Bilan de lecture : Octobre 2017

Le mois d’octobre vient de s’achever et en ce premier jour du toujours tristounet mois de novembre, je vous propose de revenir sur mes quatre dernières semaines de lecture en dressant le bilan du dixième mois de l’année.

Un mois une nouvelle fois riche en belles lectures, je suis particulièrement gâtée depuis quelques temps, pourvu que ça dure ! Et cerise sur le gâteau, j’ai réussi à extraire 5 pavés de ma PAL allant de 480 à plus de 900 pages, je suis fière de moi.

Au menu du mois d’octobre pas moins de 16 titres dont 11 issus de ma PAL : 1 achat, 10 services presse et par conséquent 5 emprunts. Il est évident que tant que je continuerai à emprunter autant à la médiathèque, ma PAL continuera d’enfler inexorablement car mois après mois, les entrées sont plus élevées que les sorties.

Mais trêves de blablas et entrons tout de suite dans le vif du sujet avec mes lectures jeunesse qui sont au nombre de cinq et tout d’abord le troisième opus de la série Enola Holmes Le mystère des pavots blancs de Nancy Springer que j’ai préféré aux deux précédents, je compte bien poursuivre cette série, d’autant que les tomes 4 et 5 sont déjà dans ma PAL. On poursuit avec un joli album pour les petits sur la vieillesse et le temps qui passe : Chaussette de Loïc Clément et Anne Montel, une lecture tendre et nostalgique que j’ai trouvé très touchante. Autre album pour les enfants qui plaira aux lecteurs débutants, notamment aux amoureux des créatures enchantées : Lulu & son dragon tome 1 de Ingrid Chabbert. Un roman historique très réussi pour continuer mêlant personnages historiques et intrigue totalement fictionnelle, L’énigme de la Vallée aux Loups de Margot Bruyère, que je conseille aux 9/12 ans et à celles et ceux qui s’intéressent à l’Empire. Et enfin, un thriller historique pour les 14 ans et plus assez singulier et qui m’a totalement captivé : La noirceur des couleurs de Martin Blasco.

Trois romans policiers au menu du mois d’octobre, très différents chacun dans leur genre de par leur époque et aussi le traitement de l’intrigue, j’ai trouvé les deux premiers très réussis. Tout d’abord Les collèges fantômes de Jean d’Aillon, le 17è opus des aventures de Louis Fronsac que j’ai trouvé passionnant de bout en bout avec ses complots, ses duels et ses poursuites dans le Paris du règne de Louis XIII. Et Le secret des orphelins de Ellis Griffiths, mêlant intrigue policière et archéologie, le tout dans une atmosphère so british en plein Norfolk venteux. Enfin, j’ai retrouvé Agatha Raisin en vacances à Chypre dans le 6è tome de la série, Vacances tous risques, que j’ai trouvé moins bons que les précédents avec une héroïne se lamentant à tout bout de champ !

Six romans sont venus ponctuer ces dernières semaines et on commence par le passionnant roman de Philippe Jaenada, La serpe, qui revient sur un fait divers sanglant survenu dans un château du Périgord en 1941. Un triple meurtre à la serpe et un suspect tout trouvé : Henri Girard. On poursuit avec un roman d’anticipation paru il y a plus de trente ans et devenu un classique : La servante écarlate de Margaret Atwood. Un roman glaçant par sa thématique et aussi parce qu’il pourrait être un jour notre futur si nous n’y prenons garde. On continue avec Je m’appelle Léon de Kit de Waal, un roman triste racontant le quotidien d’un petit métis placé par l’assistance publique mais avec trop de longueurs hélas pour être tout à fait séduite.

Une romance historique maintenant, la première en ce qui me concerne : Le Cœur de Lucy tome 1 Au-delà de la raison de Marilyn Stellini, une histoire pas très réaliste, très légère et une héroïne trop soumise à mon goût mais une lecture divertissante au final, bienvenue après la lecture anxiogène de La servante écarlate. Une belle brique qui m’a cependant passionné bien que son thème soit très aride puisqu’il s’agit des guerres de religion au 16è siècle : Une colonne de feu de Ken Follett, qui est un raconteur d’histoire hors pair. Une fresque remarquablement documentée qui a pour décor l’Angleterre et la ville de Kingsbridge mais aussi Paris, Genève, Hispaniola et Anvers. Et enfin, un roman historique La galerie des jalousies tome 1 de Marie-Bernadette Dupuy mêlant histoire d’amour, meurtre et sort réservé aux rescapés de la Grande Guerre.

