Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Littérature adolescente & young adult’ Category

Lu dans le cadre du Pumpkin Automne Challenge

Catherine Cuenca est née en 1982. Son premier roman publié en 2001, elle se lance dans le métier d’écrivain à temps plein en 2010. Elle est l’autrice d’une quarantaine de romans historiques pour la jeunesse.

31 janvier 1916, les hommes sont mobilisés sur le front. À l’arrière, les femmes prennent la relève dans tous les secteurs de l’économie. Dans les campagnes, elles sont aux champs. En ville, elles sont dans les usines, les hôpitaux, les bureaux et même les transports !

Parmi elles, Agnès est embauchée comme conductrice de tramway. Elle qui peinait à payer ses factures et les colis pour son mari, au front, a quitté l’usine pour entrer à la régie des transports lyonnais, un travail moins pénible et plus rémunérateur.

Lorsque son mari, Célestin, rentre blessé de la guerre, il supporte mal qu’elle gagne plus que lui. Il lui somme de retourner à l’usine, ce qu’Agnès refuse d’autant qu’elle peine à reconnaître l’homme dont elle était amoureuse en 1914.

Célestin est devenu aigri et alcoolique, les disputes éclatent de plus en plus jusqu’au jour où la guerre s’achève. Agnès est alors renvoyée car les hommes doivent retrouver leur place, pour le plus grand plaisir de son époux.

Révoltée par cette injustice, elle s’engage dans le mouvement des suffragettes. C’en est trop pour Célestin…

Celle qui voulait conduire le tram signe mes retrouvailles avec Catherine Cuenca dont j’avais déjà apprécié Le choix d’Adélie, L’assassin du Marais et La marraine de guerre.

Comme toujours avec cette autrice, un roman court et percutant, solidement documenté, porté par une héroïne forte et attachante, abordant des thèmes importants de façon juste et pertinente.

Vous connaissez mon intérêt pour le mouvement suffragiste et la première guerre mondiale, j’ai été servie avec ce roman pour adolescents qui aborde avec justesse l’un et l’autre.

Catherine Cuenca s’attache à nous dépeindre la condition féminine pendant le premier conflit mondial : appelées à remplacer les hommes, les femmes ont répondu présentes, mettant pour certaines leur vie en péril.

Elles ont découvert ainsi qu’elles pouvaient être fortes et indépendantes, capables de travailler comme les hommes, à des postes d’hommes, ce qui leur était refusé en temps de paix.

Of course, aussitôt la guerre achevée, elles ont été priées de rentrer dans leur foyer, reléguées aux rôles d’épouses et de mères.

D’où la révolte de notre héroïne qui va militer pour le droit des femmes en dépit de l’opposition de son mari et du refus de ses collègues à se battre pour leurs droits car il ne faut pas l’oublier, toutes les femmes n’étaient pas féministes, et se rangaient aux cotés de leurs époux, fustigeant tout autant qu’eux les suffragettes !

L’autrice s’attache aussi à démontrer les ravages de la guerre sur les hommes revenus du front. Certains étaient devenus alcooliques, d’autres traumatisés par ce qu’ils avaient vécu dans les tranchées ou aigris de voir les femmes aux manettes.

L’histoire est dure et triste mais nécessaire, je vous la recommande vivement. Les adolescents, cible visée par l’autrice, se rendront compte du dur combat qu’ont mené les féministes pour le droit de vote et pourront juger de la réalité de la guerre.

Je découvre grâce à ce très bon roman les éditions Talents Hauts et leur collection Les héroïques et j’ai bien envie de découvrir les autres titres déjà parus !

Read Full Post »

Jean-Michel Payet est né un 1er mai à Paris, en 1955. Après des études d’architecture, il a illustré une trentaine de romans, d’albums et de documentaires avant de se tourner vers l’écriture en 2004. Depuis, il a publié des romans pour la jeunesse et les jeunes adultes aux éditions des Grandes Personnes, Milan, Rageot, Bayard… Enfant, il ne se voyait pas devenir « auteur », mais plutôt « héros ». En attendant, il continue à écrire. Et à dessiner.

Paris, décembre 1920. Balto, quatorze ans, vit dans la Zone près de la roulotte de madame Gambette, ancienne gloire du Moulin Rouge, tombée dans la pauvreté, qui l’a pris sous son aile depuis qu’il a été abandonné tout bébé. Elle l’a élevé avec son fils Victor, parti à la guerre en 1914. Héros en 1916 et devenu caporal avant d’être condamné à mort pour avoir giflé son supérieur.

Juste avant le peloton d’exécution, il est parvenu à s’échapper et depuis il s’est évaporé. Balthazar et madame Gambette ont parfois de ses nouvelles et un matin, caché dans un gros pain de campagne déposé devant sa roulotte, Balto découvre un billet de Victor qui l’invite à le retrouver rue des Batignolles à minuit pile.

