Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘tout s’est bien passé’

 » Papa m’a demandé de l’aider à en finir.  » Je me répète cette phrase, elle sonne bizarrement. Qu’est-ce qui ne colle pas ?  » Papa  » et  » en finir  » ? Fin 2008, à l’âge de 88 ans, le père d’Emmanuèle Bernheim est hospitalisé après un accident vasculaire cérébral. Quand il se réveille, diminué et dépendant, cet homme curieux de tout, aimant passionnément la vie, demande à sa fille de l’aider à mourir.
Comment accepter ? Et puis,  » aider à mourir « , qu’est-ce que ça veut dire ?

tout-s-est-bien-passe-emmanuele-bernheimauteur-éditeur-pages

Dernier livre de la sélection de septembre du prix ELLE des lectrices 2014, Tout s’est bien passé d’Emmanuèle Bernheim, est le récit de la fin de vie du père de l’auteure, André Bernheim et de sa décision d’être euthanasié. Un sujet difficile que j’appréhendais, j’ai donc repoussé cette lecture au maximum tant je craignais de pleurer à chaudes larmes, il n’en a rien été, décidément chaque lecture est une surprise !

Dans un style sec et vif, ne manquant pas d’humour malgré la gravité du sujet, Emmanuèle Bernheim signe ici un document touchant sur un sujet tabou : l’euthanasie. Elle le fait avec beaucoup de pudeur, sans jamais tomber dans le pathos, et rend hommage à son père, l’homme de sa vie. André Bernheim a eu de nombreux soucis de santé mais lorsqu’il fait un AVC à l’âge de 88 ans, il pense qu’il est temps pour lui de tirer sa révérence. Figure du Tout-Paris de l’art contemporain, il est habitué à voyager et à mener une vie sans entraves, une vie libre. Il a beau se remettre peu à peu de son attaque, il sait qu’il ne pourra plus mener sa vie comme il l’entend, il sera diminué, un vieillard, ce dont il ne veut à aucun prix. Il demande à sa fille aînée, Nuèle, le droit à mourir dans la dignité. Sous le choc, elle accepte, pensant qu’il changera d’avis.

Cette figure paternelle autoritaire ne s’en laisse pas compter et bien qu’il aille de mieux en mieux, André Bernheim est bien décidé à parvenir à ses fins mais pour cela, il a besoin de l’aide de ses filles, Emmanuèle et Pascale, pour se suicider en Suisse. En effet, n’étant pas atteint d’une maladie mortelle, il ne peut accéder aux services de soins palliatifs français et comme l’euthanasie est interdite en France, il est contraint d’aller jusqu’en Suisse, ce qui n’est pas simple et se révèle très coûteux.

Aider son père à en finir, trouver une date pour sa mort, s’occuper de la logistique et imaginer sa vie sans lui, ses deux filles en sont au début incapables. Véritable figure centrale de la vie de ses filles, enfant gâté à qui elles ne savent rien refuser et que j’ai trouvé particulièrement tyrannique, il ne montrera aucune hésitation et sera plutôt pressé d’en finir avec cette vie dont il ne veut pas. Les deux soeurs, très unies tout au long de cette épreuve, vont finir par céder à sa demande, en prenant moult précautions afin de ne pas finir derrière les barreaux, ce qui donnera lieu à des situations pour le moins cocasses.

Ce témoignage touchant amène de nombreuses réflexions sur la fin de vie et le droit à mourir dans la dignité même si je ne me sens pas concernée pour le moment, mes parents sont encore jeunes, et j’ai aimé la fraternité qui unit Pascale et Emmanuèle. Pour autant, le milieu aisé dans lequel les personnes évoluent, les personnalités influentes qui interviennent dans le récit, laissent à penser que l’euthanasie n’est vraiment pas à la portée de tous et qu’il est réservé à une élite intellectuelle et financière.

Une lecture en demi-teinte pour moi !

heart_3

Lu dans le cadre du prix ELLE des lectrices 2014 sélection de septembre et du challenge La plume au féminin édition 2013 :

logo-grand-prix-lectrices-ELLE   

Read Full Post »