Et pour finir, deux bandes dessinées historiques. La première revient sur l’éphémère règne de Edouard VIII et le rôle de la sulfureuse Wallis Simposon : Le choix du roi tome 1 Première trahison de Jean-Claude Bartoll et Aurélien Marinière. Un scénario qui respecte la réalité historique et qui nous montre un roi tenté par les doctrines nazies. Et une biographie graphique, celle du grand auteur de théâtre et comédien de la première moitié du 20è siècle, Sacha Guitry : Sacha Guitry une vie en bande dessinée de François Dimberton, Alexis Chabert et Magali Paillat, là aussi très bien documentée et qui s’attache à la vie conjugale de cet amoureux des femmes.

Et vous, quels sont les livres qui vous ont fait vibré ou au contraire déçus en octobre ?

 

Publicités

Bilan de lecture : septembre 2017

Septembre tire sa révérence aujourd’hui, il est donc l’heure pour moi de dresser le bilan de mes lectures du 9è mois de l’année. Un mois riche en belles lectures dans l’ensemble sans grosse déception.

Au menu de ce mois de septembre : 16 lectures dont 12 sorties de ma PAL (8 services presse et 4 achats) et par conséquent 4 emprunts à la médiathèque, ce qui n’empêche pas ma PAL n’a fait qu’enfler puisque de nouveaux livres sont venus rejoindre mes étagères. Cerise sur le gâteau, j’ai réussi à extraire de ma PAL deux reliques qui y croupissaient depuis des années, hip hip hip hourra !!

On commence par la jeunesse avec cinq titres ce mois-ci et tout d’abord Les Koboltz tome 1 Mission Uluru de Benoit Grelaud, un roman pour les 9 / 12 ans qui mêle habilement écologie et aventures avec des personnages minuscules et un univers graphique réussi. Un roman plus sombre pour continuer avec Dans la forêt de Hokkaido de Eric Pessan, qui prend pour point de départ un fait-divers japonais et aborde des thèmes graves comme la maltraitance parentale et les migrants, saupoudré d’un peu de surnaturel. Une lecture qui ne m’a pas tout à fait convaincue notamment à cause du côté surnaturel. Ecologie toujours avec Fleur de bambou tome 1 Les larmes du grand esprit de Richard Marazano et Cat Zaza, un premier opus charmant à destination des 8 / 10 ans qui nous entraine à la recherche de graines de bambou en plein cœur d’un univers japonisant. J’ai ensuite retrouvé Enola la petite vétérinaire des animaux extraordinaires dans le troisième volume de la série : Enola et les animaux extraordinaires tome 3 Le kraken qui avait mauvaise haleine de Joris Chamblin et Lucile Thibaudier. Une histoire une fois encore toute mignonne avec un drôle d’animal ayant grandement besoin d’un dentiste ! Et pour finir Agatha de Françoise Dargent qui nous dresse æ portrait d’une adolescente de la bonne société édouardienne, en l’occurrence la future Agatha Christie qui n’est encore qu’Agatha Miller. Un roman que j’ai trouvé décevant dans le sens où on en apprend finalement très peu sur la reine du crime, mon avis est à suivre !

Deux romans policiers sont au menu de septembre, très différents chacun dans leur genre de part leur époque et aussi le traitement de l’intrigue. On commence par Les disparues du marais de Elly Griffith, mêlant archéologie et crime, le tout au cœur d’un site sacré de l’âge de fer. Une très bonne surprise et un duo d’enquêteurs qu’il me tarde de retrouver dans Le secret des orphelins. Et une des deux reliques de ma PAL : Les dieux outragés de Olivier Seigneur qui nous immerge au cœur de la cour du roi Louis XIV à Versailles. Historiquement très intéressant, ce polar historique pêche toutefois un peu par son intrigue policière plausible mais un peu trop absente à mon goût. Là aussi je vous en reparle très vite.