A l’heure du rendez-vous, en lieu et place de Victor, un macchabée et une journaliste, Émilienne, qui prend Balto pour le meurtrier et lui tire le portrait. L’adolescent parvient à s’enfuir mais son visage fait la une de l’Excelsior ! Qui a tué Timoléon Escartefigue, modeste réparateur de vélos du boulevard des Batignolles à Paris ?

Que s’est-il passé sur le front, en pleine guerre de 14, dans les décombres d’une maison en ruine ? Qu’est devenu Victor, le condamné à mort qui a disparu avant son exécution ?

Quel secret cache Émilienne Robinson, jeune journaliste fraîchement engagée au journal L’Excelsior ? Et pourquoi, dans ce Paris de 1920, alors que la guerre est terminée, d’anciens poilus sont-ils assassinés les uns après les autres ? Et par qui ?

Balto, qui vit dans la Zone, cette bande de misère entourant la capitale, va devoir enquêter afin de prouver l’innocence de son frère Victor.

Pour cela, il lui faudra découvrir qui est le dernier des Valets-de-Cœur… avant qu’il ne soit trop tard.

Balto le dernier des valets de coeur signe mes retrouvailles avec Jean-Michel Payet dont j’avais beaucoup aimé Mademoiselle Scaramouche et Dans la nuit blanche et rouge. Changement de registre et d’ambiance avec ce roman historique pour adolescents qui nous entraîne dans une histoire mêlant aventures, enquête, meurtres, secrets et chasse au trésor dans le Paris de l’après première guerre mondiale.

Comme toujours, l’auteur s’est très bien documenté et nous propose un récit pour les quatorze ans et plus qui sait également séduire les adultes. Balto est le narrateur de cette histoire. Gamin de la Zone, il est resté peu de temps sur les bancs de l’école, fabrique des paniers mais se rend coupable aussi de quelques rapines pour améliorer le quotidien.

Pour coller au plus près de la réalité, Jean-Michel Payet, a fait le choix de l’argot, un très bon choix, qui rend le récit très vivant d’autant qu’il est entrecoupé de nombreux dialogues, de beaucoup de péripéties, de révélations en cascades et de suspens.

Impossible de s’ennuyer avec Balto et les valets de coeur tant l’intrigue, très bien construite, nous happe dès les premières pages. Pour ma part, j’en suis venue à bout en 24 heures tant j’avais envie d’avoir le fin mot de l’histoire.

La gouaille de Balto, le contexte historique très bien développé par l’auteur avec l’émancipation féminine, la vie des puissants qui a continué de mener grand train pendant la guerre, la dureté des combats dans les tranchées, les condamnations à mort, le dur retour à la vie civile des poilus, les gueules cassées… tout y est !

Ajoutez une bonne trame policière avec du suspens, de l’humour et de l’émotion, vous obtenez un roman historique de qualité pour les ados et pour les adultes ! Les personnages sont intéressants et bien dessinés, j’ai aimé les suivre et les découvrir au fil de ma lecture.

Un petit bémol tout de même pour la fin, un peu trop expéditive mais ceci mis à part je vous recommande ce très bon roman, vous ne vous ennuierez pas une seconde avec Balto !

Bravo à L’école des Loisirs pour le très beau travail éditorial : l’objet livre est superbe avec ses dorures et ses décors qui se poursuivent de la couverture à la quatrième en passant par le dos. Je les remercie pour l’envoi de cette lecture, j’ai adoré !

Read Full Post »

Charlotte Bousquet a écrit une quarantaine d’ouvrages pour adultes et adolescents. Autrice éclectique, récompensée par de nombreux prix, elle est à l’aise dans tous les genres : anticipation (Le dernier ours), fiction contemporaine ou historique (Là où tombent les anges), fantasy ou bandes-dessinées (Mots Rumeurs, mots cutter). Ses récits, engagés, parfois âpres, laissent rarement indifférent.

1991, France. En triant les affaires de sa sœur disparue cinq ans plus tôt dans des circonstances tragiques, Luzia retrouve son vieux médaillon ainsi que son journal intime. À sa lecture, elle s’interroge : et si son suicide était lié à ce bijou et à la mort de leur tante vingt ans auparavant à Évora ?

Quand elle commence à être assaillie de cauchemars et d’hallucinations, la jeune femme se lance sur les traces de la vérité. Une quête qui la plongera dans le passé de sa famille, dans un Portugal déchiré par la dictature de Salazar…

Des oeillets pour Antigone signe mes retrouvailles avec Charlotte Bousquet que j’avais découvert avec Là où tombent les anges que j’avais adoré et trouvé très émouvant.

Et en refermant ce roman qui aborde beaucoup de thématiques, j’ai écrasé quelques larmes tant l’histoire m’a bouleversée. L’autrice nous plonge dans trois époques (1971, 1986 et 1991), à travers le destin de trois femmes (Alma, Sabine et Luz) qui ont toutes en commun la volonté d’être libres.

