Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘trevanian’

Trevanian est l’un des pseudonymes de l’écrivain américain Rodney William Whitaker. Dans les années 1970, il amorce une carrière d’écrivain et choisit le pseudonyme de Trevanian en l’honneur de l’historien britannique George Macaulay Trevelyan. En 1983, Trevanian signe L’Été de Katya.

À l’été de 1914, Jean-Marc Montjean, jeune médecin tout juste diplômé, revient s’installer à Sallies, petit village du Pays basque dont il est originaire.

Rapidement, il est appelé à soigner Paul Treville dont la jolie sœur jumelle, Katya, l’intrigue de plus en plus. Bien accueilli chez les Treville, le jeune homme devient un ami de la famille, qu’il fréquente assidûment en dépit d’une certaine ambiguïté dans leurs relations.

Et même s’il devine derrière leurs hospitalité et bonnes manières un lourd et douloureux secret, il ne peut s’empêcher de tomber éperdument amoureux de Katya, quelles qu’en soient les conséquences.

L’été de Katya est un roman d’amour envoûtant, à la lisière du thriller psychologique que j’ai lu quasiment d’une traite et qui m’a passionnée.

Dès les premières pages, j’ai été sous le charme du style suranné de l’américain Trevanian au point que je n’avais pas l’impression de lire un auteur contemporain mais plutôt une plume du début du XXè siècle, un bon point pour moi !

L’histoire baigne dans une ambiance étrange et mystérieuse qui monte crescendo : le lisse et sage Jean-Marc devient l’intime d’une famille qui recèle bien des secrets, le tout au début de cet été 1914 particulièrement chaud, qui va bientôt basculer dans le premier conflit mondial.

Au fil des jours, l’intimité grandit entre les Treville et notre héros qui progressivement tombe fou amoureux de Katya malgré les non-dits et les secrets qui couvent. Tout comme lui, nous suivons la progression de leur histoire souvent entravée par le jumeau de Katya, Paul, possessif envers sa soeur, qui se montre tantôt hostile tantôt amical sans que l’on comprenne les tenants et les aboutissants de cette attitude.

Au bout d’une cinquantaine de pages, on perçoit le mystère qui plane autour de cette famille. Pourquoi les Treville ont-ils quitté Paris ? Pourquoi les hommes de la famille ne souhaitent-ils pas qu’il passe du temps auprès de Katya ? Mais rien ne saurait décourager le romantique Jean-Marc qui entend bien soustraire Katya à sa famille.

Le récit est prenant, la tension monte au fur et à mesure de façon très subtile. L’auteur nous réserve son lot de rebondissements et de révélations que je n’ai jamais vu venir et ce, jusqu’au point final.

J’ai beaucoup aimé aussi sillonner cette petite station pyrénéenne, les références à la culture basque, notamment la fête de la vierge noyée du village d’Alos, les danses, les chants, la nourriture…

Le personnage du Docteur Gros, chef de la clinique du village de Salies-les-bains, et patron de notre héros, est truculent et instille une petite touche d’humour et de décontraction bienvenue.

Je me suis laissée prendre à cette histoire d’amour contrarié mais à aucun moment je n’ai vu venir l’excellent retournement de la fin. Même si l’on sait que les Treville ont des secrets, impossible pour le lecteur de savoir de quoi il retourne avant que les choses ne se mettent en place et prennent un côté sombre et inquiétant. 

Un très bon roman que je vous recommande vivement !

Read Full Post »