Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘roman noël’

Jenny Colgan, née en Écosse, est une romancière britannique qui a écrit de nombreuses comédies romantiques. Elle est surtout connue en France pour sa trilogie La Petite Boulangerie du bout du monde (Prisma) et pour Le Cupcake Café. Une Saison au bord de l’eau est le premier volet d’une nouvelle série.

À Mure, minuscule petite île écossaise, les nuits durent plus longtemps qu’ailleurs. Et celle de Noël, qui approche à grands pas, peut-être plus longtemps encore…

Déjà, une douce odeur de scones et de Christmas pudding s’échappe de la Seaside Kitchen. Mais, partout sur l’île, les inquiétudes s’amoncellent tel un ballet de flocons.

Alors que Joel, son tempétueux amoureux ne semble pas prêt à s’engager, Flora apprend une nouvelle qui va bouleverser sa vie.

Fintan et Colton profitent de leurs derniers moments ensemble, Saif de se nouvelle vie auprès de ses enfants, loin de la guerre syrienne…

La magie de Noël fera-t-elle son œuvre, au bord de l’eau ?

Après ma relative déception du tome 2 qui m’avait bien plombée tant je l’avais trouvé triste et morose, Noël au bord de l’eau m’a réconciliée avec cette série signée Jenny Colgan et je me réjouis d’ores et déjà de retrouver Mure à Noël prochain lorsque je lirai le tome 4 !

Vous le savez, j’aime beaucoup retrouver cette autrice deux fois l’an, en août pour mes vacances et en décembre pour ses histoires de Noël et je dois dire que la magie Jenny Colgan a encore opéré sur moi et que je me suis délectée de ce récit.

J’ai retrouvé dans ce roman tout ce qui fait le sel de ses autres récits : une île sur laquelle on a envie de débarquer, des habitants attachants dont on aurait envie de se faire des amis, des love stories et de la gourmandise !

Une mécanique connue, sans grande surprise, mais ça marche : on plonge dans ce livre et on n’a qu’une hâte : découvrir tout ce qui attend nos protagonistes. Cette série se révèle est toute aussi savoureuse que les autres et ses gâteaux, pains et viennoiseries mettent sacrément l’eau à la bouche.

Comme toujours, l’autrice aborde avec tact des sujets plus graves comme le deuil, l’homosexualité, les relations fraternelles difficiles, le quotidien des agriculteurs et leur difficulté à vivre de leur production, l’écologie, la question des migrants…

Une histoire fraîche, romantique que j’ai dévoré une tasse de thé à la main et qui plaira aux lecteurs.rices de Jenny Colgan dont je fais partie.

Elle ne sort certes pas des sentiers battus si on la compare à ses précédents romans mais j’aime me plonger dans ces romans doudous pleins de charme et réconfortans, je suis sûre de passer un très chouette moment de lecture.

Et vous, vous aimez Jenny Colgan ?

Read Full Post »

J.K. Rowling est l’autrice des sept livres de Harry Potter, initialement parus entre 1997 et 2007. C’est à bord d’un train en retard que l’idée de Harry Potter lui est venue pour la première fois. L’écriture de la saga s’étalera ensuite sur plusieurs années et dans plusieurs pays. Elle écrit également des romans pour adultes et, sous le nom de plume Robert Galbraith, a signé la série policière Les Enquêtes de Cormoran Strike, qui a été adaptée à la télévision. En 2020, pour rendre le confinement « plus léger », J.K. Rowling publie L’Ickabog, une histoire écrite 10 ans plus tôt pour ses enfants, entre les tomes de Harry Potter.

Jack est très attaché à son cochon en peluche de petit garçon. Ils ont tout vécu ensemble, les bons comme les mauvais moments. Jusqu’à cette veille de Noël où arrive la catastrophe : Holly, la fille de son beau-père, jette le cochon par la fenêtre de la voiture !

Jack est littéralement désespéré. De rage, une fois revenu à la maison, il saccage sa chambre, et refuse de pardonner à Holly qui est allé acheté un cochon de Noël pour lui. Il ne veut pas de ce jouet flambant neuf et se met en tête de retrouver son cher L.C.

