Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘cosy mystery’

Ecrivaine britannique, Alexandra Benedict a déjà publié plusieurs romans sous le nom de A. K. Benedict,dont le premier, The Beauty of Murder, est en cours d’adaptation télévisuelle. Romans, nouvelles, scénarios, poèmes…, elle aime s’essayer à différents genres littéraires. Avant de se consacrer à l’écriture, Alexandra a eu une première carrière d’autrice-compositrice-interprète, en groupe et en solo, et a composé plusieurs bandes originales de séries et de films.

Cette année, Lily Armitage est invitée à passer les fêtes de Noël à Endgame House, l’imposant manoir familial sur lequel son excentrique tante Liliana a toujours régné en maîtresse incontestée. Comme lorsqu’ils étaient enfants, cette dernière a prévu pour ses neveux et nièces un jeu de piste géant : Douze énigmes à résoudre pour les douze jours après Noël.

Mais cette fois, le prix est particulièrement élevé : Liliana est morte et celui qui remportera la victoire héritera du domaine. Pourtant ce n’est pas la seule raison qui pousse Lily à franchir les hautes grilles d’Endgame House pour la première fois depuis vingt ans. Elle espère y découvrir enfin la vérité sur la mystérieuse disparition de sa mère.

Mais plus le jeu avance, plus la tension monte entre les cousins. Et quand une tempête de neige les coupe du reste du monde, Lily comprend que le manoir renferme de sombres secrets, et qu’elle risque sa vie dans ce jeu dangereux…

Petits meurtres à Endgame est un huis clos addictif qui s’inspire à la fois de Ils étaient dix d’Agatha Christie et du cluedo. Deux bonnes raisons pour moi d’ajouter ce cosy mystery à ma PAL, étant une fervente adepte de la reine du crime et de ce célébrissime jeu de société.

On y suit Lily, invitée à passer Noël dans la demeure familiale, Endgame Home, un manoir dans lequel elle n’a pas remis les pieds depuis la mort de sa mère Mariana, deux décennies auparavant. Décédée à son tour, sa tante Liliana a souhaité réunir ses enfants, neveux et nièces pour un dernier jeu de piste à l’enjeu de taille : les clés du domaine.

Pendant les douze jours que durera le jeu, du 24 décembre au 4 janvier, et qu’une tempête de neige les isole du reste du monde, le poids des secrets se fait de plus en plus prégnant, faisant ressortir rancœurs et drames… Alors, qui remportera le manoir ? Surtout, qui agi dans l’ombre pour nuire aux autres ?

Alexandra Benedict nous propose une histoire haletante, entre traditions de Noël, retrouvailles familiales tendues et petits meurtres en famille… C’est un véritable jeu de massacre qui nous est proposé tout au long du récit, avec des énigmes, anagrammes et des jeux de mots bien corsés.

Un manoir mystérieux, des secrets et des indices enfouis dans chaque recoin du domaine, de mystérieux crimes à résoudre au présent mais aussi au passé, une tempête de neige… tout les ingrédients sont réunis pour un cosy crime de Noël fort sympathique. L’ambiance est lourde et le suspens bien mené.

J’ai été bernée sur toute la ligne ! Je n’ai pas trouvé l’identité de la personne qui tirait les ficelles et ça m’a bien surprise tant j’étais à mille lieux de découvrir les différents éléments de la solution car il y a des ramifications dans le passé qui trouvent un dénouement dans le présent.

Si je me suis bien régalée, j’ai tout de même deux petits bémols : les personnages sont un peu trop manichéens à mon goût avec des gentils très gentils et des méchants très méchants. Et certaines scènes manquent de réalisme, notamment sur la fin.

Pour autant, je ne peux que vous conseiller ce huit clos à la fois prenant et divertissant à découvrir en cette fin d’année ! Belette s’est bien amusée elle aussi, son avis ici !

Read Full Post »

Faith Martin, également connue sous son véritable nom, Jacquie Walton, est l’autrice de nombreux romans policiers à succès. Née à Oxford et amoureuse de la campagne anglaise, elle situe nombre de ses romans dans le cadre bucolique de la région oxonienne.

Printemps 1962. Alors que le paisible village de Middle Fenton s’apprête à célébrer le 1er  Mai, une jeune femme est retrouvée étranglée et ligotée au mât à rubans.

Une semaine plus tard, son petit ami est découvert pendu dans une grange. Le jeune homme se serait donné la mort après avoir tué sa fiancée – c’est du moins ce qu’en déduit la police, mais cette conclusion est loin de faire l’unanimité.

La policière Trudy Loveday et son complice, le coroner Clement Ryder, ont tôt fait de comprendre qu’un meurtrier court encore dans la nature.

