Pressentiments – Katherine Webb

En 2011, Ypres, en Angleterre, est le théâtre d’une surprenante découverte : le corps d’un soldat de la Grande Guerre est retrouvé, parfaitement conservé. Dans ses poches, deux lettres signées H. Canning. Qui était ce soldat inconnu ? Leah, journaliste, est chargée de mener l’enquête. Un siècle plus tôt, dans une tranquille bourgade du Berkshire, le révérend Albert Canning et sa naïve épouse Hester vont voir leur vie bouleversée par l’arrivée de deux curieux personnages : Cat, la nouvelle bonne, jeune femme secrète et indépendante, envoyée à la campagne après une affaire qui l’a conduite en prison ; et Robin Durrant, troublant jeune homme versé dans les sciences occultes. Tensions, désirs, frustrations… En cet été caniculaire, le drame couve dans la maison Canning.

pressentiments-katherine-webbauteur-editeur-pages

La découverte des restes d’un soldat de la Première Guerre Mondiale non identifié amène une Leah, une jeune journaliste freelance, à mener enquête pour tenter de découvrir son identité.

Sur le corps du soldat, on retrouve miraculeusement préservées des dommages du temps, deux lettres signées Hester Canning écrites en 1911. Dans ces deux lettres, l’expéditrice ne cache pas son désarroi face à un événement qui est arrivé. Lequel ? C’est là toute la question !

A partir de là, c’est dans la chaleur de l’été 1911 que se poursuit le récit. Au sein d’un petit village du Berkshire couve un drame. L’arrivée dans le foyer du pieux Révérend Albert Canning d’une jeune domestique sortant de prison, Cat Morley, et d’un homme charismatique, Robin Durrant, un théosophe qui entend bien prouver l’existence d’élémentals et de fées dans les noues du village de Thatcham, va précipiter nos jeunes époux dans les tourments.

L’arrivée de ces deux personnes hors du commun va en effet bouleverser les existences jusqu’alors très paisibles d’Albert et d’Hester Canning.

C’est une fois de plus chez ma copinaute Claire que j’ai piqué cette idée de lecture et une fois n’est pas coutume ce roman n’aura pas eu le temps de croupir dans ma PAL, aussitôt acheté aussitôt lu !

Vous connaissez mon intérêt pour les romans historiques et les constructions qui nous envoient alternativement dans deux époques différentes, c’est ce qui m’avait donné envie de le lire mais d’alternance il y a en a finalement assez peu, la grande majorité du récit nous plonge dans la torpeur de cet été 1911 et de 2011 il en sera assez peu question finalement.

Katherine Webb nous conte l’histoire d’un drame qui s’est noué entre quatre protagonistes : le pasteur et sa femme, qui bien que jeunes mariés depuis un an, sont toujours vierges, le pasteur n’ayant aucun désir charnel pour sa femme, nettement plus attiré par Robin Durrant que par sa pourtant très belle épouse.

Hester en souffre et sa place dans la maisonnée sera de plus en plus réduite, le théosophe régnant très vite en maitre. Quant à Cat, la bonne à tout faire, elle sort de prison où son activisme de suffragette l’a menée. Instruite par Gentleman, son précédent employeur, elle souffre de sa condition de servante, rejette l’asservissement et rêve d’un travail d’employée de bureau.

Pressentiments est un roman qui ne manque pas d’intérêt de par ses thèmes : la condition féminine en 1911 en Angleterre dans la bourgeoisie et dans la domesticité, le spiritisme, la théosophie, le rapport au corps et au sexe… j’ai pris beaucoup de plaisir à ma lecture mais, car il y a un mais, j’ai regretté la lenteur du récit et la brusque accélération du drame dans les cinquante dernières pages.

Les personnages masculins m’ont vraiment laissé de marbre mais heureusement pour moi, les personnages féminins sont riches et attachants, on souffre et on espère avec elles que leur vie s’améliore selon leurs désirs, elles le méritent toutes les deux même si on se doute bien au fil de la lecture que ça va mal tourner pour l’une d’entre elles.

Pour conclure, ce roman historique est de bonne facture et plutôt agréable à lire mais il est tout de même une petite déception pour moi, je m’attendais à mieux.

heart_3Lu dans le cadre du Mois anglais et des challenges Au service de… et 1 pavé par mois :

 challenge-au-service-de  mois-anglais  challenge-un-pave-par-mois

 

 

 

Publicités

14 réflexions sur “Pressentiments – Katherine Webb

  1. labiblidonee dit :

    J’ai le précédent dans ma pal et je me rappelle que mon choix avait été confirmé par ma libraire à l’époque alors j’espère qu’il sera mieux rythmé.

  2. latetedansleslivres dit :

    Les thèmes abordés ont l’air pas mal et j’aime beaucoup aussi lorsqu’on alterne le présent et le passé! Bon, par contre le fait que ce livre ait été une petite déception pour toi fait que je ne suis pas sûre de me le noter, je pense qu’il y a peut-être mieux dans le genre!

    • Bianca dit :

      Moi aussi ! L’alternance est très réduite car 90% de la narration se déroule en 1911 ! C’est le rythme qui pour moi pêche mais je n’affectionne pas les longueurs et les récits trop lents…

  3. Albertine dit :

    Prêté par ma mère, c’est un roman que j’ai trouvé intéressant. Les personnages féminins sont effectivement beaucoup plus sympathiques que leurs homologues masculins.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s