Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘stéphane fert’

Wilfrid Lupano est né à Nantes en 1971, mais c’est à Pau qu’il passe la plus grande partie de son enfance. Une enfance entourée des BD de ses parents, même si c’est surtout à une pratique assidue du jeu de rôle qu’il doit son imaginaire débridé et son goût pour l’écriture. En 2020, Wilfrid Lupano termine l’année en fanfare avec trois publications attendues : les suites des séries « Les Vieux Fourneaux » et « Le Loup en Slip » mais également un one-shot, « Blanc Autour », dessiné par Stéphane Fert.

Après de nombreuses heures de jeux de rôle, de gribouillage en marge de cahiers de classe, un passage par les beaux-arts et quelques années d’études dans l’animation, Stéphane Fert choisit de travailler dans l’illustration et la bande dessinée.

1832, Canterbury. Dans cette petite ville du Connecticut, l’institutrice Prudence Crandall s’occupe d’une école pour filles, rejetons de la bonne société de l’état. Un jour, elle accueille dans sa classe une jeune noire, Sarah.

La population blanche locale voit immédiatement cette « exception » comme une menace. Même si l’esclavage n’est plus pratiqué dans la plupart des États du Nord, l’Amérique blanche reste hantée par le spectre de Nat Turner : un an plus tôt, en Virginie, cet esclave noir qui savait lire et écrire a pris la tête d’une révolte sanglante.

Pour les habitants de Canterbury, instruction rime désormais avec insurrection. Ils menacent de retirer leurs filles de l’école si la jeune Sarah reste admise. Prudence Crandall les prend au mot et l’école devient la première école pour jeunes filles noires des États-Unis, trente ans avant l’abolition de l’esclavage.

Nassées au cœur d’une communauté ultra-hostile, quelques jeunes filles noires venues d’un peu partout pour étudier vont prendre conscience malgré elles du danger qu’elles incarnent et de la haine qu’elles suscitent dès lors qu’elles ont le culot de vouloir s’élever au-dessus de leur condition.

La contre-attaque de la bonne société sera menée par le juge Judson, qui portera l’affaire devant les tribunaux du Connecticut. Prudence Crandall, accusée d’avoir violé la loi, est emprisonnée…

Vous le savez si vous êtes des fidèles de ce blog, Wilfrid Lupano est un scénariste de bande dessinées que j’aime beaucoup, notamment pour Communardes ! et Les vieux fourneaux. Avec Blanc autour, il s’empare d’un fait historique méconnu pour nous raconter l’afro-féminisme au XIXe siècle.

Ce roman graphique réussit le pari haut la main d’illustrer un pan mal connu de l’histoire noire américaine, celle de cette école fondée par une abolitionniste, Prudence Crandall. Pendant un an, elle va se battre pour faire exister son établissement, malgré la haine et les attaques qui viennent de toutes parts.

Je ne connaissais absolument pas cette femme et encore moins son école. Un personnage admirable qui n’a pas choisi la facilité en accueillant des jeunes filles noires, certes fortunées, ce qui lui a valu beaucoup d’ennuis comme vous pouvez vous l’imaginez !

Car si certains états avaient aboli l’esclavage, le racisme et la ségrégation ont perduré pendant des décennies, voire jusqu’à nos jours lorsque l’on constate combien les violences faites aux noires, restent importantes et souvent impunies.

Le scénario, très bien écrit, aborde des thèmes essentiels tels que l’éducation, l’accès au savoir, le féminisme, le racisme et la ségrégation contre les noirs américains qui restent pourchassés, lynchés dans cette Amérique du milieu du XIXème siècle.

C’est aussi un bel hommage aux femmes de cette école, qui ont poursuivi l’oeuvre de leur institutrice, mais aussi aux quelques hommes qui les ont soutenues. A la fin de l’ouvrage, on retrouve une partie documentaire qui explique les combats et les grandes choses qu’ont permis cette institutrice, puis ces élèves, pour faire avancer la cause des afro-américains.

Les illustrations de Stéphane Fert m’ont un peu désarçonnées, notamment au niveau des traits des visages que je ne trouve pas harmonieux, mais ensuite cela ne m’a gênée. J’ai adoré sa gestion des couleurs, ses paysages que j’ai trouvé très beaux.

Blanc autour m’a séduite, les messages que cette bande dessinée véhicule sont essentiels à prôner en ce début de XXIè siècle, je ne peux que vous encourager à la découvrir à votre tour si ce n’est pas déjà fait.

Read Full Post »