Les lauréats du Grand Prix ELLE des lectrices 2014 sont :

Comme vous le savez, j’ai eu la chance de faire partie du jury des lectrices ELLE et à cette occasion, j’ai pu lire 28 livres pendant 10 mois. Comme vous le savez aussi, la sélection qui nous a été proposée a été globalement pour moi une source de déceptions même si heureusement j’ai eu quelques bonnes surprises et un coup de cœur !

logo-grand-prix-lectrices-ELLE

Le jeudi 5 juin a eu lieu la remise des prix, of course je n’ai pu rejoindre Paris juste pour une soirée mais heureusement les copinautes du jury nous ont fait vivre l’événement sur la page Facebook du groupe et je les en remercie.

Avec une sélection globalement décevante, le palmarès a été aussi une source de déception, il ne pouvait pas en être autrement. Nos discussions autour du roman et du policier ont parfois tourné au pugilat entre nous entre les pro et les anti mais le document couronné a bénéficié de notre clémence collective.

Catégorie roman : Esprit d’hiver de Laura Kassichke. Pour moi, le roman le plus mauvais qu’il m’ait été donné de lire dans le cadre de ce prix. Qu’il est le prix est pour moi juste incompréhensible. L’éditrice française, présente à la remise du prix, a été choquée par certaines de nos critiques, la mienne n’a pas du lui faire plaisir, ma note non plus, elle était salée ! Vous pouvez la lire ici. Les romans arrivés 2è et 3è sont Sulak et Petites scènes capitales, deux romans que j’avais beaucoup aimés.

 esprit-d-hiver-laura-kasischke

Catégorie document : Tout s’est bien passé d’Emmanuèle Berheim qui faisait partie de la toute première sélection. La romancière revient ici sur la fin de vie de son père, un témoignage touchant mais pas renversant. Vous pouvez lire ce que j’en pense ici. Les documents arrivés 2è et 3è sont Le parfum de ces livres que nous avons aimés (mon doc préféré) et Et tu danses Lou que j’avais aimé aussi.

 tout-s-est-bien-passe-emmanuele-bernheim

Catégorie policier : Yeruldelgger de Ian Manook. Mon coup de cœur !! Je suis très heureuse de ce choix d’autant que je n’y croyais pas. J’ai adoré ce polar, son atmosphère et son décor, la Mongolie est fascinante sous la plume de Manook. Ma critique détaillée ici. Les policiers arrivés 2è et 3è sont Les impliqués (bof) et La maison des absents que j’avais beaucoup aimé.

 yeruldelgger-ian-manook

Si j’avais été la seule à voter, mon palmarès aurait été le suivant :

Catégorie roman : Je suis interdite d’Anouk Markovits

Catégorie documents : Le parfum de ces livres que nous avons aimés de Will Schwalbe

Catégorie policiers : Yeruldelgger de Ian Manook

Même si la sélection 2014 a été comme je vous le disais plus haut globalement décevante, j’ai beaucoup aimé faire partie de ce jury. J’attendais chaque mois, comme une gamine, mon paquet ELLE, et sans ce prix je serai passée à côté de très belles lectures même si j’ai du aussi me coltiner des lectures que j’ai détestées ! L’expérience n’aurait pas été aussi belle sans les autres jurées avec qui j’ai pu échanger sur la page Facebook du groupe, bien moins que d’autres car les réseaux sociaux et moi ça fait deux, un grand merci à vous toutes les filles !

Et un grand merci à vous qui avez suivi mes aventures dans ce prix, qui m’avaient encouragé et supporté mes jérémiades, je ne regrette rien.

