Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘vivre vite’

Si célèbre soit-il, James Dean, symbole de la jeunesse éternelle, demeure toujours aussi insaisissable. Vivre vite, roman choral tout en nuances, dresse, à travers la voix de ses proches, le portrait intime d’un garçon de l’Indiana, inconsolable et myope, turbulent mais d’une beauté irrésistible, qui s’est donné à tous, sans jamais appartenir à personne: un acteur incandescent devenu, en trois films et un accident de voiture, une icône intemporelle.

Vivre vite signe mes retrouvailles avec James Dean, mort sur une route au volant de sa Porsche Spyder, le 30 septembre 1955, à l’âge de 24 ans. Une vie brève mais intense que nous raconte ici Philippe Besson sous la forme d’un roman choral.

James Dean, je l’ai connu au moment de mon adolescence, lorsque j’ai vu La fureur de vivre, A l’est d’Eden et Géant, les trois films dont il est le héros.

Je le trouvais tellement beau et sensuel mais je ne savais rien de sa vie, aussi lorsque j’ai vu ce roman biographique dans une bouquinerie, je n’ai pas hésité une seconde et il n’a pas eu le temps de trainer dans ma PAL.

Dans ce roman, Philippe Besson, retrace les grandes lignes de la vie de ce mythe dont la devise était paraît-il « Vivre vite, mourir jeune et faire un beau cadavre », empruntée à Willard Motley, romancier afro-américain et auteur, notamment de Knock on any door, qui cause un beau scandale lors de sa parution à la fin des années 40.

L’auteur convoque James Dean lui-même mais aussi tous ceux qui l’ont bien connu à venir parler de leur Jimmy. De sa mère Mildred, morte à 28 ans, le laissant inconsolable, à son père Winton, en passant par les Winslow qui l’ont élevé, ses amants présumés, ses partenaires de films.

Famille, petites amies, amants, relations professionnelles : tous livrent leur vision de ce jeune homme pressé de vivre, fougueux, parfois brutal et à la sensibilité exacerbée.

Bien que ce ne soit pas une biographie à proprement parler, j’ai appris beaucoup de choses sur James Dean : sa bisexualité, sa grande myopie, ses insomnies qui pouvaient le laisser des jours durant sans fermer l’œil, son tabagisme actif et son alcoolisme de bar, son amitié avec Eartha Kitt qui lui enseignait la danse, son goût pour la littérature et pour le sport mais aussi les viols répétés de son pasteur.

Ce format court, ses chapitres resserrés, le style de Philippe Besson font mouche, une fois les premières pages lues, difficile de le poser tant on est pris dans le destin broyé de Jimmy, dans ses failles, ses malheurs et son envie de vivre en plus grand que les autres, en plus grand que les autres.

Une trajectoire à une époque où l’Amérique est encore très prude et où l’homosexualité ou la bisexualité est tue, même à Hollywood où les magnats des grands studios imposent de petites fiancées à leurs stars qui ont d’autres penchants, lors des premières.

Ce portrait est très nuancé, l’auteur ne tombe jamais dans l’hagiographie, nous pointe du doigt les défauts de son héros, malgré tout, on ne peut s’empêcher de le trouver attachant, d’être ému face à son désarroi lorsque sa mère meurt d’un cancer alors qu’il n’est encore qu’un petit garçon de 9 ans. Cette mère qui savait le faire rire et avec qui il partageait tout, notamment son amour du jeu, son décès prématuré va casser son existence.

Après, plus rien ne sera jamais pareil et c’est comme si, sachant que son existence serait brève, il va brûler la chandelle par les deux bouts, cherchant des substituts de maman dans ses premières amantes, son professeure d’art dramatique, son agent, etc, et recherchant la tendresse dans les bras des garçons, sans jamais être capable de s’attacher, à l’exception de Pier Angeli, qui en épousera un autre pour ne pas déplaire à sa maman.

J’ai beaucoup aimé la construction de ce récit très bien pensée et amenée, du jour de la mort de sa mère à son propre décès, le fait que Philippe Besson aborde cette vie sous tous les angles par l’entremise de tous ceux qui ont connu James Dean. C’est un roman sur l’intime intense et délicat, à la fois brutal et doux, parfois on se sent voyeur, ce qui m’a un peu gênée aussi.

Plus de soixante ans après sa mort, James Dean reste une icône et ce roman lui rend un joli hommage qui plaira aux fans de l’acteur et à tous ceux qui souhaitent mieux connaître cette étoile filante.

Read Full Post »