Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Histoire, Essais & Documents’ Category

Mark Forsyth, né en 1977 à Londres, est un étymologiste distingué doublé d’un irrésistible humoriste. Certains de ses livres, dont Une brève histoire de Noël et Une brève histoire de l’ivresse, ont été traduits dans une quinzaine de langues.

Vous le savez, en décembre, j’adore lire des romans se passant à Noël mais je ne me cantonne pas à ce genre puisque j’ai jeté mon dévolu sur Noël, une histoire de dingues, de Mark Forsyth qui remet les pendules à l’heure démonte pas mal d’idées reçues que l’on a sur Noël.

 » Instruire en divertissant, divertir en instruisant « , telle était la devise de la Maison Hetzel à la glorieuse époque de la collection des Voyages extraordinaires de Jules Verne, et telle pourrait être celle de Mark Forsyth, qui nous propose ici un périple érudit à travers les âges et les civilisations de tout ce qui tourne autour de Noël.

Car attention, tout ce que nous imaginions savoir sur Noël est sujet à caution. Ainsi, contrairement à une idée répandue, Noël n’est la version chrétienne ni des Saturnales, ni des célébrations romaines du Soleil invaincu, mais une fête… rivale.

Et non, le sapin de Noël n’est pas directement lié au culte du chêne dans les sociétés païennes du nord de l’Europe mais à l’arbre de vie du jardin d’Éden. Par ailleurs, qui se douterait que ce bon père Noël est originaire de Turquie et non du pôle Nord ?

Et qu’en est-il du fameux calendrier de l’Avent ? Eh bien, il fut inventé par une femme au foyer, à Munich, pour déjouer l’incessante question de son fils obsédé par Noël :  » C’est aujourd’hui ?  » Quant à Coca-Cola, son rôle dans la création du costume rouge et blanc du père Noël est un mythe absolu.

Des interrogations en apparence frivoles mais qui soulèvent de nombreuses questions relevant des sciences de l’homme. Champion de la fausse digression, Mark Forsyth réussit le tour de force de préserver la magie de Noël sans rien céder à sa légende, le tout avec un zeste d’humour anglais bienvenu.

Car il s’agit encore et toujours de stimuler la curiosité et l’esprit critique. Mark Forsyth n’est donc pas seulement un vulgarisateur de talent, c’est aussi un formidable pédagogue qui m’a appris une foule de choses.

Tout au long du livre, l’auteur passe en revue tout ce que nous savons ou tenons pour véridique pour mieux dynamiter nos idées reçues qui ont décidément la vie dure et c’est réellement passionnant pour peu que l’on s’intéresse aux mythes de Noël bien évidemment, ce qui est mon cas comme vous vous en doutez !

Et il n’oublie rien : de la naissance de Jésus au sapin, des rennes au calendrier de l’Avent, du traîneau à Santa Clauss… tout y passe et j’ai littéralement dévoré ce document tant la plume de Mark Forsyth est fluide, son propos intéressant et son humour, extra.

Si vous vous intéressez à l’esprit de Noël, je ne peux que vous conseiller Noël, une histoire de dingues !

Read Full Post »

Alix Paré, diplômée de l’École du Louvre, est conférencière spécialisée en peinture occidentale des XVIIe, XVIIIe et XXe siècles. Elle a travaillé pendant huit ans au musée du Louvre et au château de Versailles. Elle donne des cours d’histoire de l’art et intervient dans les grandes expositions parisiennes.

Magicienne volant sur un balai ? Hérétique condamnée au bûcher ? Femme fatale détournant les hommes du droit chemin ? Empoisonneuse maîtrisant l’art des poisons ? Oui mais pas que… 

La sorcière, honnie au Moyen Âge, est devenue une icône féministe incarnant pouvoir et indépendance. Elle peuple les œuvres d’art et les cultures populaires du monde entier depuis des millénaires.