Mais le tueur a déjà prouvé qu’il était prêt à éliminer toute personne qui chercherait à le confondre… Auront-ils le temps de démasquer l’assassin avant qu’il ne frappe à nouveau  ?

Couronnement fatal à Middle Fenton est la sixième enquête de Loveday & Ryder, l’une de mes séries de cosy mystery préférés ! Et à chaque fois, quel bonheur de retrouver Oxford, son atmosphère surannée des sixties et surtout ses deux protagonistes, la jeune policière Trudy Loveday et le coroner Clément Ryder.

Cette série consacrée à Loveday & Ryder et écrite par Faith Martin met en scène un duo d’enquêteurs pas comme les autres, formé d’une jeune stagiaire Trudy Loveday qui rêve d’intégrer les rangs de la police en tant qu’enquêtrice à une époque où les femmes policières sont rares ; et de Clement Ryder, un ancien chirurgien devenu coroner depuis qu’il est atteint de Parkinson. Une maladie, dont il n’a informé et qu’il a de plus en plus de mal à cacher.

Cette nouvelle enquête est très réussie et le temps de ma lecture, j’ai eu l’impression de séjourner à Oxford en 1962 ! L’intrigue policière est classique mais efficace, l’autrice prend son temps pour jeter les bases de son récit, nous présenter les divers personnages. Rien de révolutionnaire mais une ambiance feutrée tellement agréable qu’on se croirait dans une enquête signée Agatha Christie.

Même si Faith Martin ne dame pas le pion à la reine du crime, elle sait fort bien tricoter ses enquêtes, j’ai soupçonné tout le monde et douté jusqu’à la fin, ne découvrant à aucun moment l’auteur des faits, un très bon point pour Mrs Martin. Même si la première victime n’est guère sympathique puisqu’elle se servait des gens pour arriver à ses fins, on voit combien une jeune fille menant une vie libre à cette époque était très mal vue.

Au-delà de l’enquête, toujours aussi bien ficelée, j’aime surtout les deux protagonistes principaux que je trouve éminemment sympathiques et attachants, l’ambiance bucolique d’Oxford et de ses environs, les secrets inavouables qui parsèment le récit, et la difficulté qu’ont Trudy et Clement pour comprendre la vérité m’ont charmée une fois de plus.

L’histoire est prenante de bout en bout et le dénouement m’a vraiment surprise une fois de plus ! Je trouve juste que le dénouement intervient un peu trop rapidement, je serai restée bien volontiers à Oxford quelques dizaines de pages supplémentaires. Et ma copinaute Belette, d’habitude bien meilleure enquêtrice que moi, n’y a vu que du feu et aimé autant que moi, son avis ici.

Si vous aimez les cosy murders, voilà une série qui, tome après tome, tient toutes ses promesses et que je vous conseille absolument, vous allez l’aimer c’est certain !

Read Full Post »

T.E. Kinsey a été journaliste en Angleterre pendant plusieurs années. Il a ensuite décidé de vivre pour ses passions et s’est lancé dans la plongée sous-marine, la guitare et la mandoline ! Désormais, il écrit à plein temps, notamment Les enquêtes de Lady Hardcastle qui connaissent un immense succès international.

En cette fin d’été, Lady Hardcastle et Florence, sa dame de compagnie, sont invitées dans une grande propriété pour assister à une semaine de courses automobiles et de fêtes. Pour les deux amies, dont les exploits ont fait le tour de la bonne société, ces vacances à la campagne s’annoncent tout à fait charmantes et reposantes.

Jusqu’au moment où l’un des pilotes, pourtant expérimenté, meurt dans un horrible froissement de tôle lors de la première course. Simple accident ? C’est la conclusion de la police locale qui n’a aucune envie de se décarcasser à chercher la petite bête.

Mais quand Lady Hardcastle découvre que les freins ont été sabotés, elle prend les choses en main et, en voiture Simone, c’est parti pour une nouvelle enquête. Entre les domestiques du domaine et les invités aux secrets inavouables, il y a une belle brochette de suspects qui auraient pu franchir la ligne jaune… Pour débusquer le tueur, il va falloir mettre la gomme !

La mort au tournant est le troisième tome des enquêtes de Lady Hardcastle et de sa dame de compagnie Florence Armstrong. Deux enquêtrices de choc que j’avais découvert dans Petits meurtres en campagne et que j’ai été ravie de retrouver ici.

Ce duo qui manie l’humour anglais et l’ironie comme personne est assez détonant dans cette Angleterre du début du XXè siècle. Très modernes, les héroïnes utilisent leurs petites cellules grises pour l’aînée, ses poings et sa maîtrise des arts martiaux pour la cadette et vont devoir mobiliser une bonne dose d’astuces et de crochets du droit si elles veulent pouvoir savourer le brandy de la victoire !

