Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘secrets de famille’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Clarisse Sabard est née en 1984 dans une petite ville située en plein cœur du Berry. Après un bac littéraire, elle s’oriente vers le commerce. Un AVC la rattrape et elle décide de réaliser enfin son rêve : écrire. Passionnée de littérature et de voyages, elle vit aujourd’hui à Nice et se consacre à l’écriture. Son premier roman, Les Lettres de Rose, a reçu le Prix du Livre Romantique 2016, et connaît un beau succès (+ de 24 000 ex. vendus). Elle est également l’auteure de La Plage de la mariée (+ de 20 000 ex. vendus) et du Jardin de l’oubli parus aux éditions Charleston.

1910. Caussières, dans l’arrière-pays niçois. La jeune Agathe, est la fille des aubergistes du village mais rêve d’une autre vie. Elle aime passer du temps dans le jardin de la propriété de Gustave d’Aumart, un industriel qui a fait fortune dans les chemins de fer, lorsque la famille est absente.

C’est ainsi qu’elle fait la connaissance, avec d’autres enfants du village dont son meilleur ami Simon, d’Alfred, le fils de Gustave.

En attendant de vivre sa plume et de côtoyer le bon monde, elle est repasseuse et c’est ainsi qu’elle fait la connaissance de la belle Otero, célèbre danseuse et cocotte de la Belle Epoque, venue en visite chez les d’Aumart.

Cette rencontre qui va bouleverser la vie d’Agathe et unir son destin à la grande horizontale qui va la prendre sous son aile…

Un siècle plus tard, Faustine, journaliste free-lance qui a plaqué son fiancé devant l’autel, se remet tout juste d’une dépression, lorsqu’elle se voit confier la rédaction d’un dossier sur la Belle Epoque. Elle se rend alors à Caussières, chez sa grand-tante.

Caroline, âgée de quatre-vingt-dix ans lui révèle que sa mère a bien connu La Belle Otero, une figure qui fascine Faustine qui a décidé d’en faire l’héroïne de son article.

En discutant avec la vieille femme, elle apprend l’histoire d’Agathe, leur aïeule hors du commun.

En plongeant dans les secrets de sa famille, la jeune femme va remettre en question son avenir. Et la présence du ténébreux mais très secret Sébastien y est également pour quelque chose…

Le jardin de l’oubli signe mes retrouvailles avec Clarisse Sabard dont j’avais beaucoup aimé le premier roman, Les lettres de Rose et qui avait su me divertir avec La vie est belle et drôle à la fois.

Ce roman me tentait vraiment car vous n’êtes pas sans savoir que la Belle Epoque est une époque que j’affectionne et je trouve fascinante les courtisanes de cette période que furent La Belle Otéro, Liane de Pougy, Eve Lavallière, Cléo de Mérode, Yvette Guilbert, Cécile Sorel ou Emilienne d’Alençon.

J’attendais donc les passages qui me plongeraient à cette époque avec une certaine délectation mais malheureusement pour moi, ils arrivent bien tard dans le roman et surtout ils sont assez peu nombreux.

J’aurai pu m’en contenter si la partie contemporaine avait été à la hauteur de mes attentes, ce qui ne fut pas le cas. Je ne me suis pas attachée aux personnages, même si je les ai trouvés au demeurant bien sympathiques, et surtout, j’ai eu l’impression que Clarisse Sabard appliquait un canevas à toutes ces histoires, qui au fond, se ressemblent étrangement.

A commencer par l’héroïne contemporaine qui est fraichement célibataire après plusieurs années de relation, qui revient dans le giron familial et qui va tomber sous le charme du beau gosse du village, bonjour les clichés !

On voit venir la romance dès le début de l’histoire et on sait très bien comment tout ça va finir : par un happy-end général.

Toute cette partie contemporaine ne m’a pas intéressé, y compris lorsque le sujet des réfugiés tombe comme un cheveu sur la soupe, j’ai eu l’impression qu’il était juste là pour valoriser les personnages qui sont tous bons comme du bon pain, comme c’est toujours le cas d’ailleurs dans les romans de cette autrice. J’ai fini par lire ces passages en diagonale tant j’étais pressée de retrouver Agathe.

Heureusement, la partie historique est nettement plus intéressante et plutôt bien documentée même si je n’ai finalement rien appris de La Belle Otero, qui est assez peu présente dans cette histoire.

