Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘roman historique’

Née en Malaisie, Dinah Jefferies est arrivée en Angleterre à neuf ans. Sa passion pour l’Asie du Sud-Est et l’Extrême-Orient ne s’est jamais démentie, et elle saisit chaque occasion de s’y rendre. Elle a fait pendant un temps partie d’une communauté avec un groupe de rock, et a travaillé dans le domaine de l’art. Après avoir vécu en Italie et en Espagne, elle habite désormais dans le Gloucestershire avec son mari (et un Norfolk Terrier malicieux) et se consacre à l’écriture. 

En 1936, Bella Hatton débarque à Rangoon, en Birmanie, pour embrasser une carrière de chanteuse de cabaret.

Mais depuis la mort de ses parents, Bella est tourmentée par un article de journal qu’elle a découvert, annonçant le départ précipité de sa mère et de son père de Rangoon après la disparition de leur bébé, Elvira, vingt-cinq ans auparavant.

Bella est prête à tout pour découvrir ce qui est arrivé à sa sœur même si elle se confronte vite à des ragots malveillants et à des menaces.

Oliver, un séduisant journaliste américain, promet de lui apporter son aide. Mais dans un pays où les émeutes entre Birmans et Indiens sont fréquentes, Bella devra apprendre à qui elle peut réellement se fier pour accéder à une vérité étouffée depuis des années.

La disparue de Birmanie est le dernier roman de Dinah Jefferies qui s’est fait connaître avec La mariée de Ceylan. Avec ce roman, elle nous propose une histoire ô combien dépaysante qui nous emmène, comme son nom l’indique, en Birmanie, alors sous domination britannique.

Comme vous le savez, j’affectionne tout particulièrement les romans avec des secrets de famille et si vous êtes comme moi, ce roman a tout pour vous plaire. Dinah Jefferies nous propose une histoire avec son lot de rebondissements, un suspens bien distillé et un soupçon d’amour.

Portée à deux voix, Bella en 1936 et Diana, sa mère, deux décennies auparavant, l’histoire a pour point de départ un enlèvement, celui de la soeur aînée de Bella. Les autorités de l’époque voient très vite en Diana la coupable idéale car elle avait du mal à supporter les pleurs de son nouveau-né.

La petite fille de trois semaines disparaît en 1911 et vingt-cinq ans plus tard, sa sœur fera tout pour découvrir la vérité, au grand dam des derniers témoins qui feront tout pour que le mystère reste entier. Car on découvre très vite que l’enquête n’a pas été bien loin et l’affaire vite étouffée.

L’histoire, très prenante, est bien menée avec suffisamment d’action et de rebondissements qui relancent sans cesse notre intérêt pour la quête de Bella. Il y a bien quelques facilités et un dénouement un peu trop attendu mais ça n’a en rien gâché ma lecture.

La plume de Dinah Jefferies est fluide, les pages se tournent toutes seules et on arrive bien vite au bout de ce petit pavé. Le cadre historique est de qualité, l’autrice s’est très bien documentée sur les bouleversements que connait la Birmanie à cette époque et franchement on s’y croirait. D’autant plus, qu’elle nous décrit à merveille les paysages, les plantes, fleurs, odeurs, traditions…

Un roman historique que je vous recommande si ce que je vous en ai dit vous tente !

Read Full Post »

Né à Rome où il vit et écrit, Luca Di Fulvio est l’auteur de dix romans dont trois sagas mythiques, parues chez Slatkine et Cie : Le Gang des rêvesLes Enfants de Venise et Le Soleil des rebelles.

1913, trois jeunes gens embarquent pour l’Argentine. La rebelle Rosetta fuit son village italien. A la mort de ses parents, harcelée, elle n’a eu d’autre choix que d’abandonner sa ferme.

Rocco, fier et fougueux jeune homme, laisse derrière lui sa Sicile natale. Il refuse de se soumettre à la Mafia locale.

Raechel, petite juive russe, a vu sa famille décimée dans un pogrom. Elle n’emporte avec elle que le souvenir de son père.

Le nouveau monde les réunira pour le pire et le meilleur…

L’an dernier, j’avais découvert la plume de Luca di Fulvio avec Le gang des rêves, son premier roman. J’étais sortie de cette lecture avec quelques bémols mais plutôt emballée.