Sept romans sont venus ponctuer ce mois d’août et tout d’abord le dernier roman de Amélie Nothomb comme toujours très attendu de ses lecteurs et qui fut une très belle lecture : Frappe-toi le coeur. Un roman court, percutant et intense qui met en scène Marie en but à la jalousie maternelle et professionnelle. Un roman historique maintenant avec Un parfum de fleur d’oranger de Gilles Laporte qui revient sur l’immigration italienne de la fin du 19è, un roman intéressant même si je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, ce qui a un peu gâché ma lecture. Un roman plus léger maintenant avec Minute, papillon ! le dernier roman de Aurélie Valognes, une lecture plaisante, portée par deux personnages féminins très attachants. Un feel good book à la fois prévisible mais charmant. On poursuit avec un autre roman qui prenait sérieusement la poussière dans ma PAL (en vrai, non, je fais le ménage !) : La fractale des raviolis de Pierre Raufast. Un roman construit comme des poupées russes, plein d’imagination, d’humour mais aussi de cruauté, une très bonne surprise.

On continue avec un roman historique magistral sur l’après guerre de 14, Au revoir là haut de Pierre Lemaitre, un quasi coup de cœur. L’histoire de ces trois escrocs qui profitent du climat crépusculaire qui suit l’armistice pour se venger est absolument extraordinaire. Un roman que je vous conseille vivement. Retour au contemporain et à la rentrée littéraire avec La part des anges de Laurent Bénégui. Une histoire singulière autour du deuil et surtout une célébration de la vie à travers l’amour et la bonne chair. Et pour finir, la seconde relique de ma PAL : L’ami retrouvé de Fred Ulhman, un récit touchant qui a pour décor l’Allemagne en train de basculer dans le nazisme et l’amitié entre deux adolescents, l’un noble protestant et l’autre juif.

Et pour finir, deux romans graphiques très bons chacun dans leur genre. Et on commence par mon coup de coeur du mois : Les mille et une vies des urgences de Baptiste Beaulieu et Dominique Mermoux qui raconte le quotidien de Baptiste, interne aux urgences, émaillé d’anecdotes tantôt drôles tantôt dramatiques et qui fait relativiser nos petits bobos et nos petits malheurs personnels. Et une biographie graphique, celle du chef de file des impressionnistes Monet nomade de la lumière de Salva Rubio et Efo, on assiste à la naissance de ce courant pictural majeur, mon préféré entre tous. Deux bd que je vous recommande vivement.

Et vous, quels sont les livres qui vous ont fait vibré ou au contraire déçus en septembre ?

 

Bilan de lecture : août 2017

Le mois d’août vient de s’achever, la rentrée est quasi là et il est donc grand temps pour moi de vous dresser le bilan de mes lectures de ces quatre dernières semaines. Et une fois encore, mise à part un gros flop, il y eut de très belles lectures, pourvu que ça dure !

Au menu de ce mois d’août : 14 titres dont 13 sortis de ma PAL (5 services presse et 7 achats) et donc 2 emprunts à la médiathèque, ce qui n’empêche pas ma PAL n’a fait qu’enfler puisque de nouveaux livres sont venus rejoindre mes étagères.

On commence par la jeunesse avec deux titres ce mois-ci : Le secret de la dame en rouge de Béatrice Bottet, un roman qui m’a beaucoup plu, mêlant science et voyance, avec des personnages attachés, avec pour décor le Paris de la Belle Epoque que j’aime tant, une très belle découverte que je vous conseille si le sujet vous tente. Et Momo de Jonathan garnier et Rony Hotin, une petite bande dessinée que j’ai eu un peu de mal à comprendre même si je l’ai trouvé touchante.

Quatre romans policiers sont au menu du mois d’août et tout d’abord le cinquième volume de la série Voltaire enquête de Frédéric Lenormand : Élémentaire, mon cher Voltaire ! . Une fois encore, un vrai bonheur de lecture, vous savez comme je suis friande de la plume de cet auteur et des aventures de notre sautillant philosophe des Lumières même si j’ai trouvé l’intrigue policière brouillonne. J’ai également retrouvé cette chère Agatha Raisin et son petit village de Carsely à l’occasion du cinquième opus de la série, Pour le meilleur et pour le pire. Un très bon cru avec une intrigue bien construite que j’ai adoré suivre. Retrouvailles aussi avec la bactériologiste Anna Kronberg dans La dernière expérience, que j’avais découverte dans Le diable de la Tamise. J’avoue être un peu déçue par cette suite tant le premier volume m’avait emballé, le face à face entre cette héroïne atypique et le professeur Moriarty ne restera pas dans mes annales. Et pour finir : Au fond de l’eau, le nouveau roman de Paula Hawkins qui avait un fait un tabac l’an dernier avec son premier roman La fille du train, que je n’ai pas lu. Ici il s’agit d’un récit à plusieurs voix autour d’un lieu, une rivière aux noyées, dans lesquelles plusieurs femmes ont trouvé la mort au cours des trois derniers siècles. Un roman passionnant dont je vous reparle très vite.