Les deux protagonistes sont très attachantes et il me tarde de poursuivre leurs aventures, heureusement pour moi six tomes sont parus à ce jour, de quoi me promettre de chouettes heures de lectures, si ils sont tous de cet acabit.

Ce troisième tome contient tout ce que j’attends du cosy mystery : un roman policier douillet avec une intrigue à la campagne, au sein d’une communauté réduite, où les ragots vont bon train et mettent en scène des enquêteurs attachants. Une histoire à déguster avec une tasse de thé et quelques scones, of course my dear. 

L’intrigue policière est bien construite avec des meurtres, une course automobile, des fausses pistes et des suspects à foison, bien malin qui saura démêler l’écheveau ! Le récit se déroule au sein d’un manoir avec maîtres à l’étage et valets au sous-sol, une ambiance à la Downtown Abbey que j’aime retrouver dans mes lectures et qui est bien retranscrite ici.

Pour une fois, j’ai trouvé l’auteur des faits et son mobile mais dans les dernières pages du livre seulement. Une fois de plus, T.E Kinsey sait très bien mener son enquête et son suspens jusqu’au bout et ça c’est un très bon point !

Cerise sur le gâteau : le décor historique est bien planté avec des clins d’oeil aux automobiles et à la mode de ce début du XXè siècle.

Vous l’aurez compris : un bon cosy mystery avec du rythme, une plume fluide et agréable, de l’humour, des personnages attachants et une intrigue policière qui tient la route, moi je dis bonne pioche !

Ce n’est pas Belette qui va me contredire, elle a bien apprécié ce troisième volume aussi, son avis ici.

Read Full Post »

Frédéric Lenormand saupoudre depuis toujours ses intrigues historiques d’un humour savoureux. Auteur des Nouvelles Enquêtes du juge Ti, il a notamment reçu le prix Arsène Lupin et le prix Historia du roman policier historique pour sa série Voltaire mène l’enquête.

Derrière son éventail et ses hautes coiffes, Marie-Antoinette gère aussi les affaires sensibles du royaume. Quand un certain chevalier d’Eon se présente à la Cour, sa Majesté tombe sous le charme de ce curieux diplomate qui a pour habitude de revêtir des vêtements féminins.

Mais voilà que le chevalier est accusé de meurtre. Et la Reine a horreur des injustices ! Persuadée de son innocence, elle ordonne à Rose et Léonard, ses fidèles détectives, de l’aider à échapper à la police royale. Réussiront-ils à démasquer le véritable meurtrier ?

Vous le savez si vous me suivez régulièrement, j’adore les comédies policières de Frédéric Lenormand, grand spécialiste des enquêtes en carrosses, en perruques poudrées et en robes à panier !

Je ne pouvais donc tout simplement pas résister à l’envie de découvrir Les fourberies d’escarpin tant j’avais apprécié les précédents opus d’Au service de Marie-Antoinette.

Et ce nouveau volet ne fait pas exception à la règle, j’ai adoré cette enquête truculente, délicieuse et menée tambour battant, un petit bijou d’humour et d’intelligence avec pour toile de fond la guerre d’indépendance des Etats-Unis.

On y côtoie en sus Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, vendeur d’armes aux insurgés et bien dépité par l’interdiction du roi de faire jouer sa pièce Le mariage de Figaro ; et le chevalier d’Eon, espion du feu roi Louis XV qui entend ici faire chanter le gouvernement en échange de son silence sur le cabinet secret de Louis le Bien-Aimé, dissous par son petit-fils et successeur !

Pour imaginer ses personnages, l’auteur a pioché dans l’entourage même de Marie-Antoinette, et en premier lieu sa modiste et son coiffeur qui ont réellement existé. Pour la reine, ils ont rivalisé d’imagination et sont restés dans l’histoire de la coiffure et de la mode pour des tenues et des perruques extravagantes et coûteuses !

Leur duo est ici explosif car nos enquêteurs se détestent cordialement et vont sans cesse vouloir se mettre des bâtons dans les roues afin de se damer le pion : Rose est une maniaque de l’organisation, Léonard, un noceur. Rose paye ses dettes, Léonard est d’une ladrerie rare. Rose est courageuse, Léonard pleutre. Et j’en passe et des meilleurs.

Ils s’insultent copieusement, se raillent, gaussent de leurs bévues respectives mais ils savent aussi faire front commun pour mener à bien leur mission et retrouver l’assassin des anciens espions du roi Louis XV qui tombent comme des mouches dans le sillage du chevalier d’Eon.

