Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘son espionne royale et la fiancée de transylvanie’

Rhys Bowen, auteure best-seller du New York Times, a été nominée dans tous les plus grands prix de romans policiers et en a gagné de nombreux, dont les Agatha et Anthony Awards. Elle a écrit entre autres la série Son Espionne royale, qui se déroule dans les années 30 à Londres, la série Molly Murphy Mysteries, au début du XXe siècle à New York, et la série Constable Evans Mysteries, au pays de Galles. 

Londres, 1932. La reine Mary demande à Georgie de s’acquitter d’une tâche bien délicate : représenter la famille royale lors du mariage de la princesse de Roumanie et du prince de Bulgarie, qui aura lieu en Transylvanie dans le fameux château de Bran.

Georgie accepte avec plaisir, d’autant que la mariée se trouve être une ancienne camarade d’école mais craint aussi les retrouvailles avec le frère de la jeune femme, le prince Siegfried qu’elle a déjà éconduit.

Mais le château est lugubre, l’atmosphère de la région, berceau de toutes les légendes de vampires, macabre. Et le séjour de Georgie prend un tour carrément terrifiant quand, la veille de la cérémonie, l’un des invités meurt empoisonné !

C’est à elle qu’il revient de sauver les festivités nuptiales… avant que la mort ne sépare les jeunes mariés un peu plus tôt que prévu.

Son espionne royale et la fiancée de Transylvanie est le quatrième tome de la série Son espionne royale, consacrée à Lady Georgiana de Glen Garry et Rannoch. Vous le savez, j’affectionne tout particulièrement les cosy mysteries et les années 20/30, autant vous dire qu’une série qui réunit ces deux éléments ne peut que me séduire !

Comme j’avais beaucoup aimé Son espionne royale mène l’enquête,  Son espionne royale et le mystère bavarois, Son espionne royale et la partie de chasse, et Son espionne royale et les douze crimes de Noël, j’avais très envie de retrouver Georgie et de rattraper un peu mon retard dans cette série dont le tome 7 vient de paraître.

Roman d’ambiance avant d’être un roman policier à part entière, son auteure, Rhys Bowen, nous plonge avec délice dans la société aristocratique de l’entre-deux-guerres avec réussite car tout au long du récit, j’ai davantage l’impression de lire un récit de cet époque écrit par Angela Thirkell ou de Stella Gibbons qu’un roman historique, un très bon point pour moi.

Georgie est une jeune fille intelligente et attachante, on a plaisir à la voir évoluer au sein de sa famille et dans son cercle d’amis, j’aime aussi beaucoup son grand-père, policier à la retraite qui est vraiment très sympatique et protecteur envers sa petite-fille et Darcy O’Mara, homme charismatique et mystérieux qui fait battre le coeur de notre héroïne, sans oublier Queenie, la bonne impayable de Georgie.

Dans ce nouvel opus, nous quittons l’Angleterre et sa campagne, direction la patrie des vampires et le château de Vlad l’empaleur lui-même ! Autant dire que notre héroïne ne se sent pas très rassurée dans sa chambre, pas plus que Queenie qui craint d’être vidée de son sang pendant son sommeil !

Si j’adore cette série, je dois bien avouer que j’ai trouvé ce quatrième tome en-deçà des autres. L’intrigue m’a moyennement convaincue, le meurtre intervient très tardivement, l’assassin est un parfait inconnu car il ne fait pas partie des protagonistes du roman et la résolution est un peu trop expédiée à mon goût.

Pour autant, la plume de Rhys Bowen est toujours aussi fluide et enlevée, pleine d’humour, la galerie de personnages qu’elle nous propose est bien intéressante, même si certains sont davantage dessinés que d’autres pour les besoins de l’enquête.

Ce que j’apprécie aussi beaucoup dans cette série ce sont les personnages féminins qui ont des caractères bien trempés : ce sont des femmes fortes, intelligentes et indépendantes, qui savent mener leur barque ! En premier lieu notre héroïne et sa mère.

Même si je suis un brin déçue par cet opus, je reste fan de cette série que je vous recommande si vous aimez les cosy mysteries, les héroïnes pétillantes et cette période de l’histoire !

Un grand merci à Filipa et aux éditions Robert Laffont pour cette lecture so british !

Lu dans le cadre du Mois Anglais :

Read Full Post »