bémol tout de même pour la fin, un peu trop expéditive mais ceci mis à part je vous recommande ce très bon roman, vous ne vous ennuierez pas une seconde avec Balto !

Bravo à L’école des Loisirs pour le très beau travail éditorial : l’objet livre est superbe avec ses dorures et ses décors qui se poursuivent de la couverture à la quatrième en passant par le dos. Je les remercie pour l’envoi de cette lecture, j’ai adoré !

Read Full Post »

Charlotte Bousquet a écrit une quarantaine d’ouvrages pour adultes et adolescents. Autrice éclectique, récompensée par de nombreux prix, elle est à l’aise dans tous les genres : anticipation (Le dernier ours), fiction contemporaine ou historique (Là où tombent les anges), fantasy ou bandes-dessinées (Mots Rumeurs, mots cutter). Ses récits, engagés, parfois âpres, laissent rarement indifférent.

1991, France. En triant les affaires de sa sœur disparue cinq ans plus tôt dans des circonstances tragiques, Luzia retrouve son vieux médaillon ainsi que son journal intime. À sa lecture, elle s’interroge : et si son suicide était lié à ce bijou et à la mort de leur tante vingt ans auparavant à Évora ?

Quand elle commence à être assaillie de cauchemars et d’hallucinations, la jeune femme se lance sur les traces de la vérité. Une quête qui la plongera dans le passé de sa famille, dans un Portugal déchiré par la dictature de Salazar…

Des oeillets pour Antigone signe mes retrouvailles avec Charlotte Bousquet que j’avais découvert avec Là où tombent les anges que j’avais adoré et trouvé très émouvant.

Et en refermant ce roman qui aborde beaucoup de thématiques, j’ai écrasé quelques larmes tant l’histoire m’a bouleversée. L’autrice nous plonge dans trois époques (1971, 1986 et 1991), à travers le destin de trois femmes (Alma, Sabine et Luz) qui ont toutes en commun la volonté d’être libres.

L’histoire est classique mais prenante, avec des flash-backs bien menés dans les différentes époques, et teintée d’une petite touche de fantastique à travers un médaillon que les trois héroïnes vont porter tour à tour. J’ai beaucoup aimé ce roman qui m’a replongé dans mon adolescence avec les nombreux clins d’oeil à la culture des années 80, notamment le groupe Queen que j’adore, et j’ai été très sensible aux thématiques, difficiles, abordées par Charlotte Bousquet.

Tout d’abord la dictature de Salazar qui a régné sans partage sur le Portugal pendant plus de quarante ans. Je ne connais pas l’histoire de ce pays et j’ai découvert un régime politique qui n’avait, hélas pour les portugais, rien à envier à Franco, Pinochet et compagnie et le combat de ses opposants qui va aboutir à la révolution des oeillets, menant le pays sur la voie démocratique.

Cette partie qui a pour cadre l’année 1971 est portée par Alma, une jeune fille très belle et charismatique, cavalière hors-pair qui va perdre la vie tragiquement, je ne vous spoile pas, on l’apprend dès le départ.

On découvre les évènements de l’année 1986, qui vont mener au suicide de Sabine, jeune lycéenne de 16 ans et soeur ainée de l’héroïne à travers son journal intime.

Puis l’année 1991, c’est au tour de Luz de se raconter, de découvrir ce qui a mené sa soeur au suicide ainsi que les circonstances exactes de la mort d’Alma. Avec ce personnage, l’autrice aborde l’homoséxualité et les années SIDA, qui ont fait un tel ravage dans la communauté gay.

Charlotte Bousquet construit habilement son récit, nous promenant d’héroïne en héroïne et d’époque en époque, de surprise en surprise aussi, de façon très fluide. J’ai été happée dès les premières pages, touchée par ces trois jeunes femmes éprises de liberté.

Les différentes thématiques (suicide, homosexualité, rapports conflictuels, liberté, vengeance, trahison…) sont bien traitées, le style de l’autrice est vraiment bon et elle met beaucoup d’émotion dans ses mots, dans son récit, son dénouement que j’en suis restée K.O debout.