L’histoire est classique mais prenante, avec des flash-backs bien menés dans les différentes époques, et teintée d’une petite touche de fantastique à travers un médaillon que les trois héroïnes vont porter tour à tour. J’ai beaucoup aimé ce roman qui m’a replongé dans mon adolescence avec les nombreux clins d’oeil à la culture des années 80, notamment le groupe Queen que j’adore, et j’ai été très sensible aux thématiques, difficiles, abordées par Charlotte Bousquet.

Tout d’abord la dictature de Salazar qui a régné sans partage sur le Portugal pendant plus de quarante ans. Je ne connais pas l’histoire de ce pays et j’ai découvert un régime politique qui n’avait, hélas pour les portugais, rien à envier à Franco, Pinochet et compagnie et le combat de ses opposants qui va aboutir à la révolution des oeillets, menant le pays sur la voie démocratique.

Cette partie qui a pour cadre l’année 1971 est portée par Alma, une jeune fille très belle et charismatique, cavalière hors-pair qui va perdre la vie tragiquement, je ne vous spoile pas, on l’apprend dès le départ.

On découvre les évènements de l’année 1986, qui vont mener au suicide de Sabine, jeune lycéenne de 16 ans et soeur ainée de l’héroïne à travers son journal intime.

Puis l’année 1991, c’est au tour de Luz de se raconter, de découvrir ce qui a mené sa soeur au suicide ainsi que les circonstances exactes de la mort d’Alma. Avec ce personnage, l’autrice aborde l’homoséxualité et les années SIDA, qui ont fait un tel ravage dans la communauté gay.

Charlotte Bousquet construit habilement son récit, nous promenant d’héroïne en héroïne et d’époque en époque, de surprise en surprise aussi, de façon très fluide. J’ai été happée dès les premières pages, touchée par ces trois jeunes femmes éprises de liberté.

Les différentes thématiques (suicide, homosexualité, rapports conflictuels, liberté, vengeance, trahison…) sont bien traitées, le style de l’autrice est vraiment bon et elle met beaucoup d’émotion dans ses mots, dans son récit, son dénouement que j’en suis restée K.O debout.

Un très bon roman historique, très prenant et intéressant, avec une petite pointe de fantastique, vraiment tout m’a plu et je vous recommande vivement cette lecture.

Un grand merci à Scinéo pour cette lecture, j’ai adoré !

Read Full Post »

Elsa Devernois a suivi des études scientifiques. Après avoir exercé différents métiers, elle a découvert le plaisir de raconter des histoires lors de vacances avec ses neveux. Elle écrit à présent pour tous les âges. Elle collabore aux magazines des éditions Milan (Wakou, Toupie, Toboggan, Diabolo).

Louis vit seul avec sa mère depuis que ses parents se sont séparés. Arrivent les vacances de printemps et père et fils vont enfin se retrouver. Au programme : une semaine en tête à tête avec son père à voyager dans une camionnette toute cabossée. Autant dire, qu’il n’attend pas beaucoup de chose de ses vacances dans le Jura.

Depuis que ses parents se sont séparés, lui et son père communiquent très peu. Quelques mails. Aucun coup de fil. Et il faut bien l’avouer, pas grand chose à se dire. Deux taiseux de père en fils, pense Louis !

Et s’il se trompait ? Leur arrestation par des douaniers et quelques jours passés dans un camping vont changer à jamais le regard que Louis portait sur son père. Et remettre en question tous les liens qui l’unissent à sa famille.

La semaine qui a changé ma vie est un très bon roman pour les adolescents qui aborde des problématiques et des thématiques très intéressantes. Elsa Duvernois aborde avec tact et pudeur la violence d’un divorce conflictuel, les parents malveillants, la crise d’adolescence, les relations père/fils, la précarité.

L’autrice met au premier plan la reconstruction des liens entre un père et fils et cette semaine de vacances va permettre à Louis d’ouvrir les yeux sur un certain nombre de choses : la possessivité d’une mère aimante mais toxique qui empêche toute communication entre l’adolescent et son père. La précarité de son père qui vit de petits boulots, habite dans son van mais est très heureux de cette existence loin du consumérisme.

Père et fils m’ont beaucoup touchée : le premier est généreux et bienveillant, très ouvert sur les autres, le second prend difficilement la parole, n’a pas d’amis et s’éloigne le plus possible des conflits.

Ils ont réussi dès la premières pages à m’embarquer à bord de leur Trafic cabossé et j’ai aimé les suivre dans leur road trip jurassien, fait de rencontres et de débrouille.

Les adolescents se reconnaîtront dans les tourments, les hauts et les bas vécus par Louis, sa difficulté à communiquer et à se faire des amis.

Les adultes n’auront aucun mal à s’identifier au père de famille, encore chamboulé par la fin de son mariage et qui souhaite se rapprocher de son fils, et surtout l’aider à traverser cette difficile période qu’est l’adolescence.