Je m’attendais à apprécier tout autant l’un de ses derniers romans : Les prisonniers de la liberté, une grosse briquasse qui me promettait un dépaysement total en Argentine.

Hélas, ce ne fut pas le cas, je suis bien déçue et je pense m’arrêter là avec cet auteur qui rencontre un beau succès mais qui ne me convient pas.

Tout d’abord, le schéma narratif de ce roman ressemble un peu trop à mon goût au gang des rêves : une histoire d’émigration au début du XXè siècle, des péripéties en pagaille, de la violence, des thématiques fortes, de la mafia, de la prostitution et des longueurs à foison.

Ensuite, il y a bien trop de manichéisme et des personnages trop caricaturaux à mon goût : d’un côté, les bons sont très bons, tellement charitables et solidaires, débordant de bons sentiments… Et de l’autre, des méchants dans ce que l’on fait de pire : d’horribles criminels, impitoyables, cruels et sadiques.

L’auteur en fait des tonnes et rabâche sans cesse ce manichéisme et cette violence, jusqu’à l’insoutenable, parfois j’ai eu l’impression d’être dans un roman bien dégueu du marquis de Sade et pour moi, c’est vraiment pas un compliment. Trop de drama tue le drama et pour moi l’intrigue en perd toute crédibilité.

Au-delà de la violence gratuite, surtout faite aux femmes, ce qui m’a bien agacée (viols, tortures, coups, assassinats…), l’intrigue manque de réalisme : je m’étonne que des migrants fraîchement débarqués à Buenos Aires maîtrisent l’espagnol en l’espace de quelques semaines, notamment Rachael qui ne parle que russe ou yiddish en mettant le pied à Buenos Aires, et est en mesure de publier des chroniques pleines d’humour et de mordants dans un grand quotidien, lit des romans en espagnol sans aucune difficulté, etc.

Alors certes, Luca di Fulvio est une formidable conteur mais ce roman m’a fortement déçue : trop de ressemblances avec le gang des rêves, trop de violences gratuites, trop de manichéisme, n’est pas Ken Follett qui veut !

Belette, qui m’a accompagnée dans cette lecture, n’est pas d’accord avec moi, allez lire son avis ici.

Read Full Post »

Avant de s’installer à Brighton avec son mari et ses deux enfants, Jenny Ashcroft a vécu de nombreuses années en Australie et en Asie, ce qui lui a inspiré une passion pour les histoires ayant pour toile de fond les lieux exotiques. Elle est diplômée en histoire et a toujours été fascinée par le passé – en particulier par la façon dont les événements extraordinaires affectent la vie des gens ordinaires. Une île en Orient est son deuxième roman.

Singapour, 1897. À vingt ans, Harriet et Mae Grafton sont des jumelles nées d’une liaison scandaleuse. Alors qu’elles sont rejetées par la bonne société, elles ne peuvent que compter l’une sur l’autre.

Mais lorsque leur riche bienfaiteur, qui n’est autre que leur père naturel, les envoie à Singapour, afin que l’une d’entre elles épouse David Keeley, pressenti pour être le nouveau gouverneur de l’île. Si Mae n’a rien contre, Harriet ne veut pas en entendre parler.

Lors d’une soirée, elles font la connaissance du mystérieux Alex Blake, et en sont très vite éprises. Leur relation se détériore car Mae en vient à jalouser sa soeur qu’Alex et David souhaitent épouser…

Singapour, 1941. Petite-fille de Mae, Ivy Harcourt travaille à Londres et est affectée à Singapour, alors sous la menace d’une invasion japonaise.

Même si Ivy redoute de vivre sur cette île qui lui est totalement étrangère, elle n’est pas du tout préparée à ce qui l’y attend : des inconnus surgissant du passé de sa grand-mère, une histoire d’amour inattendue et un secret qui n’attend que d’être découvert…

Une île en Orient attendait bien sagement dans ma PAL depuis quelques mois, en prévision de l’été car la couverture, très jolie et clairement estivale, m’incitait vraiment à le découvrir à la belle saison.

Roman à double temporalité, en 1897 et en 1941, et à deux voix, nous suivons tour à tour Mae lors de son séjour à Singapour en 1897 alors que jeune fille, elle espère trouver un mari et accéder à la respectabilité, elle dont la naissance est entachée de scandale.