Mais la nuit de Noël n’est pas une nuit comme les autres : c’est celle des miracles et des causes perdues, où même les jouets peuvent prendre vie. Alors, Jack et le Cochon de Noël, sa peluche de remplacement un peu agaçante, embarquent pour une aventure magique et périlleuse au pays des Choses perdues. Jusqu’où iront-ils pour sauver le meilleur ami que Jack ait jamais eu ?

Jack et la grande aventure du cochon de Noël scelle mes retrouvailles avec J.K Rowling. L’autrice est une formidable conteuse d’histoires et ce roman de Noël pour les enfants ne fait pas exception à la règle.

Dans ce roman, nous suivons Jack, un petit garçon, qui a perdu son doudou préféré et qui atterrit dans un monde imaginaire, où se trouvent les jouets et objets perdus par les enfants et adultes du monde entier.

Sous les yeux de Jack, ils prennent vie, parlent, expriment des sentiments. A l’instar de Toys story, je pense que suite à cette lecture, les enfants verront leurs jouets différemment. 

L’histoire mitonnée par J.K Rowling est très originale et parfaite pour se mettre dans l’ambiance de Noël. Chaque chapitre est assez court et permet au lecteur de s’arrêter facilement dans sa lecture, et cherry on the cake, le texte est émaillé d’illustrations très mignonnes signées Jim Field.

Au-delà du récit jeunesse, l’autrice propose un autre niveau de lecture où elle dénonce le consumérisme et le totalitarisme, et prône la solidarité, la générosité, l’espérance, de belles valeurs qui prennent tout leur sens à Noël.

Un conte de Noël qui nous plonge dans cet univers d’objets personnifiés où nos héros vont être malmenés, devoir déjouer les pièges tendus et faire face à des rebondissements jusqu’au point final.

Mais c’est aussi un roman très actuel qui traite du divorce, des familles recomposées et de la difficulté pour les enfants de trouver leur place.

Je me suis prise d’affection pour Jack et son cochon et j’ai passé un très bon moment dans cet univers magique. Si vous cherchez une chouette lecture de Noël pour l’an prochain, je vous le conseille !

Ma Belette qui a eu la gentillesse de m’accompagner dans cette lecture a beaucoup aimé aussi, son avis ici.

Read Full Post »

Natacha Godeau est auteure et traductrice pour la Jeunesse. Elle écrit des scénarios de BD, des albums, contes jeunesse, notamment pour Hachette Jeunesse. Elle publie également des novélisations dont celles de la série « Fairies. Le monde secret de Clochette » de Walt Disney.

Elliot vit avec ses parents éleveurs de rennes à l’orée de la forêt. Pour les fêtes de Noël, sa cousine Flore vient lui rendre visite. En revenant de la gare, ils rencontrent un étrange vieil homme, fabricant de jouets, à la recherche de son animal égaré.

De retour à l’élevage, ils réalisent qu’un des rennes a un comportement bizarre… son pelage brille étonnamment, on dirait presque qu’il vole ! Serait-il magique ?

En ce jour de Noël, j’avais envie de revenir sur la lecture qui m’a accompagné du 1er décembre jusqu’à hier matin : Mon roman de l’Avent : Le renne mystérieux de Natacha Godeau.

Un roman pensé pour le temps de l’Avent et qui permet aux petits comme aux grands de patienter en attendant Noël. Et j’ai joué le jeu puisque j’ai découvert cette histoire à raison d’un chapitre par jour jusqu’à hier, 24 décembre, comme un calendrier de l’Avent.

L’objet livre est superbe et propose donc chaque jour du mois de décembre, un nouveau chapitre de l’histoire scellé. Il faut donc découper avec précaution chaque chapitre pour le lire, ainsi la surprise reste entière.

Le récit est conçu pour les jeunes lecteurs à partir de 7 ans qui peuvent le lire seuls ou accompagnés d’un.e adulte, de quoi vivre pleinement la magie de Noël tout au long du mois de décembre. Mais l’adulte que je suis et qui a largement dépassé cet âge n’a pas boudé pas son plaisir et j’étais ravie de découvrir chaque matin, en prenant mon petit-déjeuner, le chapitre du jour.