Au fil des pages, parcourez les œuvres de Jérôme Bosch, Albrecht Dürer,  Francisco de Goya ou René Magritte. Découvrez des représentations des sorcières de Salem, héroïnes de Shakespeare, ou de Circé, enchanteresse qui transforme les compagnons d’Ulysse en cochons.

Mon automne livresque est décidément riche en sorcières ! Après Sorcières la puissance invaincue des femmes de Mona Chollet, Le loup des ardents de Noémie Adenis et La sorcière de Sealsea de Philippa Gregory, place à Sorcière : de Circé aux sorcières de Salem !

Mais ici point de fiction ou d’essai féministe, Alix Paré nous fait découvrir la place des sorcières dans les oeuvres d’art du Moyen-Age à nos jours et c’est diablement intéressant, vous me pardonnerez le jeu de mots, je n’ai pas pu résister.

Dans cet ouvrage que je pensais picorer mais que j’ai finalement lu d’une traite tant je l’ai trouvé riche et intéressant, l’autrice nous explique les chasses aux sorcières et la figure de la sorcière à travers ses attributs, des chronologies, des cartes, des graphiques, des encadrés variés reprenant des anecdotes, des influences et des mises en contextes très pertinents.

Puis dans une sélection précise d’une quarantaine d’oeuvres incontournables ou inattendues, au cours des six derniers siècles. J’en connaissais quelques-unes seulement, ce fut donc pour moi une découverte de bon nombre d’oeuvres assez surprenantes, souvent d’une grande modernité.

Je ne m’attendais pas du tout à ce genre de livre lorsque je l’ai emprunté à la médiathèque mais je ressors enchantée de ma lecture. Je pensais, à tort donc, découvrir quarante sorcières de la littérature ou de femmes ayant été condamnées pour sorcellerie mais il s’agit en fait de représentations artistiques de sorcières connues ou non, à travers des toiles, dessins, sculptures, vases…Pour chaque œuvre, l’autrice explique la vision de l’artiste et donne le contexte de l’époque.

Comment les sorcières étaient-elles considérées ? Depuis quand ? Pourquoi ? Dans quelles régions ? Avec quels traitements ? Comment cela s’est-il arrêté ? Comment ont-elles inspiré les artistes et la fiction ? Quel lien entre elles et le féminisme ? Autant de questions qui trouvent ici leurs réponses et le fait de s’appuyer sur des oeuvres pour expliquer tout cela est vraiment passionnant, pour peu qu’on aime un tant soit peu l’art bien évidemment.

Un ouvrage réussi tant sur le fond que sur la forme que je vous conseille si cette thématique vous intéresse !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge

Mona Chollet est journaliste au Monde diplomatique. Elle est notamment l’auteure de Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine et de Chez soi. Une odyssée de l’espace domestique (Zones, 2012 et 2015).

Tremblez, les sorcières reviennent ! disait un slogan féministe des années 1970. Image repoussoir, représentation misogyne héritée des procès et des bûchers des grandes chasses de la Renaissance, la sorcière peut pourtant, affirme Mona Chollet, servir pour les femmes d’aujourd’hui de figure d’une puissance positive, affranchie de toutes les dominations.

Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure.

La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ?

Avec Sorcières la puissance invaincue des femmes, Mona Chollet en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations :

La femme indépendante : puisque ce sont les veuves et les célibataires qui furent particulièrement visées

La femme sans enfant : puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité

Et la femme âgée devenue, et restée depuis, un objet d’horreur.

Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.

Cet essai féministe a remporté de nombreux suffrages depuis sa publication mais aussi de violentes critiques. Après cette lecture, je penche en faveur des thèses de Mona Chollet même si quelques points m’ont hérissé le poil, notamment le voile qui pour pour moi est un outil d’aliénation de la femme. Et sur le rapport à la maternité qui, sous la plume de l’autrice, est clairement un handicap, ce en quoi je suis en total désaccord.

