Bilan de lecture : mars 2017

Le mois de mars tire sa révérence dans quelques heures, il est donc temps pour moi de me pencher sur mes quatre dernières semaines de lecture et d’en dresser le bilan. Un mois contrasté puisque j’ai eu de très belles lectures une fois encore en jeunesse avec coups de coeur à la clé, le reste de mes lectures ont plutôt été moyennes dans l’ensemble.

Au menu de mars 14 titres dont 10 sortis de ma PAL (9 services presse et 1 achat) et donc 4 emprunts à la médiathèque, une fois encore ma PAL n’a fait qu’enfler puisque de nouveaux livres sont venus rejoindre mes étagères et trop peu en sont sortis, comme d’habitude.

         

On commence, une fois n’est pas coutume par la jeunesse et par deux albums coups de coeur : Le loup en slip de Lupano et Cauuet, un album avec deux niveaux de lecture qui fonctionne très bien sur les tout-petits mais aussi sur les adultes. Dans un registre tout à fait différent, une jolie histoire toute tendre portée par de sublimes illustrations pastel : Rose à petits pois de Amélie Callot et Geneviève Godbout, une histoire qui fait du bien à lire absolument ! J’ai aussi retrouvé avec plaisir la jolie plume de Gwenaël Barussaud à l’occasion de sa nouvelle série consacrée à une nurse anglaise : Miss Dashwood nurse certifiée tome 1 De si charmants bambins, une histoire charmante justement dans la lignée des Comtesse de Ségur qui ont bercé mon enfance.

     

Autres retrouvailles et nouveau coup de coeur pour Saison et fils saison 3, j’adore l’ambiance et les personnages de cette série signée Marie-Aude Murail et bonne nouvelle, une quatrième saison est en cours d’écriture, je suis joie et si vous ne connaissez pas encore Sauveur, foncez !!! J’ai aussi retrouvé la petite Nine dans le troisième volume de son journal : Pourquoi c’est pas juste ? toujours signé Géraldine Maillet. Ce court roman pour les pré-ados aborde la famille recomposée d’une façon juste même si l’auteure idéalise un peu trop les choses pour moi. Enfin, dernier coup de coeur et retrouvailles avec une série que j’adore aussi : Astrid Bromure dans un troisième opus Comment épingler l’enfant sauvage ? de Fabrice Parme. Cette fois-ci l’auteur épingle la colonisation et c’est toujours aussi drôle et intelligent.

     

Sept romans sont au menu de ce mois de mars et tout d’abord La vie rêvée de Virginia Fly de Angela Huth, une lecture mitigée en ce qui me concerne et qui ne restera pas dans mes annales. J’ai préféré L’éternité de Xavier Dupont de Ligonnès de Samuel Doux qui nous trace le portrait de ce père de famille accusé d’avoir éliminé toute sa famille et qui reste introuvable, un roman que j’ai trouvé passionnant. On continue avec une lecture légère et pétillante avec laquelle j’ai passé un excellent moment : Je peux très bien me passer de toi de Marie Vareille, je vous la recommande !

       

Autre belle découverte, cette fois-ci au rayon historique : Le roman d’Elsa de Geneviève Senger qui nous conte l’histoire d’Elsa qui souhaite devenir médecin en ce début du 20è siècle, un roman plus qu’intéressant et que j’ai dévoré. Trois lectures un peu plus décevantes maintenant avec tout d’abord Le charmant cottage d’Amelia de Abby Clements, une histoire pleine de bons sentiments qui ne sort guère des sentiers battus et où il ne se passe pas grand chose. Même constat pour De tes nouvelles de Agnès Ledig, je crois que cette romancière n’est définitivement pas pour moi tout simplement. Enfin, je suis totalement passée à côté de Berlin secret de Franz Hessel qui met en scène le triangle amoureux de sa propre vie, sur le papier il avait tout pour me plaire mais ce ne fut hélas pas le cas.

Et pour finir, un roman graphique, Vincent un saint au temps des mousquetaires de Jean Dufaux  et Martin Jamar qui vient mettre en lumière l’action de Vincent de Paul, un sujet très intéressant mais trop survolé à mon goût.

Et vous, quels sont les livres qui vous ont fait vibré ou au contraire déçu en mars ?

Bilan de lecture : février 2017

Le mois le plus court de l’année s’achève, voici donc l’heure du traditionnel bilan de mes lectures de ces quatre dernières semaines. Contrairement à janvier, pas de coups de coeur mais pas de flops non plus et des lectures plutôt belles dans l’ensemble.