Un court roman intéressant et touchant à mettre dans toutes les mains dès 13 ans, je vous le recommande vivement, idéal pour cet été !

Un grand merci aux éditions L’école des loisirs pour cette lecture, j’ai adoré.

Read Full Post »

David Pouilloux est journaliste et auteur depuis dix ans. Journaliste à Libération, puis à Science et Vie Junior, Science et Vie et Pour la science, il vient d’être nommé rédacteur en chef du journal de l’Agglomération de Nantes et enseigne l’écriture à l’École supérieure de Journalisme de Lille.

Ulysse Moreau, a quatorze ans et est scolarisé en quatrième 1 au collège Victor-Hugo. Alors que son père, archéologue et spécialiste de l’antiquité grecque devait donner une conférence au Louvre, il est porté disparu, personne ne sait où il est, son fils le premier.

C’est alors que Hermès, le messager de l’Olympe, apparait au collégien et lui apprend qu’il fait partie des trois enfants d’une prophétie mystérieuse : Ulysse est issu d’une lignée de dieux grecs et il doit récupérer l’épée du dieu aux semelles ailées au Louvre !

Sur place, il s’allie à Kenza, descendante de Bastet, une déesse égyptienne, pour récupérer l’artefact et empêcher une créature monstrueuse de détruire l’Olympe, les dieux du Nil et l’humanité tout entière !

Mais le troisième enfant de la Prophétie n’a pas vraiment prévu de les aider, Ulysse et Kenza se lancent alors dans une course effrenée contre la fin du monde…

Vous n’êtes pas sans savoir si vous êtes un(e) fidèle de ce blog : mes enfants et moi-même aimont beaucoup la mythologie et tout spécialement les mythes grecs et égyptiens.

C’est ainsi que Le réveil du monstre, premier tome de la duologie La prophétie d’Ulysse, a rejoint notre pile à lire commune, en attendant notre lecture prévue des cinq tomes de Percy Jackson !

Ce court roman mêlant habilement fantastique, mythologie et clins d’oeil à Harry Potter et Percy Jackson fut une lecture haletante qui plaira à coup sûr aux 12 / 15 ans, la cible de cette histoire, spécialement à ceux aimant la mythologie of course !

Pas de temps mort et beaucoup d’action rythment ce récit bien documenté, qui modernise les divinités grecques et égyptiennes. Le duo vedette du roman Ulysse et Kenza sont des adolescents auxquels les lecteurs vont pouvoir s’identifier facilement, le lien qui se crée immédiatement entre eux et la dynamique dont ils font preuve ne manquent pas d’intérêt.

Les deux personages sont attachants mais j’ai une préférence pour Kenza, qui en descendante de Bastet, peut prendre l’apparence d’une chatte ou d’une lionne pour échapper aux périls semés sur leur route et qui sait figer le temps, un don bien à propos pour dérober les artefacts dont ils ont besoin pour mener à bien leur mission.

D’un point de vue mythologique, on voit que David Pouilloux s’est bien documenté et il sait à merveille dépeindre les mythes en les simplifiant afin que les lecteurs ne soient pas perdus. Il a même ajouté en fin d’ouvrage des notices sur les différents dieux rencontrés dans le récit, pour ceux qui ont envie d’aller plus loin, une très bonne idée !

Mais cela ne se fait jamais au détriment de l’intrigue qui est bien développée même si l’adulte que je suis reconnais que cela va bien trop vite, cet aspect-là séduira les adolescents qui aiment les récits menés tambour battant.

Un premier opus enlevé et distrayant, je serai au rendez-vous du tome 2 à paraître fin août !

Un grand merci à Babelio et aux éditions Fleurus pour cette lecture pleine de pep’s.

Read Full Post »

Après des années dans l’enseignement, Séverine Vidal se consacre à l’écriture à temps plein depuis 2011. Son premier livre à destination de la jeunesse est paru en mars 2010 aux éditions Talents Hauts. Elle écrit des romans pour adolescents, des albums, des BD, et anime des ateliers d’écriture (établissements scolaires, centres sociaux ou d’alphabétisation, EHPAD, foyers pour adultes handicapés).
Ses livres sont traduits à l’étranger et récompensés par de nombreux prix.

A Libourne, Luce, étudiante de 20 ans, vit avec sa mère Jo et sa belle-mère Hélène. Elle filait le parfait amour avec Tristan, mais ça c’est terminé. L’amoureux a mis fin à leur histoire par SMS et depuis Luce déraille un peu.

Et cerise, sur le gâteau, son père, Paul Ernest Etienne Divoire vient de casser sa pipe. Son père, elle l’a à peine fréquenté depuis qu’il a quitté sa mère bien des années auparavant et s’est toujours révélé menteur, fuyant et inconstant.