Un très bon roman historique, très prenant et intéressant, avec une petite pointe de fantastique, vraiment tout m’a plu et je vous recommande vivement cette lecture.

Un grand merci à Scinéo pour cette lecture, j’ai adoré !

Read Full Post »

David Pouilloux est journaliste et auteur depuis dix ans. Journaliste à Libération, puis à Science et Vie Junior, Science et Vie et Pour la science, il vient d’être nommé rédacteur en chef du journal de l’Agglomération de Nantes et enseigne l’écriture à l’École supérieure de Journalisme de Lille.

Ulysse Moreau, a quatorze ans et est scolarisé en quatrième 1 au collège Victor-Hugo. Alors que son père, archéologue et spécialiste de l’antiquité grecque devait donner une conférence au Louvre, il est porté disparu, personne ne sait où il est, son fils le premier.

C’est alors que Hermès, le messager de l’Olympe, apparait au collégien et lui apprend qu’il fait partie des trois enfants d’une prophétie mystérieuse : Ulysse est issu d’une lignée de dieux grecs et il doit récupérer l’épée du dieu aux semelles ailées au Louvre !

Sur place, il s’allie à Kenza, descendante de Bastet, une déesse égyptienne, pour récupérer l’artefact et empêcher une créature monstrueuse de détruire l’Olympe, les dieux du Nil et l’humanité tout entière !

Mais le troisième enfant de la Prophétie n’a pas vraiment prévu de les aider, Ulysse et Kenza se lancent alors dans une course effrenée contre la fin du monde…

Vous n’êtes pas sans savoir si vous êtes un(e) fidèle de ce blog : mes enfants et moi-même aimont beaucoup la mythologie et tout spécialement les mythes grecs et égyptiens.

C’est ainsi que Le réveil du monstre, premier tome de la duologie La prophétie d’Ulysse, a rejoint notre pile à lire commune, en attendant notre lecture prévue des cinq tomes de Percy Jackson !

Ce court roman mêlant habilement fantastique, mythologie et clins d’oeil à Harry Potter et Percy Jackson fut une lecture haletante qui plaira à coup sûr aux 12 / 15 ans, la cible de cette histoire, spécialement à ceux aimant la mythologie of course !

Pas de temps mort et beaucoup d’action rythment ce récit bien documenté, qui modernise les divinités grecques et égyptiennes. Le duo vedette du roman Ulysse et Kenza sont des adolescents auxquels les lecteurs vont pouvoir s’identifier facilement, le lien qui se crée immédiatement entre eux et la dynamique dont ils font preuve ne manquent pas d’intérêt.

Les deux personages sont attachants mais j’ai une préférence pour Kenza, qui en descendante de Bastet, peut prendre l’apparence d’une chatte ou d’une lionne pour échapper aux périls semés sur leur route et qui sait figer le temps, un don bien à propos pour dérober les artefacts dont ils ont besoin pour mener à bien leur mission.

D’un point de vue mythologique, on voit que David Pouilloux s’est bien documenté et il sait à merveille dépeindre les mythes en les simplifiant afin que les lecteurs ne soient pas perdus. Il a même ajouté en fin d’ouvrage des notices sur les différents dieux rencontrés dans le récit, pour ceux qui ont envie d’aller plus loin, une très bonne idée !

Mais cela ne se fait jamais au détriment de l’intrigue qui est bien développée même si l’adulte que je suis reconnais que cela va bien trop vite, cet aspect-là séduira les adolescents qui aiment les récits menés tambour battant.

Un premier opus enlevé et distrayant, je serai au rendez-vous du tome 2 à paraître fin août !

Un grand merci à Babelio et aux éditions Fleurus pour cette lecture pleine de pep’s.