Au menu de février 13 titres, exactement comme janvier alors que février compte trois jours de moins et que j’ai lu 4 pavés, je suis donc très satisfaite d’autant que depuis quelques temps, je frise la panne de lecture avec des jours où je n’ai pas envie de lire du tout !

Treize livres dont 8 sortis de ma PAL (6 services presse et 2 achats) et donc 5 emprunts à la médiathèque, une fois encore ma PAL n’a fait qu’enfler puisque de nouveaux livres sont venus rejoindre mes étagères et trop peu en sont sortis, comme d’habitude.

           crimes-et-condiments-frederic-lenormand

On commence comme toujours pas les policiers, un seul ce mois-ci et une petite déception : Crimes et condiments de Frédéric Lenormand, le quatrième volet de Voltaire enquête. Vous savez combien j’adore cette série à la fois drôle, intelligente et bien écrite et je compte bien la continuer même si j’ai trouvé l’histoire de celui-ci trop embrouillé à mon goût.

   lady-helen-tome-1-alison-goodman   beaucoup-de-moutons-pour-un-loup-glouton-mayuko-kishira   max-et-les-poissons-sophie-adriansen   le-monstre-nounou-tuutikki-tolonen

Au rayon jeunesse, pas moins de quatre lectures et pour commencer une belle brique que je ne l’ai pas lâché Lady Helen tome 1 Le club des mauvais jours de Alison Goodman, un roman young adult à la fois historique et fantastique qui m’a enchanté, j’ai hâte de lire la suite des aventures d’Helen. On poursuit avec un album pour les tout-petits qui est devenu un incontournable d’avant sieste : Beaucoup de moutons pour un loup glouton de Mayuko Kishira, qui invite les enfants à compter les moutons avant de rejoindre les bras de Morphée, un album très mignon. Un court roman historique maintenant qui revient sur la rafle du Vel’ d’Hiv’ : Max et les poissons de Sophie Adriansen. Le récit raconte aux enfants avec beaucoup de pudeur le sort des juifs pendant la seconde guerre mondiale, un roman à mettre absolument entre les mains des 9 / 12 ans. Enfin, un registre plus léger pour ma dernière lecture du mois : Le monstre nounou de Tuutikki Tolonen, un roman fantastique pour les 9 / 12 ans aussi avec des enfants très attachants obligés de cotoyer des monstres nounous en l’absence de leurs parents, je vous en reparle très vite.

une-seconde-chance-dani-atkins   monsieur-jean-a-un-plan-thomas-montasser   la-promesse-d-un-ciel-etoile-alison-mcqueen   gabrielle-d-estrees-ou-les-belles-amours-isaure-de-saint-pierre   la-belle-epoque-du-dandy-tome-1-a-l-ombre-de-la-tour-eiffel

Cinq romans sont venus ponctuer ces quatre dernières semaines, avec tout d’abord une romance qui m’a beaucoup émue, Une seconde chance de Dani Atkins. Un roman bouleversant et une belle histoire d’amour, que je vous invite vraiment à découvrir si vous êtes aussi romantique que moi. On continue avec un roman feel-good Monsieur Jean a un plan de Thomas Montasser, une lecture sympathique et légère mais qui ne restera pas dans mes annales. J’ai en revanche adoré La promesse d’un ciel étoilé de Alison McQueen, là aussi une histoire d’amour bouleversante avec pour cadre l’Inde au moment de son indépendance, tout simplement passionnant !  Un autre roman historique qui revient sur l’histoire d’amour entre Henri IV et sa favorite la plus célèbre : Gabrielle d’Estrées ou les belles amours de Isaure de Saint Pierre, un récit très instructif mais qui manque pour moi d’un souffle romanesque. Et pour finir, encore un roman historique mais on change d’époque La Belle Époque du dandy tome 1 A l’ombre de la tour Eiffel de Olivier et Yolande Delalande. Dans ce roman, le héros venu à Paris pour percer dans le monde de la peinture nous fait côtoyer des artistes de cette période que j’aime beaucoup : Toulouse-Lautrec, Alphonse Allais… Je ne vous en dis pas plus car c’est mon prochain avis sur le blog.

the-new-deal-jonathan-case   la-fille-du-professeur-sfar-guibert   iroquois-patrick-prugne

Place à la bande dessinée maintenant avec là encore que des romans graphiques historiques ! Tout d’abord The New Deal de Jonathan Case, un album qui met le doigt sur les disparités de classes et les tensions raciales dans les années 30 aux Etats-Unis. On poursuit avec un volume plus loufoque La fille du professeur de Guibert et Sfar, une lecture sympathique mais pas qui ne casse pas trois pattes à un canard non plus, c’est d’ailleurs pour cette raison que je n’y ai pas consacré de billet, n’ayant rien à dire dessus. Enfin, ma plus belle lecture des trois : Iroquois de Patrick Prugne que j’ai trouvé magnifique et vraiment intéressant d’un point de vue historique, je vous le recommande chaudement.