Ce décès ne l’émeut pas plus que cela, Luce est trop habituée à vivre sans lui, mais elle se rend tout de même à son enterrement et elle découvre ce qu’il lui avait toujours caché : une autre famille.

Elle fait la connaissance de Marianne, la compagne de Paul, de Pia sa demi-sœur de 8 ans et surtout, de Pierrot, un géant au cœur tendre qui n’a que six mois de moins qu’elle.

Une rencontre bouleversante pour la jeune fille qui a un véritable coup de foudre pour Pierrot affligé du syndrome de l’X fragile. Ce frère va faire fondre son cœur glacé instantanément, et à l’occasion d’une grève dans le centre thérapeutique dans lequel il vit, elle va le kidnapper dans un road-trip qui doit les mener jusqu’en Laponie, pour y débusquer le père Noël et prouver à leur défunt père, qu’il existe vraiment !

Soleil glacé est mon premier Sévérine Vidal mais certainement pas mon dernier car j’ai adoré ce roman qui m’a fait vivre des tas d’émotions, de véritables montagnes russes.

J’ai ri, pleuré et je me suis attachée à Pierrot comme à Luce que j’ai trouvé tellement sincères et vrais. Le style de Séverine Vidal est brut et direct et elle parsème d’humour sarcastique tout son récit via la bouche de son héroïne.

Le rythme du récit est prenant et on tourne les pages, avide de découvrir cette belle histoire et on bien triste de quitter les personnages une fois la dernière page tournée.

Luce a un très fort caractère, elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense et à embarquer son frère avec lequel elle veut rattraper le temps perdu. Et pour cela, elle va se battre contre sa mère, sa belle-mère et Marianne, la mère de Pierrot.

Sans jamais tomber dans le pathos, l’autrice aborde très justement et finement des thématiques graves comme le deuil et le handicap. Séverine Vidal connaît bien le sujet du handicap et si je cerne plutôt bien l’autisme, j’ai découvert le syndrome X fragile que je ne connaissais pas du tout.

Si Luce est brute de décoffrage et peut-être parfois un peu agaçante, Pierrot est un gros nounours que l’on a envie de serrer dans nos bras dès qu’il apparaît, comme Luce, j’ai eu un coup de cœur pour lui.

J’ai beaucoup aimé les scènes dans le centre pour personnes handicapées, là aussi tout sonne juste, quant au périple déjanté de Luce, Pierrot et leur chien Murène, semé d’embûches et de rencontres en tous genres, je l’ai trouvé formidable.

La relation fraternelle qui se noue peu à peu et se construit entre Luce et Pierrot est touchante et merveilleuse, j’ai adoré voir leur complicité naître et se développer et j’ai été un peu triste de les quitter !

Soleil glacé est un très bon roman contre les préjugés, qui célèbre l’énergie, la fantaisie, et la rage de vivre ! Je le recommande vivement.

Un grand merci aux éditions Robert Laffont pour cette pépite.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois :

challenge-un-pave-par-mois

Érudite, passionnée d’Histoire, d’univers fantastiques et d’ésotérisme, Béatrice Bottet est une romancière aux talents multiples. Elle a été professeur de Lettres et d’Histoire et poursuit dorénavant une double carrière : l’écriture romanesque pour la jeunesse et les ouvrages documentaires en BD. Avec Le Secret de la dame en rouge et La Dame en rouge règle ses comptes, elle renoue avec le genre historico-romantique qui a fait son succès. Elle vit à Paris.

Paris, la Belle Epoque. Violette Baudoyer a fui sa famille et la ville de Troyes depuis deux ans déjà. Dotée du don de divination, elle voit dans l’eau la vie passée et les destins de tous ceux qui la consultent, et sous le sobriquet de Madame Euryale, connaît un joli succès dans la bonne société.

Sous la coupe de madame Bouteloup et d’Ernest, qui ne la quitte jamais d’une semelle, Violette rêve à son indépendance. Elle voudrait tant vivre enfin libre, échapper à son père qui la recherche pour la marier à un hideux individu, et filer le parfait amour avec son amant Florimond, journaliste téméraire aux Nouvelles du petit matin, toujours à l’affût des nouvelles fraîches.

Alors que Florimond enquête sur la mystérieuse disparition d’un sénateur, à la demande du commissaire Aristide Barjoux, qui entend bien se servir du talent d’enquêteur amateur de Florimond pour résoudre cette disparition, il rencontre Mademoiselle Anaël, une autre voyante, qui a le don de converser avec les anges.

Cette rivale commence à faire de l’ombre à Violette qui échappe de justesse à une tentative d’enlèvement…

La dame en rouge règle ses comptes signe mes retrouvailles avec Béatrice Bottet qui m’avait enchanté avec Le secret de la dame en rouge, le premier tome de cette duologie, qui était encore bien frais dans ma mémoire, deux ans et demi après l’avoir lu.

