Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘vincent van Gogh’

Aîné d’une fratrie de cinq, le jeune Vincent est doué pour le dessin mais connaît des difficultés relationnelles dès l’enfance. Tour à tour employé d’un marchand d’art puis pasteur dans une ville de mineur, il trouve finalement sa voie grâce à son frère Théo.

Convaincu du talent de son aîné, ce dernier lui conseille de devenir peintre et lui promet de le soutenir financièrement. Après un passage à Paris où il rencontre de nombreux artistes en vogue, Van Gogh part s’installer à Arles pour y peindre au calme.

Cependant, sa santé mentale se détériore petit à petit et chaque contrariété provoque en lui des crises de démence, qui le précipiteront vers son décès prématuré à l’âge de 37 ans.

Si je ne suis pas férue de mangas, j’en lis très rarement, mes ados, eux, les adorent. Aussi, lorsque je suis tombée sur cette biographie du peintre Vincent Van Gogh, j’étais sûre qu’il allait nous plaire à tous les trois et c’est bel et bien ce qui s’est passé !

Si mon ado n°2 apprécie peu l’art, mon aîné l’aime beaucoup, particulièrement la peinture de la fin du XIXè comme sa maman, et son peintre préféré est justement Vincent !

Faire le pari de raconter la vie de ce peintre en cent pages peut sembler impossible sur le papier mais le pari est relevé et j’en suis la première surprise.

Cet ouvrage est idéal pour initier le jeune public à Van Gogh. L’ouvrage a beau être bref, Shouko Fukaki aux dessins, et Taiji Kimura au scénario, synthétisent assez bien la vie du peintre pour offrir une première approche intéressante.

Les auteurs reviennent sur les points importants de la destinée de l’artiste flamand, ce qui permet de bien cerner la personnalité et le parcours tumultueux de Vincent, venu à la peinture sur le tard.

Et en à peine dix ans, il va réaliser plus de 2000 toiles et dessins et laisser une trace indélébile dans l’art contemporain. Post-impressionniste, il sera l’ami des impressionnistes des pointillistes et le précurseur des fauvistes et des expressionnistes.

Les auteurs s’attardent sur des épisodes incontournables de la vie de Vincent, sur ses amours et expériences professionnels ratés, sur sa relation conflictuelle avec Gauguin, ses aspirations, ses influences mais aussi sur le lien très fort qui l’unissait à Théo qui ne survivra que six mois à son illustre frère.

Le dossier en fin d’ouvrage est également très intéressant et revient sur sa famille, les dates clés de la vie de Vincent, le contexte historique, les différents mouvements picturaux, etc.

Ce titre consacré à Van Gogh fait partie de la collection Les grands noms de l’histoire en manga qui comprend à ce jour des volumes sur Napoléon, Marie-Antoinette, Cléopâtre, Jeanne d’Arc et Mozart, si ils sont aussi bien réalisés que celui-ci, je ne peux que vous les conseiller.

Vous l’aurez compris, cette vulgarisation sous forme de manga est une très bonne idée et un chouette concept pour intéresser les enfants et les ados à l’Histoire !

Read Full Post »

À 13 ans, Sophie Chérer rêvait de devenir juge des enfants pour combattre l’injustice. À la fin de ses études de droit et criminologie, elle abandonne pourtant la carrière de magistrate mais trouve un autre moyen de suivre sa vocation. Depuis sa Lorraine natale, ses différents types d’écrits prolifèrent. Les uns lui permettent de mettre en valeur le travail de ses collègues artistes. Les autres sont aussi, la plupart du temps, des hommages romancés. Une manière de leur rendre justice.

Vincent Van Gogh peint comme un fou depuis son arrivée à Auvers-sur-Oise, quand il rencontre deux jeunes gens de bonne famille, les frères Secrétan. L’aîné, Gaston, est un artiste en herbe, timide, incertain de sa vocation.

Au premier regard, il considère Vincent comme un génie. Le cadet, René, est obsédé par Buffalo Bill. À la pêche comme à la chasse, accompagné de sa bande, il tire sur tout ce qui bouge.

La correspondance de Vincent ne les mentionne ni l’un ni l’autre. Pourquoi ? On sait qu’il leur a offert des tableaux, dont nul n’a retrouvé trace. Pourquoi ?

Gaston et René vont fréquenter Vincent quasi quotidiennement pendant près de six semaines. Et si cette rencontre ne va rien changer à la vie du peintre, elle va peut-être tout changer à sa mort.

Vincent Van Gogh fait partie de mes peintres préférés et si j’admire ses peintures, je connais assez peu sa vie, dans les grandes lignes seulement. Depuis toujours, il a été couramment admis qu’il a mis fin à ses jours le 29 juillet 1890 à Auvers-sur-Oise.

Seulement, depuis quelques années, certains romanciers et biographes remettent en cause ce scénario. Pourquoi ?

Parce que Vincent n’a pas laissé de lettre expliquant son geste. Mais tous les suicidés ne couchent pas forcément leurs intentions sur papier. Alors ?

D’autres raisons font également douter : l’arme qui a servi à sa mort n’a pas été retrouvée. Et surtout, pour quelle raison Vincent se serait-il tiré une balle dans le ventre en plein champ pour finalement retourner à l’auberge mourir dans son lit au bout de près de trente heures d’agonie ?

Et si Vincent ne s’est pas suicidé, qui l’a tué ? Les frères Secrétan ! C’est ce que sous-entendait Jean-Michel Guenassia dans La valse des arbres et du ciel et c’est la thèse que reprend Sophie Chérer pour tisser la trame de Tuer Vincent.

L’autrice nous donne à lire ici, le récit du dernier été de Van Gogh passé à peindre dans une frénésie, une certaine urgence. Elle nous montre la vie d’ascèse du peintre, totalement dévoué à son art et sa rencontre avec les frères Secrétan, issus de la bourgeoisie parisienne.

Gaston, l’aîné, qui barbouille quelques toiles, va voir en Van Gogh un maître, alors que son cadet, René, va n’avoir de cesse que de le persécuter, le rabaisser, le traiter de prussien, etc.

Vincent, qui a échangé de nombreuses lettres avec son frère Théo cet été-là, comme à son habitude, ne fait nulle part mention des frères Secrétan !

Quelle est la part de réel dans cette histoire et celle des conjonctures ? Peu importe où est la vérité puisqu’ici Sophie Chérer nous propose une fiction, un récit âpre à lire lorsque l’on aime le peintre car on le voit malheureux, tourmenté, malmené mais aussi exalté par la peinture.

Un récit destiné aux adolescents mais aussi aux adultes car si les chapitres sont courts, le vocabulaire adapté et la typographie assez grosse, l’histoire, comportant des passages crus et explicites quant à la sexualité, n’est pas à mettre entre les mains des plus jeunes mais plutôt des 16 ans et plus.

Un roman bien écrit et documenté qui permettra aux lecteurs de découvrir le peintre dans son intimité, une bonne idée pour intéresser les ados à la peinture et à un grand nom de la peinture.

Un grand merci éditions L’école des Loisirs pour cette lecture et pour leur confiance.

Read Full Post »