Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Soledad bravi’

Vous êtes né(e) sous Pompidou ou sous Giscard ? Vous avez bu du Tang et croqué des Treets ? Vous connaissez le numéro de téléphone de Guy Darbois et la recette du gloubi-boulga ? Alors ce livre est pour vous !

Flash-back dans les années 60 à 80… Vous vous souvenez quand il fallait se lever pour aller répondre à l’unique téléphone fixe de la famille qui se trouvait généralement dans le couloir ?

Des speakerines qui annonçaient le programme du soir juste après le jingle publicitaire d’Antenne 2 avec la pomme, celui qui faisait… A 222222 ou encore quand papa écoutait sur l’autoradio de la Renault 12, le dernier Sardou sur cassette doubles faces ? «Ah là là quel panard !»

Hervé Éparvier et Soledad Bravi reprennent et croquent toujours avec humour, des scènes de la vie quotidienne, des expressions, des modes que, nous, nos parents ou nos grands-parents avons connu.

Au-delà du constat que les temps ont bien changé, c’est surtout l’occasion de sourire, se remémorer, partager avec les anciennes et nouvelles générations des souvenirs personnels, des instants oubliés. Alors, comme le disait Patrick Sabatier, Stop ou Encore ?!

Je n’ai fait qu’une bouchée de C’était mieux avant qui m’a replongé dans mon enfance. Je suis née au début des années 70 et j’ai redécouvert avec bonheur tout ce qui fait le sel de cette décennie.

Les auteurs décortiquent pour nous toutes ces petites choses qui ponctuaient notre quotidien et dont on se souvient avec un certain bonheur. Nostalgique de cette époque heureuse et insouciante ?

Certainement un peu même si je ne regrette pas la mode et la décoration de cette époque qui piqueraient sacrément mes yeux d’aujourd’hui. Qui aurait envie de remettre des sous-pulls en acrylique, des pantalons en laine, d’arborer la coupe au bol et autres joyeusetés ? Pas moi, je vous l’assure !

En une centaine de pages, on revient sur le quotidien de ces années 70 : les vacances, l’école, la télévision, les repas du dimanche, le téléphone, les voitures, la mode, la décoration, les métiers (depuis disparus), le cinéma, le film du dimanche soir, la musique et bien d’autres choses encore.

On referme cet album le sourire aux lèvres, ravis d’être repartis le temps d’une lecture dans cette décennie où les jeux vidéos et les réseaux sociaux n’existaient pas, une époque où l’on prenait le temps de vivre, de buller et aussi de s’ennuyer.

Une ère où les ceintures de sécurité n’existaient pas, où nos parents picolaient un petit verre de rosé sur la route des vacances, nous enfumaient allègrement, où je regardais L’île aux enfants et Candy, une époque d’insousiance et de liberté dont je me rappelle avec plaisir.

Si vous avez connu les années 70 ou que vous souhaitez les connaître, C’était mieux avant est pour vous, en tout cas, je vous le recommande.

Un grand merci à Doriane et aux éditions Rue de Sèvres pour cette lecture pleine de nostalgie, j’ai adoré !

Read Full Post »

Vous n’avez pas encore lu le rouge et le noir ? Vous avez oublié la fin de L’écume des jours ? Soledad Bravi résument en quelques planches des grands classiques de la littérature mondiale.

Vous n’avez toujours pas lu L’écume des jours ? Vous ne vous rappelez plus pourquoi Edmond Dantès cherche vengeance ni qui est l’assassin de Mort sur le Nil ?

Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul(e)s ! Soledad Bravi et Pascale Frey l’ont bien compris et viennent à notre rescousse.

En quelques cases, elles nous proposent une synthèse de vingt-quatre grands classiques de la littérature française et étrangère, l’occasion de se rafraichir la mémoire ou de découvrir certains monuments qui font un peu peur, il ne faut pas se le cacher.

Au menu de cette bande dessinée de vulgarisation littéraire : Roméo et Juliette de William Shakespear, Phèdre de Jean Racine, La barbe bleue de Charles Perrault, Manon Lescaut de l’Abbé Prévost, Frankenstein de Mary Shelley, Le rouge et le noir de Stendhal, Notre-Dame de Paris de Victor Hugo, Le comte de Monte Cristo d’Alexandre Dumas, Jane Eyre de Charlotte Brontë, La petite Fadette de George Sand, Anna Karénine de Leon Tolstoï, La mort à Venise de Thomas Mann, Mrs Dalloway de Virginia Woolf, Fanny de Marcel Pagnol, Mort sur le Nil d’Agatha Christie, Rebecca de Daphne du Maurier, L’étranger d’Albert Camus, Huis clos de Jean-Paul Sartre, L’écume des jours de Boris Vian, L’attrape-cœurs de J-D Salinger, Lolita de Vladimir Nabokov, Le docteur Jivago de Boris Pasternak, Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir et De sang-froid de Truman Capote.

