Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘roman noir’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Auteur confirmé, Hervé le Corre signe avec ce cinquième roman un livre très original, tant par son intrigue que par son style.

Paris, 1870. Une série de meurtres sauvages semble obéir à une logique implacable et mystérieuse qui stupéfie la Sûreté, fort dépourvue face à ces crimes d’un genre nouveau.

Le meurtrier, lui, se veut artiste : il fait de la poésie concrète, il rend hommage a celui qu’il considère comme le plus grand écrivain du XIXe siècle, Isidore Ducasse, comte de Lautréamont, dont il prétend promouvoir le génie méconnu.

Les chants de Maldoror sont son bréviaire, il y trouve l’inspiration pour perpétuer ses crimes tous plus violents et sordides les uns que les autres.

Dans le labyrinthe d’une ville grouillante de vie et de misère, entre l’espoir de lendemains meilleurs et la violence d’un régime à bout de souffle, Etienne Marlot un ouvrier révolutionnaire, l’inspecteur François Latémendia de la Sûreté, Sylvie et Garance, deux femmes que la vie n’a pas épargnées, vont croiser la trajectoire démente de l’assassin.

Nul ne sortira indemne de cette redoutable rencontre…

Avec L’homme aux lèvres de saphir, Hervé Le Corre nous propose un roman noir foisonnant et original de par son intrigue et son contexte historique. Peu de romans ont pour toile de fond la Commune et ses prémisses, raisons pour lesquels ce roman a rejoint ma PAL et je n’ai pas été déçue : son atmosphère particulière est très bien rendue ici.

Au-delà de l’intrigue policière proprement dite qui nous réserve peu de mystères puisque l’identité du tueur en série nous est révélée dès les premiers chapitres, l’auteur nous propose ici un roman naturaliste digne des auteurs du XIXè siècle.

Brillamment écrit, ce récit nous immerge au coeur du Second Empire, au moment où celui-ci vacille. Sur les traces du tueur, on sillonne les rues sombres de la capitale, les quartiers ouvriers, les bordels et les troquets.

Roman choral où tour à tour le tueur, l’ouvrier, l’inspecteur, la fille de joie prennent la parole, un procédé que j’aime beaucoup et, qui est très bien maitrisé ici, permet à son auteur d’aborder plusieurs thématiques comme le quotidien de la police, la médecine légale, la misère des ouvriers et leurs revendications, les filles de joie, les troubles sociaux…

Les différents protagonistes du récit sont bien dessinés et se révèlent attachants, j’ai eu plaisir à suivre Etienne, François, Sylvie et Garance dans leur combat contre ce tueur redoutable et particulièrement sanguinaire.

Hervé Le Corre s’est formidablement bien documenté et connaît bien l’époque qu’il décrit : on assiste aux meetings ouvriers, aux combats sur les barricades, aux discours de Louise Michel… et c’est véritablement passionnant !

Autre point positif : prendre pour point de départ de l’intrigue policière et pour modus operandi du tueur Les chants de Maldoror est réellement original et cette idée a bien été exploitée.

Si j’ai beaucoup aimé ce roman, deux petites choses sont venues gâter ma lecture : connaître l’identité du tueur dès le départ, j’adore enquêter aux côtés du héros et ici je n’ai pas pu le faire. Et je déplore également quelques longueurs.

Malgré ces petits bémols, j’ai beaucoup apprécié ma lecture et je lirai à nouveau cet auteur, c’est sûr. Belette est de cet avis aussi, vous pouvez lire son avis ici.

Read Full Post »

Peu avant le voyage inaugural du Titanic, le couturier Paul Poiret donne une réception à la splendeur inégalée pour lancer sa ligne de parfums. Placée sous le signe de l’Orient, c’est « La Mille et Deuxième Nuit ». Parmi les invités, la fantasque comtesse russe Svetlana Slavskaïa, accompagnée de son secrétaire et confident Dimitri Ostrov, un jeune Juif qui a fui les Bolcheviks. La comtesse porte ses plus beaux atours, dont une extraordinaire rivière de diamants offerte par un admirateur. Mais au cours de la soirée, elle est retrouvée sans vie, probablement étranglée. Et le collier disparaît, presque sous les yeux de l’assistance…

Avril 1912. Paul Poiret, au fait de sa gloire, est sur le point de commercialiser sa ligne de parfum lovée dans de précieux flacons signés Lalique. Son lancement est prévu lors d’une des fameuses soirées qu’il sait si bien organiser : La mille et deuxième nuit.