la-vie-volee-de-martin-sourire-christian-chavassieux

Et pour finir, un abandon. Comme je vous le disais en préambule j’ai un peu de mal à rentrer dans mes lectures en ce moment, tout au long du mois j’ai lu plusieurs romans à la fois mais un seul mais tombé littéralement des mains : La vie volée de Martin Sourire de Christian Chavassieux. Sur le papier, il avait tout pour me plaire, je le laisse donc provisoirement sur ma table de chevet mais pour l’instant, aucune envie de me replonger dedans.

Bilan de lecture : janvier 2017

Déjà janvier tire sa révérence et en ce dernier jour du mois, voici le traditionnel bilan de mes dernières semaines de lecture. Je ne sais pas si ce premier mois de l’année donne le ton de l’année 2017 mais je l’espère car je n’ai fait que de très belles lectures, j’ai même eu deux coups de coeur !

Au menu de janvier 13 titres, un chiffre sensiblement en baisse par rapport au mois précédent mais comme j’ai prévu de lire plus de pavés cette année, j’aurai sans doute moins de lectures au compteur.

Treize livres dont 9 sortis de ma PAL (4 services presse et 5 achats) et donc 4 emprunts à la médiathèque, une fois encore ma PAL n’a fait qu’enfler puisque de nouveaux livres sont venus rejoindre mes étagères et trop peu en sont sortis, comme d’habitude.

           petits-meurtres-a-mangle-street-kasasian   le-saut-de-l-ange-lisa-gardner

On commence comme toujours pas les policiers, au nombre de deux cette fois-ci et deux bonnes pioches. Tout d’abord ma première lecture du mois fut Petits meurtres à Mangle Street de M.R.C Kasasian, un polar historique qui se déroule à la fin du règne de Victoria avec un duo d’enquêteurs atypiques qui m’a beaucoup plu ! Le second, Le saut de l’ange, est un thriller psychologique nettement plus contemporain signé Lisa Gardner, un roman haletant et sans temps mort.

   l-histoire-de-l-art-en-bd-tome-1-bruno-heitz   les-filles-de-brick-lane-tome-1-ambre-siobhan-curham   astrid-bromure-tome-2-fabrice-parme

Au rayon jeunesse, pas moins de six lectures et en premier lieu L’histoire de l’art en BD de la Préhistoire à la Renaissance de Bruno Heitz, un album intéressant puisqu’il retrace l’art depuis ses origines dans les grottes préhistoriques jusqu’aux grands maîtres de la Renaissance. J’ai dévoré le premier volume des Filles de Brick Lane de Siobhan Curham, un roman pour les ados intelligent et qui aborde des thèmes graves finement traités et bien servis par des héroïnes attachantes, vivement le tome 2 ! J’ai retrouvé avec grand plaisir Astrid Bromure dans Comment atomiser les fantômes toujours signé Fabrice Parme pour lequel j’ai eu un coup de coeur, j’adore l’univers de Fabrice Parme et l’humour pince-sans-rire de son héroïne, je ne vais donc pas tarder à me jeter sur le tome 3 je le sens !

  lucille-a-l-heure-gourmande-gwenaelle-barussaud   le-pass-temps-tome-1-les-joyeux-de-la-couronne-ariane-delrieu   la-fille-quelques-heures-avant-l-impact-hubert-ben-kemoun

Second coup de coeur du mois pour Lucille à l’heure gourmande, le troisième tome de la série Les lumières de Paris de Gwenaële Barussaud. Que dire à part que cette série est faite pour moi ? J’adore tout : l’univers, la plume de l’auteure, les personnages et j’en redemande, heureusement le tome 4 devrait sortir cette année, j’ai hâte ! Un autre album, historique celui-ci, qui nous entraîne au Château de Blois en pleine Renaissance : Le pass’temps tome 1 Les joyaux de la couronne de Carbone et Ariane Delrieu. Un scénario qui peut paraître un peu simple mais qui m’a semblé bien adapté aux 9/11 ans et que j’ai trouvé très sympathique à parcourir ! Enfin, un roman plus sombre et qui met la violence scolaire en lumière : La fille quelques heures avant l’impact de Hubert Ben Kemoun qui m’attendait dans ma PAL depuis près d’un an et que je n’ai lu qu’une journée tant le roman est captivant.