Le duo est attachant et on a plaisir à les suivre dans les rues de Paris comme dans le sillage de la reine à Versailles. L’auteur a bien travaillé la psychologie de ses personnages et certains passages sont vraiment drôles.

L’intrigue policière est bien menée, les suspects et les fausses pistes sont légion, les clins d’œil à l’Histoire de France, les saillies et les traits d’humour font mouche, les titres des chapitres en sont un bon exemple.

La toile historique est aussi très bien respectée, Frédéric Lenormand connaît très bien le règne de Louis XVI et sous sa plume, on suit les coulisses de la diplomatie, les services secrets, la politique de cette époque et la vie à Versailles.

Comme toujours avec Frédéric Lenormand, cette comédie policière est enlevée, drôle et érudite : une vraie réussite ! Je suis à jour dans cette série et j’attends le prochain tome à paraitre fin octobre pour retrouver Rose et Léonard dans une nouvelle aventure. Et si vous ne connaissez pas encore cette série, qu’attendez-vous ??

Read Full Post »

Nadine Monfils, écrivain, scénariste et réalisatrice belge (Madame Edouard avec un casting prestigieux, dont Michel Blanc, Didier Bourdon, Balasko, Lavanant, Annie Cordy) est l’auteur de près de quatre-vingt romans et polars à succès. Elle a obtenu le prix coup de cœur Saint-Maur en poche 2012 et le prix polar de Cognac pour son thriller Babylone Dream paru aux Éditions Belfond.

Bienvenue dans la ville la plus déjantée de Belgique ! De passage à Liège pour une exposition de ses peintures, René Magritte se promène sur les quais avec son épouse Georgette et leur chienne Loulou. Soudain, ils reconnaissent un célèbre chanteur des rues, dans son habit de scène constellé de fleurs en plastique.

L’artiste est en train de pêcher. Attention, ça mord ! Mais voilà que sort de l’eau un pied de fillette dans un soulier doré ! Fini, les flâneries, René et Georgette partent percer ce mystère dans la Cité Ardente du grand Simenon…

Nom d’une pipe ! A Knokke-le-zoute ! et Les fantômes de Bruges s’étaient révélés très divertissants et j’avais hâte de retrouver nos protagonistes dans leur quatrième enquête, Liège en eaux troubles, qui a pour cadre la ville de Liège comme vous l’aviez déjà deviné, une cité que j’ai désormais très envie de découvrir, notamment pour ses gourmandises.

Comme je connais très peu la Belgique, je trouve ces cosy mysteries très dépaysants, bourrés d’humour et j’apprends une foule de choses sur les surréalistes et of course sur René Magritte. Je trouve le couple qu’il forme avec son épouse très touchant et j’aime les suivre dans leurs pérégrinations.

Les intrigues sont bien ficelées et il n’est pas évident de découvrir le coupable de cette série de meurtres qui va endeuiller Liège, autour de la vie et des romans d’un grand auteur de romans policiers, Georges Simenon, le créateur du célèbre commissaire Jules Maigret.

Nadine Monfils sait très bien tricoter ses histoires et franchement je me régale. Ma maman qui adore Son espionne royale est tombée sous le charme de cette série qu’elle me pique avant même que je puisse les lire, un comble ! Comme moi, elle a bien ri aux saillies de Magritte, adore le personnage de Georgette et celui de l’inénarrable Carmen, leur femme de ménage.

Bien sûr, comme tout cosy murder qui se respecte, il y a de l’humour, des ragots, des personnages hauts en couleur, et une enquête bien soft ! Si j’avais trouvé le troisième opus un chouilla moins intéressant, celui-ci s’est révélé passionnant entre les clins d’œil à l’œuvre de Simenon et les personnages freaks à qui le tueur s’en prend, je ne me suis pas ennuyée une seconde.

Le principal atout de cette série, c’est bien entendu le couple Magritte/Georgette. Nadine Monfils a rencontré à plusieurs reprises Georgette décédée il y a une trentaine d’années, et connaît très bien la vie et l’oeuvre du peintre, contrairement à moi, et c’est ce que j’ai apprécié ici aussi, me cultiver tout en m’amusant.

Un chouette quatrième tome que je vous conseille si vous aimez les cosy crimes et l’humour noir, il vous plaira assurément. Ce n’est pas Belette qui vous dira le contraire, elle s’est régalée autant que moi comme vous pourrez le constater ici.

Un grand merci à La bête noire pour cet envoi !

Read Full Post »

Julia Golding a grandi sur le bord de la forêt d’Epping. Après avoir étudié l’anglais à Cambridge, elle a rejoint le Foreign Office et a servi en Pologne. Mariée et mère de trois enfants, Julia vit maintenant à Oxford et travaille comme journaliste pigiste.