Grand prix des lectrices ELLE 2014 : la sélection de mars

Le prix ELLE des lectrices 2014 tire à sa fin ! Je viens de recevoir la dernière sélection, celle du mois de mars et bien que la sélection fut globalement très décevante pour moi, j’ai un petit pincement au coeur à l’idée que cette aventure se termine car j’avais trouvé mon rythme de croisière ! Déjà la dernière sélection avec la proclamation des résultats au mois de mai, déjà ou enfin d’ailleurs selon mon humeur car comme vous le savez, je cumule les déceptions. J’espère juste que les livres primés ne feront pas partie de mes flops sinon je sens que ça va m’énerver…

Les livres sélectionnés pour le mois de mars par mes co-jurées sont :

Catégorie romans : Sulak de Philippe Jaenada. Un roman biographique sur un gentlemen cambrioleur dont je ne connais rien il faut bien le dire, pas même le nom. Le sujet ne m’inspire pas mais j’espère avoir une bonne surprise.

sulak-philippe-jaenada

Sujet : Il était jeune, il était beau, il s appelait Bruno Sulak, et fut, au début des années 80, l’homme le plus recherché de France. Gentleman braqueur, il défraya la chronique judiciaire et séduisit tous ceux qui l’approchèrent, jusqu’au célèbre policier qui mit fin à cinq années de cavale effrénée. De sa vie tourmentée, Philippe Jaenada a fait un roman biographique captivant.

Catégorie Documents : Ailleurs de Richard Russo. J’ai un roman de Richard Russo depuis des années dans ma PAL, peut-être ce récit consacré à son enfance et à sa mère me donnera-t-il l’envie de l’en sortir.

ailleurs-richard-russo

Sujet : Peu de temps après la disparition de sa mère, Richard Russo, l’écrivain couronné du prix Pulitzer et auteur d’une dizaine de romans traduits dans le monde entier, prend la plume pour décrire la vie de cette femme autoritaire mais fragile qu’il adora autant qu’il la subit.

Catégorie policiers : Les impliqués de Zygmunt Miloszewski. Comme vous le savez déjà, la sélection polar a été une grande déception, Yeruldelgger mis à part, celui-ci rencontre un certain succès auprès de mes cojurées, peut-être qu’il me plaira aussi ? On peut toujours l’espérer en tout cas !

les-impliques-zygmunt-miloszewski

Sujet : Un dimanche matin, au milieu d’une session de thérapie collective organisée dans un ancien monastère de Varsovie, l’un des participants est retrouvé mort, une broche à rôtir plantée dans l’oeil. L’affaire est prise en main par le procureur Teodore Szacki. Las de la routine bureaucratique et de son mariage sans relief, Szacki ne sait même plus si son quotidien l’épuise ou l’ennuie. Il veut du changement, et cette affaire dépassera ses espérances. Cette méthode de la constellation familiale, par exemple, une psychothérapie peu conventionnelle basée sur les mises en scène… Son pouvoir semble effrayant. L’un des participants à cette session se serait-il laissé absorber par son rôle au point de commettre un meurtre ? Ou faut-il chercher plus loin, avant même la chute du communisme ? Zygmunt Miloszewski signe un polar impressionnant, où s’affrontent la Varsovie d’aujourd’hui et les crimes du passé.

Connaissez-vous ces trois livres, les avez-lus ?

Grand prix des lectrices ELLE 2014 : la sélection de février

Déjà l’avant dernière sélection avec la proclamation des résultats au mois de mai. Déjà ou enfin d’ailleurs selon mon humeur car comme vous le savez, je cumule les déceptions mais heureusement j’ai fait trois belles lectures dernièrement qui compensent un peu.

Les livres sélectionnés pour le mois de février par mes co-jurées sont :

Catégorie romans : En même temps, toute la terre et tout le ciel  de Ruth Ozeki. Comme pour Esprit d’hiver de Laura Kashiscke, les avis sont particulièrement tranchés sur ce roman : on aime ou on déteste. J’ai détesté Esprit d’hiver qui heureusement était très court, celui-ci est un pavé alors j’espère aimer. La  construction est en tout cas originale et l’histoire plutôt attrayante sur le papier en tout cas. 

en-meme-temps-toute-la-terre-et-tout-le-ciel-ruth-ozeki

Sujet : Écrivain privée d’inspiration, Ruth découvre sur une plage un sac abandonné. Sans doute un des multiples restes du tsunami de 2011, qui s’échouent régulièrement sur les plages canadiennes. Mais ce sac cache bien des secrets : à l’intérieur, un bento Hello Kitty qui renferme un journal intime, reprenant la couverture originale de À la recherche du temps perdu, mais aussi un vieux carnet et quelques lettres illisibles.
Piquée par la curiosité, Ruth entreprend de résoudre l’énigme et de traduire le journal. Elle découvre l’histoire de Nao Yasutani, adolescente japonaise de seize ans.
Dans l’univers feutré de leur maison canadienne, Ruth et son mari, Oliver plongent dans l’intimité d’une jeune fille déracinée qui, après une enfance passée dans la Silicon Valley, a dû regagner Tokyo, sa ville natale, terre inconnue dont elle ne maîtrise pas les codes.