Et en 1941, c’est Ivy Harcourt, sa petite-fille, marquée par la mort de son ancien amoureux allemand tombé au combat et d’un bombardement londonien qui l’avait enseveli pendant plusieurs heures durant. Parlant couramment allemand et japonais, elle travaille pour l’espionnage anglais et elle est envoyée à Singapour, alors menacée d’attaque par les japonais.

Deux grandes histoires d’amour, des secrets de famille, une trahison bouleversante, la guerre : voilà les éléments clés de cette histoire qui réserve son lot de surprises et de suspens.

Bien que le récit ne manque pas de longueurs dont on aurait pu clairement se passer, Jenny Ashcroft nous propose avec ce second roman, le premier publié en français, un véritable page-turner totalement dépaysant puisqu’il se passe quasi-exclusivement à Singapour, une île au large de la Malaisie alors sous protectorat anglais.

Je me suis passionnée pour la partie qui se passe en 1897 autour d’Harriet, Mae, David et Alex que j’ai trouvé intéressante même si, pour moi, elle manque à certains moments de crédibilité.

J’ai beaucoup aimé Harriet, sa forte personnalité et son histoire d’amour avec Alex. Mae fait pâle figure à côté d’elle mais elle est très représentative des jeunes filles de cet époque. Quant à David, il est détestable de bout en bout. On peut reprocher à l’autrice un peu de caricature dans la psychologie de ses personnages mais cela ne m’a pas dérangé outre mesure.

Les thèmes abordés dans cette partie ne manquent pas d’intérêt : l’origine scandaleuse des jeunes filles, la volonté d’indépendance, le mariage, la trahison, la manipulation, l’amour impossible… et apportent une touche sulfureuse et suggestive assez captivante.

La partie en 1941 est plus convenue et porte essentiellement sur l’histoire d’amour entre Ivy et Kit et surtout la guerre dans le Pacifique avec les combats, les camps de prisonniers… Si j’ai trouvé ces deux personnages sympathiques, leur histoire a un tel air de déjà vu, qu’elle ne m’a guère intéressée et que j’ai lu bien des pages en diagonale même si d’un point de vue purement historique, c’est intéressant.

Vous l’aurez compris, un avis en demi-teinte et une petite déception pour moi que cette saga fleuve qui n’a pas su complètement me captiver.

Read Full Post »

Stacey Lee vit en Californie. C’est une fille d’immigrés chinois de la 4e génération. Au XIXe siècle ses ancêtres, côté maternel, furent d’abord refoulés par le Chinese Exclusion Act. Son père, lui, est arrivé à San Francisco en 1953. Diplômée de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA) et de l’UC Davis School of Law, elle a été avocate dans la Silicon Valley pendant plusieurs années, avant de se consacrer totalement à son travail d’écrivaine. Spécialiste du YA, elle signe son 4e roman avec « La Vie vue d’en bas ».

Atlanta, 1890. Jo Kuan adore son travail de modiste mais elle est renvoyée brutalement. Une jeune chinoise n’a pas le droit de donner son avis, même sur les chapeaux qu’elle confectionne. Ses beaux rêves d’avenir s’effondrent.

La jeune fille vit pauvrement et clandestinement dans le sous-sol du journal local avec Old Gin qui l’a élevé comme un père depuis sa naissance car Jo est orpheline et n’a jamais connu ses parents.

Les Payne, qui emploient Old Gin, l’embauchent comme femme de leur chambre de leur fille Caroline, à elle de chaperonner la jeune fille et répondre à ses désirs.

Jo déteste sa nouvelle place et, dissimulée sous le pseudonyme de Miss Sweetie, elle commence à écrire pour la rubrique courrier des lecteurs. Impertinente et progressiste, elle égratigne le racisme et le sexisme ordinaires.

Et bientôt, en ville, tout le monde ne parle plus que de cette mystérieuse chronique…

Avec La vie vue d’en bas, Stacey Lee propose aux adolescents roman historique et initiatique qui montre le combat de Jo pour sortir de la misère avec son père adoptif.

L’autrice aborde à travers son héroïne très courageuse la place des femmes en cette fin du XIXè siècle : domestique, employée ou bourgeoise, chacune doit à cette époque tenir son rang et se tenir loin des lieux de pouvoir.

