Olympe – Hubert de Maximy

Lu dans le cadre du challenge 1 pavé par mois  :

challenge-un-pave-par-mois

L’an II. La Terreur. Un accident de chasse débarrasse Olympe de son barbon de mari et la propulse à la tête de la tannerie familiale. A vingt-huit ans, elle doit affronter l’avidité de la bourgeoisie locale prête à tout pour faire main basse sur son patrimoine. Aidée d’un avocat retors et d’un notaire amoureux, mais aussi de deux gamins dont son fils aîné, Olympe est bien décidée à en découdre pour préserver l’avenir de ses quatre enfants.heart_4olympe-hubert-de-maximy

Mars 1793, Olympe Chambeyrac et son barbon de mari sont à la chasse au sanglier en compagnie de leur piqueur Poudu, lorsqu’une femelle, pour protéger ses petits nouvellement nés, charge Nicolas Chambeyrac, le blessant mortellement.

Impuissante à sauver son époux, Olympe ramène le corps de son mari défunt ainsi que la dépouille de l’animal jusqu’au Puy-en-Velay, afin de relater l’accident au commissaire Philippot Philiot, qui accepte sa version des faits, les blessures du tanneur correspondant bien aux crocs de l’animal.

Olympe rejoint ensuite la tannerie et ses quatre enfants ainsi qu’Anaïs, sa plus fidèle amie, qui sert déjà de mère aux deux garçons et aux jumelles d’Olympe. Désormais veuve, Olympe veut prendre les rênes de la tannerie mais les hommes de la confrérie et l’oncle apothicaire de son défunt mari, ne l’entendent pas de cette oreille et comptent bien lui mettre des bâtons dans les roues.

Heureuement, Olympe est bien entourée : ses anciennes compagnes de couvent Anaïs, la boiteuse, et Euphrasie, l’aristocrate déchue vont l’aider à spéculer sur les biens nationaux, s’attirant les foudres du comité de salut local. Mais à jouer ainsi avec le feu, n’est-ce pas la prison, voire la guillotine, qui attend nos aventurières ?

Vous savez combien j’affectionne les destins de femmes et les romans historiques, je ne pouvais donc pas passer à côté d’Olympe qui joue son destin en pleine tourmente révolutionnaire, un roman qui allie avec talent les deux, grâce à la plume fluide et enlevée d’Hubert de Maximy qui fait revivre cette période troublée de notre histoire.

L’histoire d’Olympe, élevée au couvent depuis sa naissance et vendue (il n’y a pas d’autre mot !) à son mari prospère et gras est typiquement celle des femmes sous l’Ancien Régime qui ne pouvaient faire autrement que consentir aux unions décidées par leur famille ou ici par la mère supérieure du couvent du Puy-en-Velay où elle était pensionnaire.

Elle accepte ce mariage de raison sans regimber et va se couler dans le rôle de l’épouse dévouée et obéissante pendant douze ans, jusqu’au décès de son mari. Mais lorsqu’elle devient veuve et gagne le droit d’être indépendante, sans avoir de compte à rendre à quiconque, elle va prendre sa destinée en main et tracer sa route dans un monde d’hommes qui préféreraient la voir retourner à sa broderie et à ses enfants.

Ajoutez à cela la période sanglante à laquelle se passe ce récit, vous obtenez un roman passionnant de bout en bout avec ce qu’il faut de justesse historique, Hubert de Maximy connaît très bien son sujet cela ne fait pas de doute, de rebondissements et d’amour.

Une lecture très agréable donc avec une belle brochette de personnages bien dessinés : Olympe bien sûr mais aussi ses deux amies Anaïs et Euphrasie, sans oublier les deux garçons d’Olympe et leur ami La Belette, futés et courageux.

Si comme moi, vous aimez les romans historiques et les beaux personnages féminins, je ne peux que vous conseiller Olympe, vous passerez un très bon moment en sa compagnie.

Un grand merci à Laëtitia et aux Editions Presses de la cité pour cette lecture passionnante, j’ai adoré !

Advertisements

7 réflexions sur “Olympe – Hubert de Maximy

  1. belette2911 dit :

    En lisant le titre, je pensais que le roman parlait du destin d’Olympe de Gouge… 😀 Bon, c’est une autre Olympe, mais ça me botterait bien si je n’avais pas une PAL de la hauteur d’une navette de la NASA…

    On vient de loin, nous, les femmes (nous le charme ♫). Vendue ?? Rien ne nous aura été épargnée !

  2. darkhippos dit :

    Je ne connaissais pas du tout ce titre 😮 Mais on me dit destin de femme, Histoire et Ancien Régime et l’on peut être sûr que j’accours tout de suite ! L’histoire à l’air très intéressante, un livre de plus dans ma wish list (qui touche déjà le plafond !) x)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s