Clarisse Sabard sait, par contre, ménager ses effets et ses rebondissements, distille les informations au compte-goutte et j’ai beaucoup apprécié cet aspect-là, bravo à elle même si la façon dont Faustine découvre les secrets de sa famille, m’est apparue un peu trop simple.

Vous l’aurez compris, je ressors déçue de cette lecture que bon nombre de lectrices ont adoré, j’en attendais peut-être trop, mais si vous aimez les secrets de famille, il devrait vous plaire.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter challenge

« Il me reste quelques rêves à réaliser et le moment est venu de m’y atteler. Je vous aime très fort. À très bientôt ! Maman. »

19 décembre 2017. Léna, son frère aîné Tom et sa nièce Violette débarquent chez leur grand-mère Jacotte pour Noël. Et à leur arrivée, Léna n’en revient pas : sa mère leur a posé un lapin !

Comment sa mère, qui l’a convoquée pour passer Noël dans la maison de son enfance, a-t-elle pu disparaître en ne lui laissant que ce message sibyllin : « Il me reste quelques rêves à réaliser et le moment est venu de m’y atteler. Je vous aime très fort. À très bientôt ! Maman. » ?

La voilà donc coincée dans le petit village de Vallenot au coeur des Alpes de Haute-Provence et condamnée à passer la fête qu’elle hait plus que tout, entourée de sa famille pour le moins… haute en couleur !

Mais les fêtes de famille ont le don de faire rejaillir les secrets enfouis. Les douloureux, ceux qu’on voudrait oublier, mais aussi ceux qui permettent d’avancer…

Avec La vie est belle et drôle à la fois, Clarisse Sabard nous propose une histoire de Noël faisant la part belle à la famille. Il y a certes une petite romance, mais c’est la cerise sur le gâteau et en aucun cas la trame principale.

Autant vous le dire d’emblée, on pourrait reprocher à l’autrice d’avoir eu recours à quelques facilités : l’héroïne déteste Noël, comme dans bon nombre de romances de Noël même si ici la raison pour laquelle Léna déteste Noël est compréhensive, le dénouement est un peu trop prévisible et les personnages hauts en couleur parfois à la limite du cliché mais je n’ai pas boudé mon plaisir pendant trois cent pages et j’ai quitté cette histoire le sourire aux lèvres.

Dans ce roman Clarisse Sabard privilégie les secrets de famille, les liens intergénérationnels et les relations familiales, parfois conflictuelles, ce qui est sa marque de fabrique, on peut le dire.

Les personnages qu’elle nous propose sont bien travaillés et l’ambiance noëlique et cocooning que l’on attend dans tout roman ayant pour décor Noël et les fêtes de fin d’années sont bel et bien là : la décoration du sapin, un beau village enneigé, des chants de Noël, des feux de cheminée, des petits gâteaux, du lait de poule, rien ne manque.

L’écriture de l’auteure est fluide et ne manque pas d’humour, les chapitres sont courts et l’histoire suffisamment intéressante et bien menée pour que l’on passe un bon moment de lecture et c’est tout ce que j’attends d’un roman de Noël : des personnages attachants, des secrets, un peu de suspens, une ambiance noëlique et une pointe de romance.

Une comédie de Noël réussie, pleine d’amour, d’espoir et de douceur avec des secrets de famille qui connaissent leur dénouement lors du réveillon entre la dinde et la bûche.

Une lecture que je vous conseille si vous aimez les histoires feel-good et les secrets de famille, La vie est belle et drôle à la fois devrait vous plaire.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Au cœur d’une Bretagne magnifique, que la petite Nina retrouve avec bonheur, quittant la capitale pour deux longs mois de villégiature, c’est la vie d’une grande famille en apparence heureuse, en apparence seulement, que l’on suit au fil d’une décennie.

Petite parisienne tout droit sortie de la banlieue nord, Nina Bremeur-Duval ne vit que pour l’été, moment tant attendu tout au long de l’année puisqu’il lui permet de retrouver la famille de sa mère Valentine dans le lieu enchanteur qu’est Grande-Maison, la demeure familiale, en Bretagne.