l-ile-au-tresor-robert-louis-stevenson   le-moulin-de-la-derobade-annie-degroote   le-cercle-pouchkine-simon-montefiore

Trois romans sont venus ponctuer ces quatre dernières semaines, avec tout d’abord un grand classique du roman d’aventures que j’ai eu le plaisir de découvrir avec mon Empereur de fils, L’île au trésor, qui m’a permis de renouer avec Robert Louis Stevenson, une lecture très agréable et que je vous conseille si vous ne l’avez pas encore lu. On poursuit avec un roman historique : Le moulin de la Dérobade d’Annie Degroote, un roman agréable et bien documenté mais que j’ai trouvé un peu trop lisse avec un dénouement on ne peut plus attendu. J’ai en revanche beaucoup aimé Le cercle Pouchkine de Simon Montefiore, qui a pour décor la Russie stalinienne de 1945, un roman qui m’a fait vivre un ascenseur émotionnel intense, je vous en reparle très vite.

josephine-baker-bocquet-catel   les-taxis-de-la-marne-jean-yves-le-naour

Place à la bande dessinée maintenant avec une biographie graphique plutôt complète signée Catel et Bocquet consacrée à la grande Joséphine Baker. Un portrait qui revient essentiellement sur ses années de jeunesse et de gloire, sans doute les plus intéressantes pour les auteurs, et qui a le mérite de démontrer la trajectoire de cette enfant pauvre de Louisiane, devenue star à Paris. La seconde est historique également mais elle revient sur les premières semaines de la guerre de 1914/1918 : Les taxis de la Marne de Jean-Yves Le Naour et Claude Plumail, une bande dessinée très intéressante et riche d’enseignements sur les dessous de la célèbre bataille de la Marne.

les-aventures-de-charlotte-holmes

Et pour finir, un abandon. Cela m’arrive rarement mais je ne me force jamais à finir un roman dans lequel je n’arrive pas à rentrer, ce fut le cas de Les aventures de Charlotte Holmes de Brittany Cavallaro, le pitch était alléchant mais je n’ai pas réussi à m’intéresser ni à l’intrigue policière, ni aux personnages !

Bilan de lecture : décembre 2016

Décembre s’achève ce soir à minuit, tout comme l’année 2016 que l’on va laisser sans regret derrière nous, il est donc l’heure du traditionnel bilan du mois de lecture écoulé. Cette année, comme l’année précédente, pas de bilan annuel, l’exercice est trop fastidieux pour moi et sans doute pas très captivant pour vous à lire, mais j’ai plaisir à revenir sur mes quatre dernières semaines de lecture.

Au menu de ce dernier mois de l’année pas moins de 15 titres, un chiffre sensiblement identique au mois précédent. De bonnes lectures dans l’ensemble placées sous le signe de l’hiver et de Noël.

Quatorze livres dont 10 sortis de ma PAL (4 services presse et 6 achats) et donc 5 emprunts à la médiathèque, une fois encore ma PAL n’a fait qu’enfler puisque de nouveaux livres sont venus rejoindre mes étagères et trop peu en sont sortis, comme d’habitude.

un-flair-infaillible-pour-le-crime-ann-grangerOn commence toujours pas les policiers, cette fois-ci la moisson est maigre mais bonne puisque j’ai retrouvé avec grand plaisir Lizzie et Ben Ross dans leur quatrième enquête, Un flair infaillible pour le crime de Ann Granger. Ce qui est amusant c’est que mon année s’est commencée par la lecture du tome 3 et s’achève par celle du tome 4.

   sauveur-et-fils-saison-2-marie-aude-murail   le-jardin-de-minuit-edith   pax-tome-1-les-tenebres-avancent-larsson-korsell

Au rayon jeunesse, pas moins de cinq lectures et en premier lieu un coup de coeur pour le dernier Marie-Aude Murail, Sauveur et fils saison 2, je n’ai qu’une hâte : retrouver Sauveur, Lazare et tous les autres protagonistes de cette histoire dans la saison 3 qui promet d’être riche en émotions. Belle découverte aussi que cette bande dessinée adaptée d’un conte anglais : Le jardin de minuit d’Edith, une histoire fantastique et tendre sur l’enfance et ses possibles, joliment mise en images. Mon Sami-Chameau de fils et moi-mêmes avons enfin découvert Pax tome 1 Les ténèbres avancent de  Asa Larsson & Ingela Korsell qui nous attendait depuis plusieurs mois, là aussi il s’agit d’une histoire fantastique mais je ne vous en dis pas plus, mon avis est très vite sur le blog.