Read Full Post »

Sadie, 19 ans, s’est volatilisée. Pour West McCray, journaliste à New York, il s’agit d’une banale disparition. Mais quand il découvre que sa petite soeur, Mattie, a été tuée un an auparavant et que sa mère a elle aussi disparu, sa curiosité est éveillée. West se lance alors à la recherche de Sadie et les témoignages qu’il recueille vont alimenter sa série de podcasts. Sadie, elle, n’a jamais pensé que son histoire deviendrait le sujet d’une chronique à succès. Elle ne désire qu’une chose : trouver l’homme qui a tué sa soeur.
Qui est réellement cet homme ? Comment est-il entré dans la vie de Mattie ? Tandis que Sadie remonte la piste du tueur, West remonte celle de Sadie. Et se dessine, progressivement, la figure d’un homme – d’un monstre ! – qui pourrait bien frapper à nouveau…
West retrouvera-t-il Sadie à temps

Qu’est-il arrivé à Sadie Hunter ? Après le meurtre de sa petite sœur Mattie, 14 ans, Sadie, 19 ans, qui jouait pour elle le rôle de mère, la leur ayant mis les voiles, sombre inexorablement.

Un an après le décès de Mattie, elle quitte la caravane familiale de Cold Creek, une petite ville du Colorado, et met toutes ses affaires à la benne. May Beth Foster, qui faisait office de grand-mère pour les filles, demande l’aide de West McCray, un journaliste new-yorkais qui apprend le meurtre de Mattie totalement par hasard.

En enquêtant sur ce qu’il croyait être une banale histoire de disparition, il retrace le parcours de la jeune fille à la dérive et découvre des atrocités qui vont le bouleverser car Sadie semble partie sur la piste du meurtrier de sa sœur par ailleurs pédophile…

Sadie est un thriller élu quinze fois roman Young adult de l’année 2018 par la presse américaine. Je m’attendais donc à une tension et une enquête palpitante. Hélas pour moi, je n’étais clairement pas la cible de ce thriller ado qui m’a semblé bien fade par rapport à mes lectures habituelles.

Avec ce roman, Courtney Summers nous plonge au cœur d’une double enquête. Dans la première, nous suivons West McCray journaliste, à la recherche de Sadie, portée disparue. Dans la seconde, nous marchons dans les pas de Sadie, partie à la recherche du tueur de sa soeur.

L’autrice jongle entre deux enquêtes parallèles et deux narrations distinctes. Avec McCray, Courtney Summers nous propose des podcasts où le journaliste interroge les différents protagonistes de l’histoire, ceux qui ont côtoyé Sandie dans sa ville natale et tous ceux qui vont la croiser au cours de sa quête.

Le procédé de l’interview rend les propos particulièrement vivants et j’ai bien aimé cet aspect du roman pourtant redondant puisque nous savons déjà par Sadie ce que le journaliste apprend ensuite.

En alternance, l’autrice nous propose de suivre le parcours de Sandie dans sa quête du tueur de sa sœur, d’être dans sa tête car elle a du mal avec les mots à cause de son bégaiement dont elle a souffert toute sa vie.

Mal aimée par sa mère Claire, alcoolique et droguée, elle a reporté tout son amour sur Mattie, sa petite sœur, pour qui elle était en adoration. Lorsque leur mère les a abandonnées, elle a tout fait pour palier ce manque, sans y parvenir.

C’est après une de leur dispute que Mattie sera assassinée et elle n’arrive pas à vivre avec cette culpabilité. Sadie doit retrouver l’assassin à tout prix et le punir pour ces crimes car l’homme a non seulement tué Mattie mais il a aussi abusé de Sadie.

C’est, à ma grande surprise, un personnage qui ne m’a pas émue, peut-être est-ce parce que mes 19 ans datent un peu, mais ses errances ne m’ont pas touché et à la longue, j’ai fini par lire les chapitres qui lui sont consacrés en diagonale.

L’autrice aborde un sujet grave dans ce thriller : la pédophilie mais cette thématique aurait mérité d’être traitée en profondeur et non en surface comme l’a choisi de le faire Courtney Summers.

Pas de suspens pour moi ni de tension dans ce thriller qui met bien trop de temps à démarrer et dont la fin ne rachète pas l’ennui qui m’a accompagné tout au long de ma lecture.

Un titre à réserver aux adolescents et aux jeunes adultes qui l’apprécieront sans doute davantage que les adultes, à fortiori si ils sont des lecteurs aguerris de thrillers.

Merci à Babelio et ayw éditions La Martinière pour leur confiance.