J’ai trouvé le concept absolument épatant et j’ai vraiment bien aimé cette histoire toute mignonne, pleine de rebondissements, de mystères et de magie. Des ingrédients idéaux pour tenir les enfants en haleine et pour qu’ils aient envie de découvrir ce qui attend Elliot et Tristan, les deux héros du roman.

Cerise sur le gâteau : les illustrations de Tristan Gion sont sublimes, comme vous le prouve cette belle couverture. Tous les en-têtes et fins de chapitres ont une illustration originale en couleur et mettent vraiment bien dans l’ambiance de Noël.

Vous l’aurez compris, je vous conseille vivement ce roman pour décembre prochain et je remercie les éditions Auzou pour cette lecture féérique.

J’en profite pour vous souhaiter un merveilleux Noël et je vous donne rendez-vous demain pour une autre lecture noëlique à souhait !

Read Full Post »

Figure incontournable de la scène littéraire francophone, Sophie Jomain a écrit plus de vingt romans allant de la littérature fantastique à la comédie en passant par le roman contemporain. Avec Les étoiles brillent plus fort en hiver, elle nous offre sa toute première comédie de noël.

Aux Galeries Hartmann, les Féeries sont le plus gros événement de l’année. Alors, quand sept jours avant leur lancement, Alexandre Hartmann, le nouveau directeur, exige que la décoration de Noël soit intégralement refaite, le sang d’Agathe ne fait qu’un tour !

La décoratrice des galeries a scrupuleusement suivi le cahier des charges du fondateur et personne ne touchera à son travail, et surtout pas cet arriviste arrogant. Mais le grand magasin est désormais sous la responsabilité d’Alexandre Hartmann, et aussi talentueuse que soit Agathe Murano, c’est avec lui qu’elle devra traiter. Lui et personne d’autre.

Ces deux-là auraient préféré ne jamais se rencontrer, mais puisqu’un père Noël et son chat magique viennent d’être embauchés pour exaucer les souhaits, puisque les guirlandes scintillent et que l’air embaume la cannelle et le pain d’épices, tout devient possible…

Les étoiles brillent plus fort en hiver figurait en bonne place dans ma pal de décembre, j’avais placé la barre haute suite aux avis dithyrambiques lus l’an dernier lors de sa parution en grand format et je ressors de cette lecture totalement emballée, avec un coup de cœur à la clé !

Enfin, une romance de Noël française digne de ce nom et comme ça fait du bien de lire une histoire si jolie et réconfortante à quelques jours de ma fête préférée.

Le roman respecte certes tout ce qu’on attend de ce genre avec un dénouement happy, mais sans être gnangnan ni bourrée de clichés !

C’est bien simple j’ai tout aimé ! Les personnages tous tellement attachants : Agathe et Alexandre bien sûr mais aussi le personnel des galeries en passant par les familles des deux protagonistes principaux, notamment la petite Chloé.

J’ai adoré la petite touche de magie avec la présence de Nicolas Claus, le père Noël engagé par Agatha, et Scrooge, son chat qui exauce les souhaits, qui insufflent l’esprit de Noël que j’adore.

Mais ce roman n’est pas qu’une histoire d’amour toute mignonne, Sophie Jomain aborde des sujets profonds que je ne m’attendais pas à trouver ici : schizophrénie, le deuil, la direction d’une entreprise, etc.

Les rebondissements qui émaillent le récit, l’humour et les situations cocasses m’ont fait bien rire mais il y a aussi beaucoup d’émotion et Sophie Jomain sait passer de l’un à l’autre avec virtuosité.

Si vous êtes à la recherche d’une romance de Noël réussie, je vous conseille vivement celle-ci qui parle de famille, d’amitié mais aussi d’amour, une histoire où les vœux peuvent se réaliser à condition qu’on y croit suffisamment fort.

Read Full Post »

Joanna Bolouri a travaillé dans le secteur de la vente avant de choisir la carrière d’écrivain à l’âge de trente ans. Lauréate d’un concours d’écriture de comédie organisé par le BBC, elle travaille et écrit avec des humoristes, des scénaristes et des acteurs de comédie dans tout le Royaume Uni. Elle vit actuellement à Glasgow avec sa fille.