A ses côtés, une complice, Claude, même âge (8 ans), qui a la chance de vivre à l’année à Grande-Maison, le paradis sur terre pour Nina, sa tante bien-aimée Sacha, beauté de la famille promise à un brillant avenir, l’oncle Hugo tout juste plaqué par sa femme, bonne-maman pour qui les apparences priment, bon-papa ancien banquier reconverti dans la poésie, tante Hélie papesse de l’ironie…

Cependant, ne venir qu’une fois par an, même deux mois, ne constitue pas un passeport suffisant pour être intégrée à cette puissante famille qui vit essentiellement dans le monde des apparences.

Pourtant, pour Nina, cette famille représente tout. Tout au long de l’année, elle vit en compagnie de Mamita, employée par sa mère Valentine, qui préfère résider à Londres, seule. Analyste financier chez la banque Rothschild à Londres, elle ne voit sa fille qu’en coup de vent, lui prodiguant une petite tape sur la tête pour tout signe d’affection.

Peu à peu, au fil des étés, les années passant, quelques fissures viennent lézarder le tableau idyllique de la Grande-Maison et notamment la place effective qu’occupe Nina.

Elle se refuse pourtant à voir les Bremeur-Duval tels qu’ils sont. Et lorsque la réalité se fait jour, les membres de la famille tant aimée se révèlent avec leurs faiblesses et elle découvre bien des secrets…

L’été, des secrets de famille, la Bretagne, une maison, il ne m’en fallait pas plus pour avoir envie de découvrir Les étés de Grande-Maison de la bretonne Nathalie de Broc, et si, sur le papier il avait tout pour me plaire, je ressors un peu déçue de cette lecture, non pas que ce roman soit mauvais mais parce que je n’y ai pas trouvé ce que j’étais venue chercher.

Tout d’abord, l’autrice met énormément de temps à planter son décor et pour tout vous dire je me suis un peu ennuyée pendant une bonne centaine de pages, attendant que l’intrigue démarre enfin.

Je m’attendais à ce que cette Grande-Maison soit un personnage à part entière du roman, il n’en est rien. Nathalie de Broc ne s’attarde pas sur la maison en elle-même, pourtant décor principal du roman, ce que je trouve un peu dommage.

Toute cette introduction, trop longue et bavarde à mon goût, a failli avoir raison de moi, je me suis accrochée et j’ai bien fait car arrivée à la moitié du roman, l’histoire décolle enfin et se révèle plutôt prenante !

En brossant le destin de cette famille bourgeoise sur une dizaine d’années, Nathalie de Broc a la bonne idée de montrer tous les bouleversements sociologiques qui frappent cette famille bon chic bon genre surant lew années 1970 : le divorce, l’homosexualité, le SIDA, les violences conjugales… des évènements que l’on préférait taire pour sauvegarder les apparences auxquelles ces familles tiennent tant mais qui vont leur éclater au visage.

Les personnages sont très nombreux et assez peu esquissés, leur psychologie, peu exploitée, certes Nina, héroïne du roman fait exception, mais cela reste un peu mince, j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages, et seuls Nina, Max et Sacha m’ont vraiment intéressée.

Les secrets de famille, il y en a quelques-uns, ils sont bel et bien là mais ils arrivent très tard dans le récit, dans les cent dernières pages, ce que j’ai trouvé dommage car l’autrice les aborde de façon très brève, là où j’aurai aimé qu’elle s’y attarde.

En bref, de bonnes choses, une première moitié assez laborieuse pour moi mais la seconde, heureusement très addictive, font de cette lecture une agréable lecture, certes pas marquante mais qui plaira aux amateurs de sagas familiales !

Un grand merci aux éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Un pa

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Cornouailles, 1968. Pencraw, un grandiose manoir en ruine dans lequel les Alton élisent domicile l’été. Le temps semble s’y être arrêté et défile sans encombre. Jusqu’au drame qui vient bouleverser leurs vies et arrêter le temps à jamais.
Cinquante ans plus tard, avec son fiancé Jon, Lorna roule à la recherche du manoir des Lapins noirs, cette maison où elle a séjourné enfant. Elle rêve d’y célébrer son mariage. Tout dans cette vieille demeure l’appelle et l’attire. Mais faut-il vraiment déterrer les sombres mystères de ce manoir en Cornouailles ?

Cornouailles, vacances de Pâques 1968. La famille Alton est réunie au manoir des lapins noirs pour des vacances bien méritées. Venus de Londres, Amber et son jumeau Toby, Barney et Kitty, les cadets, y vivent un quotidien insouciant, loin de Londres, et profitent de leur mère Nancy, véritable pilier de la famille.