Read Full Post »

Si votre appartement sent inexplicablement le muguet, et éventuellement la violette, et que cette odeur vous submerge pour disparaître totalement l’instant d’après. Si chez vous des objets changent de place mystérieusement. Si vous ne pouvez en accuser personne. Si vous découvrez sur votre bureau ou dans votre chambre des objets qui ne vous ont jamais appartenu. Si le voisin du dessous vient vous voir et vous explique qu’il a perdu son elfe. Si vous êtes déprimé(e). Si vous pensez que la raison vous quitte. Alors, que vous croyiez ou non aux choses de l’au-delà, vous pouvez être certaine que votre vie va changer.

24 janvier. Madeleine est documentaliste au CDI du collège de sa ville dans lequel est scolarisé son fils unique Constantin dans la classe de 5è 4 de Monsieur Logé-Dangerre.

Leur vie est totalement bouleversée depuis que Madeleine a reçu une lettre anonyme l’avertissant que José, son mari, la trompe avec sa secrétaire. Devant son secret éventé, José n’a pas nié et en a profité pour quitter le domicile familial. Depuis lors, mère et fils n’ont aucune nouvelle.

Et, cerise sur le gâteau, depuis quelques jours l’appartement familial embaume le muguet, les objets changent sans cesse de place et tous ses appareils ménagers tombent en panne les uns après les autres.

Madeleine croit qu’elle devient folle jusqu’à ce que Monsieur Tibère, son voisin du dessous, vienne sonner à la porte, à la recherche de son elfe…

Avec Ma vie a changé, je poursuis ma découverte de l’œuvre de Marie-Aude Murail après Oh, Boy ! ; La fille du docteur Baudoin ; 22 ! ; Sauveur et fils saison 1 ; Sauveur et fils saison 2 ; Sauveur et fils saison 3 ; Sauveur et fils saison 4 et Maïté coiffure et je suis, une fois de plus, sous le charme de sa plume et des histoires qu’elle tricote.

Dans ce récit, Marie-Aude Murail aborde la vie d’une maman et de son fils unique après le départ du mari et père, parti sans laisser d’adresse faire sa vie avec une autre.

Avec cette base de départ somme toute banale, l’auteure met une touche de fantastique en intégrant un elfe à son récit, ce qui apporte tout le sel à cette histoire puisque l’apparition de Timothée entraine une série d’évènements bouleversant l’existence bien tranquille de Madeleine et de Constantin.

Après un début de roman assez triste, on est rapidement happé par l’aspect fantastique du récit qui donne beaucoup de rythme et qui insuffle beaucoup d’humour à l’histoire. Les passages avec l’elfe et les gobelins sont très drôles et les dialogues entre Madeleine et son elfe vont permettre à la jeune femme de voir sa vie sous un autre angle, arrêter d’espérer le retour de son mari infidèle au sein du foyer mais au contraire reprendre enfin les rênes de sa vie et pourquoi pas tomber amoureuse à nouveau.

C’est un roman jeunesse mais comme toujours avec Marie-Aude Murail, les adultes y trouvent leur compte notamment parce qu’ici l’héroïne est la maman et non l’enfant, et que son quotidien ressemble bien au nôtre, en tout cas lorsque l’on est comme moi maman solo !

J’ai beaucoup aimé ce personnage et ses réflexions pleines d’humour et d’autodérision. Quant aux enfants, ils s’identifieront facilement à Constantin, un préado bien sympathique, lecteur assidu de Vaudou, le magazine du paranormal, qui aidera beaucoup sa maman à s’y retrouver dans le monde des Elémentals.

Nul besoin d’être accro à la littérature fantastique pour apprécier Ma vie a changé, la dose de fantastique est légère et somme toute imaginable si on a l’esprit un peu ouvert, et on quitte à regret ce roman le sourire aux lèvres, désolée d’être arrivée si vite au point final.

Une fois encore, Marie-Aude Murail propose un roman de qualité dans lequel les jeunes lecteurs et leurs parents peuvent se retrouver. Un roman à la fois drôle et sensible qui donne de l’espoir, montrant que même après un divorce, la vie peut être belle à nouveau.

Un grand merci aux éditions L’école des loisirs pour cette charmante lecture, j’ai adoré !