Jo est en but au racisme dont est victime la communauté chinoise. Ces ressortissants ont remplacé les noirs devenus libres dans les plantations et leur sort n’est guère plus enviable que les esclaves. Ils se sont vite enfuis et installés dans les villes où ils sont considérés comme des citoyens de seconde zone, encore plus mal lotis que les afro-américains, c’est dire.

La jeune fille veut faire changer les mentalités et profite de sa rubrique pour éveiller les consciences. Féministe, elle s’engage dans le mouvement suffragiste et on découvre avec elle, que là aussi, les domestiques et les femmes de couleurs ne sont pas les bienvenues, un comble !

Toutes ces thématiques sont intéressantes et inspirantes, elles sont bien abordées par Stacey Lee, et pourtant, j’ai eu un peu de mal à me passionner pour cette histoire, trop adolescente pour moi, avec quelques clichés, un dénouement un peu trop facile, une romance et un manichéisme dont je me serai bien passée.

Même si j’ai apprécié les thématiques, les secrets de famille de Jo et surtout les missives de Miss Sweetie qui sont un régal, ce roman manque pour moi de réalisme et tombe un peu trop dans la facilité mais je le conseille aux adolescent.e.s, public visé par l’autrice, qui ne manqueront pas d’apprécier davantage ce roman fait pour eux.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Milan pour cette lecture.

Read Full Post »

Diplômé de Cambridge, Julian Fellowes est acteur, auteur, metteur en scène et producteur, récompensé de multiples fois. Il est l’unique scénariste et le producteur exécutif de la série à succès Downton Abbey pour laquelle il a reçu trois Emmy Awards. C’est aussi le scénariste de Gosford Park et l’auteur de deux romans : Snobs (JC Lattès) et Passé imparfait (Sonatine).

Le 15 juin 1815, le bal devenu légendaire de la duchesse de Richmond réunit à Bruxelles tous les grands noms de la société anglaise. La plupart des beaux officiers présents ce soir-là périront quelques heures plus tard sur le champ de bataille de Waterloo, faisant de cette réception l’une des plus tragiques de l’histoire.

Mais cette nuit va aussi bouleverser le destin de Sophia Trenchard, la ravissante fille du responsable de l’intendance du duc de Wellington. Vingt-cinq ans plus tard, les Trenchard, en pleine ascension sociale, se sont installés dans le nouveau quartier de Belgravia et pensaient laisser derrière eux ces terribles événements.

Mais dans un monde en mutation où l’aristocratie côtoie désormais la classe émergente des nouveaux riches, certains sont prêts à tout pour que les secrets du passé ne menacent pas leurs privilèges…

Avec Belgravia, il est question d’amours contrariées, d’intrigues entre classes sociales, des rôles des domestiques. Cela ne vous rappelle pas Downton Abbey ? C’est normal, ce roman a été écrit par Julian Fellowes, le créateur de cette série que j’adore.

Et on retrouve dans ce roman tout le talent et le charme du scénariste de Gosford Park, c’est bien simple j’ai été sous le charme de la première à la dernière page. L’histoire, les personnages, le contexte historique, tout m’a plu !

L’histoire est intéressante, prenante à suivre, pleine de rebondissements et d’évènements qui éveillent sans cesse la curiosité du lecteur. Un bal tragique à la veille de la bataille de Waterloo, la mort des amoureux et vingt ans de chagrin pour leurs parents.

Et puis un jour, une mère murmure le secret qu’elle a gardé si longtemps, en dépit de l’interdiction faite par son mari, pour soulager la peine amère d’une duchesse qui pourtant la méprise.

Et voilà les deux familles qui n’auraient jamais du se côtoyer, prises dans une tourmente de sentiments. Les complots s’ourdissent, les domestiques trahissent. Le pitch n’est pas original, des jeunes filles séduites par des aristocrates, mais il est efficace !

Le récit, bien construit, est porté par des personnages hauts en couleur, déterminés, chacun dans sa caste qu’ils s’agissent de nobles et roturiers, de maîtres et valets.

Comme dans Downton Abbey, on voit l’arrogance de l’aristocratie anglaise au début du XIXème siècle où il vaut mieux être premier né que cadet, l’émergence de la bourgeoisie dont le travail et l’intelligence portent ses fruits et le sort peu envieux des domestiques.

