Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘un peu beaucoup à la folie’

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

Trois couples épanouis. De charmants enfants. Une amitié solide. Et un barbecue entre voisins par un beau dimanche ensoleillé : tous les ingrédients sont réunis pour passer un bon moment. Alors, pourquoi, deux mois plus tard, les invités ne cessent-ils de se répéter : « si seulement nous n’y étions pas allés » ?

Tout a commencé par un barbecue, un bel après-midi de janvier. Il y avait six adultes et trois enfants. Clementine, violoncelliste, a été invitée avec son mari Sam et leurs deux fillettes Holly et Ruby chez sa meilleure amie Erika, mariée à Oliver.

Lorsqu’ils arrivent à destination, Erika leur annonce qu’ils sont tous attendus chez Vid et Tiffany, leurs voisins, pour un barbecue. Le couple, très sympathique, leur annonce que Dakota leur fille de 11 ans se réjouit à l’idée de jouer les baby sitter pour les deux fillettes, ainsi les adultes pourront se détendre et profiter de la fête.

Mais bien sûr, tout ne se passe pas comme prévu et quelque chose va venir troubler cet après-midi d’hiver au point que les trois couples ne vont cesser de se répéter : si seulement nous n’y étions pas allés…

Après le succès du Secret du mari, traduit dans 55 pays, et de Petits secrets, grands mensonges (dans ma PAL), adapté par HBO, Liane Moriarty continue de jouer la carte des vilains secrets bien enfouis et dévoile la noirceur qui rôde sous les vies ordinaires, en nous plongeant au coeur des redoutables petits mensonges et des inavouables secrets de l’âme humaine avec Un peu, beaucoup, à la folie.

Dès le début de notre lecture, on sait qu’un accident s’est produit le jour du barbecue. Liane Moriarty nous présente les différents protagonistes de son histoire, revient sur leur passé, décortique l’étrange amitié qui unit Erika et Clementine, fait des allers et retours entre le présent et ce qui s’est passé quelques mois plus tôt lors de ce fameux barbecue qui a tant affecté leur vie.

L’auteure s’attarde longuement sur la psychologie des personnages, c’est la force de ce roman, de ce point de vue c’est très intéressant, elle met le doigt là où ça fait mal, met en lumière les faiblesses et les forces de chacun, leurs failles, etc.

Erika, qui souffre de l’absence d’amour de sa mère Sylvia, devenue compulsive une fois plaquée par son mari et qui va faire vivre un enfer à sa fille, heureusement accueillie par Pam et Martin, les parents de Clementine, qui vont obliger leur fille à devenir la meilleure amie de l’enfant.

Son mari, Oliver, victime de l’alcoolisme de ses parents, laissé pour compte lui aussi et qui va trouver son âme sœur en Erika.

Clementine, qui veut à tout prix entrer dans un orchestre, et qui n’en peut plus de faire passer son mari et ses filles avant elle. Sam, qui se contente d’un job alimentaire, afin de faire vivre sa famille, plus responsable que Clementine, à qui il reproche d’être négligente envers leurs filles.

Dakota, la fille de Tiffany et Vid, qui pense que l’incident du barbecue est de sa faute et qui se prive de ce qu’elle plus dans la vie, la lecture, pour se punir.

Liane Moriarty prend son temps pour tisser son intrigue, le suspense monte lentement et j’ai été embarquée dans ma lecture, me demandant ce qui avait bien pu se passer ce fameux jour.

Bien qu’intéressée par le récit, j’ai trouvé tout de même le rythme du roman bien trop lent, je pense que Liane Moriarty aurait pu nous proposer une histoire un peu plus resserrée et surtout une réelle intrigue parce qu’ici c’est éminemment psychologique, on fouille l’âme et le passé des personnages mais il ne se passe finalement pas grand chose.

Les personnages, à part Oliver et les enfants, ne sont pas sympathiques et tous nombrilistes, ils m’ont parfois franchement agacé et ça a concouru à un certain ennui vers la moitié du récit.

Pour tout vous dire, d’habitude j’ai du mal à lâcher mon livre une fois entamé et bien là j’ai étalé ma lecture, alternant avec d’autres romans, par la faute des protagonistes qui m’énervaient par leur égocentrisme.

Une histoire qui ne manque pas d’intérêt mais parasitée par trop de détails de leur passé, finalement trop fouillé psychologiquement au détriment de l’intrigue assez mince, je ne regrette pas ma lecture mais elle ne marquera pas.

Merci aux éditions Albin Michel pour cette lecture !

Read Full Post »