Catégorie Documents : Et tu danses, Lou de Philippe Lefait et Pom Bessot. Alors là je suis plus que ravie du choix de mes consœurs car j’ai très envie de lire le témoignage de ses parents pris dans l’engrenage du handicap de son enfant, un enfant différent pour lequel rien ne nous prépare. Ce genre d’histoire m’intéresse beaucoup et je sais que d’ores et déjà il va me toucher et me plaire.

et-tu-danses-Lou-philippe-lefait-pom-bessot

Sujet : Une famille. Il y a dix-sept ans, tout était là, le désir, la chambre, les biberons et les couches. Un hasard génétique a mis au premier jour sur le chemin de leur vie commune un invité-surprise. Une singularité qui fait que l’enfant Lou présente « des troubles sévères du langage et quelques difficultés associées ».
La vie est facétieuse : maman fait des livres et papa travaille à la télé.
L’histoire peut commencer. On y trouvera ce qu’il faut d’efficacité et d’errances hospitalières, d’usines à gaz et de belles solidarités, d’anges gardiens et de crétins patentés, une soeur aux petits soins et beaucoup d’amitiés, quelques mots venus de loin, la langue des signes et le sens du geste, la question de la transmission et celle d’une place à trouver pour chacun. Le chaos et l’amour. Et il y a Lou et ses yeux bleus, une héroïne rayonnante qui a révolutionné leur quotidien. C’est à elle qu’une mère et un père adressent ce dialogue.

Catégorie policiers : Témoin de la nuit de Kishwar Desai. Ian Manook m’avait fait voyager jusqu’en Mongolie, un pays pas tendre pour les femmes, me voilà en partance pour l’Inde, un territoire où il ne fait pas bon être une femme non plus, c’est d’ailleurs le sujet du roman : les violences faites aux femmes.

temoin-de-la-nuit-kishwar-desai

Sujet : Violence au coeur de l’Inde. Une jeune fille de bonne famille est retrouvée, violée et battue, entourée de treize cadavres, dans une immense maison incendiée. La police locale la soupçonne d’être la responsable de cette tragédie. Simran Singh, une travailleuse sociale peu conventionnelle, décide alors d’intervenir. Pour comprendre l’histoire familiale de Durga, Simran dévoile peu à peu un monde épouvantable dans lequel chaque petite fille qui naît n’est jamais sûre de vivre bien longtemps…

Connaissez-vous ces trois livres, les avez-lus ?

Grand prix des lectrices ELLE 2014 : la sélection d’avril

Retour du prix ELLE ! Je viens à peine de finir la sélection de janvier que voilà déjà celle d’avril, le mois dont je suis jury, je recevrai par la suite les sélections de février et mars mitonnées par mes co-jurées. Durant les 6 prochaines semaines, je vais avoir la lourde tâche de lire et noter à mon tour 7 livres (3 romans, 2 documents et 2 policiers), en espérant que mes préférés seront ceux reçus à leur tour par les copines. Et si je ne connais aucun de ces titres ni auteurs, les 4è de couverture éveillent mon intérêt, c’est déjà ça, et ouf pas de document sur la guerre, j’en suis contente car je saturais !

Catégorie romans : Comme les amours de Javier Marias va me permettre une nouvelle incursion dans la littérature espagnole que je connais très mal il faut bien l’avouer. La couverture me plait et l’histoire aussi, je pense commencer cette sélection par ce titre.

