Miniaturiste – Jessie Burton

Lu dans le cadre des challenges A year in England et 1 pavé par mois :

logo-a-year-in-england  challenge-un-pave-par-mois

Nella Oortman n’a que dix-huit ans ce jour d’automne 1686 où elle quitte son petit village pour rejoindre à Amsterdam son mari, Johannes Brandt. Homme d’âge mûr, il est l’un des marchands les plus en vue de la ville. Il vit dans une opulente demeure au bord du canal, entouré de ses serviteurs et de sa soeur, Marin, une femme restée célibataire qui accueille Nella avec une extrême froideur. En guise de cadeau de mariage, Johannes offre à son épouse une maison de poupée, représentant leur propre intérieur, que la jeune fille entreprend d’animer grâce aux talents d’un miniaturiste. Les fascinantes créations de l’artisan permettent à Nella de lever peu à peu le voile sur les mystères de la maison des Brandt, faisant tomber les masques de ceux qui l’habitent et mettant au jour de dangereux secrets.

heart_3auteur-editeur-pagesminiaturiste-jesse-burton

Nella Oortman est une jeune mariée d’à peine 18 ans qui arrive à Amsterdam en ce début d’automne 1686 pour y retrouver son mari, qu’elle n’a vu que le jour de son mariage. Sans le sou, sa mère a eu le bonheur de pouvoir la marier avec l’un des hommes les plus riches de la capitale hollandaise, Johannes Brandt, âgé de vingt ans de plus qu’elle.

L’union n’est donc pas encore consommée et lorsqu’elle franchit le seuil de la maison, elle est accueillie plus que fraichement par sa belle-sœur, Marin, qui fait office de maitresse de maison. Johannes n’est pas encore rentré de voyage et elle passe sa première nuit seule.

C’est une jeune femme bien naïve que découvre le lendemain son mari qui lui offre en cadeau de noces une maison de poupée. Nella est étonnée de ce curieux présent d’autant qu’elle n’est plus une enfance et qu’elle aspire à devenir une femme.

Hélas pour elle, Johannes n’a pas l’air pressé de remplir son devoir conjugal et Marin ne tient pas à lui laisser les rênes de la maison. Elle se met alors en tête de trouver un miniaturiste pour remplir sa maison de poupée vide…

J’ai découvert ce roman anglais une fois de plus chez ma copinaute Claire et avec Céline, nous avons eu envie de lire à notre tour. Nous l’avons donc chacune emprunté afin de le découvrir ensemble et je la remercie de sa patience car j’ai eu du mal à récupérer mon exemplaire, je l’ai donc fait attendre plusieurs semaines !

Miniaturiste est le premier roman de Jesse Burton qui a pour décor la prude Amsterdam de la fin du 17è siècle qui vit ses heures fastes. L’atmosphère est de ce point de vue très bien rendue et rappelle La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier que j’ai beaucoup aimé.

Roman de mœurs, l’auteure nous dévoile le quotidien de cette famille Brandt, la réalité du métier de négociant et les préjugés dont la ville est enveloppée. Jesse Burton nimbe aussi son récit d’un soupçon de fantastique qui ajoute un certain suspens mais qu’elle ne va pas mener jusqu’au bout et qui va me laisser sur ma faim.

Je vous avoue que je ressors de cette lecture avec un avis mitigé, les 200 premières pages lancent le récit mais sont terriblement lentes avec de nombreuses pages de narration, viennent ensuite deux gros bouleversements que je n’avais pas vus venir et qui m’ont beaucoup plu mais les 100 dernières pages sont décevantes.

Les personnages sont en revanche très bien esquissés, attachants et intéressants à suivre, notamment le trio principal : Marin, Johannes et Nella.

En bref, un bon roman historique avec des personnages très approfondis, dommage que le démarrage soit si lent et que le côté fantastique n’ait pas été exploité jusqu’au bout.

Lu en lecture commune avec Céline.

Publicités

22 réflexions sur “Miniaturiste – Jessie Burton

    • Bianca dit :

      J’ai finalement abaissé ma note car l’aspect qui était le plus captivant n’est finalement pas à la hauteur de mes attentes et de mes questions !

  1. titine75 dit :

    C’est un roman que j’ai beaucoup aimé, je trouve le rendu d’Amsterdam au 17ème excellent et les personnages sont très attachants. En revanche, je te rejoins sur la révélation finale qui est fort décevante. Mais pour un premier roman, c’est prometteur.

  2. Lupa dit :

    Ce roman fait partie de ceux que je compte bien découvrir dès que possible ! Et ton billet renforce cette bonne résolution, alors merci 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s