  la-veritable-histoire-de-noel-marko-leino   lumiere-carole-trebor

Second coup de coeur du mois pour La véritable histoire de Noël de Marko Leino, un roman qui nous plonge dans la magie de Noël et que j’ai lu avec une certaine délectation, je vous le recommande pour Noël prochain si vous ne l’avez pas encore lu. Enfin, histoire fantastique encore avec Lumière le voyage de Svetlana de Carole Trébor, un roman historique qui nous entraîne dans la Russie du 18è siècle, c’est cet aspect qui m’a beaucoup plu parce que le volet fantastique lui ne m’a guère convaincue.

un-cadeau-du-ciel-cecelia-ahern   le-tableau-laurence-venturi   joyeux-noel-histoires-a-lire-au-pied-du-sapin

Six contes et romans sont venus ponctuer ces quatre dernières semaines, avec tout d’abord le flop du mois Un cadeau du ciel de Cecelia Ahern, une romance sans surprise avec un héros qui ne m’a ni séduite ni touché, de cette auteure je m’attendais clairement à mieux. Bon moment en revanche avec Le tableau de Laurence Venturi, j’ai aimé mettre mes pas dans ceux de Modigliani et assister au jeu de pistes que remonte la narratrice. Noël oblige, j’ai lu des contes classiques d’auteurs des 19è et 20è dans ce recueil Joyeux Noël ! Histoires à lire au pied du sapin mais si je les ai trouvé plaisants à lire dans l’ensemble, ils manquent cruellement d’esprit de Noël, d’où ma déception.

casse-noisette-et-le-roi-des-rats-hoffmann   l-oiseau-des-neiges-tracy-rees   une-nouvelle-chance-debbie-macomber

On poursuit avec un grand classique dont on a tiré un sublime ballet, Casse-Noisette et le roi des rats de E.T.A Hoffmann, un conte comme je les aime à la fois emplis de la magie de Noël et joliment suranné. Très bonne pioche également pour L’oiseau des neiges de Tracy Rees qui signe ici un roman d’apprentissage victorien réussi que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire, sans conteste une de mes meilleures lectures de l’année 2016. Enfin, une romance que j’ai trouvé au pied du sapin car mes garçons voulaient absolument m’offrir un livre, Une nouvelle chance de Debbie Maccomber, qui a pour décor New-York au mois de décembre, une lecture charmante qui ne révolutionne pas le genre mais que j’ai lu le sourire aux lèvres, je vous en reparle très vite.

le-jour-ou-le-bus-est-reparti-sans-elle-marko-beka   culottees-tome-1-penelope-bagieu   l-apache-et-la-cocotte-tome-1-ange-stephane-betbeder-herve-duphot

Et pour finir, trois bandes dessinées. On commence par celle que l’on pourrait mettre dans la catégorie feel good : Le jour où le bus est reparti sans elle de BeKa, Marko & Maëlla Cosson qui nous raconte l’histoire de Clémentine sur le chemin de la sagesse, une belle histoire qui fait du bien. J’ai retrouvé avec bonheur Pénélope Bagieu dans Culottées tome 1 qui nous propose quinze destins de femmes étonnants joliment mis en lumière par cette illustratrice de talent qui récidive dès le mois de janvier avec un second tome. Enfin, Ange le premier tome d’un diptyque, L’apache et la cocotte, une histoire d’amour sympathique entre un auvergnat et une jeune prostituée dans le Paname du début du 20è.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un très bon réveillon du Nouvel An et à vous dire à l’année prochaine !

 

Bilan de lecture : novembre 2016

Le mois de novembre vient de tirer sa révérence et il est grand temps pour moi de vous dévoiler le bilan de mes lectures des quatre dernières semaines. Au menu de ce onzième mois de l’année pas moins de 16 titres, un chiffre sensiblement identique au mois précédent. Des lectures avec des bonheurs divers avec de belles lectures et des lectures plus moyennes.

Quinze titres dont 10 sortis de ma PAL (7 services presse et 3 achats) et donc 6 emprunts à la médiathèque, une fois encore ma PAL n’a fait qu’enfler puisque j’ai beaucoup de nouveaux livres qui sont venus rejoindre mes étagères et trop peu en sont sortis, comme d’habitude.

identites-contraires-olivia-cattan   cantique-de-l-assassin-guillaume-prevost   le-diable-s-habille-en-voltaire-frederic-lenormand

