Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘un parfum d’encre et de liberté’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

1859, deux ans avant le début de la guerre de Sécession. Sarah Brown, fille d’un célèbre abolitionniste, se résigne à ne pas avoir d’enfant.  » Qui voudrait l’épouser ?  » se désole sa mère… Sarah retrouve pourtant goût à la vie en s’engageant avec sa famille dans un groupe de résistants, qui aide les esclaves à fuir leur terrible sort vers le nord de l’Amérique. Grâce à ses talents artistiques, elle retrace et dissimule dans ses dessins les cartes secrètes qui mènent à la liberté.

2014, Eden et son mari, un couple en manque d’enfant, emménagent dans une ancienne demeure de la petite ville de Charleston en Virginie. Alors qu’Eden vagabonde dans sa maison en compagnie de sa voisine, une fillette énigmatique, elle découvre une tête de poupée soigneusement cachée dans le cellier. Malgré les ravages du temps, elle entrevoit de curieuses lignes sur le visage de porcelaine, dans lequel se trouve une mystérieuse clé… heart_2auteur-editeur-pagesun-parfum-d-encre-et-de-liberte-sarah-mccoy

1859, John Brown de Virginie et son groupe des six, attaquent Harpers Ferry et tente l’insurrection. Ce pasteur est un abolitionniste convaincu et dans ce raid suicidaire, il va perdre plusieurs de ses fils et être blessé grièvement. Fait prisonnier, il est condamné à mort pour son action et pendu le 2 décembre 1859.

L’une de ses filles, Sarah, va dès lors apporter son aide au mouvement en dessinant des plans sur des papiers dans un premier temps et sur des poupées dans un second, pour abuser les sudistes. Victime de dysentrie, elle refuse la demande en mariage de Frederick Hill car cette maladie l’a rendu stétile.

2014, Eden emménage avec son mari Jack dans une maison ancienne de New Charleston. Cela fait sept ans qu’ils essaient en vain d’avoir un enfant. Eden est inconsolable, elle a quitté son emploi dans une agence de communication pour mener à bien ses projets mais mois après mois, de déception en déception, ses espoirs d’être mère se réduisent à peau de chagrin et leur mariage sombre.

Pour la consoler et rompre sa solitude, Jack décide d’adopter un chien, ce qu’Eden n’apprécie pas du tout, il demande donc à Cleo la petite voisine de prendre soin du chien pendant ses absences.

En parcourant la maison, Eden et Cleo découvrent une vieille tête de poupée avec une clé ancienne à l’intérieur…

Depuis sa parution en février j’avais hâte de lire ce roman, la quatrième de couverture me paraissait intéressante et les quelques avis que j’avais lu sur la toile, dithyrambiques. Hélas pour moi, ma lecture d’Un parfum d’encre et de liberté s’est révélée être une déception et même une source d’ennui.

Tout d’abord je m’attendais à un roman historique de type Kate Morton avec une partie dans le passé et une dans le présent mais  Sarah McCoy n’a pas le talent de la romancière australienne et n’arrive pas à créer une ambiance différente pour les deux époques.

Les incursions en 1859 sont pourtant au départ intéressantes puisque l’auteure s’attache à nous raconter les balbutiements du mouvement abolitionniste et le fameux chemin de fer qui permettait aux esclaves du sud de fuir au nord.

Mais le récit manque de rebondissements et s’attache surtout à l’histoire d’amour impossible entre Sarah l’infertile et Frederick qu’elle pousse à prendre femme et fonder une famille et leurs échanges épistolaires avec elle qui repousse son amour sans lui révéler pourquoi et lui qui la supplie de changer d’avis.

Quant à la partie contemporaine, alors là je l’ai trouvé inintéressante au possible. Déjà tout est cousu de fil blanc, ensuite on assiste essentiellement aux crises de larmes d’Eden et à son amertume qu’elle fait payer à ses proches et en premier lieu à son mari. On peut comprendre que l’impossibilité d’avoir des enfants puisse causer beaucoup de chagrin mais l’héroïne ne fait que ressasser et franchement ça m’a très vite lassé.

Même si j’ai apprécié suivre Sarah et son combat pour l’abolitionnisme (même si vous l’aurez compris l’aspect sentimental trop présent m’a gêné), je me suis en revanche beaucoup ennuyée à suivre Eden, son histoire trop lisse, le tout accompagné d’un dénouement cousu de fil blanc que l’on voit arriver avec ses gros sabots.

Vous l’aurez compris, au final mon avis est négatif, j’ai fini le livre en diagonal, pressée d’en finir avec cette histoire.

Read Full Post »