Sujet : Chaque matin, dans le café où elle prend son petit déjeuner, l’éditrice madrilène María Dolz observe un couple qui, par sa complicité et sa gaieté, irradie d’un tel bonheur qu’elle attend avec impatience, jour après jour, le moment d’assister en secret à ce spectacle rare et réconfortant. Or, l’été passe et, à la rentrée suivante, le couple n’est plus là. María apprend alors qu’un malheur est arrivé. Le mari, Miguel Desvern, riche héritier d’une compagnie de production cinématographique, a été sauvagement assassiné dans la rue par un déséquilibré. Très émue, elle décide de sortir de son anonymat et d?entrer en contact avec sa femme, Luisa, qui est devenue un être fragile, comme anesthésié par la tragédie.

comme-les-amours-javier-marias

Catégorie romans : Je suis interdite d’Anouk Markovits. Là encore totalement découverte, je n’ai jamais lu de littérature juive et je ne connais strictement rien au judaïsme, ce sera l’occasion, bien que je redoute un peu ce sujet religieux.

Sujet : Depuis la Transylvanie juste avant la Deuxième Guerre Mondiale, en passant par Paris après la guerre, jusqu’à Williamsburg aux USA, le roman fait revivre 4 générations d’une famille Satmar. En 1939, le petit Josef, 5 ans, est sauvé par une jeune fermière non juive qui le fait passer pour son fils. Cinq ans plus tard, Josef sauve la jeune Mila, une fois que les parents de celle-ci ont été tués et lui fait rejoindre Zalman Stern, un chef religieux de la communauté Satmar, où Mila va être élevée comme la soeur d’Atara, la fille de Zalman. Au fur et à mesure que les adolescentes grandissent, la foi de Mila s’intensifie, alors que sa soeur adorée découvre le monde des livres et du savoir.

je-suis-interdite-anouk-markovits

Catégorie romans : Une sainte d’Emilie de Tuckheim, un sujet scabreux et un roman particulièrement égratigné sur les blogs, je n’ai pas d’apriori négatif ou positif, je verrai bien, heureusement il fait 200 pages, j’espère qu’il sera facile à lire !

Sujet : Depuis son plus jeune âge, l’héroïne de ce roman sait qu’un jour, elle sera canonisée. Elle ignore encore pour quels miracles et quels bienfaits. Aussi préfère-t-elle mettre toutes les chances de son côté et se consacrer aux autres : à son voisin esseulé, à sa meilleure amie actrice porno, à sa mère en maison de repos. Et, à Dimitri, prisonnier qu’elle visite chaque semaine dans un parloir étroit.

une-sainte-emilie-de-turckheim

Catégorie Documents : Le parfum de ces livres que nous avons aimés de Will Schwable, ce titre, très beau, est évidemment très accrocheur pour la lectrice que je suis et particulièrement dangereux pour ma PAL et ma whish list qui vont en prendre un coup c’est sûr !

Sujet : Qu’est-ce que tu lis ? C’est avec cette question que l’éditeur Will Schwalbe et sa mère, Mary Ann, brisent la glace chaque fois qu’ils se retrouvent à l’hôpital où cette dernière, atteinte d’un cancer du pancréas, doit subir des examens. De ces conversations naît un club de lecture à deux membres, qui va soutenir Will tout au long de la progression de la maladie, et même après la mort de sa mère. De Bilbo le Hobbit à La Reine des lectrices, de Mille Soleils splendides à Suite française, des Piliers de la terre à La Montagne magique, Will et Mary Ann dévorent livre après livre avec un éclectisme assumé, partagent leur impressions, se découvrent de nouvelles facettes, discutent de la vie, de la mort, de la famille, de l’importance de l’engagement de Mary Ann en Afghanistan, où elle a fait construire la première bibliothèque de Kaboul, et ce faisant se rapprochent toujours plus.

le-parfum-de-ces-livres-que-nous-avons-aimes-will-schwable

Catégorie documents : Rendez-vous avec Lucian Freud de Geordie Greig, je dois vous avouer que j’ai pas d’atomes crochus avec la peinture contemporaine et celle de Lucian Freud en fait partie. Ce livre est certainement intéressant mais c’est aussi celui qui me tente vraiment le moins de cette sélection.

