Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘yomgui dumont’

Lu dans le cadre du Pumpkin Automne Challenge

Mr Tan est scénariste de bande dessinée, il a entre autres créé le personnage de Mortelle Adèle et la série Shaker Monster. Sous son vrai nom, Antoine Dole, il a écrit des mangas et de nombreux romans pour ados et jeunes adultes. Yomgui Dumont a travaillé dans le dessin animé et le jeu vidéo avant de devenir auteur de bande dessinée et illustrateur pour la jeunesse. Il a notamment publié La Brigade des cauchemars (Jungle) avec Franck Thilliez, qui a remporté le prix des collèges au festival d’Angoulême 2019.

À défaut de pouvoir profiter de ses parents toujours absents, Elliot passe du temps avec sa nouvelle famille, les fantômes qui hantent sa maison : Eva, Angus, Amédée et Walter.

Cette fois, point de nounou chasseuse de fantômes mais un redoutable inspecteur du CRI (Commission des Revenants Inadaptés) qui débarque au 109 pour contrôler que la maison est correctement hantée…

Ce qui est loin d’être le cas, étant donné la bienveillance des fantômes envers Elliot, notammant la cantatrice Eva qui le couve telle une maman. Nosgentils fantômes vont donc compter sur Elliot et devoir redoubler d’imagination pour faire croire à l’inspecteur qu’ils sont terrifiants : pièges, tortures et hurlements à tous les étages.

C’est sans compter le retour de la chasseuse Ulrika Von Paprika… Comment faire peur et être discrets à la fois ?! Une nouvelle histoire à mourir… de rire !

Le mois d’octobre est, il faut bien l’admettre, la période idéale pour lire des titres autour des fantômes et des spectres, c’est pour cette raison que j’ai jeté mon dévolu sur Fantômes sur le grill, le second tome de la série 109 rue des Soupirs que j’avais découvert l’an dernier avec Fantômes à domicile.

Cette bande dessinée à destination des 8 / 10 ans est écrite par Mr Tan à qui on doit la série mordante et désopilante Mortelle Adèle et illustrée par Yomgui Dumont qui vient du jeu vidéo et qui a illustré La brigade des cauchemars avec Franck Thilliez.

Si vous vous attendez à une histoire très développée, passez votre chemin, car c’est un récit écrit pour les enfants, assez court et ramassé, faisant la part belle aux actions, même si ce second opus nous permet d’en apprendre davantage sur les fantômes.

Il ne faut pas y chercher de vraisemblance ou de réalité mais pour ma part, je l’ai trouvé bien amusante et sympathique, notamment grâce à ces personnages qui valent le détour et l’ambiance gothique bien rendue.

Le petit Elliot et les fantômes sont drôles et attachants, certains sont couards, d’autres courageux et l’histoire va à cent à l’heure, aucun temps mort, un bon point pour les enfants.

Bien que l’ambiance soit gothique et par moment un peu angoissante pour les plus jeunes, le récit est surtout axé sur l’humour, ce qui empêche les enfants d’avoir peur.

Autres atouts : son format plus court qu’une bande dessinée classique qui permet aux enfants une meilleure prise en main, la couverture à rabats est cartonnée, donc moins rigide qu’un album et les couleurs toutes dans des tonalités de blanc, de bleu et de noir sont très bien exploitées.

Mais ce qui m’a surtout plu ici c’est le graphisme de Yomgui Dumont, j’aime beaucoup sa façon de dessiner et l’ambiance qu’il imprime au récit à la fois gothique et surnaturelle est très réussie.

Un second tome bien chouette qui m’a divertie et qui a beaucoup plu à mes garçons, je conseille donc cette bande dessinée délicieusement gothique aux enfants et à leurs parents en cette période proche d’Halloween.

Read Full Post »

La nouvelle série gothique et désopilante de Mr Tan !

Belle-en-joie est une ville où il fait beau vivre… si on excepte le 109 rue des Soupirs qui abritait autrefois un cimetière. Depuis, une maison y a été construite mais elle est réputée emplie de fantômes.

Lorsque Elliot et ses parents y emménagent, ils ne peuvent se douter que cette maison sinistre est réellement hantée…

Enfin, surtout Elliot, car ses parents, accaparés par leur travail, l’abandonnent vite à son sort, préférant embaucher une baby-sitter pour s’occuper de leur rejeton.

Elliot ne tarde pas à rencontrer ses colocataires plutôt spéciaux, tandis que débarque une baby-sitter pas très commode, qui semble chercher quelque chose… Des fantômes, peut-être ?

Le mois d’octobre est, il faut bien l’admettre, la période idéale pour lire des titres autour des fantômes et des spectres, c’est ainsi Fantômes à domicile, le premier tome de la série 109 rue des Soupirs paru en septembre est entré dans ma PAL d’octobre.

