Les vacanciers – Emma Straub

C’est l’été, New York est une véritable fournaise mais Franny Post a tout organisé pour quitter Manhattan avec son mari et sa fille Sylvia. Direction Majorque pour quinze jours de rêve. Le prétexte officiel de ces vacances idylliques ? Fêter les trente-cinq ans de mariage du couple et récompenser Sylvia pour son diplôme de fin d’études. Ce sera aussi l’occasion de revoir Bobby, l’aîné de la fratrie installé à Miami avec sa compagne, Carmen. Le soleil, les plages paradisiaques, la bonne nourriture et une somptueuse villa perchée un peu à l’écart sur une montagne promettent une échappatoire aux tensions latentes du quotidien. Pourtant, rien ne se passe comme prévu.

les-vacanciers-emma-straubauteur-editeur-pages

En ce début d’été, la fournaise s’empare de New York alors que les Post sont sur le point de s’envoler pour une quinzaine de jours. Cela fait des années qu’ils ne sont pas partis en vacances mais Franny Post, écrivain, a décidé cette année d’embarquer son mari Jim tout juste retraité de son poste de rédacteur en chef du magazine Gallant et leur fille Sylvia, sur le point d’intégrer l’université pour des congés bien mérités.

Sur place, vont venir les rejoindre Bobby leur fils aîné qui travaille dans l’immobilier à Miami et sa compagne depuis 7 ans, Carmen professeur de fitness. La jeune femme plus âgée que leur fils n’est très clairement pas du goût des Post qui espèrent que leur rejeton mettra bientôt un point final à cette idylle qu’ils désapprouvent.

Enfin, seront aussi de la fête Charles le meilleur ami gay de Franny et son mari Lawrence, qui sont en pleine procédure d’adoption pour enfin former une famille.

Une somptueuse villa sur les hauteurs de l’île de Majorque va servir de décor au récit et de détonateur pour ces couples à un tournant de leur vie : Franny et son mari Jim traversent une très mauvaise passe depuis que monsieur a couché avec son assistante et s’est fait viré du magazine où il travaillait pour cette raison.

Sylvia, leur fille qui va entrer à l’université, venue à Majorque avec une idée en tête : perdre sa virginité. Bobby est ici car un investissement plus que limite l’a mis sur la paille et il espère se faire renflouer par ses parents dont il ignore la situation conjugale et la mise sur la touche de son père.

Outre les Post il y a donc Carmen la petite amie de Bobby qui détonne dans cette famille d’intellectuels, que les Post n’ont jamais accepté et qui fait figure de cougar.

Vous avouerez qu’il n’y a rien de vraiment original dans le point de départ de ce roman mais pourtant Les vacanciers d’Emma Straub est un roman agréable et dense qui se lit bien et avec plaisir.

Problèmes de couples, secrets tus puis révélés et personnages pris dans la tourmente de leurs vies sont les ingrédients de cette comédie douce amère. Pour autant, j’ai trouvé les personnages plutôt caricaturaux, personnellement je n’en peux plus de ces meilleurs amis homos entre autres qu’on retrouve régulièrement sous la plume des écrivains à croire que pour réussir sa vie il faut que chaque femme est un meilleur ami gay (j’ai donc raté la mienne) !

Quant au carcan moral dans lequel évoluent Franny et Sylvia, je l’ai trouvé vraiment excessif. La rancœur de Franny envers Jim pour un petit coup de canif d’un soir en 35 ans de mariage ou la virulence de Sylvia envers Bobby lorsque ce dernier flirte avec une touriste dans le dos de Carmen, qu’elle déteste pourtant, m’ont excédée mais je pense que cet aspect du roman correspond bien à la mentalité des américaines réputées pudibondes.

Malgré ces bémols, Emma Straub signe ici un roman intéressant et plutôt bien mené que j’ai eu plaisir à lire.

Un grand merci à Anne et aux Editions Presses de la cité pour cette lecture estivale intelligente !

heart_3

Publicités

23 réflexions sur “Les vacanciers – Emma Straub

  1. lorouge dit :

    Rien de très original mais il me tente terriblement pour cet été ;0) Et puis tu l’as bien appréciée quand même, alors j’espère vraiment pouvoir le lire :0) Bises

    • Bianca dit :

      J’ai eu une lecture agréable mais il n’est pas original non plus, les critiques sur Babelio sont assassines, la mienne est mesurée mais il y a des romans estivaux meilleurs que celui-ci c’est certain. Bises

  2. Albertine dit :

    J’ai le même ressenti que toi, en un peu plus sévère. C’est vraiment un livre pour la plage. Il ne risque pas de faire transpirer les neurones tant le schéma est connu et les personnages juste ébauchés.

    • Bianca dit :

      Tu es un peu plus sévère en effet mais je ne l’ai pas trouvé transcendant non plus mais comme lecture légère et facile dont on n’attend rien, ça passe…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s