Sujet :  Pendant dix ans à Londres, Geordie Greig a fait partie du petit cercle d’amis privilégiés qui rencontraient régulièrement Lucian Freud pour un petit déjeuner au restaurant Clarke, sur Kensington Church Street. Autour d’une tasse de thé et des journaux du matin, Lucian Freud se remémorait des épisodes de sa vie passée et parlait d’art. C’était ainsi devenu le salon privé de Lucian Freud. Par le prisme de ces souvenirs kaléidoscopiques, Geordie Greig fait resurgir les histoires qui ont jalonné l’existence de Lucian Freud : la façon dont il est parvenu à échapper à la capture par les Nazis ; ses disputes avec son frère Clement, homme politique ; la haine de sa mère ; les séances de poses pour les portraits de David Hockney et de la reine d’Angleterre ; son évocation de Velasquez et pourquoi il estimait qu’il était le plus grand des peintres…

geordie-greig_couv(153x240).indd

Catégorie policiers : Yeruldelgger d’Ian Manook. Comme vous le savez déjà, la sélection polar m’a jusqu’ici beaucoup déçue, ce roman va m’entrainer en Mongolie, ce qui risque d’être un sacré dépaysement, d’autant que le sujet ne me tente guère…

Sujet : Cinq ans plus tôt, Kushi, la fille de l’inspecteur Yeruldelgger a été enlevée et assassinée pour l’obliger à abandonner une enquête sur la corruption liée au rachat des terres de la steppe mongole. La découverte du cadavre d’une autre fillette va le replonger dans les mêmes tourments. Dans un pays à l’histoire et aux paysages sauvages, une guerre sale d’argent et de pouvoir s’est déclarée autour d’une des richesses minières les plus rares et les plus convoitées de la planète.
Pour lutter contre les puissances qui veulent s’accaparer son pays, Yeruldelgger va puiser ses forces dans les traditions héritées des guerriers de Gengis Khan, dans les techniques modernes d’investigation, et dans la force de ses poings. Parce qu’un homme qui a tout perdu ne peut rien perdre de plus. Il ne peut que tout reconquérir. Peu à peu, sans pitié ni pardon…

yeruldelgger-ian-manook

Catégorie policiers : Par le feu de Jane Casey. Contrairement au précédent, ce roman me tente beaucoup, bien que le sujet me fasse peur aussi (comment ça je ne sais pas ce que je veux ?), le feu est quelque chose de terrifiant mais l’intrigue promet d’être trépidente, en tout cas je l’espère !

Sujet : Faire feu de toute femme. Le Crémateur. C’est ainsi que les média surnomment le tueur en série qui terrorise Londres. Sa particularité ? Rouer de coups des femmes avant de les brûler vives aux abords des parcs de la ville. Il compte déjà quatre victimes à son actif. Alors que la police croit avoir mis la main sur le coupable, un cinquième cadavre est découvert. Le meurtrier court-il toujours ? Pour le lieutenant Maeve Kerrigan, jeune recrue de la police londonienne chargée d’enquêter sur Rebecca Haworth, la dernière victime, la tâche s’annonce des plus ardues : pas de témoin, des indices partis en fumée, une équipe misogyne qui ne la soutient pas… Tandis qu’une véritable psychose s’empare de la ville, elle décide de fouiller dans le passé de la défunte dans l’espoir de trouver des pistes susceptibles de la mener jusqu’au coupable. Rapidement, elle comprend que Rebecca n’était pas du tout la femme que l’on croyait…

par-le-feu-jane-casey

Connaissez-vous ces sept livres, les avez-lus ? En attendant de connaitre mon avis sur ces lectures, je vous souhaite un bon week-end et de belles lectures !

Grand prix des lectrices ELLE 2014 : la sélection de janvier

Après une sélection de décembre totalement catastrophique, je fonde beaucoup d’espoir sur celle de janvier pour redresser la barre car jusqu’ici je n’ai aimé que 4 livres sur les 12 reçus et surtout je n’ai eu aucun coup de cœur !

Mes co-jurées de janvier ont donc livré leur verdict et sélectionné :

Catégorie roman : Petites scènes capitales de Sylvie Germain. Encore une romancière que je n’ai jamais lu et qui suscite des avis très tranchés, y compris parmi notre petit groupe de jurées. Le style ravit mais l’histoire nettement moins, verdict dans quelques jours !