Vous connaissez mon goût pour la Belle Epoque et les romans historiques ayant pour cadre cette période, j’ai tout naturellement dévoré ce second opus et je peux d’ores et déjà vous confier que cette suite est à la hauteur du premier volume.

Roman historique comme je les aime, certes destiné avant tout aux adolescents, mais tellement bien écrit et documenté que l’adulte que je suis a pris beaucoup de plaisir à le découvrir.


Le décor historique est, comme je le disais plus haut, de qualité, l’autrice nous plonge dans l’atmosphère de la Belle Epoque. Avec Violette, on assiste à une séance du cinématographe, on va guincher, on sillonne les rues de la capitale…

Si le premier volume comprenait une enquête policière, il n’en est rien ici. Béatrice Bottet s’attarde vraiment sur son héroïne qui a mûri et pris de l’assurance, pressée de rembourser ses dettes auprès d’Alexandrine Bouteloup et Ernest Marescot, elle n’a qu’une envie : épouser Florimond dès qu’elle aura atteint sa majorité.

En attendant, elle vit avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête, dans la crainte que son père la retrouve et l’oblige à épouser Lafourcade, un homme de trente ans son aîné, pour éponger ses dettes.

L’occasion pour l’autrice d’aborder, comme dans le premier tome, la condition féminine en cette fin de XIXè siècle, époque où la femme n’avait pas voix au chapitre et passait de l’autorité paternelle à celle de son mari, sans espérer une once de liberté.

Violette est bien dessinée, toujours aussi attachante, c’est une jeune femme forte et courageuse, qui a su prendre son destin en main et qu’on a plaisir à suivre de la première à la dernière page.

Les personnages secondaires sont tout aussi bien dépeints, qu’ils soient agréables ou détestables, ils ont une personnalité propre. Et l’histoire d’amour entre Violette et Florimond, toute mignonne qu’elle est, ne sombre jamais dans la mièvrerie comme c’est souvent le cas dans les romans pour les adolescents et surtout n’évince pas les différentes thématiques abordées par l’autrice.

Même si je me suis attachée à Violette et à Florimond et les autres, je suis satisfaite de cette suite et fin des aventures de la Dame en Rouge. Là où l’intrigue policière du premier tome nous permettait de rencontrer les personnages, cette suite nous a permis de voir leur évolution.

L’intrigue est tout aussi passionnante et bien rythmée et je n’ai fait qu’une bouchée de La Dame en Rouge règle ses comptes, un roman bon historique qui plaira ados et aux adultes. Une duologie que je recommande !

Cerise sur le gâteau : l’objet livre est très réussi, la couverture signée Noémie Chevallier est vraiment très jolie et la mise en page, soignée. Chaque en-tête de chapitre est illustré et les bas de page sont joliment soulignés, bravo à Scrinéo pour ce beau travail d’édition.


Read Full Post »

 » – Papa ? Ca fait quoi d’être un poisson ? Mon père a sursauté, puis il a relevé la tête et s’est mis à nager vers moi. Sa petite bouche s’ouvrait et se fermait, comme s’il réfléchissait sérieusement à ma question. Finalement, il s’est décidé. – C’est mouillé. » Voilé comment tout a commencé : quelques jours après la mort de mon père, j’ai découvert qu’il était réapparu sous la forme d’un poisson clown. C’est extraordinaire ! Mais je ne pense pas que maman soit prête à l’entendre. Tant pis ! Ce sera notre petit secret pour l’instant… »

Quelque part en Angleterre. Lorsque son père meurt soudainement alors qu’il est au collège, Dak est désespéré. Après l’enterrement, alors que la maison est remplie de famille et d’amis, il se rend à l’aquarium municipal où ils aimaient tellement aller ensemble.

Là-bas, il aperçoit pour la première fois un poisson clown qui se met soudain à lui parler avec la voix de son père ! Sûr qu’il s’agit bien de lui et heureux enfin de le retrouver, Dak passe ses journées à l’aquarium, en compagnie de Violet, la nièce du directeur.

Mais des problèmes d’argent poussent la ville à fermer les lieux. Horrifié d’être séparé de son père pour toujours, il va se battre, avec l’aide de Violet, pour sauver l’aquarium !

Papa clown est un récit touchant et décalé sur le travail de deuil à destination des adolescents. Dak, le héros de l’histoire, est anéanti par la mort de son père, un homme drôle qu’il croyait invulnérable.

Sa mère est toute aussi anéantie et incapable de sortir de son lit des jours durant. Alors, refoulant ce décès qui est impossible pour lui, il va se mettre à croire que son père s’est réincarné dans le seul poisson clown de l’aquarium !

Ce subterfuge va lui permettre d’échapper à la douleur de cette disparition puisque finalement son père est bel et bien vivant. Il se rappelle de ses blagues, des bons moments passés avec lui et nous partagent moult souvenirs.