Quelques jours avant les fêtes de fin d’année, Nick Harris perd son prestigieux emploi dans un cabinet d’avocats et se voit contraint d’accepter un travail de Père Noël, perdant sa petite amie dans la foulée.

Il rencontre alors Alfie, un adorable petit garçon de cinq ans, qui souhaite pour Noël que sa mère, Sarah, soit de nouveau heureuse et cesse de pleurer son mari disparu trois ans auparavant. Attendri, Nick décide d’organiser un rendez-vous entre Sarah et son meilleur ami qui est célibataire, Matt.

Mais alors que Sarah et Alfie prennent une place de plus en plus importante dans la vie de Nick, celui-ci se rend vite compte que le bonheur naissant de Sarah et de Matt pourrait bien lui briser le coeur…

Christmas actually est une romance de Noël comme je les aime, à l’image d’Un jour en décembre que j’avais lu l’an dernier. L’histoire se déroule là aussi sur une année et que vous soyez des adeptes de la romance ou des lecteur.rices occasionnelles comme moi, cette belle histoire d’amour, sans mièvrerie, saura vous séduire de la première à la dernière page.

C’est une histoire romantique, tendre et drôle mais aussi émouvante avec des thématiques fortes comme l’amitié, la loyauté, le deuil, l’amour, la vie professionnelle, la parentalité, la dépression, le chômage…

Ce n’est pas à proprement parler une comédie romantique de Noël car seulement certains passages se déroulent à cette date mais c’est tant mieux car c’est bien plus que cela.

Cette histoire est vraiment touchante et très réaliste et pose une question : Comment faire pour choisir entre la femme qu’on aime et son frère de coeur ? Un choix impossible pour notre anti-héros au coeur d’or qui va taire l’amour qu’il a pour Sarah, persuadé qu’il ne peut la rendre heureuse comme elle le mérite et que c’est Matt qu’il lui faut.

Les personnages sont attachants, on a plaisir à les suivre tout au long du récit, fait de hauts et de bas, de moments joyeux et d’autres plus douloureux. La belle relation que noue Nick avec Alfie est très touchante, tout comme l’amitié à la vie à la mort entre Nick et Matt. J’ai aussi beaucoup aimé Sarah, cette veuve qui a peur de s’engager tant elle ne veut pas perturber son petit garçon.

La romance n’est pas le thème principal et les choses s’accélèrent un peu tard dans le roman mais j’ai savouré chaque page en compagnie de Nick, Sarah, Matt et Alfie.

La plume de Joanna Bolouri est fluide, les chapitres plutôt courts donnent envie d’aller toujours plus loin dans la lecture, les thèmes sont bien traités, j’ai vraiment passé un chouette moment et je vous conseille cette histoire pas guimauve du tout.

Read Full Post »

Nommée par le Sunday Times  » Autrice de best-sellers « , Heidi Swain vit à Norfolk avec son mari et leurs deux enfants, ainsi que leur chat noir Storm. Passionnée par le jardinage, la campagne, elle collectionne les accessoires vintage. Autrice de pas moins dix livres, après La Ferme aux Alouettes, elle signe ici son deuxième ouvrage aux Éditions Prisma.

Ruby a terminé ses études universitaires et rentre chez elle pour les vacances de Noël, dans le petit village de Wynbridge. Elle entend bien trouver suffisamment d’argent pour s’offrir un voyage autour du monde en janvier.

Contre la volonté de son père, elle prend un stand au marché de Noël et décide d’en faire le plus joli stand de tous les temps. Un chalet illuminé de guirlandes, sur lequel on trouvera aussi bien des pommes d’amour que du gui et peut-être même un peu de vin chaud.

Mais l’ouverture d’un nouveau centre commercial tout près, menace le marché. Alors, avec tous les autres exposants, Ruby élabore un plan pour s’assurer que Wynbridge demeure la destination préférée des familles en quête de cadeaux de Noël.