En effet, pour Mona Chollet, être une maman empêche les femmes de se réaliser et elle en veut pour preuve que les scientifiques, exploratrices, grandes écrivaines étaient des femmes célibataires et sans enfant. Que le temps consacré à sa famille est du temps en moins pour réaliser de grandes choses et que si on parvient à les réaliser, ce sera à l’aune de notre vie et non pendant notre jeunesse.

J’ai aussi relevé quelques arguments contradictoires avec par exemple la mathématicienne iranienne Maryam Mirzakhani, seule femme à avoir reçu la médaille Fields, décédée prématurément, mais qui a su conjuguer sa maternité et un parcours professionnel particulièrement brillant !

Au-delà du point de vue de l’autrice, cet essai est une formidable synthèse de ce que la figure de la sorcière, si prégnante dans notre société moderne, implique profondément pour les femmes de l’époque et plus globalement pour toutes les femmes, y compris de nos jours.

Il est indéniable que Mona Chollet a fait un travail titanesque pour recenser les travaux sur le féminisme depuis le XIXè siècle jusqu’à nos jours, la riche bibliographie qui agrémente chaque chapitre en est la preuve. La lecture est exigeante, dense mais réellement passionnante et entraîne bon nombre de réflexions. C’est un livre qui questionne le passé mais qui est bien ancré dans notre présent.

Les chapitres consacrés aux chasses aux sorcières ouvrent l’ouvrage mais laissent très vite la place aux problématiques très actuelles que rencontrent les femmes. Alors non ce n’est pas un livre sur l’histoire des sorcières mais un livre sur la figure et la perception des sorcières dans les sociétés d’hier et d’aujourd’hui.

Vous l’aurez compris, un livre très riche et intéressant que je ne peux que vous conseiller si vous vous intéressez au féminisme, il est riche d’enseignements ! Belette a beaucoup apprécié aussi, son avis ici.

Read Full Post »

Carl Wilkinson est un auteur et journaliste anglais. Il travaille depuis plus de 20 ans pour la presse britannique. Il écrit principalement pour The Financial Times, The Observer, The Telegraph et The Times. Il a publié en Angleterre plusieurs livres de sciences pour enfants. Il vit à Londres avec sa famille.

James Weston Lewis est illustrateur, diplômé de l’Université de l’Ouest de l’Angleterre. Il aime mélanger les couleurs, les matières et les techniques. James a de multiples sources d’inspiration : des comics à l’horticulture en passant par l’histoire, tout est prétexte pour créer des illustrations uniques.

De la théorie de la relativité aux trous noirs, en passant par la quatrième dimension et la fameuse équation E=mc2, Einstein a bouleversé la conception humaine de l’espace, du temps et de l’univers.

Il a ouvert la voie à une technologie devenue incontournable de nos jours : portables, fibre optique, cellules photoélectriques, lasers, navigation par satellite…

Ce documentaire d’exception de vulgarisation scientifique signé Carl Wilkison et James Weston Lewis comporte 24 chapitres et un glossaire pour mieux découvrir le monde extraordinaire d’Albert Einstein et inaugure une nouvelle collection chez Little Urban : Les mondes extraordinaires.

Une série de grands formats conçue pour titiller la curiosité des enfants et de leurs parents autour de personnalités qui ont révolutionné leur milieu. Chaque titre est élaboré par des spécialistes du sujet et on commence par le physicien le plus influent de son temps et le plus célèbre : Albert Einstein !

Je trouve l’idée excellente et si celui consacré à William Shakespeare, à paraitre le 4 février 2022, est aussi bien que celui-ci, j’ai hâte de le découvrir !

Mais revenons à nos moutons ou plutôt à ce bon vieil Albert, à sa vie et à son oeuvre. Et si comme moi, la physique est un univers très abstrait et éloigné de vos centres d’intérêt, vous allez adorer ce documentaire qui présente de façon claire et concise, les nombreux apports d’Einstein à la science.

Carl Wilkinson, spécialiste du bonhomme, nous présente l’étudiant dilettante qu’il était, conforme au portrait qu’en fait Marie Benedict dans Madame Einstein (à découvrir absolument soit dit en passant !), l’état des connaissances de l’époque sur la gravité, le temps, l’espace, la lumière et la relativité : rien que cet aspect-là est passionnant et enrichissant.