On commence comme toujours par les policiers, trois ce mois-ci avec tout d’abord celui qui m’a le moins convaincu : Identités contraires de Olivia Cattan, je m’attendais à un thriller psychologique centré sur l’autisme mais il n’en est rien, il s’agit plutôt ici d’un thriller politique mâtiné d’espionnage traitant de terrorisme, autrement dit pas ma tasse de thé. On poursuit avec Cantique de l’assassin de Guillaume Prévost, un polar historique qui m’a plu dans l’ensemble si l’on excepte le volet ésotérique, pas ma tasse de thé non plus. En revanche, j’ai adoré Le diable s’habille en Voltaire de Frédéric Lenormand, comme toujours brillant et drôle, j’en redemande !

           heracles-le-valeureux-francoise-rachmuhl   alienor-mandragore-tome-2-thomas-labourot-severine-gauthier

Côté jeunesse, deux lectures seulement avec tout d’abord un roman historique mettant en scène un héros grec bien connu des amateurs de mythologie : Héraclès le valeureux de Françoise Rachmuhl, un court roman que je recommande aux 10 ans et plus. J’ai retrouvé la pétillante Aliénor Mandragore dans la suite de ses aventures, Trompe la mort, avec Séverine Gauthier et Thomas Labourot toujours aux manettes. Ce second volume se veut plus sombre et nettement moins drôle, c’est ce qui m’a un peu déçu mais je lirai tout de même la suite lorsqu’elle sortira.

chanson-douce-leila-slimani   comme-une-respiration-jean-teule   la-carte-postale-leah-fleming

Sept sont venus ponctuer ces quatre dernières semaines, avec tout d’abord le prix Goncourt lu juste avant qu’il ne soit couronné, Chanson douce de Leïla Slimani, un roman coup de poing dont je me souviendrai encore longtemps et qui mérite son succès. J’ai retrouvé Jean Teulé dans un nouvel exercice, celui de la nouvelle, dans Comme un respiration, qui nous propose de bien jolies histories tour à tour tendres, drôles ou émouvantes. Retrouvailles également avec Leah Fleming dont j’ai beaucoup aimé le dernier roman : La carte postale, vaste fresque qui court de la première guerre mondiale aux années 60 en passant par les camps de concentration, une jolie découverte.

l-etrange-histoire-de-benjamin-button-francis-scott-fitzgerald   les-choix-de-clara-sophie-di-paolantonio   la-dame-des-deux-terres-wendy-wallace   mathilde-philippe-lemaire

On poursuit avec classique signé Francis Scott Fitzgerald : L’étrange histoire de Benjamin Button, une histoire singulière que j’ai dévoré tout comme la suivante, La lie du bonheur. J’ai également lu une courte romance pétillante et drôle Les choix de Clara de Sophie di Paolantonio qui met du baume au coeur et de bonne humeur. Enfin, un roman historique qui m’a fait voyager jusqu’aux pyramides d’Egypte, La dame des deux terres de Wendy Wallace, un roman d’apprentissage intéressant. Et pour finir, ma dernière lecture du mois de novembre a été un roman historique aussi : Mathilde de Philippe Lemaire, un roman d’apprentissage également qui a pour décor le Jura de 1938 à 1945, vous pourrez lire mon avis dès demain !

les-beaux-etes-tome-2-jordi-lafebre-zidrou la-saint-barthelemy-tome-1-sauveterre  la-parole-du-muet-tome-1-le-geant-et-l-effeuilleuse   la-difference-invisible-julie-dachez

Et pour finir, quatre bandes dessinées. On commence par une série que j’adore Les beaux étés signée Zidrou et Jordi Lafebre, dont j’ai lu le second tome, La calanque, un volume plein de nostalgie avec une famille qui ne manque pas de sel ! Une bd historique pour continuer qui m’a emballé car je l’ai trouvé belle et très bien documentée : Saint Barthélémy tome 1 Sauveterre de Pierre Boisserie et Eric Stalner, hâte de lire la suite. Toujours au rayon historique La parole du muet tome 1 Le géant et l’effeuilleuse de Laurent Galandon et Frédéric Blier, un premier tome prometteur dont je lirai là aussi la suite avec plaisir. Et pour finir un roman graphique autobiographique La différence invisible de Julie Dachez et Mademoiselle Caroline qui raconte le quotidien d’une personne Aspie, un témoignage essentiel que je vous invite à lire.

Bilan de lecture : octobre 2016

Bye bye octobre qui a filé comme le vent et place au mois de novembre, en général propice à la lecture, avec son temps gris et triste ! Le neuvième mois de l’année a été très productif avec 17 titres, un chiffre sensiblement en hausse par rapport au mois précédent. Des lectures avec des bonheurs divers avec de belles lectures, des lectures plus moyennes et des flops.