Sept romans sont venus ponctuer ce mois d’août et tout d’abord La merveilleuse boutique de crèmes glacées de Viviane de Abby Clements. Une romance gourmande et feel-good avec laquelle j’ai passé un très bon moment, une lecture estivale idéale, à la fois divertissante et légère. Roman historique et gourmand aussi : A la belle marquise de Gérard Georges qui retrace le parcours d’un couple d’auvergnats qui réussit à hisser sa petite fabrique artisanale locale au niveau national. Une lecture agréable qui plaira aux lecteurs et lectrices de romans du terroir. Une lecture légère et feel-good encore, ça se voit que j’étais en vacances et que j’avais besoin de lectures légères : La librairie de l’île de Gabrielle Zevin. Une lecture légère donc mais pas dénuée d’intérêt ni d’émotion avec une petite fille très attachante. Un court roman qui se dévore et qui fait du bien. On poursuit avec Une saison à la petite boulangerie de Jenny Colgan, la suite de La petite boulangerie du bout du monde, lu l’été dernier. Une suite sympathique, qui aurait mérité d’être plus ramassée, mais qui fut néanmoins une bonne lecture car j’ai beaucoup aimé retrouvé tous les personnages du premier volume.

On continue avec le flop du mois attribué à Soledad de Maria Duenas.Un roman d’aventures qui sur le papier avait tout pour me plaire mais que j’ai trouvé trop long avec finalement peu d’actions, qui a fini par me tomber des mains. J’ai beaucoup aimé en revanche Miss Cyclone de Laurence Peyrin et la très jolie amitié qui lie Angela et June pendant près de trois décennies, la plume de l’auteure est toujours aussi agréable à lire, une bien jolie lecture. Beaucoup aimé aussi le premier roman réussi de Clarisse Sabard, Les lettres de Rose, qui fourmille d’allers/retours dans le passé et de secrets de famille, un roman comme je les aime et avec lequel j’ai passé un très bon moment.

Et pour finir, une bande dessinée, la suite d’une série que j’adore, Les beaux étés de Zidrou et Jordi Lafèbre. Dans le troisième opus, Mam’Zelle Estérel, on retrouve avec bonheur la famille famille Faldérault accompagnée de Gros Papy et d’Yvette la parfaite pour des vacances mémorables. Un nouvel opus tendre et nostalgique que j’ai trouvé très réussi.

Et vous, quels sont les livres qui vous ont fait vibré ou au contraire déçus en août ?

 

Bilan de lecture : juillet 2017

Bye Bye juillet, il est donc grand temps pour moi de vous dresser le bilan de mes lectures de ces quatre dernières semaines. Et une fois encore de très belles lectures à la clé, pourvu que ça dure !

Au menu de ce mois de juillet : 15 titres dont 11 sortis de ma PAL (7 services presse et 4 achats) et donc 4 emprunts à la médiathèque, une fois encore ma PAL n’a fait qu’enfler puisque de nouveaux livres sont venus rejoindre mes étagères et trop peu en sont sortis, comme d’habitude.

On commence par la jeunesse avec pas moins de quatre lectures et tout d’abord le tome 7 des Quatre de Baker street : L’affaire Moran de Jean-Blaise Djian, Olivier Legrand & Daniel Etien. Quel plaisir de retrouver une fois encore nos jeunes héros avec cette nouvelle aventure toujours aussi réussie. Changement de pays avec Les compagnons de la cigogne tome 1 Le lac des damnés de Sophie Humann, un premier volume qui ne manque pas d’attraits, suffisamment pour me donner envie de ne pas laisser croupir la suite trop longtemps dans ma PAL ! Petite déception en revanche pour Les lettres volées de Silène Edgar qui m’a semblé un peu plat même si d’un point de vue historique, il n’est pas sans intérêt. Déception aussi pour Piégés dans le train de l’enfer : 3H pour t’en sortir de Hubert Ben Kemoun, je m’attendais à une angoisse et à une vraie atmosphère de huis-clos, il n’en a rien été même si l’intrigue est bien ficelée, j’espèrais davantage de ma lecture.