Puis l’auteur développe ensuite les travaux d’Einstein sur la théorie des quantas, la taille des molécules, le mouvement brownien et bien sûr, la théorie de la relativité, le fameux E=MC2 que tout le monde connaît sans savoir de quoi il en retourne évidemment !

Les textes sont clairs et imaginés, à la portée des enfants, et aux quiches en physique telles que moi, il est fort ce Carl Wilkinson pour arriver à nous inculquer des données qui ne sont pas simples même si je dois bien avouer que je n’ai pas tout compris, mais avec moi, on part de très très très loin.

Il est bien aidé dans ce travail de vulgarisation par son acolyte James Weston Lewis aux illustrations qui complètent merveilleusement bien les propos de l’auteur et facilitent aussi la compréhension.

L’album est bien construit, doté de très belles illustrations et si votre enfant aime les sciences, je vous conseille vivement ce documentaire pour les petits qui a tout d’un grand !

Un grand merci aux éditions Little Urban pour cette leçon de physique absolument passionnante.

Read Full Post »

Auteur de livres pour enfants et d’ouvrages de vulgarisation scientifique pour les adultes, Éric Mathivet se passionne pour la nature et les sciences. Ses études de biologie et ses recherches scientifiques l’ont conduit des sangliers à des animaux moins sauvages, les bébés humains. Puis il s’est découvert une autre passion, l’écriture, qu’il a cultivée chez Larousse, avant de fonder son agence, Mativox, spécialisée dans l’édition illustrée et la communication écrite.

Les dinosaures ont peuplé la terre il y a 250 millions d’années et ont disparu il y a 66 millions d’années lors de l’ère Mésozoïque. Cette période se divise en 3 parties : le Trias, le Jurassique et le Crétacé.

Ils n’ont pas tous vécu au même moment, ni au même endroit, mais les voici tous regroupés dans un même livre ! Avec Dinorama, partez à la découverte de plus de 70 dinosaures dans un safari époustouflant !

Pour chaque grande période géologique (Trias, Jurassique et Crétacé), découvrez : une présentation de la faune et de la flore, un grand paysage en panorama, avec des dinosaures évoluant dans différents milieux.

Mais aussi les espèces les plus emblématiques et leurs spécificités anatomiques. Un livre animé pour tout connaître sur le monde fascinant des dinosaures !

Mon Sami-Chameau et mon roi Arthur sont des passionnés par les dinosaures depuis leur plus jeune âge et lorsque ce document est arrivé à la maison, il a vite été volé par mes paléontologues en herbe.

Il faut dire que l’objet livre au format A3, particulièrement soigné, est superbe et est à lui seul, une véritable invitation à la lecture. Certaines pages intérieures se déplient, offrant des illustrations panoramiques de plus de 70 cms, de quoi en prendre plein les mirettes !

L’ouvrage très complet, concis et clair, fera à coup sûr mouche auprès des amoureux des dinosaures et permettra à celles et ceux qui n’y connaissent rien, d’apprendre une foule de choses.

Eric Mathivet propose ici un panorama de la faune des Trias, Jurassique et Crétacé : les dinosaures of course mais aussi les reptiles marins et volants, les animaux sur la terre avant les dinosaures, etc.

L’auteur, spécialiste de la vulgarisation scientifique, permet aux enfants (et aux adultes) de compulser une multitude d’informations, par exemple : comment reconnaître un dinosaure, les différences entre les anatomies, ce qu’est vraiment un dinosaure, leurs différentes armures, les griffes et dents, leur disparition…

Les volets à soulever et les doubles pages à ouvrir, plairont particulièrement aux enfants dès 6 ans, il faut avoir un bon vocabulaire pour mieux appréhender l’ouvrage, même si vous pouvez aussi le lire aux plus jeunes à condition de d’utiliser des mots plus simples.