Svetlana Slavskaïa, une fantasque comtesse russe, intime du couturier, fait bien sûr partie des invités triés sur le volet. Ce sera l’occasion pour elle de briller une fois de plus et de faire entrer dans le beau monde son cher Dimia, Dimitri Ostrov, son secrétaire et confident.

D’origine russe lui aussi, Dimia, de près de vingt ans son cadet, veille comme sur sa chère comtesse qu’il adule, ce qui n’est pas du goût d’Ivan, le fils de Svetlana. Et ce soir, il fera son entrée dans le costume de Nijinkski porté lors du ballet Shéhérazade. Poiret n’a pas fait dans la dentelle : harem, eunuques, femmes à demi nues, danseuses du ventre attendent ses convives.

Au petit matin, Dimia fait une macabre découverte, celle du corps sans vie de Svetlana, étranglée par sa rivière de diamants. Les suspects ne manquent pas et en premier lieu Dimia…

Passionnée par la Belle Epoque et les Ballets russes, Carole Geneix nous propose avec La Mille et Deuxième Nuit, son premier roman policier. Si l’histoire qu’elle nous raconte est fictive, le contexte historique est bien réel puisque Paul Poiret a bien évidemment existé et en cette année 1912, sa célébrité est à son apogée, il est la coqueluche du Tout-Paris et même des esthètes du monde entier.

Célèbre pour ses créations, Paul Poiret était surnommé « le magnifique » ou « The king of fashion » en Amérique, où ses modèles faisaient fureur, il a marqué l’histoire de la mode en la révolutionnant. Il était également fameux pour son amour des femmes et ses soirées grandioses qu’il donnait dans son hôtel particulier de l’Avenue d’Antin, et l’une des plus décadentes fut justement La mille et deuxième nuit en 1911.

Créateur de costumes pour Colette et pour les Ballets russes de Serge Diaghilev, sa maison connaîtra une fin prématurée en 1929, la crise balayant son luxe flamboyant et il décèdera à la fin des années 30 dans l’oubli et le dénuement.

Carole Geneix a la bonne idée de planter son décor en avril 1912, quelques jours avant le voyage inaugural du Titanic et pour moi qui suis fascinée par la Russie, par cette période de l’histoire, notamment pour sa mode et ses arts, cette lecture fut un réel bonheur.

J’ai adoré le contexte, les personnages et l’histoire que nous raconte l’auteure et même si la résolution de l’affaire ne m’a pas posé de problème, cela n’a en rien gâché le plaisir que j’ai pris à lire ce polar historique.

Il faut dire que sur le parpier, il avit vraiment tout pour me plaire comme je vous l’indiquais plus haut : j’aime beaucoup les créations de Paul Poiret, son goût de la démesure et de la fête, la Russie et les ballets russes, sans oublier le Titanic, qu’on croirait que Carole Geneix l’a écrit rien que pour moi !

D’un point de vue historique, c’est très réussi. L’auteure connaît la Belle Epoque sur le bout des doigts et nous rappelle le contexte dans lequel se situe son récit : une France plutôt antisémite encore marquée par l’affaire Dreyfus, aux prises avec les anarchistes de la bande à Bonnot, traqués par les brigades mobiles, dûment dotées des meilleurs véhicules et armes.

Les personnages, qui paraissent au premier abord quelque peu caricaturaux, sont en fait emblématiques de leur époque : d’un côté, les aristocrates oisifs qui s’adonnent à la vènerie et à l’antisémitisme, la police grandement corrompue et de l’autre, les artistes, forcément excentriques.

Il y a tout d’abord notre héros, Dimia, traumatisé par les pogroms de sa Russie natale, qui a grandi dans une riche propriété de la campagne. Un temps tenté par le bolchévisme qui le conduira dans une cellule du Tsar, il voue un culte à Svetlana, qui apparaît comme excessif mais qui le rend aussi très sympathique.

Svetlana, la victime, femme s’adonnant aux plaisirs artificiels, à la fois écervelée, égoïste et généreuse.

Igor, son fils, l’exact contraire de Dimia, jeune homme cruel et arriviste, détesté par sa mère et qui a bien du mal à trouver sa place au sein de la famille de sa femme, les Lansquenet.

Paul Poiret, le couturier riche et décadent, et sa moitié, Denise, qui ne veut plus de cette vie mais compte bien saigner son mari à blanc en guise de réparation.

Oriane, mannequin principal de Poiret, danseuse trop grande de l’Opéra de Paris, muse insaisissable du couturier.

Sans oublier le commissaire Champlain, aux idées empruntées à l’Action Française et l’inspecteur Bertholet qui cherche la vérité et faire avancer sa carrière.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré La mille et deuxième nuit et je vous conseille vivement ce roman noir rétro très réussi.

Read Full Post »