        

Deux romans policiers sont au menu du mois de juillet et tout d’abord le quatrième volume des enquêtes d’Agatha Raisin, Randonnée mortelle de M.C Beaton. Un opus que j’ai trouvé bien meilleur que le précédent avec une intrigue policière plus aboutie. On poursuite avec un polar ésotérique bien foutu qui m’a passionné et tenu en haleine pendant près de 600 pages : La dernière licorne de Tobby Rolland que je vous recommande si vous êtes addict à ce genre.

  

Six romans et un document sont venus ponctuer ce mois de juillet et tout d’abord Les trois veuves de Michel Jeury, un roman historique qui lorgne vers le policier avec une trame que j’ai trouvé brouillonne alors que le contexte était intéressant puisqu’il mettait en lumière le destin de trois veuves au tout début du 20è. On continue avec une romance légère et amusante mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable car trop prévisible : Un merci de trop de Carène Ponte. Un document richement illustré et très intéressant pour les amateurs d’histoire et de gastronomie : Les gastronomes parisiens de Philippe Mellot, j’y ai pour ma part appris beaucoup de choses et j’aurai plaisir à le feuilleter à nouveau. Un roman historique bouleversant pour poursuivre qui revient sur le destin tragique de Madame Élisabeth : La sœur du roi de Alexandra de Broca, je vous le recommande vivement, une très belle lecture en ce qui me concerne.

        

On continue avec le nouveau roman de Sylvie Anne, Un mariage en eaux troubles, un roman agréable à lire et parfait pour l’été avec suffisamment de rebondissements, d’amour et de trahison, pour passer un bon moment. J’ai retrouvé avec bonheur Griffont et Isabel dans Le Paris des merveilles tome 3 Le royaume immobile de Pierre Pevel of course qui met un point final à cette série que je trouve très réussie et que j’ai dévoré, ce dernier opus est aussi réussi que le précédent et clôture en beauté les aventures de nos héros. Enfin, j’ai découvert deux ans après tout le monde Avant toi de Jojo Moyes et bien que je me sois fais un peu spoilé la fin, j’ai beaucoup aimé ma lecture, l’histoire d’amour qui se tisse au fil du récit entre Will et Louisa, je vous en reparle après mes vacances.

     

Et pour finir, deux bandes dessinées. On commence par mon coup de coeur : Irena tome 2 Les justes de Jean-David Morvan, Séverine Trefouël & David Evrard qui retrace le parcours d’une grande résistante polonaise : Irena Sendlerowa déclarée Juste parmi les nations en 1965, une bande dessinée utile et nécessaire que je vous conseille. Dans un registre différent mais tout aussi indispensable je vous conseille Les petites victoires de Yvon Roy qui raconte le parcours de ce père pour aider son fils autiste à sortir de sa bulle et à s’intégrer le mieux possible, un témoignage plein d’espoir.

  

Et vous, quels sont les livres qui vous ont fait vibré ou au contraire déçus en juillet ?

 

Bilan de lecture : juin 2017

Le mois de juin s’achève ce soir, un mois où la météo a été au beau fixe et où la canicule a régné en maître. Les week-ends à la plage ont donc repris (youpi) parfois un peu au détriment du blog et des lectures même si au final je suis satisfaite de mes lectures.

Un mois avec de belles lectures voire de très belles lectures dans l’ensemble, sans flop et cerise sur le gâteau, avec deux coups de coeur.

Au menu de ce mois de juin : 15 titres dont 11 sortis de ma PAL (5 services presse et 6 achats) et donc 4 emprunts à la médiathèque, une fois encore ma PAL n’a fait qu’enfler puisque de nouveaux livres sont venus rejoindre mes étagères et trop peu en sont sortis, comme d’habitude. Mais je suis très contente car les livres sortis de ma PAL sont tout de même plus nombreux que les emprunts !!

     

On commence par la jeunesse avec pas moins de cinq lectures et tout d’abord Enola Holmes tome 2 L’Affaire Lady Alistair de Nancy Springer, une série dans ma PAL depuis plusieurs années et que j’ai décidé d’enfin lire. Ce second opus s’est révélé aussi sympathique que le premier et je compte bien lire la suite en juillet. J’ai également retrouvé avec plaisir Alrik et Viggo dans Pax tome 3 Le myling frappe de Asa Larsson et Ingela Korsell, un troisième volume que j’ai adoré et qui s’est révélé aussi bon que le précédent. Autres retrouvailles, celles avec Alfred et Agatha et la lecture de leur troisième aventure, Les enquêtes d’Alfred et Agatha tome 3 : L’extraordinaire invention du Dr Sorenson de Ana Campoy. J’aime beaucoup cette série que je savoure comme un bonbon avec un plaisir renouvelé à chaque fois !