Les illustrations de Clémence Dupont sont un vrai plus : les dinosaures ne font pas peur et le choix des couleurs orangées et ocres est judicieux car elles nous plongent dans le contexte et les différentes périodes.

Vous l’aurez compris, Dinorama est un ouvrage passionnant et très bien fait, que je vous recommande vivement si vous avez des passionnés de dinosaures dans votre entourage.

Un grand merci aux éditions Saltimbanque qui publie, une fois encore, une sacrée pépite !

Read Full Post »

Sylvain Larue est un spécialiste des affaires criminelles en tout genre. Passionné par tout l’univers judicaire, il a exploré ses archives et côtoyé ses acteurs. Après de nombreux volumes consacrés aux affaires criminelle nationales ou régionales, il a effectué des recherches pour écrire Desfourneaux, bourreau et tient un site Internet dédié à l’histoire de la guillotine. Il écrit également des romans policiers historiques qui rencontrent un grand succès. Et enfin, c’est l’un des grands gagnants de l’émission télévisée très populaire Les Douze coups de midi, où sa grande culture générale fait merveille !

Elles sont, à leur manière, de petits romans policiers authentiques, où Monsieur Tout-le- Monde peut soudain devenir une bête sanguinaire.

Des meurtres de l’Auberge rouge au procès de Troyes qui remit en cause la peine de mort, en passant par les braquages de la bande à Bonnot, du parricide de Violette Nozières, des homicides barbares des soeurs Papin jusqu’au regard glacial de Lucien Léger.

Les Grandes affaires criminelles de France retracent les péripéties de vingt-trois des plus célèbres affaires judiciaires des 19è et 20è siècles qui ont ému la France et continuent de susciter l’effroi lorsque l’on en prend connaissance.

Toutes en effet ont pour point commun d’avoir passionné les foules venues en nombre assister aux procès, applaudir aux verdicts voire assister aux exécutions publiques des assassins et autres empoisonneuses.

Cet ouvrage retrace certaines des plus célèbres affaires criminelles d’hier. J’en connaissais quelques-unes bien sûr comme l’Auberge rouge, l’affaire Seznec, l’affaire Dominici ou Violette Nozières mais j’en ai découvert beaucoup d’autres.

Amateurs de petite et de grande Histoire, vous allez pouvoir découvrir ou redécouvrir avec cet ouvrage très bien écrit et documenté ces crimes qui, en leur temps, firent la une de la presse, captivèrent l’attention des masses et suscitèrent parfois les plus vives discussions.

Un travail de coordination et d’écriture brillamment mené par l’un des meilleurs spécialistes du monde criminel, l’historien Sylvain Larue. Les différents intervenants de ce document racontent avec justesse et beaucoup d’impartialité ces crimes qui ont défrayé la chronique en leur temps.

Des récits courts qui vont droit au but tout en étant précis, illustrés des portraits des meurtriers ou de leurs victimes qui se lisent avec facilité grâce à la plume fluide de Sylvain Larue et de ses acolytes.

Si vous vous intéressez aux faits divers, cet ouvrage ne peut que vous intéresser ! Pour ma part, il m’a beaucoup plu et il m’a donné envie de découvrir d’autres titres de la collection des Grandes affaires criminelles des éditions de Borée qui retracent les faits les plus emblématiques des deux derniers siècles.

Un grand merci à Babelio et aux éditions de Borée pour cette lecture passionnante.

Read Full Post »

Depuis 2005, Emmanuelle Figueras écrit des documentaires pour enfants. Passionnée par la nature, elle aime faire découvrir le monde animal aux plus jeunes. Claire de Gastold illustre des albums et travaille pour l’édition et la presse jeunesse.

Comment communiquer alors qu’on ne sait pas parler ? Comment s’adapter au soleil sans crème ni chapeau ? Pourquoi certains animaux se déguisent pour tromper leur monde ?

Saviez-vous que le poulpe se protège des prédateurs en prenant les couleurs d’animaux plus dangereux ou que le joli rouge des coccinelles est en fait un message dissuasif envoyé aux oiseaux ?