La seule chose qui se trouve sur son chemin c’est son ex-amoureux, Steve. Effectivement, il est assez difficile d’essayer de sauver le monde quand le garçon en question travaille sur le stand d’en face, surtout lorsque Ruby se rend compte que ses sentiments pour lui sont toujours là, quatre ans après leur séparation…

Pommes d’amour au marché de Noël est un feel-good book mâtiné d’une romance de Noël, à la manière des Jenny Colgan de Noël ou des Nuits enneigées de Castle Court mais en moins réussi pour moi.

Heidi Swain ne nous propose pas une histoire follement originale mais en matière de feel-good book ou de romance de Noël, ça ne me gêne pas vraiment, je sais à quoi m’attendre. Je sais que tout va finir en happy end et que tout le monde est tout beau tout gentil.

Et ce roman, c’est exactement ça ! Le scénario est guimauve à souhait, les personnages sont tellement gentils et lisses que ça en devient ennuyant. Ajoutez à cela, un jeu du chat et de la souris entre nos deux héros toujours amoureux l’un de l’autre mais qui ne veulent pas l’avouer, une intrigue qui tire en longueur autour de pots de vin qui m’a souvent lassée, vous comprendrez pourquoi je suis un brin déçue par ce roman dont la couverture m’envoyait du rêve.

Ce que j’ai bien aimé en revanche, c’est l’atmosphère chaleureuse, l’ambiance petit village de campagne qui se dégage de cette histoire qui commence mi-novembre pour s’achever le jour de Noël. Pour se mettre dans l’ambiance des fêtes, c’est parfait.

J’ai apprécié aussi le quotidien de ces petits commerçants qui se battent pour sauver leur marché de Noël et conserver l’authenticité des festivités et des emplois au sein de leur communauté. Ils font preuve d’entraide et de solidarité entre eux et j’ai trouvé ça chouette.

Je suis sensible à ces messages prônant un retour aux valeurs et à une consommation raisonnée, de préférence locale, que ce soit pour les achats alimentaires comme pour les jouets, décorations… et de ce point de vu là, je suis bien d’accord avec les messages prônés par Heidi Swain.

Une lecture mi-figue mi-raisin pour moi, j’espère que les autres romances de Noël de ma PAL seront plus réjouissantes !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter Challenge

Rosie Blake est Anglaise. Elle a beaucoup écrit pour la presse féminine avant de se lancer dans l’écriture de sa première comédie romantique, How to Get a (Love) Life. Ses livres pleins d’humour et de bienveillance ont conquis les lectrices. Sur ma liste est en cours de traduction dans huit pays.

Depuis qu’elle a quitté son Danemark natal, Clara voyage là où l’envie la pousse. C’est ainsi qu’elle fait étape à Yulethorpe. Le petit village anglais est alors en plein émoi : on est à l’approche de Noël, et la boutique de jouets menace de fermer !

Louisa, la propriétaire, découragée par la désaffection des habitants pour son échoppe, a décidé de tout plaquer et d’aller passer l’hiver en Espagne.

Une catastrophe pour les habitants et les enfants… Touchée par le désarroi ambiant, Clara décide de redonner vie au magasin. Petit à petit, par la grâce de son art du bonheur à la danoise, elle transforme la boutique en lieu féérique et le quotidien des uns et des autres en les convertissant au hygge.

C’en est trop pour Joe, le fils de la propriétaire de la boutique, financier londonien, radicalement différent de Clara, qui débarque à Yulethorpe avec l’idée de démasquer cette aventurière et de remettre de l’ordre. Il prend même une décision radicale : mettre la boutique en vente…

Je lis assez peu de romances de Noël, les trouvant trop mièvres et gnan gnan pour moi mais j’adore lire des romans se passant en décembre et spécialement à Noël.

J’ai donc choisi cette année Sur ma liste de Rosie Blake et je peux d’ores et déjà vous dire que j’ai bien fait car cette histoire toute mignonne a rempli parfaitement son rôle.

Rosie Blake nous propose une romance qui coche les cases du genre, on connait à l’avance le dénouement, pas de surprise à ce niveau, un peu dommage mais je m’y attendais.

Ce roman est une lecture réconfortante, que l’on a plaisir à découvrir au chaud sous un plaid, avec une tasse de thé à portée de main, une histoire cocooning qui nous plonge dans cette magie de Noël qui fait du bien au moral.