Read Full Post »

Louis Feyrières doit faire un stage d’une semaine, comme tous les élèves de troisième. Où ? Il n en sait rien. Ce qui est sûr, c’est qu’il n aime pas l’école et qu’il ne se sent bon à rien. « J’ai ma coiffeuse qui prend des apprentis, dit Bonne-Maman, lors d’un repas de famille. Stagiaire, c’est presque pareil. » Coiffeur ? C ‘est pour les ratés, les analphabètes, décrète M. Feyrières qui, lui, est chirurgien. Louis se tait. Souvent. Mais il observe. Tout le temps. Comme il n a rien trouvé d’autre, il entre comme stagiaire chez Maïté Coiffure. Et le voilà qui se découvre ponctuel, travailleur, entreprenant, doué ! L’atmosphère de fièvre joyeuse, les conversations avec les clientes, les odeurs des laques et des colorants, le carillon de la porte, les petits soucis et les grands drames de Mme Maïté, Fifi, Clara et Garance, tout l’attire au salon. Il s’y sent bien, chez lui. Dès le deuxième jour, Louis sait qu’il aura envie de rester plus d’une semaine chez Maïté Coiffure. Même si son père s y oppose.

Louis Feyrières a 14 ans, il vit à Orléans et est en classe de 3è. Fils d’un brillant chirurgien et d’une mère au foyer, il déteste le collège et n’a aucun plaisir à aller en cours. Nul en tout, il a droit aux récriminations de son père qui, à l’inverse, était un brillant élève.

Arrive le moment de faire la fameuse semaine de stage obligatoire et comme il n’a aucune idée de ce qu’il pourrait faire, il accepte la proposition de sa grand-mère d’intégrer Maïté coiffure, le salon qu’elle fréquente.

Dès le premier jour, il est bien accueilli par madame Maïté qui trône derrière son comptoir, Clara en charge des couleurs, Fifi, maestro des ciseaux, et Garance, l’apprentie. Fifi, le seul homme du salon, le prend sous sa coupe et découvre que Louis est très doué avec des ciseaux en mains.

Louis s’aperçoit qu’il est enfin dans son élément, il aime l’ambiance du salon, le travail de coiffeur et se retrouve bien dépourvu lorsque son stage prend fin…

Avec Maïté coiffure, je poursuis ma découverte de l’œuvre de Marie-Aude Murail après Oh, Boy !, La fille du docteur Baudoin, 22 !, Sauveur et fils saison 1, saison 2, saison 3 et saison 4 ; et je suis, une fois de plus, sous le charme de sa plume et des histoires qu’elle tricote.

Dans ce récit, Marie-Aude Murail aborde avec une fois encore beaucoup de justesse des thèmes liés à l’adolescence, ici l’échec scolaire et la différence. A travers Louis, elle redonne confiance à celles et ceux pour qui les études ne coulent pas de sources et démontre qu’un travail manuel peut mener à l’épanouissement professionnel et personnel.

Issu d’une famille bourgeoise, Louis est destiné à faire de longues études, son père rêve d’en faire un chirurgien et il ne va cesser de dénigrer les aspirations de son fils. Heureusement, Louis peut compter sur son proviseur, sa mère, sa grand-mère, sa jeune sœur et le personnel du salon, pour réaliser son rêve : devenir coiffeur.

D’autant que si il n’est pas doué pour les études, il déborde d’idées marketing et commerciales et que sous son impulsion, Maïté coiffure va connaître un nouveau souffle.

Marie-Aude Murail n’en oublie pas d’aborder des thèmes sociaux qui traversent ses autres romans comme l’amitié, le handicap, la violence, les préjugés, l’homosexualité…

Un très joli roman qui donne de l’espoir, montre qu’avec une grande détermination, on peut réaliser ses rêves, réussir ce que l’on entreprend malgré un environnement hostile.