CorlorAnimo explore la richesse des couleurs animales sous toutes leurs formes. On y découvre que l’orque, un mammifère de 8 mètres pesant 9 tonnes, les utilise pour être un chasseur redoutable.

Comme dans Animodorat, les textes sont d’une grande pédagogie et se fondent sur des exemples accessibles aux 9 ans et plus, le lectorat visé par cet excellent documentaire. Chaque type d’usage de la couleur est représenté par un animal qui l’utilise et développé sur une grande page illustrée.

Les 13 flaps du livre accompagnent les jeunes lecteurs dans leur découverte du monde fascinant des couleurs. On déploie la magnifique queue du paon, on observe une confrontation entre caméléons, on se laisse surprendre par la technique de chasse de la chouette effraie, etc.

Cet ouvrage est une vraie mine d’or pour les enfants et leurs parents, peu versés comme moi, en sciences naturelles ou SVT comme on dit maintenant. A chaque page, j’ai appris une foule de choses, émerveillée par la beauté de la nature grâce aux illustrations de Claire de Gastold qui sont précises et magnifiques, de la première à la dernière page j’en ai pris plein les mirettes !

Les textes d’Emmanuelle Figueras invitent les lecteurs à découvrir, grâce à un système de volets, les animaux fascinants qui utilisent les couleurs pour communiquer, se cacher, séduire, se protéger du froid ou de la chaleur, attaquer ou se défendre. Le propos est clair et synthétique, abordable pour les enfants qui apprendront des tas de choses sans s’en rendre compte.

En résumé, ColorAnimo est un documentaire à la fois pédagogique et ludique à mettre entre toutes les mains dès 9 ans ! Il va rester en bonne place dans notre bibliothèque familiale et je vous le recommande vivement ! Il est parfait pour un cadeau d’anniversaire ou de Noël par exemple.

Un grand merci aux éditions Saltimbanque qui publie, une fois encore, une sacrée pépite !

Read Full Post »

Sandrine Mirza est historienne de formation et a écrit des titres pour la jeunesse comme Sur les traces de Marco Polo, Les religions de la Préhistoire à nos jours ou encore Le journal d'un enfant à Pompéi sous l'emprire romain. Diplômé aux arts décoratifs de Paris, Fred Sochard est infographiste de métier avant de devenir illustrateur pour la presse et la jeunesse. Il a contribué régulièrement pour la collection Contes, légendes et récits à Flammarion jeunesse ainsi que pour celle Activités et loisirs créatifs et est l'illustrateur des Animaux de la mythologie de Martine Lafont

L’histoire de notre pays est aussi passionnante que complexe ! Pourquoi les révolutionnaires sont-ils appelés les « sans-culottes » ? Pourquoi Champollion est-il considéré comme le père de l’Égyptologie ? Pourquoi, en 1870, les Parisiens tuent-ils les animaux du zoo ?

Pourquoi l’homme de Néandertal disparaît-il ? Pourquoi les gaulois sont-ils de sacrés fêtards ? Pourquoi les chevaliers partent-ils en croisade ? Pourquoi le roi Louis XIV manque-t-il d’intimité ?

Avec pas moins de 150 questions, l’enfant dès 7 ans, a accès à des pans entiers de l’Histoire de France de la Préhistoire à l’élection de François Mitterrand. Mes 150 pourquoi L’histoire de France fait partie de la collection Mes 150 pourquoi qui comprend trois autres titres sur les animaux, le corps humain et la terre.

Ce documentaire écrit par Sandrine Mirza, une historienne déjà habituée aux ouvrages pour la jeunesse, permet aux jeunes lecteurs de découvrir toutes les périodes de notre Histoire avec des informations précises et parfois insolites. Le procédé est excellent car l’enfant se familiarise avec des évènements importants de notre passé en quelques lignes seulement.