Ce qui m’a plu ici, c’est la découverte du hygge, les traditions danoises que je ne connaissais pas du tout et l’atmosphère toute noëlique qui tient ses promesses, de la première à la dernière page, ce qui n’est pas toujours le cas dans ce type d’histoire.

Les personnages sont attachants, sans oublier le perroquet et ses réparties pas piquées des vers et l’autrice aborde à travers eux différentes thématiques : le deuil, les relations familiales, la maternité, la solitude, la crise économique, le stress et la pression au travail… mettant l’accent sur ce qui est important dans la vie.

La romance n’est pas au premier plan, c’est ce qui m’a plu aussi, Clara et Joe, ne cherchent absolument pas l’amour mais ça leur tombe dessus au fur et à mesure de leur cohabitation et j’ai trouvé ça plutôt bien vu et réaliste.

Un peu dommage, cependant, que la fin soit abrupte et bâclée et qu’il n’y ait pas plus d’originalité.

Pour conclure, si vous êtes à la recherche d’une lecture doudou avec une jolie ambiance de Noël et de belles valeurs, Sur ma liste devrait vous plaire !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter challenge

Ancien professeur de Lettres modernes, né à Saint-Quentin en 1948, Jean-Pierre Croquet, est scénariste de bandes dessinées (avec Boucq et pour 5 albums avec Benoît Bonte), nouvelliste et membre de l’Oulipopo (Ouvroir de littérature policière potentielle). Passionné de mystère, d’énigmes et de fantastique, il est l’auteur d’aventures apocryphes de Sherlock Holmes. Il a réalisé nombre d’anthologies policières, telles Y aura-t-il un crime à Noël ? (Le Masque, 2002). On lui doit Fromental et l’Androgyne, roman coécrit avec Demouzon (Fayard, 2007), La Loge noire (l’Archipel, 2017).

Convier spectres et assassins au traditionnel festin de Noël ? Se réunir autour du pied du sapin pour entendre une histoire à dresser les cheveux sur la tête ? Pourquoi donc mêler, à ces moments de bonheur familial, tant de récits effrayants ?

C’est un fait, depuis Charles Dickens, le conte horrifique de Noël est devenu presque aussi rituel que la bûche et les cadeaux. Il traduit la noirceur des nuits les plus longues de l’année, traversées de vents hurleurs que les ombres projetées par les flammes dans l’âtre rendent plus inquiétantes encore… Il est si bon de se faire peur, au coin d’un feu de bois !

Crimes et fantômes de Noël est une anthologie de douze nouvelles des écrites de 1836 à 1930 composée par Jean-Pierre Croquet, romancier et spécialiste de littérature fantastique. C’est un recueil qui me faisait de l’œil depuis sa parution en 2018 et que j’ai eu l’occasion de lire au fil du mois de décembre.

Si les recueils de contes autour de Noël sont souvent décevants pour moi, je dois dire qu’ici ce ne fut pas le cas et que j’ai été séduite par ces douze histoires angoissantes signées Charles Dickens, Arthur Conan Doyle, Erckmann-Chatrian, Robert Louis Stevenson, Sheridan Le Fanu, Gaston Leroux ou Thomas Hardy. D’autres nouvelles criminelles, issues de la plume de Saki, W.W. Jacobs ou Edith Nesbit.

Si je connaissais tous les auteurs du XIXè siècle, j’ai en revanche découvert ceux du XXè que sont Edith Nesbit, W.W. Jacobs, Hugh Walpole et Ethel Lina White.

J’ai eu plaisir à tourner les pages et découvrir ces histoires de Noël fantastiques : Le voile (Dickens), La montre du Doyen (Erckmann-Chatrian), Le défunt sonneur de cloches (Sheridan Le Fanu), Sous le regard du berger (Thomas Hardy), Markheim (Robert Louis Stevenson), L’escarboucle bleue (Arthur Conan Doyle), Jerry Bundler (W.W. Jacobs), L’ombre (Edith Nesbit), Les loups de Cernogradz (Saki), Le Noël du petit Vincent-Vincent (Gaston Leroux), Le Tarnhelm (Hugh Walpole) et Figures de cire (Ethel Lina White).

