Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘ys’

Lu dans le cadre du Pumpkin Automne Challenge

M.T Anderson publie surtout des albums jeunesse et des romans pour jeunes adultes. Jo (Joséphine) Rioux est une autrice et illustratrice de livres pour enfants. Diplômée du Collège Sheridan, elle illustre des livres pour la littérature jeunesse et jeune adulte, mais sa plus grande passion reste la bande dessinée.

Pour ériger les remparts qui protègent Ys des flots tumultueux, la reine Malgven, épouse du roi Gradlon, a eu recours à la magie. Sa mort brutale et mystérieuse laisse ses deux filles inconsolables et les éloigne l’une de l’autre.

Rozenn, héritière du trône, a reçu de sa mère son amour de la nature sauvage et de la solitude. Elle goûte peu la vie de cour et préfère vivre en parfaite harmonie avec la nature. Elle aime parcourir les landes et partager les joies simples de son peuple.

Dahut, la cadette, tient de sa mère sa magie, se délecte de la vie fastueuse de la cour et se compromet dans ses intrigues. Le roi Gradlon, quant à lui, a délaissé la politique et se réfugie dans les bras de ses nombreuses maitresse, laissant Dahut aux commandes d’Ys.

Mais derrière les murs immenses de la cité se cache un passé lourd de sombres secrets. Le jour où le lien entre les soeurs se rompt définitivement, elles entraînent dans leur chute le destin d’Ys, et les monstres tapis dans l’ombre surgissent alors en pleine lumière…

Avec Soeurs d’Ys, Martin Tobias Anderson revisite le mythe de la cité engloutie d’Ys, censée se trouver au large de Douardenez, la plus fameuse légende bretonne apparue pour la première fois au Moyen-Age sous la plume de Pierre de Baud et largement popularisée au XIXè siècle par Anatole Le Braz et au XXè siècle par Charles Guyot.

Comme il n’a jamais été fixé, ce récit légendaire autour de la cité engloutie a donné lieu à bon nombre d’interprétations et de versions. Le scénariste part donc du point de départ communément présent dans un certain nombre de versions et adjoint aux personnages du saint (Corentin ou Guénolé) qui incarne le Bien, Dahut qui incarne le mal, et le roi Gradlon placé face à un choix, Rozenn qui, elle, est de son cru et j’ai trouvé l’ajout bienvenu.

On suit donc tour à tour, jusqu’à l’engloutissement d’Ys, Rozenn qui incarne la lumière et Dahut, la noirceur. Cette dualité est bien construite et j’ai aimé suivre les jumelles en parallèle.

L’intrigue proposée par M.T Anderson qui s’appuie à la fois sur la version la plus connue de la légende en y mettant son grain de sel est bien tissée et addictive. Je pensais, au départ, lire ce gros roman graphique en plusieurs fois et j’ai été incapable d’arrêter ma lecture avant le point final.

Le récit est en effet plein de secrets, de magie, de péripéties et de rebondissements qui relancent sans cesse l’intérêt du lecteur, l’histoire de ces deux soeurs qui tentent d’imposer leur voix nous interroge sur les choix que l’on peut faire, sur l’attrait au pouvoir, les luttes intestines, les rivalités fraternelles…

Les planches de Jo Rioux m’ont charmée même si, au départ, j’ai eu un peu de mal avec son style, elles servent parfaitement le scénario et concourrent à instaurer une ambiance magique et légendaire. Les couleurs choisies sont fondamentalement automnales avec du vert, du marron, de l’orange et de l’ocre et là encore c’est bien vu, cela cadre bien avec la Bretagne sauvage que je connais et aime.

L’auteur a également laissé une grande latitude à l’illustratrice puisqu’elle a pu laisser libre court à son talent avec des pages entières sans le moindre texte qui retranscrivent très bien l’état d’esprit des personnages.

En bref, un roman graphique réussi tant sur le fond que sur la forme et que je vous recommande si les thématiques abordées vous intéresse.

Un grand merci aux éditions Rue de Sèvres pour cette lecture magique !

Read Full Post »