   

Bonne pioche également pour La classe de mer de monsieur Ganèche de Jérôme Bourgine, un roman loufoque dont les héros sont un maître dépassé par les évènements et une poignée de cancres sur une petite île bretonne, un roman charmant ! Et enfin, un coup de coeur pour La guerre de Catherine le très bel album signé Julia Billet et Claire Fauvel qui raconte le sort réservé aux juifs à travers Rachel devenue Catherine qui raconte sa fuite dans la France libre, un récit émouvant et passionnant.

     

Trois romans policiers sont au menu du mois de juin et tout d’abord le troisième volume des enquêtes d’Agatha Raisin, Pas de pot pour la jardinière de M.C Beaton. Un opus toujours aussi drôle même si je l’ai trouvé un peu moins bon que les deux précédents, je compte tout de même poursuivre la série en juillet. J’ai en revanche adoré La voix secrète de Michaël Mention qui a pour héros le dandy assassin Lacenaire, un court roman passionnant et très prenant. Retrouvailles toujours avec Ben et Lizzie Ross dont j’ai lu le cinquième tome, Le témoignage du pendu que je vous ai présenté hier, je ne reviens donc pas dessus à part vous préciser que j’aime décidément beaucoup cette série, tant pour son atmosphère que pour son duo d’enquêteurs.

        

Quatre romans et un document sont venus ponctuer ce mois de mai et tout d’abord un premier roman : Le début des haricots de Fanny Gayral qui met en scène une jeune médecin urgentiste, un roman frais et sympathique. Changement de registre avec une biographie romancée signée Stéphanie des Horts, Pamela, qui retrace le parcours de Pamela Churchill, une femme ambitieuse et intelligente qui parviendra à se hisser dans les plus hautes sphères du pouvoir.

     

Direction la maison de retraite maintenant avec Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi, un roman qui m’a surpris par sa profondeur et qui m’a fait passer un excellent moment, avec des rires et des larmes à la clé. On passe à mon second coup de coeur : Paris au 18è siècle de Arlette Farge, un ouvrage de vulgarisation très réussi et richement illustré que j’ai trouvé absolument passionnant et que je vous recommande chaudement car malgré son érudition, il reste à la porté  de tous. Enfin, petite déception pour une lecture agréable mais trop prévisible, Rendez-vous au Cupcake Café de Jenny Colgan.

  

Et pour finir, deux bandes dessinées. On commence par mon troisième coup de coeur : Collaboration horizontale de Navie et Carole Maurel qui revient sur les histoires d’amour entre françaises et officiers allemands, un récit beau et bouleversant qui m’a émue aux larmes. Et une briogrpahie en images de la reine du crime,  Agatha la vraie vie d’Agatha Christie de Anne Martinetti, Guillaume Lebeau et Alexandre Franc, qui m’a permis de mieux la connaître Agatha Christie, la femme derrière l’écrivain dont on a une image un peu vieillote.

Et vous, quels sont les livres qui vous ont fait vibré ou au contraire déçu en juin ?

Bilan de lecture : mai 2017

Mai est sur le point de tirer sa révérence, il est donc l’heure pour moi de dresser le bilan de bilan de ces quatre dernières semaines de lecture et de revenir avec vous sur les livres qui me sont passés par les mains en ce mois de mai. Un mois avec de belles lectures voire de très belles lectures dans l’ensemble, sans flop et cerise sur le gâteau, avec un coup de coeur.

Au menu de ce mois de mai : 17 titres dont 11 sortis de ma PAL (7 services presse et 4 achats) et donc 6 emprunts à la médiathèque, une fois encore ma PAL n’a fait qu’enfler puisque de nouveaux livres sont venus rejoindre mes étagères et trop peu en sont sortis, comme d’habitude. Mais je suis très contente car les livres sortis de ma PAL y étaient depuis des lustres !!