Lu dans le cadre du Mois anglais 2022

Angleterre, 1789. Jane Austen est furieuse : son père a décidé de l’envoyer à l’abbaye de Southmoor pour tenir compagnie à Lady Cromwell pendant les festivités d’anniversaire de son fils Whickam. Sa soeur aînée Cassandra devait y aller mais elle ne le peut plus maintenant qu’elle a le bras cassé.

À treize ans, Jane se languit de découvrir le monde, et non de se plier aux exigences d’une vieille aristocrate ! Mais quand son frère aîné, Henry, proche du fils Cromwell, lui raconte la légende selon laquelle le fantôme d’un moine hante les ruines de l’abbaye et sème la terreur parmi ses occupants, la curiosité de Jane est piquée.

En élucidant ce mystère, elle pourra échapper à ses ennuyeuses responsabilités, et surtout, elle trouvera enfin de quoi alimenter sa passion pour l’écriture…

Le fantôme de l’abbaye de Julia Golding, premier tome des enquêtes de Jane Austen, ouvre le bal de mes lectures anglaises et on commence par un petit coup de coeur.

J’ai adoré ce cosy mystery pour la jeunesse, que je conseille à partir de 11 ans, mais en tant qu’adulte je me suis régalée à suivre l’adolescente Jane Austen, si vive, intelligente et pleine de piquant, exactement telle que je me l’imagine !

Notre héroïne allie courage et vivacité d’esprit, impertinence et malice et surtout, notre écrivaine en herbe se révèle une enquêtrice hors pair qui trouvera l’identité du fantôme mais aussi du voleur de chevaux, sauvant le fils de l’intendant de la potence par la même occasion.

Elle sera bien aidée par Luke, garçon d’écurie bien malmené par le valet et sir Charles, propriétaire du domaine, et par Deepti, la fille du cuisinier indien, qui manie à merveille le tir à l’arc, l’équitation et les sports de combat.

Les chapitres sont courts et bien rythmés, il y a des rebondissements et des fausses pistes comme dans tout bon roman policier qui se respecte et l’intrigue, bien ficelée, demandera aux enfants de faire fonctionner leurs petites cellules grises.

La plume de l’autrice est vive et Julia Golding montre qu’elle connaît bien Jane Austen mais aussi l’époque de son récit. En effet, j’ai apprécié qu’elle évoque certains sujets comme les conditions sociales, les relations entre les différentes strates de la bourgeoisie, le travail des enfants, le rôle de chacun au sein de la propriété, la délicate question du mariage et de l’héritage…

Ce cosy mystery bourré d’humour s’inspire de Northanger Abbey et cela s’est fortement ressenti avec Le Fantôme de l’Abbaye qui a des accents gothiques bien séduisants. Les courriers que Jane adresse à sa famille sont délicieux et je ressors véritablement enchantée de cette lecture. Je serai au rendez-vous du tome 2 à paraître en septembre.

Read Full Post »

Nadine Monfils, écrivain, scénariste et réalisatrice belge (Madame Edouard avec un casting prestigieux, dont Michel Blanc, Didier Bourdon, Balasko, Lavanant, Annie Cordy) est l’auteur de près de quatre-vingt romans et polars à succès. Elle a obtenu le prix coup de cœur Saint-Maur en poche 2012 et le prix polar de Cognac pour son thriller Babylone Dream paru aux Éditions Belfond.

Le peintre René Magritte et sa femme Georgette sont réveillés à la tombée de la nuit par Carmen, leur femme de ménage. Elle est dans tous ses états.

Pensez donc ! La pauvre, qui travaille aussi pour leur mystérieux voisin est tombée sur son cadavre en prenant son service. Ils préviennent aussitôt la police qui trouve la maison vide.

Et en effet, quand le trio déboule chez lui, le corps a disparu ! Mais plus étrange encore, le tableau de Magritte qui trônait dans le salon s’est volatilisé lui aussi.

Leur enquête va les mener à Bruges, la Venise du Nord, d’une étrange beauté avec ses canaux sur lesquels glissent de silencieux fantômes…

Après Les Détectives du Yorkshire de Julia Chapman et Son Espionne royale de Rhys Bowen, la nouvelle pépite du cosy mystery dénichée par La Bête noire nous vient de Belgique : Les folles enquêtes de Magritte et Georgette ! Nadine Monfils est aux manettes de cette série d’enquêtes inédites menées par le peintre René Magritte et sa femme, Georgette, sans oublier Jackie leur loulou de Poméranie, avec la mer du Nord pour dernier terrain vague.