Cette bande dessinée à destination des 8 / 10 ans est écrite par Mr Tan à qui on doit la série mordante et désopilante Mortelle Adèle et illustrée par Yomgui Dumont qui vient du jeu vidéo et qui a illustré La brigade des cauchemars avec Franck Thilliez.

Si vous vous attendez à une histoire très développée, passez votre chemin, car c’est un récit écrit pour les enfants, assez court et ramassé, faisant la part belle aux actions.

Il ne faut pas y chercher de vraisemblance ou de réalité mais pour ma part, je l’ai trouvé bien amusante et sympathique, notamment grâce à ces personnages qui valent le détour et l’ambiance gothique bien rendue.

Le petit Elliot et les fantômes sont drôles et attachants, certains sont couards, d’autres courageux et l’histoire va à cent à l’heure, aucun temps mort, un bon point pour les enfants.

Bien que l’ambiance soit gothique et par moment un peu angoissante pour les plus jeunes, le récit est surtout axé sur l’humour, ce qui empêche les enfants d’avoir peur.

Autres atouts : son format plus court qu’une bande dessinée classique qui permet aux enfants une meilleure prise en main, la couverture à rabats est cartonnée, donc moins rigide qu’un album et les couleurs toutes dans des tonalités de blanc, de bleu et de noir sont très bien exploitées.

Mais ce qui m’a surtout plu ici c’est le graphisme de Yomgui Dumont qui m’a tapé dans l’œil lorsque je l’ai vu en librairie. J’aime beaucoup sa façon de dessiner et l’ambiance qu’il imprime au récit à la fois gothique et surnaturelle est très réussie.

Un premier tome prometteur qui m’a divertie et qui a beaucoup plu à mes garçons, je conseille donc cette bande dessinée délicieusement gothique aux enfants et à leurs parents en cette période proche d’Halloween.

Read Full Post »

Une affaire coriace attend Lucile Finemouche et son associé, le Balafré, de l’agence de détectives privés 3ID. La célèbre auteur Agatha Holmes a été cambriolée : son manuscrit a disparu. Pour le dérober, le voleur a suivi un scénario qu’elle avait elle-même imaginé dans son dernier roman policier. Parmi les principaux suspects : un magicien, un valet fantôme et… un chat ! heart_3auteur-editeur-pageslucile-finemouche-et-le-ballafre-tome-1-la-dimension-chronogyre

Agatha Holmes, la célèbre auteure de romans policiers, s’est fait dérober son dernier manuscrit et elle fait appel à l’agence de détectives privés 3ID (Investigation Discrète, Indices Décisifs, Intrigue Dénouée) pour le retrouver.

Lucile Finemouche et son associé le Balafré se rendent donc séance tenante au domicile de la romancière qui va leur révéler que l’auteur du larcin s’est directement inspiré de son précédent roman pour le commettre.

Nos deux détectives privés interrogent les habitants de la maison qui font tous de formidables coupables en puissance : Allison Holmes, la nièce d’Agatha et par ailleurs cleptomane qui pourrait avoir dissimuler le manuscrit dans l’immense chapeau qui ne la quitte jamais. Harry Pastrami, le très célèbre illusionniste qui aurait pu avoir recours à la magie pour subtiliser le futur best-seller ou bien encore James, le majordome fantôme, sans oublier le chat Hercule qui le don de toujours de se trouver dans les pattes de Lucile…

J’avais repéré ce titre dès sa parution, intriguée par le titre et la couverture vintage en diable et force est de constater qu’en refermant cette histoire je suis un peu déçue.

Le scénario imaginé par le duo d’auteures Juliette Vallery & Annabelle Fati, que je découvre ici, n’est pas inintéressant et ne manque pas de rebondissements, comme dans tout bon roman policier qui se respecte, mais j’avoue avoir eu du mal à suivre les personnages au fil de leur enquête avec la narration qui change de page en page, tantôt Lucile et tantôt le Balafré, des changements brouillons et confus qui sont peut-être du au fait que l’histoire s’est écrite à quatre mains.

Toujours est-il que je trouve l’histoire difficile à suivre pour des enfants à partir de 9 ans comme c’est conseillé ici.

Il y aussi beaucoup de paranormal et de fantastique dans cette enquête menée tambour battant, sans aucun temps mort certes, mais une intrigue un peu trop ardue à comprendre me semble-t-il pour le jeune lectorat visé, entre le chronogyre et l’invector.

L’ambiance du roman et les illustrations de Yomgui Dumont toutes en noir et blanc m’ont en revanche séduite tout comme les titres des chapitres qui donnent toujours envie d’aller plus loin dans la lecture.

Un avis en demi-teinte donc, pas sûre de lire la suite des enquêtes de Lucile Finemouche et du Balafré car La dimension Chronogyre ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Read Full Post »