         

On commence par la jeunesse et le young adult avec pas moins de six lectures et tout d’abord Enola Holmes tome 1 La double disparition de Nancy Springer, une série que j’avais envie de découvrir depuis longtemps et un premier tome qui attendait dans ma PAL depuis plusieurs années. Ce premier volume s’est révélé très sympathique et je compte bien lire le tome 2 en juin. On poursuit avec une série fantastique que je lis avec mon Sami-Chameau de fils, Pax tome 2 Le Grimm rôde de Asa Larsson et Ingela Korsell, un second volume que j’ai adoré et préféré au précédent et une série que je compte poursuivre elle aussi en juin. J’ai aussi lu un album steampunk Une aventure des Spectaculaires tome 1 Le cabaret des ombres de Régis Hautière et Arnaud Poitevin, une première histoire fraiche, pétillante, avec une ambiance burlesque réussie et des rebondissements à la clé.

      

J’ai retrouvé avec grand plaisir la délicieuse nurse anglaise et la plume de Gwenaële Barussaud dans Miss Dashwood nurse certifiée  Attention enfant fragile, un deuxième tome tout aussi charmant que le premier et une série que j’aime décidément beaucoup. Retrouvailles avec une autre série également, celle que Anne-Marie Desplat Duc consacre aux duchesses rebelles avec La dangereuse amie de la reine, un roman historique et d’aventures passionnant que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire. Et on termine par un autre roman historique et une héroïne particulièrement attachante : Autopsie tome 1 Whitechapel de Kerri Maniscalco que je vous présente dès demain pour l’ouverture du mois anglais !

     

Cinq romans et un document sont venus ponctuer ce mois de mai et tout d’abord des retrouvailles une fois de plus avec L’inconnu de Port Bélon de Jean-Luc Bannalec qui nous propose une nouvelle enquête de son commissaire Dupin, c’est une série que j’aime beaucoup et que je retrouve avec grand plaisir chaque année. Un roman plus dur pour poursuivre puisqu’il aborde la ségrégation raciale dans le sud des États-Unis dans les années 60 : Le refuge des souvenirs de Mary Marcus. Un titre qui m’a beaucoup intéressé et ému et que je vous conseille si ce thème vous intéresse. Une courte nouvelle historique et policière maintenant qui croupissait dans ma PAL depuis quatre ans, La lettre volée de Jean Aillon, une mise en bouche érudite qui m’a donné envie de me pencher sur cette série qui met en scène Louis Fronsac.

      

Changement d’univers maintenant avec Le Paris des merveilles tome 2 L’élixir d’oubli de Pierre Pevel, je ne suis pas une adepte de la fantaisy mais cette série me plait énormément et ce second opus tout aussi bon que le premier, je suis totalement sous le charme de cet univers et de la  plume de Pierre Pevel que je compte terminer en juin. On poursuit avec un roman qui croupissait lui aussi dans ma PAL depuis plusieurs années : Tante Mame de Patrick Dennis, un roman loufoque avec un personnage féminin pas piqué des hannetons, je vous en reparle très vite. Enfin, un document passionnant qui nous conte les habitants de la butte Montmartre, Les Montmartrois l’album de famille de Philippe Mellot.

        

Et pour finir, cinq bandes dessinées. On commence par Tout plaquer et aller prendre un bain de Mathou, un titre feel good qui nous fait prendre conscience de tous les petits bonheurs du quotidien, une véritable bouffée d’air frais ! On poursuit avec un titre plus grave mais très juste : Idéal standard de Aude Picault qui aborde avec tact et humour les petits et grands tracas des femmes d’aujourd’hui. Mon coup de coeur du mois maintenant avec Irena tome 1 Le ghetto de Jean-David Morvan, Séverine Trefouël & David Evrard qui m’a émue aux larmes et m’a permis de faire la connaissance d’une femme incroyable : Irena Sendlerowa, résistante et militante polonaise, qui a sauvé près de 2500 enfants juifs du ghetto de Varsovie.

         

J’ai également découvert d’autres personnalités incroyables ce mois-ci et tout d’abord Alexandre Jacob, un cambrioleur anarchiste qui a inspiré le personnage d’Arsène Lupin à Maurice Leblanc, dans Le travailleur de la nuit de Matz et Léonard Chemineau, une destinée hors du commun tout comme les quinze femmes dont Pénélope Bagieu nous brosse le portrait dans Culottées 2.

Et vous, quels sont les livres qui vous ont fait vibré ou au contraire déçu en mai ?