Et comme il ne veut plus être séparé de lui, il fuit le domicile, le collège, pour passer ses journées à l’aquarium. Garçon sensible, timide, passionné de poissons et d’écriture, il va y faire la connaissance de Violet, actrice née et dotée d’une sacrée personnalité.

Bien qu’assez antagonistes, ils vont former la paire pour sauver l’aquarium de la fermeture et orchestrer une véritable campagne de communication pour intéresser le public à leur combat en utilisant les outils d’aujourd’hui et notamment les réseaux sociaux.

Nos deux héros sont bien dessinés et attachants, et les adolescents pourront se reconnaître en eux très facilement, notamment sur l’aspect 2.0 du récit. La thématique du deuil est bien travaillée, et malgré le sujet sensible, on ne tombe jamais dans le pathos, il y a même bon nombre de passages cocasses.

La relation qui unit Dak à son père est très belle, on sent leur complicité, leur relation fusionnelle qui laisse notre héros bien démuni, seul face à son chagrin, après sa disparition. Heureusement, sa mère, après avoir succombé au chagrin, va remonter la pente et épauler son fils efficacement et on termine le livre avec à la fois le sourire et des larmes plein les yeux.

Un très joli roman que je vous conseille, que vous soyez concerné.e.s par le deuil ou non, vous serez touché.e.s par l’histoire de Dak, ça ne fait aucun doute.

Un grand merci aux éditions Flammarion jeunesse pour cette lecture émouvante, j’ai adoré !

Read Full Post »

Après une enfance mi-africaine mi-méridionale et une jeunesse en Espagne où elle a travaillé comme mannequin, Anne-Marie Pol fait des Études Théâtrales à Censier Paris III. À la même époque, elle se met à écrire. Son premier roman, publié en 1986, est suivi par beaucoup d’autres –; dont les 40 volumes de la célèbre série  » Danse ! « . Passionnée par l’Histoire, Anne-Marie Pol est également l’auteur de plusieurs romans historiques. C’est à la suite d’un voyage en Biélorussie qu’elle a imaginé le parcours aventureux de Félicité d’Autin.

1812, Moscou. Félicité d’Autin jeune Française de 16 ans, vit avec sa mère Julie sous la protection d’une riche famille russe, les Golovine. L’ancienne actrice, veuve d’un lieutenant de l’Empire, est devenue lectrice de français de la comtesse Golovine.

Passionnément amoureuse de Fédor, le fils de la maison âgé de dix-huit ans, la jeune française voit l’avenir en rose, lorsque la guerre éclate. Napoléon envahit la Russie, et le voilà aux portes de Moscou avec son armée !

Fédor s’engage pour le combattre, sa famille fuit, et les deux françaises restent piégées dans la ville, faute d’un sauf-conduit refusé par le gouverneur de Moscou, le comte Rostopchine, père de la future Comtesse de Ségur.

Dès l’entrée des français dans Moscou, le palais Golovine est pris d’assaut par des militaires, obligeant Julie et Félicité à prendre la fuite à leur tour alors que Moscou tombe dans le chaos, en proie aux flammes…

Tiré d’un vrai journal intime retrouvé abimé et qu’Anne-Marie Pol a complété, De feu et de neige met en scène une adolescente française face à l’invasion napoléonienne.

Le décor historique est intéressant, l’autrice s’est bien documentée et reprend les faits tels qu’ils se sont passés, avec des personnages ayant réellement existé. Elle y intègre des éléments fictionnels bien évidemment puisque nous sommes dans un roman.

Vous connaissez mon intérêt pour la Russie et ce roman pour adolescents m’avait tapé dans l’œil par sa couverture, vraiment sublime, et grâce à l’époque à laquelle il se passe, le règne d’Alexandre Ier, qui va faire face à la campagne de Russie menée par l’ennemi d’une grande partie de l’Europe : Napoléon Ier.

Une période que l’on croise peu voire pas du tout en littérature française, contrairement à la révolution russe ou au règne tragique de Nicolas II.

De ce point de vue-là, le roman est intéressant quoique ce contexte historique n’est pas assez exploité à mon goût car l’histoire principale, c’est bien sûr celle de Félicité qui brûle d’amour pour son barine, Féodor, et qui va être confrontée à cette invasion française, elle qui se sent tellement russe.

Lorsque l’on rentre dans le roman, on a l’impression de le prendre en cours de route : les personnages principaux, Julie et Félicité, ne sont pas réellement présentés et on apprendra des bribes de leur passé au fil de la lecture.

Julie est hautaine et se prend pour une aristocrate alors qu’elle est sans le sou, méprisant « la valetaille », quant à Félicité c’est une jeune fille assez mièvre, uniquement préoccupée par l’amour qu’elle porte à son « aimé », Féodor. Elles ne m’ont paru attachantes ni l’une ni l’autre et j’ai lu leurs aventures sans déplaisir mais sans grand intérêt non plus.