Un récit à mettre dans les mains des collégiens dès 13 ans.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Comme Les Trois Mousquetaires étaient quatre, les Quatre Soeurs Verdelaine sont cinq. Il y a les plus jeunes, celles qui, chacune, donnent son titre à une partie de ce livre : Enid, 9 ans, se dévoue à la protection des pensionnaires du grand sycomore du jardin, Blitz l’écureuil et Swift la chauve-souris, et dialogue à l’occasion avec son ami Gnome de la Chasse d’eau. Hortense, 11 ans, passe le plus clair de son temps à lire, à tenir son journal et à se demander ce qu’elle va faire comme métier. Architecte ? Chirurgienne ? Bettina, 14 ans, fait sa bêcheuse dans la salle de bains, se shoote aux 218 épisodes du feuilleton Cooper Lime, copine avec Denise et Béhotéguy, et enquiquine le reste du monde. Geneviève, 16 ans, prend des cours de boxe thaïe essoufflants tandis que les autres la croient occupée à baby-sitter. Mais il y a aussi Charlie, l’aînée, 23 ans, qui s’occupe de tout : bricoler, cuisiner, travailler dans un labo, aimer Basile, tirer le diable par la queue et tenter d’élever ses cadettes depuis la mort des parents. Tout ce petit monde habite la Vill’Hervé, une grande maison au bout du bout de la lande, au bord du bord de la falaise, pleine de recoins, de mystère, d’hôtes de passage et de pannes de Madame Chaudière.

De Enid à Hortense, de Bettina à Geneviève, de l’automne à l’hiver, du printemps à l’été, on suit le quotidien des sœurs Verdelaine pendant une année.

Comme les trois mousquetaires étaient quatre, les sœurs Verdelaine sont en réalité cinq et depuis la mort accidentelle de leurs parents, les quatre sœurs âgées respectivement de 9, 11, 14 et 16 ans vivent sous la responsabilité de Charlie, leur sœur aînée de 23 ans qui a du abandonner ses études de médecine et trouver un job dans un laboratoire pharmaceutique.

La fratrie Verdelaine vit dans une grande maison, la Vill’Hervé, nichée sur une falaise face à la mer, quelque part en Normandie. Dans cette intégrale découpée en parties, autant de sœurs et de saisons, chacune d’entre elles donne la parole à l’une des quatre sœurs cadettes, comme vous l’aurez sûrement déjà compris.

J’avais beaucoup aimé les adaptations graphiques de Cati Baur lues au fur et à mesure de leur parution : Enid, Hortense, Bettina et Geneviève, il me tardait donc de découvrir l’œuvre originale signée Malika Ferdjoukh, d’autant que j’avais eu un énorme coup de coeur pour Broadway Limited tome 1 Un dîner avec Cary Grant !

Et bien que connaissant les différentes histoires de ces récits, je ne ressors pas déçue du tout de cette lecture bien au contraire, j’ai aimé me replonger dans la vie de ces jeunes filles, de suivre leur quotidien, leurs amours, leurs amitiés, et quelque soit leur âge, elles se révèlent attachantes même si Bettina est loin d’être sympathique à certains moments.

Bien que catégorisée jeunesse / adolescence, je trouve cette saga agréable à lire quelque soit son âge, je suis moi-même bien plus âgée que les différentes protagonistes et déjà maman et j’ai été justement très touchée par ces enfants et adolescentes marquées par le décès de leurs parents et qui doivent grandir sous la férule d’une jeune femme propulsée chef de famille, à l’âge où elle devrait être insouciante elle aussi.

Malika Ferdjoukh a le don d’aborder des choses graves tout en légèreté, humour et émotion comme sait si bien le fait Marie-Aude Murail, sans être tire larmes ou tomber dans le pathos.

Au fil du récit, on rit (notamment à chaque visite de la tante Lucrève et de son chien Delmer), on s’émeut, on a des frissons et des angoisses, en somme on vibre et on referme cette intégrale à regret.

Un petit bémol toutefois pour moi : Charlie est la grande oubliée de cette saga familiale, j’aurai aimé avoir son point de vue c’est dommage que l’auteure ne nous ai pas offert cette possibilité car à mon avis, elle en aurait des choses à dire.

Si vous n’avez jamais lu Quatre sœurs, je ne peux que vous inciter à découvrir à votre tour les sœurs Verdelaine, vous passerez un charmant moment en leur compagnie.

Un grand merci à ma copinaute Claire pour m’avoir offert ce petit bijou.

Read Full Post »

Older Posts »