Car aux premières loges des maîtres, les servantes, majordomes, caméristes, maîtres d’hôtel, qui en savent beaucoup plus que ce que leurs employeurs le souhaiteraient, ne perdent pas une miette de ce qui se passe dans les étages et tenteront de tirer profit des évènements.

Vous l’aurez compris, Belgravia est un roman historique réussi, que j’ai pris grand plaisir à lire et que je recommande aux amoureux de la littérature anglaise et aux fans de Downton Abbey of course !

Lu dans le cadre du Mois Anglais :

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

D’origine irlandaise, Jess Kidd vit aujourd’hui à Londres. Elle est l’auteure de trois romans unanimement salués par la critique, qui témoignent tous d’une imagination débordante et d’un univers très personnel. Les Voleurs de curiosités est son premier livre publié en France.

Londres, 1863. Bridie Devine, détective spécialisée dans les affaires délicates, a du mal à se remettre de sa dernière affaire : elle n’a pu sauver le petit garçon qu’elle était chargée de retrouver, lorsqu’elle est contactée par un nouveau client.

Elle s’attaque alors au cas le plus insolite de toute sa carrière. Christabel Berwick, l’héritière d’un baronnet, a été kidnappée. Mais la fillette n’est pas une enfant ordinaire. Son existence a été cachée aux yeux de tous et ses étranges talents semblent autant effrayer son entourage qu’ils attirent l’attention des collectionneurs de curiosités.

Aidée dans sa quête par le fantôme tatoué d’un boxeur mélancolique, Bridie suit pas à pas les traces laissées par les ravisseurs, replongeant malgré elle dans un passé qu’elle a tenté d’oublier…

Les voleurs de curiosités m’avait tapé dans l’oeil dès sa parution, appâtée par cette très belle couverture où l’on voit une sirène, par le contexte historique, Londres à l’époque victorienne est une période que j’aime beaucoup, et par la 4è de couverture qui promet résurrectionnistes, saltimbanques mercenaires, fantôme, créature aquatique légendaire et autre freaks.

Autant de personnages qui hantent effectivement les pages de ce roman où le spectacle est roi, et qui fait la part belle à une intrigue addictive mêlant enquête et aventures. Le récit se révèle vraiment original, le décor historique est bien là, j’ai passé un très bon moment de lecture car toutes les promesses ont été tenues.

Le premier point fort de ce roman, ce sont les personnages : Bridie, Cora, Ruby et l’inspecteur Rose sont bien construits, attachants et plus la lecture avance, plus on en apprend sur leurs passés, plus ils semblent sympathiques.

Bridie est une femme forte, indépendante, qui ne se laisse jamais abattre. Elle a pourtant eu une enfance particulièrement difficile et pauvre comme tous les personnages qui traversent ce roman.

J’ai beaucoup aimé aussi la relation que Bridie entretient avec son acolyte fantôme qu’elle a connu dans son passé mais dont elle ne se souvient pas.

L’intrigue est très originale comme je vous l’ai dit plus haut car nous sommes ici dans le registre du roman historique avec une enquête, des légendes irlandaises, une ambiance freak, avec des touches de fantastique et de surnaturel qui ne tombent jamais à plat.

L’autrice arrive à bien doser tous ces ingrédients pour proposer une intrigue prenante de bout en bout. Sa plume est très agréable, les pages défilent toutes seules et lorsque l’on arrive au point final, on a eu toutes les réponses aux questions que l’on se pose tout au long du récit.

Petit bémol toutefois : j’ai trouvé la fin un peu abrupte, je ne m’attendais pas à une résolution aussi brève. J’espère toutefois qu’une suite est prévue car j’ai vraiment aimé les personnages et l’ambiance du roman. Si vous aimez ce genre de roman, je vous le conseille.

Belette qui m’a accompagné dans cette lecture a beaucoup aimé également, son avis ici !

Read Full Post »

Anne-Gaëlle Huon a une passion pour les listes et une tendresse particulière pour les vieilles dames. Sa plume lumineuse et optimiste met en scène des personnages attachants empreints d’une vraie joie de vivre. Après le succès du Bonheur n’a pas de rides, elle nous invite en Provence avec Même les méchants rêvent d’amour. 

