Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘un manoir en cornouailles’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Cornouailles, 1968. Pencraw, un grandiose manoir en ruine dans lequel les Alton élisent domicile l’été. Le temps semble s’y être arrêté et défile sans encombre. Jusqu’au drame qui vient bouleverser leurs vies et arrêter le temps à jamais.
Cinquante ans plus tard, avec son fiancé Jon, Lorna roule à la recherche du manoir des Lapins noirs, cette maison où elle a séjourné enfant. Elle rêve d’y célébrer son mariage. Tout dans cette vieille demeure l’appelle et l’attire. Mais faut-il vraiment déterrer les sombres mystères de ce manoir en Cornouailles ?

Cornouailles, vacances de Pâques 1968. La famille Alton est réunie au manoir des lapins noirs pour des vacances bien méritées. Venus de Londres, Amber et son jumeau Toby, Barney et Kitty, les cadets, y vivent un quotidien insouciant, loin de Londres, et profitent de leur mère Nancy, véritable pilier de la famille.

Un orage éclate et va faire voler ce bel équilibre familial : Nancy, inquiète du temps, s’est mise en quête de Barney, parti jouer avec les lapins, et trouve la mort lorsque son cheval, apeuré par la foudre, la tue accidentellement.

Le père, inconsolable, sombre dans la boisson et finit de ruiner la famille. C’est alors qu’entrent en scène la richissime Caroline et son fils Lucian, qui va vouloir gommer toute trace de Nancy, l’épouse défunte.

Eté 2008, Lorna et Jon, sillonnent la Cornouailles à la recherche du lieu idéal pour leur réception de mariage. La jeune femme veut absolument aller à Pencrew où elle se souvient avoir séjourné avec sa mère, décédée quelques mois auparavant.

A son arrivée, elle fait la connaissance de Caroline Alton qui y vit seule avec Dill, sa domestique. Au fur et à mesure qu’elle visite la demeure, elle se sent irrésistiblement attirée par les lieux…

Les Cornouailles, une grande demeure et des secrets de famille, ça vous rappelle forcément les romans de Daphné du Maurier (Rebecca, Ma cousine Rachel) ou ceux de Kate Morton (Le jardin des secrets).

Et Un manoir en Cornouailles, le premier roman de Eve Chase, se réclame clairement de ces deux romancières de talent et pour un premier roman, c’est plutôt réussi même si l’intrigue n’atteint pas la perfection des romans de Daphne du Maurier.

Premier point fort : l’ambiance lourde et très mystérieuse de ce roman, l’autrice arrive à imprimer une atmosphère toute gothique à son manoir, bordé par une forêt oppressante, théâtre de plusieurs drames. Peu à peu, les personnages sont pris dans la toile tissée par Eve Chase qui ne leur épargne pas les tragédies, on bascule très rapidement de la joie et l’insouciance à la douleur et au deuil, des sensations qui ne vont plus nous quitter.

Second point fort : le suspens. L’intrigue est bien développée et plutôt haletante, les secrets de famille sont omniprésents tout au long du récit, que ce soit dans la partie ayant pour cadre la fin des années 60 ou celle de 2008. Secrets qui nous seront peu à peu dévoilés même si l’autrice ne donne pas toutes les réponses à mes questions, ce qui m’a un peu frustrée je l’avoue.

Troisième point fort : le manoir, élément central du récit, est finalement le personnage principal de ce roman puisque les deux intrigues ont pour décor Pencrew de la première à la dernière page et que l’autrice nous emmène déambuler dans ses couloirs, sa tourelle, ses chambres, ses placards…

Dernier point fort : l’alternance des deux époques, un exercice délicat, que manie ici avec talent Eve Chase même si j’ai préféré l’intrigue de 1968 à celle de 2008, la faute à l’héroïne Lorna qui ne m’a pas convaincue et que j’ai trouvé trop bizarre. Je reprocherai toutefois à l’auteure de n’avoir pas assez marqué l’époque des sixties, l’intrigue aurait pu avoir lieu des décennies plus tôt que je n’aurai pas vu la différence, dommage !

Un bémol maintenant : les personnages. Même si j’ai bien aimé suivre l’attachante Amber, les autres personnages sont bien trop manichéens à mon goût et pas assez développés pour qu’on s’y intéresse vraiment, dommage pour Lucius qui aurait mérité une plus grande place dans cette intrigue.

Si vous aimez les ambiances mystérieuses et les secrets de famille, je ne peux que vous recommander Un manoir en Cornouailles avec lequel j’ai passé un très agréable moment.

Un grand merci à Filipa et aux éditions Nil pour cette lecture !

Read Full Post »