J’ai beaucoup aimé l’ambiance gothique de toutes ces nouvelles, certaines histoires sont bien réelles avec des meurtres et des assassins, d’autres sont plus fantastiques avec des phénomènes étranges voire surnaturels.

Même si elles ont en commun de se dérouler à Noël, elles se révèlent toutes très différentes et prenantes à lire. J’ai bien sûr mes préférées : Le voile, L’escarboucle bleue et Le Noël du petit Vincent-Vincent, mais j’ai vraiment passé un bon moment avec toutes les autres.

La préface de Jean-Pierre Croquet est aussi très intéressante à lire, l’auteur nous explique le choix des nouvelles et pourquoi ces auteurs ont décidé d’associer Noël à des meurtres. Jean-Pierre Croquet a eu aussi la bonne idée de nous proposer en fin d’ouvrage une notice sur chacun des auteurs et une bibliographie.

Un recueil que je vous conseille vivement si vous souhaitez sortir des sentiers battus pour vos lectures de Noël ou si vous aimez le fantastique !

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Cold Winter challenge

« Il me reste quelques rêves à réaliser et le moment est venu de m’y atteler. Je vous aime très fort. À très bientôt ! Maman. »

19 décembre 2017. Léna, son frère aîné Tom et sa nièce Violette débarquent chez leur grand-mère Jacotte pour Noël. Et à leur arrivée, Léna n’en revient pas : sa mère leur a posé un lapin !

Comment sa mère, qui l’a convoquée pour passer Noël dans la maison de son enfance, a-t-elle pu disparaître en ne lui laissant que ce message sibyllin : « Il me reste quelques rêves à réaliser et le moment est venu de m’y atteler. Je vous aime très fort. À très bientôt ! Maman. » ?

La voilà donc coincée dans le petit village de Vallenot au coeur des Alpes de Haute-Provence et condamnée à passer la fête qu’elle hait plus que tout, entourée de sa famille pour le moins… haute en couleur !

Mais les fêtes de famille ont le don de faire rejaillir les secrets enfouis. Les douloureux, ceux qu’on voudrait oublier, mais aussi ceux qui permettent d’avancer…

Avec La vie est belle et drôle à la fois, Clarisse Sabard nous propose une histoire de Noël faisant la part belle à la famille. Il y a certes une petite romance, mais c’est la cerise sur le gâteau et en aucun cas la trame principale.

Autant vous le dire d’emblée, on pourrait reprocher à l’autrice d’avoir eu recours à quelques facilités : l’héroïne déteste Noël, comme dans bon nombre de romances de Noël même si ici la raison pour laquelle Léna déteste Noël est compréhensive, le dénouement est un peu trop prévisible et les personnages hauts en couleur parfois à la limite du cliché mais je n’ai pas boudé mon plaisir pendant trois cent pages et j’ai quitté cette histoire le sourire aux lèvres.

Dans ce roman Clarisse Sabard privilégie les secrets de famille, les liens intergénérationnels et les relations familiales, parfois conflictuelles, ce qui est sa marque de fabrique, on peut le dire.

Les personnages qu’elle nous propose sont bien travaillés et l’ambiance noëlique et cocooning que l’on attend dans tout roman ayant pour décor Noël et les fêtes de fin d’années sont bel et bien là : la décoration du sapin, un beau village enneigé, des chants de Noël, des feux de cheminée, des petits gâteaux, du lait de poule, rien ne manque.

L’écriture de l’auteure est fluide et ne manque pas d’humour, les chapitres sont courts et l’histoire suffisamment intéressante et bien menée pour que l’on passe un bon moment de lecture et c’est tout ce que j’attends d’un roman de Noël : des personnages attachants, des secrets, un peu de suspens, une ambiance noëlique et une pointe de romance.

Une comédie de Noël réussie, pleine d’amour, d’espoir et de douceur avec des secrets de famille qui connaissent leur dénouement lors du réveillon entre la dinde et la bûche.

Une lecture que je vous conseille si vous aimez les histoires feel-good et les secrets de famille, La vie est belle et drôle à la fois devrait vous plaire.