Rosa a quinze ans quand elle prend la route avec sa soeur Alma, un froid matin d’automne, avec une seule idée en tête : rejoindre le Pays basque pour devenir couseuse d’espadrilles et échapper à son destin.

Mais en chemin, un drame survient qui marquera son existence à tout jamais. Heureusement, quelques semaines après son arrivée à Mauléon, elle rencontre les Demoiselles, des femmes fantasques et mystérieuses vivant au milieu des livres, des jarretières et des coupes de champagne.

Qui sont-elles ? Quel secret cachent-elles ? Libres et incandescentes, accompagnées d’un majordome plus grand qu’une cathédrale, d’un chauffeur louche et d’un perroquet grivois, les Demoiselles n’auraient jamais dû croiser la route de Rosa. Pourtant, ces femmes vont changer sa vie.

Les demoiselles signent mes retrouvailles avec Anne-Gaëlle Huon dont j’avais apprécié Même les méchants rêvent d’amour mais pas du tout Le bonheur n’a pas de rides.

Vous connaissez mon intérêt pour les années 20, ce roman historique ne pouvait qu’atterrir dans ma PAL et il n’a pas eu le temps d’y rester puisque je l’ai lu quelques jours après l’avoir acheté.

Ce troisième roman de l’autrice d’origine basque fut une agréable parenthèse qui m’a accompagnée le temps d’un week-end. L’histoire, portée par l’écriture fluide et agréable d’Anne-Gaëlle Huon, m’a beaucoup plu. Elle fait la part belle aux femmes libres et indépendantes, à une époque où le rôle des femmes était dévolu au foyer.

Anne-Gaëlle Huon s’attache à dévoiler la condition féminine de cette époque encore corsetée où les femmes passaient du joug de leur père à celui de leur mari sans ciller.

Un temps où les violences faites aux femmes semblent bien normales et ordinaires que ce soit dans le mileu familial ou du travail. Un temps où les hommes sont tout-puissants, comme aujourd’hui hélas !

Une époque où la sexualité était affaire de mariage et où les filles-mères étaient montrées du doigt, souvent contrainte de quitter leur région voire d’abandonner leur enfant.

De tout ceci, il est question dans ce roman mais pas que ! L’autrice nous parle de deuil, d’amour, de relations entre soeurs, entre mères et filles, de sororité, de rivalité et de mode.

Ce roman nous permet aussi de découvrir l’existence des Hirondelles, ces jeunes filles espagnoles qui traversaient les Pyrénées pour aller coudre des espadrilles au pays basque six mois par an et qui leur permettait de s’offrir ensuite leur trousseau de mariage.

Au-delà de l’intrigue et des thématiques, le point fort de ce roman ce sont les personnages : Rosa, Colette, Bernadette, Marcel, Lupin, Melle Thérèse et Melle Véra sont attachants et plutôt hauts en couleurs, j’ai beaucoup aimé suivre l’évolution de leurs vies.

Petit bémol pour moi : le côté historique n’est pas assez travaillé, on passe de 1923 à 1939 puis aux années 50 de façon trop précipitée et cela ne me semble pas crédible qu’une héroïne née en 1908 soit encore vivante en 2021 pour raconter son histoire.

En dépit de ce bémol qui peut décevoir les adeptes de l’Histoire comme moi, je vous conseille ce roman si vous êtes à la recherche d’une histoire pétillante et pleine d’émotion !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois

Née en Normandie, Karine Lebert a notamment publié aux Presses de la Cité Les Demoiselles de Beaune (2017), Les Amants de l’été 44 (2018), sa suite, indépendante, Pour l’amour de Lauren (2019) et Les Murmures du lac (2020).

De nos jours, à Trouville, lors d’une remise de médaille pour saluer son action héroïque durant la Libération, Alma est victime d’un malaise. Elle a ces mots : « Pardonne-moi, Lucie… » car elle porte en elle un secret qui a hanté longtemps son existence hors du commun.

En 1944, Alma s’est enrôlée parmi les Rochambelles, ces infirmières et ambulancières de la 2e DB. Elle était au plus près des soldats, de l’Angleterre aux plages du Débarquement, de Paris à l’Allemagne, conciliant son engagement et sa vie de femme.