Le sujet :  La première des « petites scènes capitales » pour Lili, c’est celle d’une photo que lui montre sa grand-mère, il y a une mère et son bébé, le bébé c’est elle, la mère a disparu. Quand son père se remarie elle se trouve à 5 ans avec trois sœurs et un frère par alliance, avec ce décalage de fille unique qui peine à comprendre les relations familiales et que l’adolescence rend plus opaques. L’aînée devient rebelle, le garçon veut devenir moine, la cadette meurt et chacun part loin du foyer. Seule Lili reste en témoin muet de la tragédie familiale qui n en a pas fini de révéler ses secrets, puis s’en va elle aussi étudier à Paris, change de cap en mai 68 pour l’expérience communautaire, poursuivant une quête de soi tâtonnante, traversée de rencontres, d’éblouissements solitaires, de révélations dont elle ne sait que faire.

petites-scenes-capitales-sylvie-germain

Catégorie document : Il sera comme le mois dernier question de guerre en Syrie avec cet essai de Caroline Poiron, veuve de Gilles Jacquier qui était grand reporter à France 2. Ce genre de livre n’est pas ma tasse de thé mais je ferai l’effort de me plonger dedans, j’ai peur qu’il soit très émouvant et dur à lire.

Le sujet : « Qui a tué Gilles Jacquier, journaliste de France 2, le 11 janvier 2012 à Homs, Syrie. Unis par le sort nous étions présents lors du décès du grand reporter d Envoyé spécial et par ce besoin de trouver la vérité, nous avons mené l enquête pour comprendre ce qui s est réellement passé dans la ville symbole de la résistance au régime de Bachar Al Assad, afin de lever le voile sur le meurtre du reporter français. Le premier, malheureusement, d une longue série. Pour nous, il est clair que la mort de Gilles est un crime d Etat. Vicieux et machiavélique. A l image de cette Syrie sanglante, mystérieuse et complexe, gérée de main de fer par la famille Assad. De cette Syrie à feu et à sang depuis quelques mois et qui se déchire sous le regard gêné d une communauté internationales impuissante. »

attentat-express-caroline-poiron

Catégorie policier : La théorie du chaos de Leonard Rosen. Cette catégorie ne m’a pas réservé que de bonnes lectures c’est le moins que l’on puisse dire et je ne connais rien à la théorie du chaos mais je ne demande qu’à être séduite même si les maths et moi ne faisons pas bon ménage !

Le sujet : Arrière-petit-fils de Jules Henri Poincaré, dont les travaux sont à l’origine de la théorie du chaos, Henri Poincaré, commissaire à Interpol, est bien moins concerné par les équations que par le crime. Et pourtant… lorsque James Fenster, un mathématicien, est assassiné à Amsterdam dans des circonstances très mystérieuses – au moment de prendre la parole à une conférence sur le commerce mondialisé, le commissaire va commencer à s’intéresser de près à ses théories. Si l’enquête laisse apparaître un lien possible avec un étrange attentat kamikaze à Milan et la mort violente d’une jeune femme à Barcelone, Poincaré, seul contre tous, est persuadé que la solution réside dans les travaux de Fenster. Le chaos qui s’installe autour de lui et les multiples pistes que ses collègues s’apprêtent à suivre ne lui laissent que très peu de temps pour reconstituer un puzzle en effet très mathématique, aux enjeux et aux conséquences inattendus.

la-theorie-du-chaos-leonard-rosen

Connaissez-vous ces trois livres, les avez-lus ? En attendant de connaitre mon avis sur ces lectures, je vous souhaite un bon week-end et de belles lectures !

Grand prix des lectrices ELLE 2014 : la sélection de décembre

Comme chaque mois, je vous dévoile les 3 livres en lice pour le prix ELLE des lectrices 2014. En décembre, mes co-jurées ont livré leur verdict et sélectionné :

Catégorie roman : Esprit d’hiver de Laura Kasischke. Encore une romancière que je n’ai jamais lu et qui suscite des avis très tranchés, j’espère que je serai séduite par l’histoire et par le style de l’auteure. Je vous avoue que j’aurai préféré en recevoir un autre car je l’avais sélectionné pour les matchs de PM et du coup, je l’ai en double !