Un orage éclate et va faire voler ce bel équilibre familial : Nancy, inquiète du temps, s’est mise en quête de Barney, parti jouer avec les lapins, et trouve la mort lorsque son cheval, apeuré par la foudre, la tue accidentellement.

Le père, inconsolable, sombre dans la boisson et finit de ruiner la famille. C’est alors qu’entrent en scène la richissime Caroline et son fils Lucian, qui va vouloir gommer toute trace de Nancy, l’épouse défunte.

Eté 2008, Lorna et Jon, sillonnent la Cornouailles à la recherche du lieu idéal pour leur réception de mariage. La jeune femme veut absolument aller à Pencrew où elle se souvient avoir séjourné avec sa mère, décédée quelques mois auparavant.

A son arrivée, elle fait la connaissance de Caroline Alton qui y vit seule avec Dill, sa domestique. Au fur et à mesure qu’elle visite la demeure, elle se sent irrésistiblement attirée par les lieux…

Les Cornouailles, une grande demeure et des secrets de famille, ça vous rappelle forcément les romans de Daphné du Maurier (Rebecca, Ma cousine Rachel) ou ceux de Kate Morton (Le jardin des secrets).

Et Un manoir en Cornouailles, le premier roman de Eve Chase, se réclame clairement de ces deux romancières de talent et pour un premier roman, c’est plutôt réussi même si l’intrigue n’atteint pas la perfection des romans de Daphne du Maurier.

Premier point fort : l’ambiance lourde et très mystérieuse de ce roman, l’autrice arrive à imprimer une atmosphère toute gothique à son manoir, bordé par une forêt oppressante, théâtre de plusieurs drames. Peu à peu, les personnages sont pris dans la toile tissée par Eve Chase qui ne leur épargne pas les tragédies, on bascule très rapidement de la joie et l’insouciance à la douleur et au deuil, des sensations qui ne vont plus nous quitter.

Second point fort : le suspens. L’intrigue est bien développée et plutôt haletante, les secrets de famille sont omniprésents tout au long du récit, que ce soit dans la partie ayant pour cadre la fin des années 60 ou celle de 2008. Secrets qui nous seront peu à peu dévoilés même si l’autrice ne donne pas toutes les réponses à mes questions, ce qui m’a un peu frustrée je l’avoue.

Troisième point fort : le manoir, élément central du récit, est finalement le personnage principal de ce roman puisque les deux intrigues ont pour décor Pencrew de la première à la dernière page et que l’autrice nous emmène déambuler dans ses couloirs, sa tourelle, ses chambres, ses placards…

Dernier point fort : l’alternance des deux époques, un exercice délicat, que manie ici avec talent Eve Chase même si j’ai préféré l’intrigue de 1968 à celle de 2008, la faute à l’héroïne Lorna qui ne m’a pas convaincue et que j’ai trouvé trop bizarre. Je reprocherai toutefois à l’auteure de n’avoir pas assez marqué l’époque des sixties, l’intrigue aurait pu avoir lieu des décennies plus tôt que je n’aurai pas vu la différence, dommage !

Un bémol maintenant : les personnages. Même si j’ai bien aimé suivre l’attachante Amber, les autres personnages sont bien trop manichéens à mon goût et pas assez développés pour qu’on s’y intéresse vraiment, dommage pour Lucius qui aurait mérité une plus grande place dans cette intrigue.

Si vous aimez les ambiances mystérieuses et les secrets de famille, je ne peux que vous recommander Un manoir en Cornouailles avec lequel j’ai passé un très agréable moment.

Un grand merci à Filipa et aux éditions Nil pour cette lecture !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Dévastée par une récente rupture, Alma quitte Londres pour passer l’été chez sa grand-mère dans un petit village, au bord de la mer. C’est là, dans la bibliothèque familiale, qu’elle découvre entre les pages d’un livre une ancienne lettre.
Le courrier est adressé à l’arrière-grand-mère d’Alma, employée autrefois chez les Wilson, une famille habitant dans une grande maison battue par les embruns. Qui est cette femme noyée dont la lettre parle avec tant de douleur ? Quel rôle a joué par sa propre famille dans ce drame ?
Alma se lance sur les traces de Selina Wilson, une jeune femme qui a vécu dans les années 1910. Une femme éprise de liberté et refusant de se plier à un mariage arrangé. Dans les méandres d’une histoire familiale dévastée, Julia va découvrir un secret bouleversant…

Juin 2011. Alma est une jeune londonienne de 29 ans qui s’est fait plaquer au bout de 10 ans de vie commune. Depuis, elle est tombée dans une grave dépression au point de perdre son job et n’arrive pas à tourner la plage.