Au sein d’une famille désunie, sa petite-fille, Marion, va chercher à remonter le fil du temps et le passé d’Alma, en interrogeant des témoins de l’époque. Afin de savoir qui est Lucie. Et de découvrir le secret coupable d’Alma…

Quel plaisir de retrouver la plume de Karine Lebert à l’occasion de son tout nouveau roman : Pour l’honneur des Rochambelles. Vous le savez si vous me suivez depuis un petit moment, j’avais adoré sa duologie Les amants de l’été 44 et Pour l’amour de Lauren qui avaient pour cadre la seconde guerre mondiale.

Si, comme moi, vous aimez les romans sur deux temporalités, les secrets de famille, les destins de femmes et que vous aimez retrouver la guerre 39/45 dans vos lectures, je ne peux que vous conseiller ces trois romans, vous allez à coup sûr les apprécier.

Karine Lebert connaît manifestement très bien cette époque de notre histoire qu’elle prend pour toile de fond de ses romans. La romancière alterne la narration entre le présent et le passé, entre Marion et Alma, en donnant tour à tour la parole à ses deux héroïnes et aborde un sujet assez méconnu de la seconde guerre mondiale : les Rochambelles.

Je ne connaissais pas avant d’entamer cette lecture l’existence des Rochambelles, nom donné aux conductrices ambulancières de l’unité Rochambeau, qui faisait partie de la 2ᵉ division blindée du général Philippe Leclerc pendant la Seconde Guerre mondiale et j’ai beaucoup aimé découvrir le quotidien de ces femmes courageuses de l’Afrique du Nord à l’Angleterre, de la France à l’Allemagne, c’était réellement passionnant.

Si le récit au passé est intéressant, celui au présent, une fois n’est pas coutume, l’est tout autant. L’enquête de Marion pour remonter le fil de l’histoire de sa grand-mère, même si cela est un peu trop facile pour être tout à fait crédible, se révèle très addictive, avec des thématiques fortes comme les filles-mères et le sort réservé à leurs bébés, la santé mentale et les conditions de vie dans les asiles psychiatriques pendant la guerre et les deux décennies qui suivent.

Certaines scènes sont réellement bouleversantes et émouvantes tant l’autrice arrive à nous plonger dans cette histoire. C’est un roman est très complet : bien documenté d’un point de vue historique, instructif, avec du suspense, des rebondissements, de lourds secrets.

Karine Lebert fait aussi un clin d’oeil à Gemma, l’une des héroïnes de Pour l’amour de Lauren, et nous balade dans des villes normandes chères à mon coeur que sont Deauville, Trouville et Honfleur. Un voyage immobile bienvenu en plein confinement.

Passionnant de bout en bout, le dernier opus de Karine Lebert est une belle ode aux femmes, ne le manquez pas !

Un grand merci aux éditions Presses de la cité pour cette très belle lecture.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois

Catherine Bardon est une amoureuse de la République dominicaine. Elle est l’auteur de guides de voyage et d’un livre de photographies sur ce pays, où elle a passé de nombreuses années. En 2018, elle a signé son premier roman, Les Déracinés, paru aux Escales.

Vienne, 1932. Au milieu du joyeux tumulte des cafés, Wilhelm, journaliste, rencontre Almah, libre et radieuse. Mais la montée de l’antisémitisme vient assombrir leur idylle.

Au bout de quelques années, ils n’auront plus le choix ; les voilà condamnés à l’exil. Commence alors une longue errance de pays en pays, d’illusions en désillusions. Jusqu’à ce qu’on leur fasse une proposition inattendue : fonder une colonie en République dominicaine.

En effet, le dictateur local a offert cent mille visas à des Juifs venus du Reich. Là, au milieu de la jungle brûlante, tout est à construire : leur ville, leur vie.

Fondé sur des faits réels, Les déracinés est le premier tome d’une fresque familiale et historique, qui révèle un pan méconnu de notre histoire récente.

A travers les destins d’Almah et de Wilhelm, Catherine Bardon qui signe ici son premier roman, dépeint le sort des êtres pris dans les turbulences du temps, la perte des rêves de jeunesse, la douleur de l’exil et la quête des racines.

C’est un roman fleuve, passionnant, où l’on suit notre couple de héros à Vienne puis dans l’exil en République Dominicaine. Le sujet questionne, interroge : peut-on se reconstruire lorsque l’on devient apatride après avoir été confronté brutalement à l’Histoire ?