Dix-sept titres dont 12 sortis de ma PAL (8 services presse et 4 achats) et donc 5 emprunts à la médiathèque, une fois encore ma PAL n’a fait qu’enfler puisque j’ai beaucoup de nouveaux livres qui sont venus rejoindre mes étagères et trop peu en sont sortis, comme d’habitude.

la-reine-et-l-assassin-david-morrell   agatha-raisin-enquete-remede-de-cheval-m-c-beaton

On commence comme toujours par les policiers, deux ce mois-ci et deux bonnes pioches, dans des genres pourtant très différents. et un gros flop ! Tout d’abord un polar historique passionnant qui m’a permis de découvrir Thomas de Quincey : La reine et l’assassin de David Morrell, un titre qui nous plonge au coeur du règne de la reine Victoria. Et dans le genre polar drôle et piquant, j’ai retrouvé avec plaisir Agatha Raisin et les Cotswolds dans Remède de cheval de M.C. Beaton.

           yin-et-le-dragon-tome-1-creatures-celestes   la-sixieme-susie-morgenstern   coraline-neil-gaiman   cite-19-zone-blanche-stephane-michaka

Côté jeunesse, seulement quatre lectures avec tout d’abord une bande dessinée historique Yin et le dragon tome 1 créatures célestes de Richard Marazano et Xu Yao qui a pour cadre le conflit sino-japonais de la fin des années 30, une histoire très enrichissante et des planches magnifiques. Gros flop en revanche pour La sixième de Susie Morgenstern, un classique que j’ai trouvé ennuyeux au possible. Petite déception pour Coraline de Neil Gaiman qui m’a laissé sur ma faim et que j’ai trouvé un peu confus. Et pour finir le second tome de la duologie young adult de Stéphane Michaka, Cité 19 Zone blanche, que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire, l’univers développé par l’auteur est passionnant et franchement j’en redemande.

l-amour-en-france-guy-breton   jeux-de-cles-dominique-marny   la-repasseuse-benedicte-lapeyre   89-mois-caroline-michel

Un document et sept romans sont venus ponctuer ces quatre dernières semaines, avec comme je le disais plus haut, des bonheurs divers. Tout d’abord L’amour en France de Guy Breton, un document très intéressant qui nous brosse le portrait de vingt-huit femmes aimées de rois et d’hommes d’état, du Moyen-Age au 19è siècle. Une romance contemporaine ensuite que j’ai beaucoup aimé, Jeux de clés de Dominique Marny, à la fois sensible et intimiste, portée par des personnages très attachants. Petite déception en revanche pour La repasseuse de Bénédicte Lapeyre, que j’ai trouvé intéressant d’un point de vue sociologique mais la vie de son héroïne m’a laissé de marbre. On continue avec le second flop du mois avec 89 mois de Caroline Michel, un roman choquant et dangereux puisqu’il prône les rapports non protégés !

d-or-et-de-sang-catherine-hermary-vieille   toujours-maudit-david-safier   devenir-christian-dior-francois-olivier-rousseau   olympe-hubert-de-maximy

On poursuit avec un très bon roman historique qui nous plonge au coeur des règnes des derniers Valois : D’or et de sang de Catherine Hermay Vieille, un roman fort bien documenté et qui s’est révélé passionnant à lire d’autant qu’il est très bien écrit. Une lecture plus légère maintenant avec Toujours maudit ! de David Safier, un récit drôle et enlevé qui, pour moi, est trop proche d’un précédent roman de l’auteur, Maudit karma, mais qui se lit malgré tout avec plaisir. On poursuit avec un roman biographique : Devenir Christian Dior de François-Olivier Rousseau, là aussi intéressant et bien écrit même s’il m’a un peu laissé sur ma faim. Enfin, un roman historique que j’ai dévoré et qui a pour cadre la Terreur, Olympe de Hubert de Maximy, je vous en reparle très très vite.

le-papyrus-de-cesar   paul-dans-le-metro-michel-rabagliati   juliette-les-fantomes-reviennent-au-printemps-camille-jourdy

Et pour finir, trois bandes dessinées. On commence par celui qui sort de ma PAL : Le papyrus de César de Jean-Yves Ferri et Didier Conrad qui nous proposent une nouvelle aventure d’Astérix à la fois fidèle aux origines mais avec quelques nouveautés bienvenues, un bon cru. Ensuite, j’ai découvert Paul dans le métro de Michel Rabagliati dans ce volume empli d’histoires courtes, une première incursion qui m’a intéressé et donné envie de poursuive ma découverte de son univers. Et pour finir, j’ai retrouvé Camille Jourdy avec Juliette : les fantômes reviennent au printemps que je vous ai présenté hier, je ne reviens donc pas dessus davantage, sachez toutefois que ce volume m’a bien plu.