Après un excellent tome 1, Soledad Bravi illustratrice qu’on ne présente plus et Pascale Frey, journaliste littéraire à ELLE, récidivent et nous proposent un second opus tout aussi réussi. Elles nous proposent des résumés malicieux et pétris d’humour qui dépoussièrent des œuvres vieilles de quelques dizaines d’années à quelques siècles.

Avez-vous lus les classiques de la littérature ? met en lumière des romans et des pièces de théâtre écrits par dix-sept hommes et sept femmes, pour la plupart parus entre le 19è siècle et les années 60.

Pourquoi ces titres et pas d’autres ? Mystère et boule de gomme c’est la seule chose que je reproche à cet ouvrage : ne pas avoir expliqué les choix de Soledad Bravi et Pascale Frey.

Chaque ouvrage est donc ici résumé d’abord par Pascale Frey sous forme d’une note d’une dizaine de lignes accompagnée d’une courte biographie de l’auteur(e) concerné(e).

Puis c’est au tour de Soledad Bravi de résumer l’ouvrage en images et en quelques mots sur quatre à cinq pages de manière humoristique à grands renforts de renvois à la culture populaire à travers des phrases de chansons et du vocabulaire très actuel qui fait mouche !

Un ouvrage synthétique, intelligent, pédagogique et clair à mettre entre toutes les mains dès l’adolescence, peut-être que nos chères têtes blondes sortiront un peu de leur zone de confort et se dirigeront vers des classiques, tout comme les lecteurs et lectrices adultes qui ne gardent pas forcément de bons souvenirs des classiques étudiés au collège ou au lycée et qui craignent parfois de se lancer dans ce genre de lectures.

Un grand merci à Doriane et aux éditions Rue de Sèvres pour cette lecture éclairante et amusante, en espérant qu’elle puisse permettre à tous de repartir sur de bonnes bases !

Read Full Post »

Vous n’avez pas encore lu Gatsby le magnifique ? Vous avez oublié la fin de L’Amant ? Vous ignorez quels tomes composent A la recherche du temps perdu ? Soledad Bravi résument en quelques planches vingt grands classiques de la littérature mondiale.

Vous n’avez pas encore lu Le Père Goriot ou Le vieil homme et la mer ? Vous ne savez plus comment se termine Au Bonheur des dames ! ? Ou combien y a-t-il de tomes dans A la recherche du temps perdu… Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul(e)s ! Soledad Bravi et Pascale Frey l’ont bien compris et viennent à notre rescousse.

En quelques cases, elles nous propose une synthèse d’une vingtaine de grands classiques de la littérature française et étrangère, l’occasion de se rafraichir la mémoire ou de découvrir certains monuments de la littérature qui font un peu peur, il ne faut pas se le cacher.

Au menu de cette bande dessinée de vulgarisation littéraire : Le malade imaginaire de Molière, La princesse de Clèves de Madame de Lafayette, Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, Les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë, Madame Bovary de Gustave Flaubert, Les malheurs de Sophie de la comtesse de Ségur, Les Misérables de Victor Hugo, Le père Goriot d’Honoré de Balzac, Au bonheur des dames d’Emile Zola, Bel-ami de Guy de Maupassant, A la recherche du temps perdu de Marcel Proust, La métamorphose de Franz Kafka, Chéri de Colette, Gatsby le magnifique de Francis Scott Fitzgerald, Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell, Out of Africa de Karen Blixen, Le vieil homme et la mer d’Ernest Hemingway, La promesse de l’Aube de Romain Gary, Belle du seigneur d’Albert Cohen et L’amant de Marguerite Duras.

Soledad Bravi est illustratrice, auteure de nombreux livres et après le réussi Pourquoi y a-t-il des inégalités entre les hommes et les femmes ? conçu en collaboration avec Dorothée Werner, elle se penche cette fois-ci sur vingt grands classiques de la littérature mondiale avec l’aide de Pascale Frey, journaliste littéraire à ELLE et auteure d’une biographie sur Coco Chanel.

Avez-vous lus les classiques de la littérature ? met en lumière dix-neuf romans et une pièce de théâtre écrits par treize hommes et sept femmes, pour la plupart parus entre la fin du 19è siècle et les années 60.

Pourquoi ces titres et pas d’autres ? Mystère et boule de gomme c’est la seule chose que je reproche à cet ouvrage : ne pas avoir expliqué les choix de Soledad Bravi et Pascale Frey qui ont surtout pioché dans la littérature moderne.

Chaque ouvrage est donc ici résumé d’abord par Pascale Frey sous forme d’une note d’une dizaine de lignes accompagnée d’une courte biographie de l’auteur(e) concerné(e).

Puis c’est au tour de Soledad Bravi de résumer l’ouvrage en images et en quelques mots sur quatre à cinq pages de manière humoristique à grands renforts de renvois à la culture populaire à travers des phrases de chansons et du vocabulaire très actuel qui fait mouche !