Nom d’une pipe ! et A Knokke-le-zoute ! s’étaient révélés très divertissants et j’avais hâte de retrouver nos protagonistes dans leur troisième enquête, Les fantômes de Bruges, qui a pour cadre Bruges comme vous l’aviez déjà deviné, une cité que j’ai très envie de découvrir.

Comme je connais très peu la Belgique, je trouve ces cosy mysteries très dépaysants, bourrés d’humour et j’apprends une foule de choses sur les surréalistes et of course sur René Magritte. Je trouve le couple qu’il forme avec son épouse très touchant et j’aime les suivre dans leurs pérégrinations.

Les intrigues sont bien ficelées et il n’est pas évident de découvrir le coupable de cette série de meurtres qui va endeuiller la Venise du nord, autour d’une famille totalement barrée et antipathique à souhait ! C’est seulement dans les dernières pages que j’ai réussi à trouver le fin mot de l’histoire.

Nadine Monfils sait très bien tricoter ses histoires et franchement je me régale. Ma maman qui adore Son espionne royale est tombée sous le charme de cette série qu’elle me pique avant même que je puisse les lire, un comble ! Comme moi, elle a bien ri aux saillies de Magritte et adoré le personnage de Georgette et celui de l’inénarrable Carmen, leur femme de ménage.

Bien sûr, comme tout cosy murder qui se respecte, il y a de l’humour, des ragots, des personnages hauts en couleur, et une enquête bien soft ! Même si ce tome n’est pas mon préféré, je trouve qu’il y a quelques longueurs et un petit trou d’air en milieu de roman, je serai au rendez-vous du prochain tant j’aime l’atmosphère et les personnages de cette série.

Le principal atout de cette série, c’est bien entendu le couple Magritte/Georgette. Nadine Monfils a rencontré à plusieurs reprises Georgette décédée il y a une trentaine d’années, et connaît très bien la vie et l’oeuvre du peintre, contrairement à moi, et c’est ce que j’ai apprécié ici aussi, me cultiver tout en m’amusant.

Un chouette troisième tome que je vous conseille si vous aimez les cosy crimes et l’humour noir, il vous plaira assurément. Ce n’est pas Belette qui vous dira le contraire, elle s’est régalée autant que moi comme vous pourrez le constater ici.

Un grand merci à La bête noire pour cet envoi !

Read Full Post »

Faith Martin, également connue sous son véritable nom, Jacquie Walton, est l’auteure de nombreux romans policiers à succès. Née à Oxford et amoureuse de la campagne anglaise, elle situe nombre de ses romans dans le cadre bucolique de la région oxonienne.

5 novembre 1961  : la famille Hughes se prépare à célébrer la nuit de Guy Fawkes avec pétards et feux d’artifice. Tous sont rassemblés dans le jardin, quand le cabanon dans lequel sont entreposées les fusées s’embrase, causant la mort du patriarche, Thomas Hughes, enfermé à l’intérieur.

L’autopsie conclut rapidement à la mort par asphyxie et le coroner, Clement Ryder, classe l’affaire sans suite.

Mais le lendemain, Duncan Gillingham, un journaliste ambitieux, publie dans l’Oxford Tribune un article accusateur  : la justice aurait bâclé le dossier. Selon lui, la famille cacherait la vérité et le décès serait suspect.

Pour calmer l’opinion, l’inspecteur Jennings confie l’enquête à la jeune policière Trudy Loveday. Très vite, celle-ci se tourne vers Clement Ryder. Ils n’auront pas trop de leurs forces réunies pour tenter de percer les mystères du clan Hughes…

Vous connaissez mon goût pour les cosy mystery et vous savez que les enquêtes de Loveday & Ryder font partie de mes cosy mysteries préférés. C’est donc tout naturellement que j’ai jeté mon dévolu sur le cinquième opus de cette saga : Feu d’artifice mortel.

Cette série consacrée à Loveday & Ryder et écrite par Faith Martin met en scène un duo d’enquêteurs pas comme les autres, formé d’une jeune stagiaire Trudy Loveday qui rêve d’intégrer les rangs de la police en tant qu’enquêtrice à une époque où les femmes policières sont rares ; et de Clement Ryder, un ancien chirurgien devenu coroner depuis qu’il est atteint de Parkinson. Une maladie, dont il n’a informé et qu’il a de plus en plus de mal à cacher.

Cette nouvelle enquête est très réussie et le temps de ma lecture, j’ai eu l’impression de séjourner à Oxford en 1961 ! L’intrigue policière est classique mais efficace, l’autrice prend son temps pour jeter les bases de son récit, nous présenter les divers personnages. Rien de révolutionnaire mais une ambiance feutrée tellement agréable qu’on se croirait dans une enquête signée Agatha Christie.

