Elle posait pour Picasso – Béatrice Egémar

Paris, 1905. Émile, 18 ans, vient vivre à Paris pour devenir poète. Il s’installe sur la Butte Montmartre, dans un drôle d’atelier d’artistes, le Bateau Lavoir ; il fait la connaissance de son voisin, Pablo Picasso, de ses amis Max Jacob et Guillaume Apollinaire. Quand on apprend que Linda, une jeune bouquetière qui posait comme modèle, est retrouvée morte après être tombée du quatrième étage, tous pensent à un suicide, mais Émile, l’apprenti poète, n’est pas convaincu. Avec l’aide de Max Jacob et de la jolie Virginie, il va reconstituer la sombre histoire de la petite bouquetière. Aimait-elle encore Louis, le bel apache qui l’avait abandonnée ? Qui était son mystérieux amoureux qui lui avait promis une vie meilleure, loin des ruelles de la Butte ? Du cabaret du Lapin Agile aux ateliers d’artistes, Émile va découvrir l’envers de la vie de bohême.

elle-posait-pour-picasso-beatrice-egemarauteur-éditeur-pages

En fin d’année dernière je découvrais la jolie plume de Béatrice Egémar à l’occasion de son premier roman pour adultes, Le printemps des enfants perdus, que j’avais beaucoup aimé, et je m’étais promis que cette première lecture ne serait pas la dernière. Aussi lorsque j’ai vu que Babelio proposait de recevoir son dernier ouvrage, Elle posait pour Picasso, je n’ai pas hésité une seconde et je l’ai sélectionné illico, et j’ai eu le bonheur d’être choisie.

Vous savez que j’affectionne tout particulièrement deux périodes : le 18è siècle et le début du 20è siècle, et je ne sais pas si Béatrice Egémar les affectionne comme moi mais elle les connaît en tout cas fort bien. Ce roman pour les adolescents nous emmène à Montmartre en 1905, dans le sillage de Picasso et Max Jacob, qui courent alors après gloire et fortune.

Le héros, Émile, débarqué de sa Normandie natale, se veut poète et s’installe au Bateau-Lavoir, un refuge pour peintres qui disposent ici de grands ateliers. Hélas pour lui, Il découvrira bien vite en fréquentant Guillaume Apollinaire qu’il est loin d’avoir son talent et va devoir pour améliorer son ordinaire, faire des petits boulots comme on dit maintenant. Mais s’il délaisse les muses, notre héros va se passionner pour le décès suspect de Linda, une petite bouquetière, qui posait à l’occasion pour des peintres. S’est-elle suicidée ? S’agit-il d’un accident ou d’un meurtre ?

Béatrice Egémar s’est inspirée du tableau de Picasso « La Fille à la Corbeille de Fleurs » pour créer le personnage de Linda et brosser son histoire. Mêlant habilement fiction, enquête policière et vérité historique, ce roman est une vraie réussite : il permet aux jeunes à partir de 12 ans de se familiariser avec la bohème et le Montmartre de ce début du 20è siècle, à travers de grands artistes que j’ai déjà cités et des lieux fameux comme le Bateau-Lavoir et le Lapin Agile.

Il est aussi beaucoup question des apaches, célèbre gang du Paris de la Belle Epoque et du quotidien des modèles, ces femmes qui posaient le plus souvent dans le plus simple appareil pour des peintres qui n’avaient souvent pas l’argent pour chauffer leur atelier. Montmartre est alors encore un village dans lequel on trouve des étables et des vaches, ce qui permet aux habitants d’aller se chercher ou se faire livrer du bon lait frais chaque matin.

J’ai adoré l’atmosphère qu’imprime Béatrice Egémar à son récit et je me suis beaucoup divertie à la lecture de ce roman très bien écrit et rondement mené. Mention très bien pour les annexes en fin de roman qui reviennent sur Guillaume Apollinaire, Max Jacob et Pablo Picasso rencontrés dans le roman.

Un roman que j’ai beaucoup aimé et que je vous recommande vivement. Un grand merci à Babelio et aux éditions Gulf Stream pour cette belle lecture.

heart_4

Publicités

13 réflexions sur “Elle posait pour Picasso – Béatrice Egémar

  1. Lydie et Ses livres dit :

    Je ne connais pas cet auteur mais ce petit livre jeunesse a l’air très intéressante. J’adore ce quartier de Montmartre dans lequel j’ai vécu quelques années.

  2. Sybille dit :

    J’aime beaucoup cette période historique et Paris dans les années 1900, alors après tout, pourquoi pas. Surtout que je trouve les peintures de Picasso assez puissantes, alors lire un livre même fictif sur ce personnage hors du commun pourrait être une bonne idée !

    • Bianca dit :

      Picasso est l’un des personnages secondaires mais on peut y prendre beaucoup de choses sur cette période où il mange de la vache enragée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s