Le sujet : Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d angoisse inexplicable. Rien n est plus comme avant. Le blizzard s est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant…

esprit-d-hiver-laura-kasischke

Catégorie document : Passion arabe de Gilles Kepel. Alors là je ne suis pas emballée du tout !!! La géopolitique ne fait pas partie de mes sujets de prédilection et il est apparemment très dur à lire, autant vous dire que je vais le lire en dernier.

Le sujet : Le 17 septembre 2010, à Sidi Bouzid, une ville du centre de la Tunisie, Mohamed Bouazizi, vendeur ambulant de fruits et légumes, s’immole par le feu en place publique et embrase le monde arabe. Les régimes de Ben Ali, Moubarak, Kadhafi, Ali Saleh sont précipités dans les flammes, et l’incendie porte jusqu’à Bahreïn et en Syrie. Afin de sauver leurs trônes, les gazo- et pétromonarchies déboursent alors des centaines de milliards de dollars pour allumer des contre-feux. Cette manne permet de favoriser, dans les lendemains tourmentés des révolutions, la victoire électorale des partis islamistes. Mais le feu social couve toujours sous la cendre politique. Gilles Kepel a voulu comprendre ces événements de très grande portée. Pour cela, il est allé partout, plus souvent deux fois qu une, et il a vu tout le monde. Partout : Israël, Gaza, Égypte (deux fois), Tunisie (deux fois), Libye, Bahreïn, Qatar, Liban, Arabie saoudite, Turquie, Syrie. Tout le monde : salafistes, Frères musulmans, djihadistes, laïcs, bloggeuses, intellectuels, militaires… De la très riche matière qu’il a ramenée, il a déjà tiré des feuilletons dans des journaux et des revues, des chroniques à la radio. Un film pour la télévision a aussi été tourné sur place et sera diffusé sur France 3 à la fin de mars, en première partie de soirée, suivi d un débat autour de Gilles Kepel et avec ses invités. Durant ce périple, qui l’a vu jouer à saute-frontières du printemps 2011 à l’automne 2012, il a tenu des carnets.

passion-arabe-gilles-kepel

Catégorie policier : Longue Division de Derek Nikitas. Jusqu’à présent les romans policiers sélectionnés m’ont beaucoup plu, excepté le mois dernier, j’espère qu’il en sera de même pour celui-ci, bien que j’en doute puisqu’il a l’air plutôt violent, ce que je n’aime pas.

Le sujet : Jodie travaille pour Kwik Kleen. Elle fait le ménage dans de somptueuses villas d’Atlanta. Alors qu’elle termine le nettoyage d’une chambre, une liasse de 5 000 dollars s’échappe d’un coffret… la tentation est brûlante pour Jodie : tout plaquer pour rejoindre son fils, un adolescent en pleine tourmente, abandonné à la naissance. Au bout de la longue route sur laquelle elle s’engage : la neige, les démons du passé et du présent… et la mort. Porté par une écriture cinématographique ciselée, un roman choral, violent et intensément humain. Le talent unique de Derek Nikitas : un tissage incroyablement fin des destins de ses personnages vers un dénouement éclatant et meurtrier.

longue-division-derek-nikitasUne quatrième sélection qui ne me séduit pas vraiment, excepté Esprit d’hiver, j’espère qu’elle me réserve tout de même de belles lectures. Et vous, avez-vous lu ces livres, aimeriez-vous les lire ?

Bon week-end et belles lectures à vous toutes !

Grand prix des lectrices ELLE 2014 : la sélection de novembre

Quels sont les 3 livres au menu de ce mois de novembre en lice pour le prix ELLE des lectrices 2014 ? Mes co-jurées ont livré leur verdict et sélectionné :

Catégorie roman : Cherchez la femme d’Alice Ferney. Je n’ai jamais lu cette romancière qui suscite des avis très tranchés, j’espère être séduite par l’histoire de ce couple mais je vous avoue quand même que cette auteure ne m’attire pas du tout…

Le sujet : Serge est brillant, entreprenant, narcissique. Marianne est sincère, ardente, déterminée au bonheur. Cherchez la femme raconte “l’histoire totale” de leur couple. Sous les yeux du lecteur, il se forme, s’établit, procrée, s’épanouit, subit l’épreuve du temps et la déchirure de l’infidélité…

cherchez-la-femme-alice-ferney

Catégorie document : Fitzgerald le désenchanté de Liliane Kerjean. Alors là je suis emballée !!! J’ai beaucoup aimé Gatsby lu au printemps et j’ai hâte d’en savoir plus sur ce grand romancier, d’autant qu’ensuite je pourrai lire Alabama Song, déjà dans ma PAL.

