Joyeux suicide et bonne année ! – Sophie de Villenoisy

Lu dans le cadre du Challenge Cold Winter

« Tu fais quoi à Noël ?
― Moi je me suicide, et toi ? »
Bien sûr, dit comme ça, ça peut paraître sinistre, mais, à quarante-cinq ans, c’est ma meilleure option. Ce n’est pas comme si je faisais des malheureux autour de moi. Comme si j’abandonnais mari et enfants. Je n’ai ni chien ni chat. Même pas un perroquet pour me pleurer.
Et puis ça me laisse deux mois pour faire connaissance avec mon vrai moi. Deux mois c’est court. Ou long, ça dépend de ce qui se passe, en fait.

A 45 ans, Sylvie Chabert vient d’enterrer son père, décédé d’une longue maladie. Après des mois à s’être occupé de lui, son existence lui paraît bien vide et vaine. Il faut dire que Sylvie est célibataire, n’a qu’une amie, Véronique, plaquée après 20 ans de mariage, et qu’elle a consacré tout son temps à son job.

Sylvie est persuadée que sa vie ne mène à rien et veut mettre fin à ses jours. Sa meilleure amie, ne connaît pas son plan, mais voit bien que Sylvie est très mal. Elle lui demande d’aller voir un psy afin de surmonter le deuil de son père.

Sylvie choisit un psychothérapeute dans son quartier prénommé Franck, qui va lui donner une série de choses à faire avant le 25 décembre, date à laquelle Sylvie a choisi de mettre fin à ses jours.

Les exercices pratiques de Franck vont bouleverser le quotidien bien plan-plan de notre quadragénaire et peut-être lui ôter toute envie de suicide…

J’avais repéré ce titre lors du dernier cold winter car il figurait dans de nombreuses piles à lire, je me l’étais noté afin de le lire lors de l’édition 2017 / 2018 et c’est exactement ce que j’ai fait !

Voilà un court roman que j’ai dévoré en une après-midi, le pitch peut paraître très triste à lire pendant la période des fêtes mais Véronique de Villenoisy sait bien doser son propos entre situations navrantes et drôles.

L’auteure met en scène un personnage féminin que l’on prend tout de suite en sympathie, je pense que beaucoup de femmes vivant seules dans une grande ville, quadra ou non, peuvent se reconnaître plus ou moins en Sylvie, qui souffre d’une très grande solitude.

Je trouve un peu dommage toutefois que notre héroïne soit riche, qu’elle puisse dépenser de l’argent sans compter, ce qui est une facilité de la part de l’auteure dans laquelle tombe beaucoup de romancières hélas.

Ceci mis à part, Joyeux suicide et bonne année ! est un récit vraiment agréable à lire, certes un peu convenu et sortant peu des sentiers battus, mais je trouve que Sophie de Villenoisy aborde avec justesse la solitude et le fait de vivre un célibat non choisi mais subi.

Cette trop grande solitude qui peut mener au suicide, c’est le vrai sujet du livre mais abordé de façon totalement décalée. Forcément, lorsqu’un roman fait moins de 170 pages, tout est survolé et va très vite.

Tout s’enchaîne fort bien pour Sylvie qui va vite retrouver l’envie de vivre et surtout l’estime de soi, ce qui lui faisait cruellement défaut au début du roman, elle qui se voyait terne et sans intérêt.

Un roman à l’écriture fluide où il est aussi question d’amour, d’amitié aussi, d’entraide, de soutien et d’écoute. Des passages tantôt drôles, cocasses voire salaces et tantôt très émouvants. Une petite parenthèse bien agréable que je vous recommande si ces thématiques vous intéressent.

Publicités

20 réflexions sur “Joyeux suicide et bonne année ! – Sophie de Villenoisy

  1. Lutin82 dit :

    Pas tout à fait le théme festif que j’ai envie de lire ces temps-ci même si c’est décalé. Merci.
    La couverture est vraiment réussie, tout comme ta critique.

  2. à la page des livres dit :

    Ce livre me dit bien…. Ta chronique et le résumé me tentent. J’aime une de tes dernières phrases : « Des passages tantôt drôles, cocasses voire salaces et tantôt très émouvants. »
    Et en plus, il rentre très bien dans le challenge Cold Winter… Vite ! Avant qu’il termine !

  3. Sev dit :

    Le thème me fait penser à « Veronika décide de mourir » de Paolo Coelho. Idem, une (jeune) décide de mourir, mais par un subterfuge, ses médecins vont lui redonner l’envie de vivre. Je trouve ça chouette comme lecture de Noël, c’est en fait un thème très positif sur la valeur de la vie et peut-être même un genre de rédemption?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s