Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘seule en sa demeure’

Originaire de Clermont-Ferrand, Cécile Coulon publie son premier livre à seize ans. Depuis, elle ne cesse de nous surprendre, de nous émerveiller. En quelques années, elle a publié sept romans dont Une bête au paradis, un grand succès de librairie, récompensé par le prix littéraire du Monde, et deux recueils de poèmes dont l’un a reçu le prix Apollinaire en 2018. Cécile Coulon est également éditrice à l’Iconopop, une collection de textes brefs et poétiques à l’Iconoclaste.

« Le domaine Marchère lui apparaîtrait comme un paysage après la brume. Jamais elle n’aurait vu un lieu pareil, jamais elle n’aurait pensé y vivre. »

C’est un mariage arrangé comme il en existait tant au XIXe siècle. À dix-huit ans, Aimée se plie au charme froid d’un riche propriétaire du Jura.

Mais très vite, elle se heurte à ses silences et découvre avec effroi que sa première épouse est morte peu de temps après les noces. Tout devient menaçant, les murs hantés, les cris d’oiseaux la nuit, l’emprise d’Henria la servante.

Jusqu’au jour où apparaît Émeline. Le domaine se transforme alors en un théâtre de non-dits, de désirs et de secrets enchâssés « car ici les âmes enterrent leurs fautes sous les feuilles et les branches, dans la terre et les ronces, et cela pour des siècles ».

J’avais quelques appréhensions avant d’attaquer Seule en sa demeure de Cécile Coulon, échaudée par les avis mitigés voire négatifs que j’avais parcouru, mais heureusement pour moi, je ressors agréablement surprise de cette lecture.

L’histoire n’est pas sans rappeler Rebecca, sans le brio de Daphne du Maurier, avec cette jeune héroïne naïve qui épouse un veuf dont elle ne sait rien, à la tête d’un domaine, personnage à part entière du récit, doté d’une gouvernante qui veille farouchement sur la famille.

Je vous rassure la ressemblance s’arrête là, Cécile Coulon développe une intrigue tout à fait différente, à la manière d’un conte de fées cruel.

Au fil des pages, nous suivons le destin d’Aimée, jeune femme intrépide et timide à la fois, déterminée à découvrir les secrets que son mari lui cache. Peu à peu, elle explore ce domaine qui l’ensorcelle et l’intrigue.

Entre la gouvernante, le fils qui ne parle pas, son époux taciturne, les ouvriers et Emeline, sa professeure de flûte qui éveille ses sens, Aimée aura fort à faire pour trouver sa place, sa raison et ses envies, mais aussi pour percer tous les secrets de ce domaine décidément bien secret.

Cécile Coulon nous propose ici un roman historique à l’ambiance gothique plutôt réussi, porté par une plume poétique et travaillée. Le mystère s’installe peu à peu, la tension monte crescendo au fur et à mesure que l’intrigue avance, l’ambiance oppressante imprime le récit et, au final, je l’ai dévoré tant j’avais envie de connaître le fin mot de l’histoire.

C’est clairement un roman d’ambiance, l’action est peu présente et l’autrice prend son temps pour dérouler son intrigue, le rythme est donc assez lent, alors si vous aimez les histoires qui vont à cent à l’heure, ce roman n’est clairement pas pour vous, d’autant qu’il recèle de longues pages de descriptions et que les dialogues sont peu présents.

J’ai aimé les personnages intrigants et déroutants, bien dessinés et les descriptions de tout l’environnement : les paysages, la forêt, le domaine aux allures féroces… qui concourent à donner une ambiance gothique au récit.

La condition féminine de l’époque, très bien rendue, dans cette bourgeoisie de campagne où la religion est très présente, les unions arrangées, les apparences sauvegardées à tout prix et où les femmes devaient s’en tenir à ce qu’on attendait d’elle : perpétuer la lignée, obéir à son mari et tenir sa maison sans faillir, est aussi l’un des aspects qui m’a le plus emballée.

Un roman idéal à lire en automne, bien au chaud sous le plaid et avec une bonne tasse de thé à portée de main !

Read Full Post »