Les questions sont classées par ordre chronologique en suivant les grandes périodes de l’Histoire de France : la Préhistoire, l’Antiquité, le Moyen-Age, la Renaissance, les Temps modernes et l’époque contemporaine, autant de terminologies et de découpages exploités par l’éducation nationale et que les enfants retrouveront en cours d’histoire. A chaque début de période, l’autrice précise des repères datés et explique en quelques lignes pourquoi l’époque en question porte ce nom.

La mise en page claire et bien aérée, pleine de pep’s et les dessins de Fred Sochard sont des vrais plus pour les enfants et facilitent une lecture dynamique. Les lecteurs peuvent en effet piocher au gré des époques et des pages pour apprendre des faits historiques, découvrir la vie quotidienne de nos ancêtres, les inventions, des anecdotes qui dynamitent les idées reçues et parfois tenaces !

La curiosité des enfants étant insasiable, elle sera ici assouvie. Ils pourront découvrir que l’Histoire est une matière passionnante et très actuelle car c’est bien en apprenant le passé que l’on se prépare le mieux à l’avenir.

Un documentaire vraiment bien fichu pour intéresser les plus jeunes à l’Histoire de France et que je ne peux que vous recommander.

Un grand merci aux éditions Flammarion jeunsse pour cette lecture !

<p value="<amp-fit-text layout="fixed-height" min-font-size="6" max-font-size="72" height="80"><amp-fit-text layout="fixed-height" min-font-size="6" max-font-size="72" height="80"></amp-fit-text>

Read Full Post »

Raphaël Martin est auteur de documentaires jeunesse. Incollable sur de nommreux sujets, il connait particulièrement tout ce qui touche à l’évolution, une de ses grandes passions. Henri Cap possède un doctorat en éthologie. Après des études au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, il travaille au Muséum de Toulouse. Fred L. est auteur et illustrateur jeunesse depuis 2005.

Avec Evolutions, Raphael Martin et Henri Cap propose aux enfants la grande histoire de l’évolution. Des premières cellules à l’apparition de l’Homme sur Terre, voici en un seul livre tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Ce livre expose, à chacune des 16 doubles pages, une étape fondamentale de la passionnante histoire de la vie sur Terre : la formation des molécules, des bactéries, des premiers animaux, des squelettes, la conquête des terres, la naissance des mammifères, l’arrivée de la bipédie humaine…

De chapitre en chapitre, le lecteur comprend que chaque partie de son corps lui vient de lointains ancêtres, pour certains très surprenants : des archées, des virus, des méduses… ou encore d’étranges poissons sortis des océans.

Les informations scientifiques les plus récentes sont mises à portée des jeunes lecteurs, l’écriture est simple et de nombreuses anecdotes et exemples concrets sont donnés par cette équipe de trois auteurs : un journaliste, un chercheur spécialisé et un illustrateur concepteur, qui livrent ici un ouvrage de référence qui permettra aux enfants de tout savoir sur l’Evolution.

Ce documentaire destiné aux 9 ans et plus est absolument formidable et à mettre entre toutes les mains. Tout y est clairement expliqué à l’aide de petits paragraphes et d’illustrations très ludiques et pédagogiques, qui permettent aux enfants de s’instruire tout en s’amusant.

Le sujet est vaste et loin d’être aisé. Pour ma part, j’ai appris une foule de choses en quarante pages, il faut dire que je suis tout à fait néophyte en matière d’évolution ! Mes cours de sciences naturelles remontent à très loin et j’ai beau faire réviser la SVT à mes ados, je suis loin d’être versée en sciences et grâce à ce livre, j’ai l’impression d’être tout à fait calée sur le sujet !

Ce qui est vraiment bien vu ici, c’est que les auteurs partent des grandes théories émises au 19è siècle par Lamark et Darwin et les confrontent à ce que nous savons maintenant.

Ce documentaire est véritablement passionnant de la première à la dernière page et je ne peux que le conseiller aux enfants et à leurs parents qui souhaiteraient s’instruire de façon amusante.

Un grand merci aux éditions Saltimbanque pour cette manne de connaissances, j’ai adoré !