Le sujet : Cette biographie très alerte fait fi des clichés qui accompagnent la vie de Francis Scott Fitzgerald. D’un côté, un jeune écrivain talentueux, beau, marié à une femme excentrique, emblématique de toute une époque, qui, à l’âge de 24 ans publie un premier roman, L’envers du paradis, au succès foudroyant. De l’autre, la chute vertigineuse, qui passe par l’alcool, l’argent, la folie.

fitzgerald-liliane-kerjean

Catégorie policier : Absences d’Alice LaPlante. Jusqu’à présent les romans policiers sélectionnés m’ont beaucoup plu, j’espère qu’il en sera de même pour celui-ci, le sujet est intéressant et j’espère qu’il sera bien traité.

Le sujet : Amanda O’Toole, soixante-quinze ans, a été retrouvée morte à son domicile, amputée des quatre doigts de la main droite. La police soupçonne la voisine et amie d’Amanda, le docteur Jennifer White – chirurgien orthopédiste à la retraite – d’être l’auteur de ce meurtre. Mais Jennifer est atteinte de la maladie d’Alzheimer et ne sait pas elle-même si elle est coupable. Elle partageait une relation extrêmement intime avec Amanda, même si ces deux femmes énergiques et orgueilleuses avaient été aussi par moments des adversaires redoutables. Amanda entendait parfois régir la vie de son amie et, sous prétexte d’honnêteté, dévoiler certains secrets qui auraient dû rester enfouis, relatifs notamment au mari de Jennifer, James, avocat retors, décédé depuis peu. Sans enfant et marraine de Fiona, la fille de Jennifer, Amanda instaurait une rivalité et un rapport de forces constant avec son amie, plus brillante, plus gâtée qu’elle par la vie. C’est la voix de Jennifer qui raconte cette amitié complexe et sa vie passée, de façon fragmentée, par des bribes, des souvenirs, des conversations, ou encore par le biais d’un journal qu’elle tient pour tenter de combattre la détérioration de son esprit et où ses enfants et amis sont amenés à témoigner de temps à autre. Ils émergent également de ce brouillard de la conscience, tour à tour confuse et lucide, de Jennifer : Amanda, bien sûr, Fiona, mais aussi Mark, le fils de Jennifer, ambigu comme son père, ou encore Magdalena, la garde-malade dévouée mais qui a des secrets, elle aussi. Jennifer White finira-t-elle par retrouver dans sa mémoire malade des révélations sur le meurtre d’Amanda ? Est-ce elle qui l’a tuée et lui a ainsi mutilé la main ? Pour quelle raison ? Face à une personnalité aussi imprévisible et tourmentée, la vérité ne peut être simple.

absences-alice-laplante

Une troisième sélection qui me séduit davantage que les précédentes, j’espère qu’elle me réserve de belles lectures. Et vous, avez-vous lu ces livres, aimeriez-vous les lire ?

Et je finis ce billet en ayant une pensée pour Denis Diderot dont on fête aujourd’hui le tricentenaire de la naissance. Le père de l’Encyclopédie est né à Langres le 5 octobre 1713, alors je file relire Regrets sur ma vieille robe de chambre, une réflexion douce-amère sur le destin des philosophes face à la prospérité et les compromis auxquels l’intellectuel vieillissant qu’il est, peut se laisser aller. A l’heure où il endosse une robe de chambre toute neuve, il pleure l’ancienne. Celle dans laquelle l’a peint Van Loo est magnifique, vous ne trouvez pas ?

Denis-DiderotBon week-end et belles lectures à vous toutes, en compagnie de Diderot ou pas !