Sa mère l’envoie passer l’été chez sa grand-mère Mina, quasi centenaire, qui a une santé de fer et un moral d’acier. La vieille femme vit dans une bourgade perdue à côté de la mer, cela devrait changer les idées d’Alma.

Alma n’a plus goût à rien mais un jour où elle s’ennuie ferme, elle décide d’emprunter un livre à Mina et tombe sur une lettre destinée à son arrière grand-mère, Helen. Son interlocutrice parle d’une femme noyée et semble visiblement mal à l’aise avec la situation dont il est question.

Il n’en faut pas plus pour éveiller l’intérêt d’Alma qui questionne aussitôt sa grand-mère : qui est la femme noyée ? Est-elle morte accidentellement, assassinée ou s’est-elle suicidée ? Qui est la mystérieuse expéditrice de cette lettre à Helen ?

Alma va mener l’enquête et plonger dans l’histoire de Selina Wilson, une jeune femme éprise de liberté, pour qui Helen travaillait….

Vous savez combien j’aime les secrets de famille, les romans chorals, les récits à double temporalité et plus généralement les sagas familiales, La maison de la falaise, le premier roman de Audrey Perri avait donc sur le papier tout pour me plaire.

Et ce roman m’a plu en partie : j’ai beaucoup aimé tous les passages qui ont pour décor le début du 20è. Le récit s’ouvre d’ailleurs dans le passé puisqu’il nous offre les derniers instants d’une femme dont on ne connait pas l’identité, qui est en train de se noyer.

Puis, le récit se partage entre deux époques : tout en suivant Alma en 2011, nous découvrons en parallèle l’histoire des familles Wilson et Clark entre 1909 et 1914.

Ces deux familles voisines ont chacune une demeure surplombant l’océan et des liens d’amitié vont se nouer entre les enfants, en particulier chez les cadettes Selina et Laura, deux jeunes filles qui veulent s’émanciper.

Les deux aînés, Matthew et Sibyl, on va vouloir les marier. Les Wilson sont très endettés et la dote promise par les Clark, les effaceraient. Mais tout ne va pas se passer exactement comme prévu et un certain nombre d’évènements vont chambouler le quotidien et l’avenir des deux familles.

Comme je le disais plus haut, la partie historique est passionnante, pleine de secrets et de rebondissements, j’ai été transportée au cœur de ces familles et j’ai beaucoup aimé suivre Selina et Laura. J’ai été captivée par les mystères qui les entourent et notamment l’identité de la noyée et ce qui avait bien pu se passer ce terrible jour de 1912 où elle a trouvé la mort.

J’ai apprécié la plume fluide d’Audrey Perri qui nous embarque dans cette histoire du passé. Il y a plusieurs rebondissements, des fausses pistes, des secrets en veux-tu en voilà et comme dans un polar, j’ai échafaudé des théories qui se sont révélées parfois vraies et à d’autres moments totalement fausses.

Tout n’était pas prévisible, loin de là, et j’ai vraiment apprécié d’autant plus que l’auteure ancre bien son récit dans son époque : les mariages arrangés, les dots, l’éducation des jeunes filles reposant uniquement sur ses futurs devoirs de femme de maison, pas de place pour l’émancipation ni les études, etc.

Hélas pour moi, la partie contemporaine, qui représente tout de même un chapitre sur deux, m’a bien ennuyée. Alma ne fait que ressasser sa rupture à longueurs de pages et à l’exception des moments où elle est enquête ce qui s’est passé entre 1909 et 1912, il ne se passe rien ou presque.

Et si je me suis attachée aux héroïnes du passé, celle du présent m’a vraiment tapé sur les nerfs, dommage car cela aurait pu être un coup de cœur dans la présence d’Alma. Si vous aimez les sagas familiales, La maison de la falaise devrait combler vos attentes, en dépit de mes bémols, car peut-être qu’Alma vous plaira davantage qu’à moi !

Un grand merci aux éditions City pour cette lecture et pour leur confiance.

Read Full Post »