Bilan de lecture : avril 2017

Avril s’achève dans quelques heures avant de laisser la place au joli mois de mai célèbre pour son muguet et ses ponts tant attendus ! Il est donc temps pour moi de me pencher sur mes quatre dernières semaines de lecture et d’en dresser le bilan. Un mois avec de belles lectures dans l’ensemble, sans flop mais sans coup de coeur non plus.

Au menu de ce mois d’avril 16 titres dont 14 sortis de ma PAL (9 services presse et 5 achats) et donc 2 emprunts à la médiathèque, une fois encore ma PAL n’a fait qu’enfler puisque de nouveaux livres sont venus rejoindre mes étagères et trop peu en sont sortis, comme d’habitude.

         

On commence par la jeunesse avec pas moins de six lectures et tout d’abord La vallée des mammouths de Olivier May, un roman préhistorique qui a ravi mon Sami-Chameau de fils et qui devrait plaire à tous les passionnés de préhistoire et ils sont nombreux. On poursuit avec un roman que j’ai adoré et dont j’ai hâte de lire la suite de ses aventures : Winston un chat en mission secrète de Frauke Scheunemann, une histoire charmante et drôle, une belle réussite. Un roman policier très réussi aussi et qui m’a fait passer un bon moment : Sherlock, Lupin et Moi tome 1 La dame en noire de Irene Adler , lu en lecture commune avec mon Empereur de fils qui a adoré aussi, vivement la suite !

      

On poursuit avec un roman gourmand et sympathique même si il ne m’a pas semblé crédible, il devrait intéresser les enfants épicuriens : Chefs tome 1 Gaufres, collège et mystère de Christel Chatel. Une bande dessinée maintenant que j’ai trouvé très réussie à la fois au niveau du scénario que des dessins, adaptée d’un roman Verte de Marie Depleschin et Magali Le Huche. Et on termine avec un roman young adult passionnant qui nous raconte l’année de terminale de Déborah avec ses hauts et ses bas Je suis ton soleil de Marie Pavlenko dont je vous parle très vite.

     

Sept romans sont au menu de ce mois d’avril et tout d’abord une bulle de bonne humeur Les aventures improbables de Julie Dumont de Cassandra O’Donnell, un roman drôle et pétillant, une romance pas cucul la praline que j’ai franchement beaucoup aimé. Un roman historique avec pour toile de fond la Révolution française qui ne manquait pas d’attrait mais qui n’a pas su me captiver : La Malamour de Claude Mossé. On poursuit avec un OVNI qui m’a donné envie de lire d’autres romans de Jérôme Attal, L’appel de Portobello road, dont j’ai beaucoup aimé la plume et la pudeur.

        

Changement d’univers maintenant avec Le Paris des merveilles tome 1 Les enchantements d’Ambremer de Pierre Pevel, je ne suis pas une adepte de la fantaisy mais ce premier tome a su totalement me séduire, je compte d’ailleurs poursuivre cette trilogie en mai. Un thriller maintenant qui me laisse une impression mitigée : La menace de S.K Tremayne, un roman trop bavard dont le suspens retombe comme un soufflet, dommage. Petite déception aussi pour ce roman historique qui aborde bien trop de thèmes, noyant ainsi son sujet premier : La voleuse de robes de Natalie Meg Evans. Et enfin, une lecture sympathique et qui a le mérite de mettre en lumière la vieillesse Mémé dans les sorties de Aurélie Valognes même si pour moi l’auteur recourt un peu trop à la facilité, cela reste une bonne lecture, très distrayante.

        

Et pour finir, deux romans graphiques et un album de toute beauté. Tout d’abord Les jours sucrés de Loïc Clément et Anne Montel, une histoire toute simple qui tient à la fois de la romance et du feel good book mais qui fait mouche. Je suis plus mitigée en ce qui concerne Monsieur désire ? de Hubert et Virginie Augustin dont je n’ai pas aimé la faim mais qui a le mérite de mettre en lumière la difficile condition de la domesticité féminine au 19è siècle. Enfin, last but not least : Marie Antoinette carnet d’une reine, un livre raffiné qui rend la reine très humaine avec un magnifique travail de Benjamin Lacombe, un album magnifique que je suis ravie d’avoir dans ma bibliothèque.

Et vous, quels sont les livres qui vous ont fait vibré ou au contraire déçu en avril ?