Il y a relativement peu d’action, à l’exception de la dernière partie, quant au dénouement, il est tellement tiré par les cheveux et invraisemblable qu’il frise le ridicule.

Alors, certes ce roman est à destination des adolescents, mais pourquoi autant de niaiserie et passer sous silence la réalité de cette invasion française et la dureté des évènements qui se sont réellement passés avec pour point d’orgue, l’incendie de Moscou ?

Je ressors déçue de cette lecture, restée sur ma faim devant cette bluette alors que le sujet historique se prêtait à une histoire passionnante…

Read Full Post »

Après des études de lettres, Catherine Ganz-Muller devient monteuse dans le cinéma. Passionnée de littérature, elle ouvre une librairie à Paris puis se tourne vers le métier de bibliothécaire. Elle a écrit des articles pour des magazines, des nouvelles, des romans pour les adolescents, un roman pour enfant lauréat du prix Chronos 2010, des romans pour adultes.

Cologne, Allemagne, 1934. Poussé à l’exil par les lois anti-juives, le libraire Alexander Mendel est obligé, la mort dans l’âme, de s’exiler en France avec sa famille.

Il confie sa librairie, fondée plusieurs décennies auparavant, à son jeune employé, Hans Schreiber, en qui il a toute confiance et qui lui a promis de garder la librairie pour lui en son absence.

Le jeune homme, orphelin de père suite à la première guerre mondiale, fréquente la librairie depuis son enfance et a trouvé en Alexander, un père de substitution. Pour lui, le régime nazi et son aryanisme sont des aberrations et il les exècre de tout son coeur.

Par fidélité à son mentor et par haine du régime nazi, Hans décide de se battre, malgré les menaces et les bombes, pour que la Librairie bibliothèque, ce lieu d’érudition chaleureuse qui permet “que chacun ait la possibilité d’avoir un livre dans les mains, qu’il soit riche ou pauvre” continue à vivre dans cette période tragique.

Avec Le libraire de Cologne, Catherine Ganz-Muller nous invite à lire le combat d’un libraire allemand de 1934 à 1945. Une histoire inspirée de la réalité, celle de la librairie Lengfeld fondée le 1er juillet 1842, propriété de la famille Ganz, forcée de la vendre à Hans Schmitt en 1934, qui va lutter tout au long de la guerre pour sa sauvegarde.

Le roman, à destination des 14 ans et plus, aborde avec grand réalisme les lois anti-juives du IIIè reich et n’omet rien des persécutions que les juifs subirent ni des évènements qui jalonnent la montée du nazisme.

L’autrice montre également que si une grande majorité des allemands étaient des admirateurs du führer, ne montrant aucune compassion envers leurs collègues et voisins, se réjouissant même de leurs malheurs, elle n’en oublie pas que tous les allemands ne sont pas à mettre dans le même sac.

Certains ont lutté contre le régime, entrant en résistance et le payant bien souvent de leurs vies, c’est ce que va faire Hans Schreiber : il va résister aux nazis, avec les deux autres employés de la librairie qui vont l’aider à tenir la barre mais aussi des voisins et des clients qui vont continuer à fréquenter les lieux, lui permettant de survivre.

La figure centrale du récit c’est bien sûr cette librairie bibliothèque fondée par Mandel dont le but est avant tout la diffusion des livres et non faire commerce à tout prix. Chacun peut passer ses journées dans le coin bibliothèque à lire, c’est ainsi qu’il fait la connaissance du jeune Hans qui va devenir son apprenti, puis son bras droit.

L’autre figure importante, c’est bien sûr Hans, un homme bon, qui reprend le flambeau de son mentor, animé par l’amour des livres mais aussi fidèle à la famille Mendel avec qui il continue de correspondre pendant la totalité de la guerre.

Attaquée par les décrets nazis, bombardée, éventrée, pillée la librairie de Cologne va subsister par la volonté et le courage sans faille d’Hans mais aussi d’alliés inattendus.

J’ai beaucoup aimé cette histoire très bien documentée, les personnages qui la traversent et je trouve que ce roman devrait être étudié en classe de 3è, le nazisme et la seconde guerre mondiale étant au programme, ce livre est parfait pour familiariser les jeunes lecteurs à l’Histoire.

Cerise sur le gâteau : l’auteure a eu la bonne idée d’ajouter en fin d’ouvrage une notice chronologique et des explications sur le vocabulaire de la seconde guerre mondiale afin que les jeunes puissent avoir toutes les informations importantes sous la main.

Pour conclure, un roman passionnant et plein de suspens, une histoire sombre mais aussi pleine d’espoir qui montre aux adolescents que même lorsque règnent la haine et la terreur, la lumière vient des livres, véritables fenêtres de liberté, à préserver à tous prix.

Un grand merci aux éditions Scrinéo pour cette lecture à découvrir absolument !

Read Full Post »

Older Posts »