Read Full Post »

Lu dans le cadre du Challenge Cold Winter

Si vous êtes de ceux persuadés que certaines choses ne sont pas possibles, autant refermer ce livre tout de suite. Il n’est pas pour vous. Car ce livre est plein de choses impossibles. Vous êtes toujours là ? Bravo. (Les lutins seraient fiers de vous). Alors, commençons…

Nicolas, dix ans, vit seul avec son père Joël, bûcheron. Sa maman est morte après être tombée dans un puits et ils sont très pauvres. Un jour de juin, un chasseur nommé Anders, propose à Joël de se joindre à lui pour une expédition. Ils ont pour but de trouver Lutinbourg et prouver au roi que les lutins existent.

En retour, le monarque a promis au groupe d’hommes une forte récompense, qui mettrait Joël et Nicolas à l’abri du besoin. Mais comme il est impossible pour Joël de laisser son fils seul pendant des mois, il demande à sa sœur Carlotta de venir prendre soin de Nicolas.

Malheureusement pour le jeune garçon, Carlotta est loin d’être une tante aimante et elle le fiche à la porte de sa propre maison, lui intimant l’ordre de désormais dormir dans le jardin.

Affamé, triste et terriblement seul, Nicolas décide, au bout de plusieurs semaines, de rejoindre son père. Sur son parcours, il tombe sur un renne blessé qu’il va soigner, et ensemble, ils vont vivre une formidable aventure…

S’il y a bien un roman que je souhaitais absolument lire pendant l’Avent, c’est celui-là ! Je me suis donc empressée de l’acheter en novembre afin de pouvoir le lire à quelques jours de Noël et je n’ai pas été déçue par ma lecture.

Vous le savez sans doute mais j’adore les romans qui proposent de nous raconter la naissance du père Noël et chaque année, je lis un roman dans ce genre. Il y a eu Une seconde avant Noël et Sauver Noël de Romain Sardou, L’elfe du Père Noël de Lucy Daniel Raby et bien sûr La véritable histoire de Noël de Marko Laino. A chaque année, son histoire et cette fois-ci j’ai jeté mon dévolu sur Un garçon nommé Noël de Matt Haig illustré par Chris Mould.

Un garçon nommé Noël n’est donc pas le seul à nous proposer la genèse du jeune orphelin devenu le Père Noël. L’histoire n’est pas toujours gaie car il arrive pas mal de mésaventures à notre héros et tout n’est pas rose dans ce roman jeunesse, il est cependant moins triste que La véritable histoire de Noël pour lequel j’avais versé ma petite larme.

Dans ce roman destiné aux 9 / 12 ans, Matt haig nous conte donc l’histoire de Nicolas, petit orphelin de Finlande, qui devient le Père Noël, une fois recueilli par les lutins de Lutinland, à qui il redonne la joie de vivre et l’envie de faire le bonheur autour d’eux.

L’auteure met au cœur de son récit de belles valeurs comme l’entraide, l’amitié, la solidarité… des valeurs qui font chaud au cœur et qui sont toujours utiles à prôner auprès des plus jeunes et qui sont au cœur même de l’esprit de Noël : la générosité, le désintéressement, donner sans rien attendre en retour.

On assiste donc à la genèse du Père Noël : de la transformation physique de Nicolas qui fait pousser ses cheveux et sa barbe, revêt des habits rouges, au vol des rennes, en passant par à la première distribution de jouets.

Mon petit bémol vient que cette transformation de Nicolas en père Noël arrive un peu tard dans le récit, Matt Haig se concentre sur l’aventure qui mène Nicolas à Lutinland et aux péripéties multiples qui l’amèneront à se faire adopter par les lutins et vivre auprès d’eux.

Reste que l’histoire est jolie, les illustrations abondantes de Chris Mould apportent de chouettes respirations au récit et permettront aux lecteurs confirmés comme à ceux qui ont encore quelques difficultés à prendre du plaisir à lire cette histoire de Noël.

Entre réalisme et fantasy, Un garçon nommé Noël, insuffle la magie de Noël que j’aime tant et j’ai pris beaucoup de plaisir à lire les aventures mouvementées de Nicolas au pays des lutins et si vous aimez ce genre d’histoire, je ne peux que vous la recommander.

Read Full Post »

Older Posts »