Bilan de lecture : septembre 2016

Le neuvième mois de l’année s’est achevé hier, voici donc venue l’heure du traditionnel bilan de lecture. Le mois de septembre m’a permis de lire 14 titres, un chiffre sensiblement identique à celui du mois d’août, avec de belles lectures et un coup mais aussi un gros flop et deux déceptions.

Treize titres dont 8 sortis de ma PAL (5 services presse et 3 achats) et donc 6 emprunts à la médiathèque, une fois encore ma PAL n’a fait qu’enfler puisque j’ai beaucoup de nouveaux livres qui sont venus rejoindre mes étagères et trop peu en sont sortis, la faute en partie aux emprunts et au manque de temps.

portrait-de-groupe-avec-parapluie-violette-cabesos   whitechapel-sarah-pinborough   le-diable-sur-les-epaules-christian-carayon

On commence comme toujours par les policiers, trois ce mois-ci avec deux bonnes pioches et un gros flop ! Tout d’abord un polar original et instructif Portrait de groupe avec parapluie de Violette Cabesos, une lecture passionnante que j’ai dévoré ! Deux polars historiques ensuite avec tout d’abord la désillusion Whitechapel de Sarah Pinborough dont j’ai trouvée la trame historique convaincante mais qui n’a pas su m’intéresser du tout. Et pour finir Le diable sur les épaules de Christian Carayon que je vous ai présenté hier, une histoire bien ficelée même si le meurtrier est trop aisément reconnaissable.

           sauveur-et-fils-saison-1-marie-aude-murail   la-mythologie-en-bd-isis-et-osiris   les-ombres-de-kerohan-zimmermann   malenfer-tome-1-la-foret-des-tenebres-cassandra-o-donnell

Côté jeunesse, seulement trois lectures avec tout d’abord le premier volume de Sauveur et fils de Marie-Aude Murail et comme toujours avec cette auteure, un roman intelligent et sensible qui nous confronte avec la souffrance des enfants et adolescents confrontés à différentes situations, à lire absolument. On poursuit avec un album réussi qui fait découvrir aux petits comme aux grands les différents dieux égyptiens : La mythologie en BD Isis et Osiris de Viviane Koenig et Clémence Paldacci. Et on continue avec un roman gothique à la sauce bretonne qui m’a fait gentiment frissonner Les ombres de Kerohan de N.M. Zimmermann, idéal à lire en automne et à l’approche Halloween. Et pour finir, ma dernière lecture du mois fut une lecture commune avec mon Sami-Chameau de fils : Malenfer tome 1 La forêt des ténèbres de Cassandra O’Donnell, lui a adoré, moi j’ai été suffisamment alléchée pour avoir envie de lire la suite avec lui !

edmond-alexis-michalik   l-heritiere-de-jacaranda-tamara-mckinley   nora-webster-colm-toibin  la-valse-des-arbres-et-du-ciel-jean-michel-guenassia le-chagrin-des-vivants-anna-hope

Une pièce de théâtre et quatre romans sont venus ponctuer mon mois de septembre avec des bonheurs divers.  Tout d’abord Edmond d’Alexis Michalik, la pièce hommage à Edmond Rostand et à la création de son chef d’oeuvre, Cyrano de Bergerac, avec laquelle j’ai passé un excellent moment ! Déception en revanche pour les deux titres suivants : L’héritière de Jacaranda de Tamara McKinley qui m’a charmée par sa trame historique mais dont la trame contemporaine frise pour moi le ridicule. Quant à Nora Webster de Colm Toibin, je déplore trop de longueurs et je n’ai pas réussi à m’intéresser vraiment à l’héroïne du récit. J’ai été séduite en revanche par La valse des arbres et du ciel de Jean-Michel Guenassia qui nous propose les derniers jours de Vincent Van Gogh à travers son histoire d’amour avec Marguerite Gachet, un roman très sensible qui m’a émue.

l-adoption-tome-1-qinaya-zidrou-monin  j-ai-tue-marat-bollee-martin

Et pour finir, deux bandes dessinées. On commence par mon coup de coeur, un roman graphique là aussi d’une grande sensibilité : L’adoption tome 1 Qinaya de Zidrou et Arno Monin, une petite merveille qui m’a fait rire et pleurer et dont j’attends la suite avec impatience. Et enfin J’ai tué Marat de Le Bollée et Martin qui revient, comme son nom l’indique, sur l’assassinat de Marat par Chalotte Corday. Une BD intéressante même si j’ai trouvé certains dialogues trop hystériques.