On va assister à la montée du nazisme, à la perte pour les personnages et leurs familles de leurs métiers, de leurs entreprises, jusqu’au jour où poussés par leurs parents respectifs et Myriam, la soeur de Wilhelm, ils optent pour l’exil la mort dans l’âme.

La difficulté d’avoir des visas se pose alors que tous les pays mettent en place des quotas et l’ensemble des juifs ne pourra malheureusement pas quitter l’Autriche.

La douleur du déracinement, l’errance pendant près d’un an avant de finalement accepter de rejoindre la république dominicaine où règne sans partage la dictature de Rafael Trujillo, l’abandon de leur profession de journaliste et de dentiste pour refaire leur vie dans un esprit communautaire, rien ne sera épargné à Wilhelm et Almah.

Si j’ai adoré toute la partie viennoise véritablement passionnante, j’ai un peu moins goûté la partie dominicaine où il y a trop de longueurs à mon goût même si j’ai trouvé très intéressant de découvrir comment s’organisait un kibboutz.

Je ne savais absolument rien sur ces villages collectivistes nés au début du XXè siècle en Palestine et où l’individu doit s’effacer devant le collectif, une organisation qui va beaucoup perturber notre couple qui souffre de perdre son intimité.

Malgré mes réserves sur les longueurs, j’ai beaucoup aimé ce premier tome, très bien écrit et documenté, notamment grâce au personnage solaire d’Almah. Je lirai avec plaisir la suite de cette saga familiale puisque les tomes 2, 3 et 4 sont dans ma PAL.

Et vous, vous aimez les sagas familiales ?

Read Full Post »

Gaëlle Josse est l’auteure des Heures silencieuses, Nos vies désaccordées (prix Alain-Fournier 2013), Noces de neige et Le dernier gardien d’Ellis Island, qui a reçu le prix de littérature de l’Union européenne en 2015 et qui a été traduit dans une dizaine de langues.

Delft, novembre 1667. Tout paraît à sa place dans la vie de Magdalena, épouse de Pieter Van Beyeren, administrateur de la Compagnie des Indes Orientales.

Rigoureuse, intelligente, maîtresse d’elle-même, elle aurait pu succéder à son père mais elle a dû renoncer à ses rêves d’aventure sur ses bateaux. Là n’est pas la place d’une femme. Sa place est au foyer.

Magdalena doit se limiter à cet espace intérieur où elle a souhaité se faire représenter à son épinette, de dos. Un décor à secrets capturé par le peintre Emmanuel de Witte que son journal intime dévoile.

Déceptions, souvenirs, drames familiaux, deuils mais aussi joies et désirs interdits, chaque soir Magdalena Van Beyeren se confie à son journal intime…

Inspiré par un célèbre tableau d’Emmanuel De Witte, reproduit sur la couverture, Les heures silencieuses est le premier roman de Gaëlle Josse et celui qui me permet de connaître enfin sa plume si souvent vantée.

Et je ne peux qu’être d’accord avec les autres lecteurs, ce très court roman est magnifique, portée par la plume poétique de Gaëlle Josse.

Un texte lumineux qui nous brosse le beau portrait d’une femme droite et courageuse dans le peu d’espace qui lui est accordé. Lu d’une traite, j’ai adoré découvrir cette femme, ses pensées, ses désirs, ses aspirations, ses regrets, sa tristesse mais aussi ses moments de joie.

Un petit bijou d’atmosphère merveilleusement écrit et très bien documenté car au-delà du quotidien de Magdalena, Gaëlle Josse aborde aussi le commerce entre les Pays-Bas et l’Asie, en particulier avec la Chine pour ses porcelaines et le Japon pour ses soieries, mais aussi la traite d’êtres humains, commerce que notre héroïne, très pieuse, réprouve.

L’autrice sait nous toucher par sa plume délicate et son vocabulaire ciselé. La lectrice que je suis avait l’impression de vivre les scènes décrites, de s’immiscer dans l’intimité de ce foyer.

Tout est parfait dans ce roman que j’ai adoré. Mon seul petit bémol, c’est que j’étais tellement bien dans cette atmosphère feutrée que je suis arrivée au point final bien trop vite !

Read Full Post »

Older Posts »