Un ouvrage synthétique, intelligent, pédagogique et clair à mettre entre toutes les mains dès l’adolescence, peut-être que nos chères têtes blondes sortiront un peu de leur zone de confort et se dirigeront vers certains de ces classiques, tout comme les lecteurs et lectrices adultes qui ne gardent pas de bons souvenirs des classiques étudiés au collège ou au lycée et qui craignent parfois de se lancer dans ce genre de lectures, oseront peut-être franchir le pas.

Un grand merci à Doriane et aux éditions Rue de Sèvres pour cette lecture éclairante et amusante, en espérant qu’elle puisse permettre à tous de repartir sur de bonnes bases ! Cerise sur le gâteau : une bonne idée cadeau pour Noël, pensez-y !

Read Full Post »

Il était temps de faire une chronologie et de remonter aux origines des inégalités entre les hommes et les femmes, pour en révéler l’absurdité et nous donner envie de repartir sur des bases plus justes qui nous permettront de grandir et de vivre tous ensemble en harmonie.

Vous n’êtes pas sans savoir que l’histoire des femmes m’intéresse beaucoup et je ne pouvais qu’avoir envie de découvrir Pourquoi y a-t-il des inégalités entre les hommes et les femmes ? signé à quatre mains par Soledad Bravi et Dorothée Werner.

Soledad Bravi est illustratrice, auteure de nombreux livres et fine observatrice du monde qui l’entoure, elle croque chaque semaine ses contemporains dans les pages du magazine Elle et caresse l’espoir de voir la société se transformer pour qu’enfin l’égalité entre les femmes et les hommes devienne une réalité.

Dorothée Werner est quant à elle grand reporter et éditorialiste au magazine Elle. Elle écrit beaucoup, entre autres sujets, sur les questions d’actualité concernant les femmes. Et donc évidemment sur le sexisme et le féminisme.

Cet opuscule qui remet les pendules à l’heure est une idée de Soledad Bravi qui a demandé à Dorothée Werner de l’aider à retracer avec elle cette chronologie de l’histoire des femmes de la Préhistoire à nos jours.

Mis à part quelques petites coquilles toujours regrettables, j’ai trouvé ce court ouvrage d’un peu moins de cent pages concis, bien fait et bourré d’humour. Les deux auteures remontent le fil de l’histoire en nous proposant des pastilles de quelques pages sur des époques importantes de l’histoire, montrant comment se sont creusées les inégalités entre les hommes et les femmes et le long combat de ces dernières pour l’égalité.

Pourquoi dès la Préhistoire les femmes ont-elles été cantonnées à la cueillette et aux enfants ? Pourquoi ont-elles été considérées comme des enfants, propriétés de leur père puis de leur mari ? Pourquoi les hommes se sont-ils toujours considérés comme supérieurs aux femmes ?

Autant de questions qui trouvent ici leurs réponses de façon chronologique, comme je le disais de la Préhistoire (les femmes font bouillir la marmite, les hommes chassent le gibier), l’Antiquité (l’homme est tout puissant, la femme passe de l’autorité de son père à celle de son mari), le Moyen-âge (la femme est un être imparfait et ne doit pas être indépendante d’où le sort réservé aux béguines), la Renaissance (où l’on brûle les sorcières mais où émergent aussi les premières femmes de lettres comme Marguerite de Navarre ou la poétesse Louise Labé), le Siècle des Lumières (où les femmes tiennent salon et se mêlent de philosophie), la Révolution (où les femmes obtiennent le droit de divorcer), l’époque napoléonienne et son code (régression des droits des femmes : la femme et son corps sont la propriété de l’homme), le 19ème siècle (avec la création en 1850 des écoles élémentaires pour les filles et plus tard le combat des suffragettes pour le droit de vote) et le 20è siècle (droit de vote accordé aux femmes, contraception, IVG et planning familial) et jusqu’à nos jours (mouvement Metoo).

Pour ma part, j’ai appris beaucoup de choses et j’ai trouvé cette bande dessinée très agréable à lire grâce au coup de crayon de Soledad Bravi que j’aime beaucoup de toute façon. Le parti-pris de la chronologie est aussi très intéressant et nous permet encore mieux de voir comment se sont creusées les inégalités au fil des siècles.

Un ouvrage synthétique qui va droit au but, intelligent, pédagogique et clair à mettre entre toutes les mains dès l’adolescence, je compte bien pour ma part le faire lire à mes deux garçons, déjà bien sensibilisés à la cause féminine et à l’égalité entre les hommes et les femmes.

Un grand merci à Doriane et aux éditions Rue de Sèvres pour cette lecture éclairante et amusante, en espérant qu’elle puisse permettre à tous de repartir sur de bonnes bases !

Read Full Post »