Read Full Post »

Nicolas Carreau est journaliste à Europe 1. Chaque semaine, dans son émission « La voix est livre », il se rend chez une personnalité pour explorer avec elle sa bibliothèque.

Du plus petit au plus grand, par couleur, par auteur, par genre, par collection ? En bas les beaux-livres et les bandes dessinées, en haut les poches ?

Ceux qu’on a aimé d’un côté, ceux qu’on doit lire de l’autre et, bien mis en évidence, les ouvrages qu’il est de bon ton d’avoir mais que l’on n’ouvrira jamais ?

Faut-il garder ses livres d’enfance ? Comment cacher les « inavouables » au regard des autres ?

Chacun a sa façon de trier, de ranger ses livres, ou au contraire de les laisser en désordre. D’aucuns les disséminent partout chez eux quand d’autres les regroupent méthodiquement.

Avec Et vous, vous les rangez comment, vos livres ? Nicolas Carreau nous emmène découvrir les étagères de nombreuses personnalités issues du monde des lettres, de la culture et des médias qui l’ont accueilli chez elles. Le journaliste nous fait explorer ces objets intimes que sont leurs bibliothèques car elles révèlent beaucoup de nous.

Celles de David Abiker, Christophe Barbier, Philippe Besson, Enki Bilal, Patrick Brion, Isabelle Carré, Clémentine Célarié, Jeanne Cherhal, François de Closets, Costa-Gavras, Valérie Damidot, Dave, Vincent Delerm, Nathalie Dessay, Bruno Fuligni, Christophe Honoré, Jul, Douglas Kennedy, Michel-Edouard Leclerc, Olivier Marchal, Thierry Marx, François Morel, Patrick Pelloux, Patrick Poivre d’Arvor, Nathalie Rheims, Sanseverino, Anne Sinclair, MC Solaar, Bruno Solo, Philippe Tesson, Philippe Vandel, Jacques Weber, Bernard Werber et Ariel Wizman ressemblent à leurs propriétaires, même si elles réservent bien des surprises !

Cet ouvrage s’ouvre par une préface de François Morel dont on découvre aussi la bibliothèque et sur un avant-propos de Nicolas Carreau qui confie sa démarche et les difficultés qu’il a rencontré pour découvrir les personnalités des journalistes, chanteur.euse.s, act.eur.trice.s, écrivains. Beaucoup ont refusé de dévoiler les écrivain.e.s qu’ils aiment et leur intimité à travers les livres présents sur leurs étagères.

C’est vrai qu’une bibliothèque, c’est du ressort de l’intime même si comme moi, on les expose au regard des autres puisque j’en ai trois dans mon salon.

C’est un ouvrage agréable à lire, très vivant puisque ce sont des retranscriptions d’interviews et que ces conversations à bâtons rompus avec toutes ces personnalités donnent envie de découvrir des auteurs et des romans.

Et les miennes ? Je crois qu’elles me ressemblent aussi pas mal ! On y trouve tout ce que j’aime lire et par thématiques. J’ai en effet fait le choix de bibliothèques thématiques : ma pile à lire, à part, celle pour les romans jeunesse, celle consacrée aux romans policiers, celle où je glisse les documents, essais et biographies et plusieurs consacrées aux romans.

Mes livres, après avoir été rangés de façon chronologique : Antiquité, Moyen-Age, XVIè, XVIIè, XVIIIè, XIXè, XXè et XXIè siècles (une marotte qui me vient de mes études de lettres) sont désormais rangés par ordre alphabétique d’auteur et non par éditeurs sinon je ne m’y retrouverai jamais.

Il y règne donc un joyeux bazar puisque je mêle bibelots et bougies et que les grands formats et les poches se côtoient, je n’ai donc pas de bibliothèques instagrammables mais je les trouve plus vivantes ainsi !

Et vous, vous les rangez comment, vos livres ?

Un grand merci à Agnès Chalnot et à La librairie Vuibert pour cette découverte !

Read Full Post »

Older Posts »