L’héritière de Jacaranda – Tamara McKinley

À la mort de Jock Witney, tyran domestique à la tête du plus grand vignoble d’Australie – le domaine de Jacaranda -, sa famille se rend compte que les affaires vont en réalité très mal. Quand un groupe français fait une offre de rachat des plus alléchante, les membres du clan s’entredéchirent.

Cornélia, la veuve de Jock, âgée de 90 ans, refuse catégoriquement de vendre. Elle aimerait convaincre Sophie, sa petite-fille, la prunelle de ses yeux, que la propriété familiale peut être conservée.

Dans ce but, Cornélia l’entraîne à l’autre bout de l’Australie, dans la vallée de Hunter, sur les traces de ses ancêtres. Elle profite de ce voyage pour lui narrer l’épopée familiale.

Du Sussex des années 1830 à l’Australie moderne, Tamara McKinley retrace la vie d’une famille de pionniers, marquée par de lourds secrets, des déchirures et une malédiction… Sophie saura-t-elle la briser pour sauver le domaine ? heart_3l-heritiere-de-jacaranda-tamara-mckinley

Jock Witney, un homme d’affaire prospère de 90 ans vient de mourir. Ce patriarche sans coeur, a passé les derniers mois de sa vie à acheter des entreprises sans valeur afin qu’après sa mort, sa famille soit ruinée. Il laisse donc une entreprise en faillite dont les héritiers n’ont qu’une envie : se débarrasser en la vendant aux plus offrants.

Mais Cornelia, sa veuve, ne l’entend pas de cette oreille et compte bien ce battre contre ce démantèlement. Elle tient plus que tout aux vignobles hérités de sa famille, des anglais partis de rien ayant fait fortune en Australie au milieu du 19è siècle, à force de dur labeur, de courage et de pugnacité.

Car Cornelia est comme les femmes de la famille Witney, tenaces et volontaires, à commencer par Rose, cette jeune bonne anglaise arrivée en Australie au début du XIXème siècle avec sa maitresse. Elle va convaincre sa petite-fille Sophie, avocate à Londres, de l’accompagner sur les traces de ses aïeules afin de revoir une dernière fois le domaine de Jacaranda.

Cornelia compte sur ce voyage pour faire changer d’avis Sophie, qui elle l’espère, se rendra compte de l’importance de Jacaranda pour leur famille, et redresser la société en la gardant dans le giron familial. C’est sans compter Mary, l’une des filles de Cornelia et mère de Sophie, qui veut vendre à tout prix…

Si vous aimez les grandes sagas familiales à lire sur la plage, vous devriez aimer L’héritière de Jacaranda de Tamara McKinley, un roman entré dans ma PAL au début de l’été et que j’aurai du lire sur la plage, je l’aurai je pense davantage apprécié.

Sur le papier, ce roman a tout pour me plaire avec secrets de famille et alternance passages au 19è siècle et au présent et même si dans l’ensemble j’ai passé un agréable moment, je ne l’ai pas trouvé aussi réussi que je le pensais.

Dans L’héritière de Jacaranda, l’auteure nous fait découvrir la vie d’une famille depuis le début du XIXème siècle en Angleterre jusqu’à nos jours en Australie. Tamara McKinley nous montre à travers l’histoire de la famille Witney, la construction de l’Australie. Avec Rose et Isabelle, nous assistons à l’histoire d’un vignoble et d’un patrimoine familial,  créé avec la sueur des premiers colons dans le bush australien, aidés des aborigènes et des prisonniers sortis des geôles anglaises pour redémarrer une nouvelle vie dans ce lointain exil.

Toute cette partie historique m’a beaucoup plu, les personnages féminins sont forts et intéressants et découvrir avec elles l’Australie de cette époque n’est pas dénué d’intérêt.

La partie contemporaine en revanche fut une déception : des querelles à la Dallas autour de l’héritage, des personnages caricaturaux au possible et, cerise sur le gâteau, une histoire d’amour à l’eau de rose dont je me serai bien volontiers passée.

Vous l’aurez compris, un avis mitigé pour ce roman au dénouement convenu mais qui ne m’a pas ôté l’envie de lire à nouveau Tamara McKinley, auriez-vous d’ailleurs l’un de ses titres à me conseiller ?

Advertisements

14 réflexions sur “L’héritière de Jacaranda – Tamara McKinley

  1. La bibli de Momiji dit :

    Je suis contente de lire ton avis sur ce roman que je ne connais pas de cette auteur et en même temps, ça me conforte dans mon sentiment car j’ai aussi eu un avis mitigé sur La dernière valse de Mathilda : des bons points mais aussi des mauvais. Pas un mauvais livre mais pas un coup de coeur…Je voulais explorer davantage ses romans mais je crois que je vais attendre pour le moment !

  2. minalit dit :

    Mouai…je ne le rajouterai sans doute pas à ma PAL 🙂
    J’avais lu La valse de Mathilda il y a quelques années, de la même auteur, et j’avais eu une impression assez mitigée également. il y a avait des aller-retour dans le passé et le présent, et autant le récit dans le passé était un plaisir, autant le récit présent était assez peu convaincant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s