Même si Faith Martin ne dame pas le pion à la reine du crime, elle sait fort bien tricoter ses enquêtes, j’ai soupçonné toute la famille qui haïssait le défunt et douté jusqu’à la fin, ne découvrant à aucun moment le mobile du crime ni l’auteur de l’assassinat de l’abject Thomas Hughes, un très bon point pour Mrs Martin.

Au-delà de l’enquête, toujours aussi bien ficelée, j’aime surtout les deux protagonistes principaux que je trouve éminemment sympathiques et attachants, l’ambiance bucolique d’Oxford et de ses environs, les secrets inavouables qui parsèment le récit, et la difficulté qu’ont Trudy et Clement pour comprendre la vérité m’ont charmée une fois de plus.

L’histoire est prenante de bout en bout et le dénouement m’a vraiment surprise une fois de plus ! Je trouve juste que le dénouement intervient un peu trop rapidement, je serai restée bien volontiers à Oxford quelques dizaines de pages supplémentaires. Et ma copinaute Belette, d’habitude bien meilleure enquêtrice que moi, n’y a vu que du feu et aimé autant que moi, son avis ici.

Si vous aimez les cosy murders, voilà une série qui, tome après tome, tient toutes ses promesses et que je vous conseille absolument, vous allez l’aimer c’est certain !

Read Full Post »

Lee Strauss est l’auteure de plusieurs séries de cosy mysteries. « Les enquêtes de Ginger Gold » (« Ginger Gold Mystery ») sont un immense succès et seize tomes ont été publiés à ce jour (depuis 2017). Née de parents canadiens, mère de quatre enfants, elle vit au Canada avec son mari et se consacre désormais à temps plein à l’écriture.

Après des années passées en Amérique, Ginger Gold, jeune veuve un peu excentrique, est de retour à Londres pour vendre sa maison d’enfance. Un séjour banal qui se complique quand Boss, son petit chien, découvre le corps momifié d’une femme dans le grenier. Shocking !

Qui est la victime ? Depuis combien de temps est-elle là ? À ses risques et périls, Lady Gold se lance dans une délicate enquête aux côtés de sa dynamique dame de compagnie et du séduisant inspecteur Basil Reed. Les indices semblent tous converger vers une soirée organisée dans la maison dix années plus tôt.

Ni une ni deux, pour enfin lever le voile du mystère, Ginger décide d’organiser une nouvelle soirée, en invitant les mêmes convives que dix ans auparavant. Une idée géniale ? Pas sûr, car avant la fin de la soirée, un nouveau meurtre est commis…

Un squelette dans le placard est le premier tome d’une toute nouvelle série de cosy mysteries consacrée à Ginger Gold, une lady de retour à Londres suite au décès de son père. Anglaise de naissance, elle vivait depuis plusieurs années à Boston. Son père lui ayant légué Hartigan House, la demeure familiale, elle débarque pour vendre la maison avant de regagner ses pénates. Mais ça, c’était avant la découverte d’un squelette dans le grenier !

Vous le savez, j’adore les cosy mysteries qui sont par ailleurs très à la mode. Les éditeurs l’ont bien compris et nous dénichent de nouvelles séries en veux-tu en voilà. Celle-ci, si elle est nouvelle chez nous, comprend déjà pas moins de 16 tomes en anglais, ce qui nous promet de chouettes heures de lecture.

Comme tous les premiers tomes qui se respectent, celui-ci nous sert d’introduction. Il pose les bases de la série, nous dévoile les différents protagonistes qui peupleront les tomes à venir, etc. Et of course, il contient tous les ingrédients qui font le sel de ce genre : humour, enquête soft sans hémoglobine, héroïne attachante, ragots… seule manque l’ambiance campagne anglaise puisque ce tome a pour cadre Londres.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance années 20 qui n’est pas sans nous rappeler deux séries à succès : Son espionne royale de Rhys Bowen (que j’adore) et Les soeurs Mitford enquêtent de Jessica Fellowes (dont je n’ai lu que le tome 1). C’est une période historique que j’adore et en lisant cette histoire, j’avais l’impression de me retrouver dans un épisode de Miss Fisher enquête avec les tenues glamour et la voiture de sport.

Ginger est une jeune femme pétillante que j’ai aimé suivre de la première à la dernière page. Elle est représentative des garçonnes qui ont vu le jour au lendemain de la guerre : coiffée à la Louise Brooks, elle arbore les bijoux, robes et manteaux à la mode et entend mener une vie libre comme les femmes des Roaring Twenties. Elle aide l’inspecteur, n’hésite pas à prendre des risques et franchit les portes de la morgue grâce à son amie étudiante en médecine.

Les autres personnages sont à l’avenant, à la fois bien dessinés et attachants, je me réjouis de les retrouver dans les prochains opus. La plume de l’autrice est agréable, fluide et enlevée et on tourne les pages avec beaucoup de plaisir.

Le contexte historique est bien rendu avec cette génération de femmes veuves ou orphelines, confrontées au manque d’hommes décimés par la guerre. Un sujet abordé avec brio par Tracy Chevalier dans La brodeuse de Winchester et qui est bien rendu ici.

Tout ceci est épatant mais j’ai trouvé l’enquête un peu trop légère à mon goût, j’ai deviné bien trop facilement les tenants et aboutissants du drame et l’auteur du crime. Dommage donc même si j’ai vraiment bien aimé cette lecture et que je compte poursuivre cette série au gré de ces parutions.

Vous l’aurez compris : une lecture divertissante et un sympathique cosy mystery qui plaira aux adeptes du genre !

Read Full Post »

Nadine Monfils, écrivain, scénariste et réalisatrice belge (Madame Edouard avec un casting prestigieux, dont Michel Blanc, Didier Bourdon, Balasko, Lavanant, Annie Cordy) est l’auteur de près de quatre-vingt romans et polars à succès. Elle a obtenu le prix coup de cœur Saint-Maur en poche 2012 et le prix polar de Cognac pour son thriller Babylone Dream paru aux Éditions Belfond.

Enfin les vacances, direction Knokke-le-Zoute ! Le peintre Magritte et sa femme Georgette se préparent à savourer les plaisirs de la côte belge : promenades en cuistax, croquettes de crevettes et moules-frites.

Mais avant ça, ils profitent de la plage, bien installés dans leur transat. Un peu plus loin, les aboiements de leur chienne Loulou sonnent la fin du farniente. En grattant dans le sable, elle a déterré une main.

Une aubaine pour René et Georgette qui vont se livrer à leur plaisir secret : traquer le meurtrier.

Après Les Détectives du Yorkshire de Julia Chapman et Son Espionne royale de Rhys Bowen, la nouvelle pépite du cosy mystery dénichée par La Bête noire nous vient de Belgique : Les folles enquêtes de Magritte et Georgette ! Nadine Monfils est aux manettes de cette série d’enquêtes inédites menées par le peintre René Magritte et sa femme, Georgette, sans oublier Jackie leur loulou de Poméranie, avec la mer du Nord pour dernier terrain vague.

Nom d’une pipe ! s’était révélé très divertissant et j’avais hâte de retrouver nos protagonistes les pieds dans l’eau dans cette seconde enquête A Knokke-le-zoute ! que j’ai lu justement à la plage, histoire d’être raccord même si la Méditerranée n’a rien à voir avec la mer du Nord !

Comme je connais très peu la Belgique, je trouve ces cosy mysteries très dépaysants, bourrés d’humour et j’apprends une foule de choses sur les surréalistes et of course sur René Magritte. Je trouve le couple qu’il forme avec son épouse très touchant et j’aime les suivre dans leurs pérégrinations.

Les intrigues sont bien ficelées et il n’est pas évident de découvrir le coupable de cette série de meurtres qui va endeuiller la très chic station balnéaire de Knokke-le-zoute ! C’est seulement dans les dernières pages que j’ai réussi à trouver le fin mot de l’histoire.

Nadine Monfils sait très bien tricoter ses histoires et franchement je me régale. Ma maman qui adore Son espionne royale est tombée sous le charme de cette série qu’elle m’a piquée avant même que je puisse les lire, un comble ! Comme moi, elle a bien ri aux saillies de Magritte et adoré le personnage de Georgette et celui de l’inénarrable Carmen, leur femme de ménage.

Bien sûr, comme tout cosy murder qui se respecte, il y a de l’humour, des ragots, des personnages hauts en couleur, et une enquête bien soft !

Le principal atout de cette série, c’est bien entendu le couple Magritte/Georgette. Nadine Monfils a rencontré à plusieurs reprises Georgette décédée il y a une trentaine d’années, et connaît très bien la vie et l’oeuvre du peintre, contrairement à moi, et c’est ce que j’ai apprécié ici aussi, me cultiver tout en m’amusant.

Un second tome épatant que je vous conseille absolument si vous aimez les cosy crimes, il vous plaira assurément. Ce n’est pas Belette qui vous dira le contraire, elle s’est régalée autant que moi comme vous pourrez le constater ici.

Un grand merci à La bête noire pour cet envoi !

Read Full Post »

Older Posts »